Samnite (gladiateur)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (février 2011).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Représentation de Samnites

Le samnite (« samnis » en latin) est une catégorie (« armatura » en latin) de gladiateur de la Rome antique. Il tire son nom des Samnites, un peuple italique d'humeur belliqueuse établi dans la région du Samnium (qui désignait alors la partie centrale montagneuse de l'Italie). Ce peuple résista longtemps aux armées romaines.

Histoire[modifier | modifier le code]

Selon Tite-Live, ce type de gladiateur serait apparu en -310 lorsque les habitants de Capoue organisèrent des jeux, dont les gladiateurs portaient l'équipement de soldats samnites qui venaient d'être vaincus par les Romains. Il faut cependant rester prudent : peut-être l'histoire rapportée par Tite-Live n'est-elle qu'une « rationalisation, qui permet d'expliquer au passage, l'origine de l'armatura samnitium»[1]. La première source littéraire à faire état de samnites est Lucilius, qui évoque le combat entre un samnite appelé Æserninus et un champion appelé Pacideianus, sans doute également un samnite[2]. Contemporain du gaulois, le samnite s’effaça au début de l'empire, peu à peu remplacé par l'hoplomaque.

Adversaires[modifier | modifier le code]

Il combattait avec le provocator.

Armement[modifier | modifier le code]

Statuette de samnite (hauteur : 19 cm) conservée au musée de l'Arles antique Le panache du casque est manquant
  • Grand bouclier rectangulaire (« scutum »)
  • Casque orné de plumes et d'un haut panache
  • Épée courte (« gladius » en latin)
  • Cnémide protégeant le tibia gauche[3], appelée « ocrea » en latin

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Anne Bernet, Les Gladiateurs, Perrin,
  • (en) Michael Grant, Gladiators, Penguin Books,
  • Georges Ville, La Gladiature en Occident des origines à la mort de Domitien, École française de Rome,

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ville 1981, p. 35
  2. Ville 1981, p. 48
  3. Grant 1971, p. 56