Samir Guesmi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Samir Guesmi
Samir Guesmi Cabourg 2016.jpg
Samir Guesmi en 2016 au festival du film de Cabourg.
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (53 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Période d'activité
Depuis Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Taille
1,93 mVoir et modifier les données sur Wikidata
Films et séries notables

Samir Guesmi, né le à Paris, est un acteur français d'origine algérienne

Carrière[modifier | modifier le code]

Né à Paris en 1967, il a grandi au sein d'une famille d'immigrés algériens de huit enfants, avec un père ouvrier de chantier et une mère assistante maternelle. Élève médiocre à l'école, le théâtre a donné un sens à son existence, comme il le racontait en 2016, au média The Times Of Israel : « Il y avait un cours de théâtre près de chez mes parents, où nous vivions, dans le 13ème arrondissement à Paris. Dans le quartier de la Butte-aux-Cailles il y avait vraiment des gens de tous âges qui traînaient devant et je ne savais pas ce que c’était. Un jour je me suis arrêté et je suis entré à l’intérieur. J’ai découvert un cours d’art dramatique. Je m’y suis posé, et pour moi la vie a commencé. Déjà d’être avec des gens venus de tous horizons sociaux et culturels pour la même envie, le théâtre… »

Après avoir effectué une formation d'acteur au Studio Pygmalion, puis au Théâtre-école Tania Balachova et au Théâtre École de Belle de Mai à Marseille[1]. Au théâtre, il a joué notamment sous la direction de Jean-Christian Grinevald, Bernard Bloch, Georges Lavaudant, Stéphane Muh, Claude Alice Peyrotte, Frédéric Bélier-Garcia et Mohamed Rouabhi.

Samir Guesmi s'est lancé dans cette passion et a trouvé le chemin des plateaux de cinéma. Il reçoit en 1996, pour le long-métrage Malik le maudit, le prix Michel-Simon et le prix d'interprétation au Festival du film d'Amiens. Après cela, il multiplie les apparitions au cinéma (RRRrrrr !!!, Ne le dis à personne, Adieu Berthe, Un conte de Noël…), tout en continuant de se produire au théâtre.

En 2007, Alain Gomis lui confie son premier grand rôle dans Andalucia.

En 2011, il est l'amoureux de jeunesse de Noémie Lvovsky dans Camille redouble, rôle qui lui vaut une nomination au César du meilleur acteur dans un second rôle.

En 2017, aux côtés de Kad Merad et d'enfants non acteurs, il s'illustre en professeur d'un collège dans La Mélodie de Rachid Hami.

À la télévision, on a pu notamment le voir camper un trafiquant de drogue dans la saison 2 d'Engrenages, tenir l'un des rôles forts de la série Les Revenants et, en 2015, faire partie du casting de la série Nina.

Il est l'irrésistible grutier amoureux qui suit sa jolie maitre-nageuse jusqu'en Islande dans L'Effet aquatique, le dernier film de la réalisatrice Solveig Anspach[2].

Il a réalisé en 2007 le court métrage C'est dimanche !, Prix du public au Festival de Clermont-Ferrand, et Grand Prix du Festival de Grenoble, et, en 2020, un premier long métrage Ibrahim, qui obtient le Valois d'or du meilleur film, de la mise en scène, du meilleur scénario et de la meilleure musique au Festival d’Angoulême[3].

Son film Ibrahim reçoit en janvier 2021 le Grand prix du jury au festival Premiers Plans d'Angers, présidé par Pierre Salvadori[4].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Longs métrages[modifier | modifier le code]

Courts métrages[modifier | modifier le code]

Réalisateur[modifier | modifier le code]

Court métrage
Long métrage

Télévision[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nomination[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://archives.arte.tv/fiction/gangsters/ftext/html/jdc_vilains2.htm
  2. « L'effet aquatique, le film posthume de Solveig Anspach qui célèbre la vie », sur Télérama (telerama.fr) (consulté le 20 janvier 2021).
  3. Paris Match, « Ibrahim de Samir Guesmi couronné au Festival d'Angoulême », sur parismatch.com (consulté le 3 septembre 2020)
  4. Christophe Turgis, « Cinéma : Ibrahim, Grand Prix du festival Premiers Plans à Angers », sur France 3 Pays de la Loire (france3-regions), .
  5. Positif, no 567, mai 2008, p. 78
  6. « Kaleo Films » C’est dimanche ! », sur kaleo-films.com (consulté le 7 avril 2017)
  7. Hélène Rietsch, « Festival du film d’Angoulême : le Valois de Diamant pour "Ibrahim" », Sud Ouest,‎ (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]