Samia Essabaa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Samia Essabaa
Naissance
Nationalité Française

Samia Essabaa, née le , est une enseignante française réputée pour son action militante en faveur de la paix et du dialogue entre les ethnies et les minorités en France et à l'étranger. Elle a été décorée de l'ordre des Palmes académiques et nommée au grade de chevalier de l'Ordre national du Mérite.

Aperçu biographique[modifier | modifier le code]

Samia Essabaa est professeur d'anglais au lycée professionnel Théodore Monod de Noisy-le-Sec (Seine-Saint-Denis). Elle enseigne à des adolescents majoritairement issus de l’immigration. Elle cherche à dénoncer les préjugés antisémites qui empêchent le dialogue entre les minorités ethniques en France et les peuples à l'étranger. Son approche est à la fois pédagogique et culturelle[1] : pour déconstruire les préjugés, elle tente de faire changer le regard porté sur l'autre et de favoriser la rencontre de l'autre, rencontre culturelle, par exemple, comme les voyages à Auschwitz qu'elle a organisé avec ses élèves.

Engagements citoyens[modifier | modifier le code]

Elle dit avoir pris conscience, suite aux attentats du 11 septembre 2001, de la nécessité d'agir pour remédier aux différentes formes de racisme et/ou d'antisémitisme qui se manifestent dans ses classes. Issue elle-même de l'immigration, elle constate que les clichés sont toujours bien ancrés.

Elle décide de lutter contre cette incompréhension intercommunautaire et organise ainsi un premier voyage scolaire à Auschwitz en 2005. La préparation de ce voyage est l’occasion d'apprendre l'histoire récente de « l'autre » (Auschwitz et la Shoah) :

« Pour mes élèves, aller à Auschwitz, c'est essentiel. La Shoah, ce n'est pas leur histoire. Ils la connaissent très mal et pour la plupart doutent de sa réalité. C'est la solution que j'ai trouvée pour lutter contre l'antisémitisme : aller sur place au bout d'un travail de préparation qui, à chaque fois, dure six mois, durant lesquels je fais venir des anciens déportés, des enfants cachés, des représentants d'associations. J'emmène les élèves à la grande synagogue de la Victoire à Paris, ils étudient la Shoah en histoire, en anglais, dans les arts appliqués... Je les emmène aussi à la grande mosquée de Paris, je les fais travailler sur l'islam, leur religion, afin de faire ressortir les parallèles avec le judaïsme. »[2]

Elle fait découvrir à ses élèves les parcours de Simone Veil et de Lucie Aubrac. « Il fallait trouver des exemples vivants pour mettre à mal les préjugés », poursuit-elle. Simone Veil, rescapée des camps de la mort, accepte de rencontrer ses élèves.

En 2007, elle réédite l'expérience et y associe une classe d’un lycée juif des Pavillons-sous-bois (Seine-Saint-Denis) et une classe d’un lycée mixte juif-musulman de Casablanca.

En 2008, elle emmène une classe au Maroc pour faire découvrir aux élèves le passé tolérant de ce pays pendant la guerre, et leur montrer que l'entente est possible. Et, en , elle décide de poursuivre ses projets en accompagnant l'une de ses classes au Mémorial de l'Holocauste à Washington (États-Unis).

En , Samia Essabaa est nommée par Nicolas Sarkozy, membre du Comité de réflexion sur le préambule de la Constitution, présidé par Simone Veil[3].

Publication[modifier | modifier le code]

  • Le Voyage des lycéens. Des jeunes de cité découvrent la Shoah, éditions Stock, 2009

Distinctions[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Quelques sources pour une publication récente (2009) :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]