Samazan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Samazan
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Aquitaine
Département Lot-et-Garonne
Arrondissement Marmande
Canton Mas-d'Agenais
Intercommunalité Val de Garonne Agglomération
Maire
Mandat
Bernard Monpouillan
2014-2020
Code postal 47250
Code commune 47285
Démographie
Gentilé Samazanais, Samazanaises
Population
municipale
837 hab. (2012)
Densité 49 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 26′ 05″ N 0° 06′ 46″ E / 44.4347, 0.112844° 26′ 05″ Nord 0° 06′ 46″ Est / 44.4347, 0.1128  
Altitude Min. 24 m – Max. 133 m
Superficie 17,25 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : [[Modèle:Géolocalisation/47]]

[[Fichier:Modèle:Géolocalisation/47|280px|Voir sur la carte administrative de la zone 47]]
City locator 14.svg
Samazan

Géolocalisation sur la carte : [[Modèle:Géolocalisation/47]]

[[Fichier:Modèle:Géolocalisation/47|280px|Voir sur la carte topographique de la zone 47]]
City locator 14.svg
Samazan

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Samazan

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Samazan
Liens
Site web samazan.fr

Samazan est une commune du sud-ouest de la France, située dans le département de Lot-et-Garonne (région Aquitaine).

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune de l'aire urbaine de Marmande située dans le Queyran et le Pays d'Albret sur l'Avance non loin de l'A62, à 9 km au sud de Marmande.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Samazan
Montpouillan Fourques-sur-Garonne
Samazan
Guérin Bouglon Sainte-Marthe

Histoire[modifier | modifier le code]

Il était une fois le pays de Loutrange traversé par la Carrerrasse et bordé par l'Avance

La Loutrange ou Leutringa (De Liudh homme libre et ring anneau) (Semble être une région car de nos jours aucun lieu-dit ne porte ce nom)

L'Archiprêtré de Loutrange a des " frontières " imprécises qui évoluent entre les Comptes de 1329 et ceux de 1535. Il trouve son centre en la rivière Serac et pourrait s'être étendu jusqu'à la Garonne…

Samazan.jpg


Quand naquirent la châtellenie de Meilhan, la seigneurie de Bouglon et les commanderies de Cours et Romestaing, le pays de Loutrange disparut et fut réduit au fief de l'Archevêché dont il prit le nom... nom qui varia lui aussi et fut tantôt Archiprêtré de Sadirac ou de Cocumont..

Passé la Plaine de la Garonne, arrive la première terrasse de la rive gauche, terrain privilégié d'une grande forêt de chênes, hêtres, charmes et bouleaux…. Là, loin des débordements de Dame Garonne, se trouvait la Carrerrasse, voie gallo-romaine qui reliait des centres importants à cette époque : Hure, Revenac, le Mas, Calonges.. Parmi les domaines-paroisses traversées par cette voie, on relève le nom franc de Samatianum (Samazan).

Samazan est peu occupé avant le Moyen Âge. Des voies sont construites sur ses terres durant l’Antiquité et un cimetière est établi dans l’actuel village au cours du haut Moyen Âge. Il n’est toutefois pas sûr qu’un bourg ait été établi avant le XIIe siècle, époque marquée par une expansion démographique et une croissance économique.

La vallée de l'Avance qui voyait se rencontrer le Bazadais, l'Agenais et plus tard le Comdomois, c'est à dire le parti anglais contre le parti français, au gré des guerres, était une ligne de front de première importance pour la région !

Comme Marcellus, Samazan tire son nom d’un personnage du temps de l’occupation de la Gaule par les Romains, un certain Samatianum. Samazan était une bastide en bordure de la Carrerasse (voie gallo romaine), rattachée à la Loutrange.

La Bastide de Samazan est citée dans un testament de la famille de Caumont en 1338.... On ne sait à quelle date elle fut détruite

La seigneurie et la bastide de Samazan passèrent alternativement entre les mains des Albret et des Caumont, les deux grandes familles les plus puissantes de notre région... le château appartenant parfois aux uns et la bastide aux autres ! L'histoire de Samazan est souvent liée à celle de Montpouillan.

• 1er novembre 1300 - Guillaume III de Caumont, Seigneur de Montpouillan et Samazan, fils de Bertrand et d'Indie de l'Isle Jourdain rend hommage à l'archevêque de Bordeaux pour la terre de Loutrange et la Motte de Montpouillan

• 1329 - Samazan faisait partie de la juridiction du Pays de Loutrange (rôles gascons) et appartenait aux seigneurs de Caumont. Le château de Samazan pourrait avoir pour origine la protection de la Loutrange, tout comme le château de Montpouillan

• 1334 - Les Caumont possèdent la bastide de Samazan qui est alors, avec Montpouillan, détachée de la Loutrange

• 1337 - Guillaume Raymond 1er de Caumont est toujours seigneur de Montpouillan et Samazan…

• 1358, le 8 avril...le seigneur de Caumont vend Montpouillan et Samazan au Sieur de Monlaur pour la somme de 12 000 léopards d'or... le même jour, ledit Sieur de Monlaur revend lesdits Montpouillan et Samazan à Blanche de Grelly, fille du Vicomte de Benauges Par la suite, Montpouillan (la motte) et Samazan (la bastide) sembleraient être passées sous domination anglaise jusqu'au ...

• 30 février 1390, Richard II Cœur de Lion, Roi d'Angleterre, concède à Nompar de Caumont, les lieux de Montpouillan et Samazan, sauf droits et services accoutumés

• 17 septembre 1395 - par lettres patentes, Jean, Duc de Guyenne et Lancaster, donne à " son très cher et féal écuyer Nompar de Caumont " et à ses successeurs les baronnies de Montpouillan et Samazan

• 6 octobre 1395 - Jean de Beaufort, Seigneur de Luxeuil, vend à Nompar de Caumont, tout ce qu'il possède aux lieux, châteaux et baronnies de Montpouillan et Samazan

• août 1400 - "partance est fait entre Anissantz de Caumont, seigneur de Samazan et dame Jeanne d'Albret, pour tout ce qui touche ledict lieu de Samazan"

• 1407 - les Albret ont pour alliés, entre autres, la motte de Montpouillan et la bastide de Samazan

• 1470 - François 1er de Caumont est Seigneur de Samazan et Montpouillan

• 1500 - Charles de Caumont possède toujours les baronnies de Samazan et Montpouillan

• 1527 - Charles de Caumont transige avec Henri Roi de Navarre au sujet du différent qui est entre eux pour les terres et seigneuries de Samazan et Montpouillan… En vertu de cet accord, Samazan retourne au Roi de Navarre, par arrêt du parlement de Toulouse

• 1545 - un contrat d'échange est signé entre le Roy Henri de Navarre et Monsieur le Général de Guyenne. Par ce contrat, sa majesté le Roy Henri donne à Noble Pierre Secondat, la Seigneurie de Samazan et ledit Secondat donne au Roy la Seigneurie de Taillebourg

• vers 1555 - acquisition par le Roy et la Reyne de Navarre, de la moitié du moulin de Hauqueton en la juridiction de Samazan pour la somme de 500 livres tournois

• 15 juin 1583 - contrat d'échange des dîmes inféodées de Samazan et du péage de Taillebourg, fait entre le Roy de Navarre et le Sieur de Birac… contrat retenu par Maître Nicolas de Brassay, notaire royal

• 1584 - la Reine de Navarre organise une vente de toutes les seigneuries qui ne rapportent pas assez ! lors de la vente de la Seigneurie de Samazan aux de Brassay, seul le château est mentionné… la justice revenant aux Meilhon, Pardiac et Pomiers.


Les mobilisés[modifier | modifier le code]

Les morts[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1919 1961 Renaud Jean PCF Député (1920-1940), conseiller général du canton du Mas-d'Agenais (1945-1961), agriculteur
1961 1974 Valmy Dufaud PCF Agriculteur
  juin 1995 Roland Destieu PCF  
juin 1995 mars 2014 Michel Le Boustouler DVG Retraité
mars 2014 en cours Bernard Monpouillan SE Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 837 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
839 812 892 1 020 1 049 1 015 1 019 1 030 1 050
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 031 1 087 1 071 1 028 1 071 1 052 1 076 1 023 1 015
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
912 913 853 727 771 803 809 791 765
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
749 745 642 683 732 748 831 843 837
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Mémoire des hommes, Journaux des unités : 10e régiment de hussards p. 44, consultable en ligne
  2. La fiche élaborée au lendemain de la Première Guerre mondiale par l'administration des anciens combattants porte le nom de NADAU Jean Albert.
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2012
  5. Max Lagarrigue, Renaud Jean. Carnets d'un député paysan communiste, Ed. Atlantica, 2001.