Salon des Nobles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Vue générale du salon des Nobles

La salon des Nobles est un salon du Grand appartement de la Reine dans le château de Versailles, château français situé dans les Yvelines, en Île-de-France. La salle est située entre l'antichambre du Grand Couvert et la chambre de la Reine et faisait office de seconde antichambre de l'appartement.

Histoire[modifier | modifier le code]

Lorsque l'antichambre du Grand Couvert était encore salle des gardes, le salon des Nobles tenait lieu d'unique antichambre pour la reine. Il devient ensuite seconde antichambre de l'appartement, précédant la chambre de la souveraine. On l'appelle également le Salon de la reine ou le Grand Cabinet de la reine. C'est là où la reine de France ou les dauphines qui occupèrent l'appartement donnent leurs audiences et tiennent leur cercle[1]. Le fauteuil de la reine est placé au fond de la pièce, face aux fenêtres, entouré des ployants réservés au cercle des dames de la cour. Il était d'usage, lorsqu'une reine ou une dauphine mourait au château, d'y exposer le cercueil quelques jours, comme en février 1712, après la mort de la duchesse de Bourgogne. Le cercueil de son mari, mort six jours plus tard, fut exposé avec celui de son épouse[2].

La pièce subit des transformations en 1785, sous la conduite de Richard Mique. Les murs reçoivent un bas lambris blanc et or et sont tendus de soieries vertes galonnées d'or. Marie-Antoinette fait également poser une cheminée en marbre bleu turquin et installer un nouveau mobilier dû à Riesener (commodes et encoignures). Cheminée et meubles (à l'exception d'une commode non retrouvée) ont été remis en place dans les années 1960[3].

Décor[modifier | modifier le code]

Le plafond reste celui qu'a connu la reine Marie-Thérèse et est dû à Michel II Corneille. Comme celui du salon du Grand appartement du roi, exactement symétrique au nord, il est consacré au dieu Mercure. La composition centrale représente Mercure répandant son influence sur les arts et sur les sciences. Les voussures sont ornées chacune d'une composition illustrant de grandes figures féminines de l'Antiquité qui s'illustrèrent dans ces domaines :

  • voussure sud (au-dessus des fenêtres) : Césicène cultivant la peinture.
  • voussure nord : Pénélope travaillant à sa tapisserie.
  • voussure ouest (au-dessus de la cheminée) : Sapho chantant en s'accompagnant de la lyre.
  • voussure est : Aspasie d'entrenenant avec des philosophes.

Le sujet des peintures des écoinçons du plafond rappellent les attributions traditionnelles de Mercure :

  • angle sud-est : La Diligence.
  • angle sud-ouest : La Vigilance.
  • angle nord-ouest : L'Académie.
  • angle nord-est : Le Commerce[4].

Deux dessus de porte complètent la décoration. Dus à Jean-Baptiste Regnault, ils sont exposés au Salon de 1785 puis mis en place dans le salon pour la reine :

  • L'origine de la peinture : la jeune corinthienne Dibutade dessinant le profil du berger son amant[5].
  • L'origine de la sculpture : Pygmalion amoureux de sa statue, priant Vénus de l'animer[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pierre Verlet, Le château de Versailles, Paris, Fayard, 1985.
  2. Gérald van der Kemp et Pierre Lemoine, Versailles et Trianon, guide général, Versailles, Artlys, 1979, p. 97.
  3. P. Verlet, op. cit., p. 590-591.
  4. Gérard Sabatier, Versailles ou la figure du roi, Paris, Albin Michel, 1999, p. 139-140.
  5. Voir le tableau sur le site de l'Agence photographique de la RMN.
  6. Voir le tableau sur le site de l'Agence photographique de la RMN.

Sur les autres projets Wikimedia :