Salon de l'automobile de Bruxelles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Salon de l'automobile de Bruxelles

Une partie de Brussels Expo avec, au centre, le palais no 5.
Une partie de Brussels Expo avec, au centre, le palais no 5.
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Emplacement Brussels Expo,
Bruxelles
Coordonnées 50° 53′ 58″ N 4° 20′ 15″ E / 50.89937, 4.337541 ()50° 53′ 58″ Nord 4° 20′ 15″ Est / 50.89937, 4.337541 ()  

Géolocalisation sur la carte : Belgique

(Voir situation sur carte : Belgique)
Salon de l'automobile de Bruxelles

Géolocalisation sur la carte : Bruxelles

(Voir situation sur carte : Bruxelles)
Salon de l'automobile de Bruxelles
Type Salon automobile
Organisateur FEBIAC
Site web www.autosalon.be/
Date d'ouverture 1902
Fréquentation annuelle 756 900 (2000)
582 830 (2014)
Superficie 115 000 m2
Nombre d'exposants 170 (2012)
Capacité du parking 12 000
Métro Heysel 6
Tramway Heysel 7

Le Salon de l'automobile de Bruxelles est un salon automobile annuel organisé par la Fédération Belge de l'Automobile et du Cycle (FEBIAC) et qui a lieu au Palais du Heysel, au nord de Bruxelles, en Belgique.

La FEBIAC[modifier | modifier le code]

L'asbl FEBIAC est responsable de l'organisation du Salon. La FEBIAC est la Fédération Belge de l'Industrie Automobile et du Cycle. Elle a à son actif plus de cent ans d'expérience. Elle représente les constructeurs et importateurs des moyens de transport sur route (voitures, véhicules utilitaires, deux-roues motorisés, vélos) et leurs sous-traitants en Belgique, tant sur le plan européen et mondial que fédéral et régional.

Une des missions de la FEBIAC est l'orgnisation des « European Motor Show Brussels ». Ces Salons sont reconnus par l'OICA et figurent sur son calendrier. Le Salon International Auto-Moto-Cycle a lieu les années paires, le Salon International des Véhicules utilitaires et de Loisirs, couplé au Salon International de la Moto, se déroule les années impaires. Chaque année au mois de janvier, les palais du Heysel à Bruxelles deviennent ainsi le plus grand show-room du pays.

Historique du salon[modifier | modifier le code]

Petite histoire d’un grand Salon[modifier | modifier le code]

Événement incontournable du paysage automobile national, le « Salon de l’Auto » s’articule autour d’une fabuleuse histoire, symbolisée par une évolution constante et une remise en question permanente. En 2013, le « Salon » fête sa 91e édition.

Il faut remonter jusqu’en 1892 pour trouver trace en Belgique d’une première exposition consacrée aux transports mécaniques. Baptisée « 1re Exposition des Cycles », cette manifestation organisée à Bruxelles par l’Union Veloce Club regroupait exclusivement des cycles et leurs accessoires. Il fallut attendre 1895 et le « 3e Salon du Cycle » pour noter la présence au sein de cet espace de deux automobiles, en fait deux calèches motorisées Vincke. En 1899, la participation automobile devint tellement importante que la manifestation adopta la dénomination « Salon de l’Automobile et du Cycle ».

La mise en place[modifier | modifier le code]

Pourtant, c’est en 1902 que le Salon tel que nous le connaissons aujourd’hui est né. Sous l’impulsion de Louis Mettewie, constructeur des Belgica, la Chambre Syndicale des Constructeurs d’Automobiles et de Cycles organisa son propre salon sous le nom de « 1er Salon de l’Automobile, du Cycle et des Sports ». Implanté sur le site du Cinquantenaire, il regroupait 82 exposants, majoritairement belges. En 1903, la 2e édition du salon réunissait la bagatelle de 161 exposants ! Beaucoup de Belges étaient bien sûr de la partie mais ils furent rejoints par quantité d’étrangers, telles les célèbres marques Panhard, De Dietrich et Renault. L’exposition ne se limitait pas aux châssis automobiles mais accueillait également des carrossiers, des manufacturiers de pneumatiques, des fabricants d’appareils électriques, etc. Le succès au rendez-vous, le salon était lancé. En 1911 pour le 10e Salon, on dénombrait 16 firmes belges contre 33 étrangères, en majorité françaises. Cette année-là, l’aviation fut également présente, une tendance qui se confirma jusqu’en 1914 et le début du premier conflit mondial. Après l’armistice, la production automobile reprit lentement et Bruxelles décida d’organiser son salon en octobre 1920. Les 9 constructeurs belges présents devaient faire face à une importante concurrence internationale. Le succès rencontré par la manifestation démontra que le « Salon de Bruxelles » restait l’un des plus beaux du monde, certainement le plus varié et à l’aspect commercial le plus développé.

Cap sur le Heysel[modifier | modifier le code]

Le salon de 1934 fut le dernier à se tenir au Cinquantenaire. À cause de l’Exposition Universelle, les salons ne reprirent qu’en 1937 dans les Palais du Heysel construits à l’occasion de cette Exposition. Plus grand, le Heysel permit aux stands de s’étendre et d’élever le niveau qualitatif de la manifestation. En 1971, le Salon fêtait sa 50e édition, célébrée par la mise en circulation d’un timbre postal. À partir de 1973, la diversité de l’offre automobile obligea les organisateurs à imposer aux exposants des critères variant d’une année à l’autre. En effet, depuis lors, les utilitaires possèdent leur salon les années impaires tandis que les automobiles disposent du leur les années paires. Un salon de la moto voit le jour en 1995. Il est organisé parallèlement au « Salon des Véhicules Utilitaires ». En 2000, FEBIAC fête ses 100 ans et se félicite d’accueillir 757 000 personnes au « Salon de l’Auto ».

Evolution permanente[modifier | modifier le code]

Les organisateurs ne cessent de repenser l’organisation de leur manifestation, l’édition 2010 du salon fut marquée par l’ajout d’une piste d’essai pour véhicules électriques, en complément à celle pour véhicules tout-terrain inaugurée quelques années auparavant. Cette expérience est rééditée en 2011 pour une édition qui se démarque cette fois par la création d’un espace DreamCars réservé aux véhicules de prestige. Le public ne s’y trompe pas et fixe un nouveau record d’affluence pour le « petit salon » : 379 667 visiteurs, un résultat inespéré ! Au fil du temps, le « Salon de l’Auto » s’est imposé comme un événement incontournable pour le public amateur d’automobiles, de motos ou de véhicules utilitaires. Ce n’est pas un hasard si les départements marketing des différents importateurs actifs sur le marché belge considèrent la manifestation bruxelloise comme un évènement majeur. Le « Salon de l’Auto » s’est mué au fil des années en un incontestable baromètre indiquant l’état de santé du marché des différents engins motorisés du royaume.

Fréquentation (nombre visiteurs)[modifier | modifier le code]

Année Xe édition Salon Auto-Moto-Cycle[1],[2],[3],[4] Salon Véhicules Utilitaires et de Loisir + Salon Moto[5],[6],[7]
1996
74
726 498
-
1997
75
-
265 934 (217 440 + 48 494)
1998
76
730 522
-
1999
77
-
304 347 (229 347 + 75 000)
2000
78
756 900
-
2001
79
-
320 471 (234 739 + 85 732)
2002
80
702 375
-
2003
81
-
275 123
2004
82
731 114
-
2005
83
-
322 367
2006
84
722 054
-
2007
85
-
349 390
2008
86
651 018
-
2009
87
-
324 204
2010
88
606 205
-
2011
89
-
379 667
2012
90
561 555
-
2013
91
-
385 307
2014
92
582 830
-

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]