Salon de 1878

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres Salons parisiens, voir Salon de peinture et de sculpture.

Le Salon peinture et de sculpture de 1878 est une manifestation artistique ouverte le en même temps que l'Exposition universelle à Paris, au palais de l'Industrie des Champs-Élysées. Elle regroupe 3 428 artistes exposants un total de 5 047 œuvres[1].

Description[modifier | modifier le code]

Le livret du Salon précise que c'est la 93e exposition officielle depuis l'année 1673, date à laquelle l'Académie royale de peinture et de sculpture institua cette manifestation.

Cette année 1878 est très importante au niveau symbolique en France : dans son Voyage au pays des peintres, le critique Mario Proth rappelait que depuis 1870, le pays n'avait pas eu l'occasion de montrer au monde de manière ambitieuse toute l'étendue de l'art français. En couplant le Salon à l'exposition internationale, Paris redevient une place forte sur le plan culturel et favorise les échanges entre artistes nationaux et étrangers[2].

Globalement, une nouvelle forme d'académisme émerge : l'art officiel de la Troisième République se met en place. Sur ces milliers d'artistes exposés, on note tout de même l'absence des modernes, même si la présence des réalistes est désormais acquise, notamment avec d'anciens compagnons de Gustave Courbet, ou celle, massive, du dessin avec Gustave Doré et de nombreux graveurs. Dans un coin du palais, on pouvait remarquer une petite toile d'Auguste Renoir intitulée Le Café, connue de nos jours sous le titre La Tasse de chocolat.

Du côté des sculpteurs, on trouve un seul buste d'Auguste Rodin.

Enfin, un nombre sensible de femmes artistes furent admises à exposer.

Voir la catégorie : Œuvre exposée au Salon de 1878.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Base Salons, année 1878, musée d'Orsay.
  2. Mario Proth, Voyage au pays des peintres : Salon universel de 1878, Paris, H. Vaton/Louis Baschet, 1878, préface i-ij (en ligne sur Gallica).

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :