Salmanazar Ier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Salmanazar Ier
Illustration.
Le roi Salmanazar Ier versant la terre de la ville conquise devant le temple assyrien après une campagne victorieuse
Titre
Roi d'Assyrie
Prédécesseur Adad-nerari Ier
Successeur Tukulti-Ninurta Ier
Roi de tous les peuples
Successeur Tukulti-Ninurta Ier
Biographie
Date de naissance XIIIe siècle av. J.-C.
Lieu de naissance Royaume médio-assyrien
Date de décès XIIe siècle av. J.-C.
Lieu de décès Royaume médio-assyrien
Père Adad-nerari Ier
Enfants Tukulti-Ninurta Ier
Héritier Tukulti-Ninurta Ier
Religion Religion assyrienne
Résidence Kalkhu
(Royaume médio-assyrien)

Salmanazar Ier (en akkadien : 𒁹𒀭𒁲𒈠𒉡𒊕) est un roi d'Assyrie de la période médio-assyrienne, qui règne de à .

Il porte également le titre de « Roi de tous les peuples (en) » de à .

Biographie[modifier | modifier le code]

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Salmanazar (qui se prononce Salmānu-ašarēd en assyrien) signifie en français : « Le dieu Salmanu[1] est prééminent ».

Règne[modifier | modifier le code]

Salmanazar poursuit l'œuvre de son prédécesseur Adad-nerari Ier dans la région du Hanigalbat.

Au tout début de son règne, il envahit la région montagneuse des tribus Uruatri (première mention des Urartiens). Il les vainc en trois batailles (51 villes urartiennes sont au total pillées et détruites), et les tribus doivent désormais payer le tribut. Il s'attaque ensuite à la cité de Musasir qui subit le même sort.

En , il est le premier à se faire couronner Roi de tous les peuples (en).

Shattuara II, un successeur de la lignée des rois du Mitanni, tente de reprendre le contrôle de ce territoire avec l'aide des Hittites. L'armée assyrienne finit par l'emporter, et c'est sans doute alors que le Hanigalbat est intégré directement au royaume assyrien. Il nomme un membre de la famille royale assyrienne grand ministre (shukkallu rabiu) du Hanigalbat, ainsi que plusieurs gouverneurs dans les principales villes de Haute-Mésopotamie, notamment dans la vallée du Khabur (Dūr-Katlimmu, Qattara, Taidu, Irridu).

Vers la fin de son règne, après avoir fait construire un palais à Ninive, il restaure le temple d'Ishtar et déménage sa résidence à Kalkhu sur les rives du Tigre.

Famille[modifier | modifier le code]

Mariage et enfants[modifier | modifier le code]

De son mariage avec une femme inconnue, il eut :

Ascendance[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) A. Kirk Grayson, The Royal inscriptions of Mesopotamia. Assyrian periods Vol. 1 : Assyrian Rulers of the Third and Second Millennium B.C. (To 1115 B.C.), Toronto, Buffalo et Londres, University of Toronto Press, , p. 180-230
  • Bertrand Lafont, Aline Tenu, Philippe Clancier et Francis Joannès, Mésopotamie : De Gilgamesh à Artaban (3300-120 av. J.-C.), Paris, Belin, coll. « Mondes anciens »,
  • (en) Stefan Jakob, « The Middle Assyrian Period (14th to 11th Century BCE) », dans Eckart Frahm (dir.), A Companion to Assyria, Malden, Wiley-Blackwell, , p. 117-142
  • (en) Hervé Reculeau, « Assyria in the Late Bronze Age », dans Karen Radner, Nadine Moeller et Daniel T. Potts (dir.), The Oxford History of the Ancient Near East, Volume 3: From the Hyksos to the Late Second Millennium BC, New York, Oxford University Press, , p. 707-800

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Anciennement lu Shulmanu / Šulmānu, cf. (de) K. Radner, « Salmānu », dans Reallexikon der Assyriologie und Vorderasiatischen Archäologie, vol. XI, 2006-2008, p. 587.