Salif Diallo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Diallo.

Salif Diallo
Illustration.
Fonctions
Président de l'Assemblée nationale du Burkina Faso

(1 an, 7 mois et 20 jours)
Élection 30 décembre 2015
Vice-président Bénéwendé Stanislas Sankara
Prédécesseur Chérif Sy (président du Conseil national de transition)
Successeur Bénéwendé Stanislas Sankara (intérim)
Alassane Bala Sakandé
Biographie
Nom de naissance Salifou Diallo[1]
Date de naissance
Lieu de naissance Ouahigouya (Haute-Volta)
Date de décès (à 60 ans)
Lieu de décès Paris (France)
Nationalité Burkinabé
Parti politique CDP (1999-2014)
MPP (2014-2017)
Diplômé de Université de Ouagadougou
Université Cheikh-Anta-Diop (Dakar)
Université de Perpignan
Profession Diplomate

Salif Diallo
Présidents de l'Assemblée nationale du Burkina Faso

Salif Diallo, né le à Ouahigouya (Haute-Volta) et mort le à Paris (France)[2], est un homme d'État burkinabè, ministre dans le gouvernement de Blaise Compaoré durant les années 1990 et 2000, et ambassadeur en Autriche en 2008.

En janvier 2014, il est membre fondateur du Mouvement du peuple pour le progrès, avant d'en devenir son président. En 2016, il est élu député et devient le président de l'Assemblée nationale, poste qu'il occupe jusqu'à sa mort.

Biographie[modifier | modifier le code]

Étudiant, Salif Diallo est expulsé de l'université de Ouagadougou pour avoir participé à des grèves et des manifestations avec le Parti communiste révolutionnaire voltaïque (PCRV)[3]. Il obtient une maîtrise en droit de l'université de Dakar au Sénégal. À son retour au Burkina Faso en 1985, il devient un dissident pro-Sankara[4]. En 2005, il soutient une thèse de doctorat en droit public intitulée Les transformations de l'État en Afrique à l'université de Perpignan[5].

Assistant au cabinet au ministre de la Justice dès 1986, il devient directeur du cabinet de 1987 à 1989 et secrétaire d'état du président Blaise Compaoré en 1991. En 1991, il devient ministre de l'Emploi, du Travail et de la Sécurité sociale. De 1992 à 1995, il est chargé de missions du président puis ministre de l'Environnement et de l'Eau de 1995 à 1999. En 2000, il passe à l'agriculture. Il devient vice-président du Congrès pour la démocratie et le progrès en 2003[6].

Il est démis de ses fonctions dans ces circonstances étranges le 24 mars 2008[7],[8]. Il devient alors ambassadeur en Autriche. Le 6 janvier 2014, il démissionne du CDP et s'oppose à la réélection de Blaise Compaoré. Il fonde alors avec Roch Marc Christian Kaboré et Simon Compaoré le Mouvement du peuple pour le progrès (MPP) et en devient le premier vice-président[9],[10]. Entre autres activités lors de la traversée du désert, il est conseiller du président nigérien et offre des prestations intellectuelles à travers un bureau d'étude installé au Niger .

De l'avènement du MPP au pouvoir en 2015 jusqu'à sa mort le , il est président de l'Assemblée nationale.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Son prénom est Salifou cf. Le Monde [1] et theses.fr [2]
  2. Burkina Faso: Salif Diallo, président de l’Assemblée nationale, décédé à Paris, sur rfi.fr, consulté le 20 août 2017.
  3. Morgane Le Cam et Cyril Bensimon, « C’était Salif Diallo, faiseur de rois du Burkina Faso », Le Monde Afrique,‎ (lire en ligne).
  4. « Relations entre Blaise Compaoré et Salif Diallo : Le mythe et la réalité », Lefaso.net, 14 avril 2008
  5. Thèse de droit, 2005, université de Perpignan, notice sur theses.fr [3]
  6. « Dossier spécial : 2e Congrès ordinaire du C.D.P. les 1, 2 & 3 août 2003 à Ouagadougou » « Copie archivée » (version du 16 juillet 2011 sur l'Internet Archive), site internet du CDP
  7. « Départ de Salif Diallo du gouvernement : La Fin d’un mythe ? », Lefaso.net, 25 mars 2008
  8. "Tensions et Protestations dans un régime semi-autoritaire : Croissance des révoltes populaires et maintien du pouvoir au Burkina Faso", Politique africaine, 2013, p. 201
  9. "Burkina: vague de démissions au sein du parti de Compaoré", Agence France-Presse, 6 janvier 2014
  10. "Roch Marc Christian Kaboré à la tête d'un nouveau parti d'opposition", Jeune Afrique, 26 janvier 2014.

Liens externes[modifier | modifier le code]