Salier Lajus Courtois Sadirac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Salier.

Salier Lajus Courtois Sadirac

Création 1964
Fondateurs Yves Salier
Adrien Courtois
Pierre Lajus
Michel Sadirac
Siège social Bordeaux
Drapeau de France France
Activité Architecture

L’agence d’architecture Salier, Courtois, Lajus et Sadirac est fondée en 1964, par Yves Salier (1918-2013), Adrien Courtois (1921-1980), Pierre Lajus (1930-) et Michel Sadirac (1933-1999), originaires de Bordeaux[1], inspirée par l’éthique constructive du Bauhaus et de la relation entre extérieur et intérieur illustrée par Frank Lloyd Wright.

Histoire[modifier | modifier le code]

Entre 1955 et 1985, plusieurs ateliers d'architecture se succèdent : agences d’architecture Salier-Courtois (1955-1964), Salier-Courtois-Lajus- Sadirac (1964-1969), Salier-Courtois-Lajus-Fouquet (1969-1974), Salier-Courtois-Fouquet (1974-1980) et l’agence Salier-Fouquet (1980-1985)[2]

Reconstruction de Royan[modifier | modifier le code]

La villa « Hélianthe », à la façade blanche et courbe, d'Yves Salier.
Article détaillé : Royan 1950.

Après la Seconde Guerre mondiale, les destructions sont telles que Royan sert, avec d’autres villes, de laboratoire de recherche sur l’urbanisme. En août 1947, c'est le projet d’aménagement de l’urbaniste bordelais Claude Ferret qui est accepté[3]. Yves Salier et Adrien Courtois commencent à travailler au sein de l'agence de Claude Ferret.

Entre 1954 et 1957, Adrien Courtois est un des maîtres d'œuvre du Palais des congrès de Royan.

Yves Salier intervient sur l'îlot 50 de la reconstruction de Royan[4]. Il réalise en particulier la villa Hélianthe qui forme un arc de cercle épousant la parcelle d'angle qu'elle occupe. Les structures porteuses se réduisent à une série de piliers soutenant trois dalles de béton, permettant de dégager un important volume intérieur, tandis que les façades écrans présentent une alternance de murs pleins et ajourés, de claustras et de larges baies. L'ensemble est surmonté d'un toit-terrasse gravillonné[5].

Salier-Courtois (1955-1964)[modifier | modifier le code]

Entre 1950 et 1954, Adrien Courtois et Yves Salier travaillent sur la Caserne des pompiers de la Benauge à Bordeaux en tant qu'associé de Claude Ferret. Ils réalisent la reconstruction de l'usine Marie Brizard, rue Fondaudège, et y installe l'un des premiers murs-rideaux sur Bordeaux.

Salier-Courtois-Lajus- Sadirac (1964- 1969)[modifier | modifier le code]

Puis ils sont rejoints par Pierre Lajus et Michel Sadirac[6]. L'essentiel de leur projet concerne la réalisation de maisons individuelles. Toutefois le cabinet s'intéressa aussi aux ensemble collectifs, bureaux et édifices religieux[7]. L'atelier conçoit les jardins de Gambetta dans le quartier de Mériadeck soit 6 immeubles pour une surface de 23 800 m2[8].

Salier-Courtois-Lajus-Fouquet (1969-1974)[modifier | modifier le code]

L'atelier intervient pour la construction du nouveau quartier Meriadeck à Bordeaux, en assurant la maîtrise d'œuvre des Jardins de Gambetta. Fouquet rejoint l'atelier après la conception des opérations de Meriadeck, mais il participera au suivi des travaux.

Salier-Courtois-Fouquet (1974-1980)[modifier | modifier le code]

Salier-Fouquet (1980-1985)[modifier | modifier le code]

Michel Sadirac est le lauréat Interarch’87 lors de la Biennale mondiale de l’architecture à Sofia avec sa maison sur la dune . Il reçoit la grande médaille d’argent décernée par l’Académie d’architecture en 1991, pour l'ensemble de son œuvre.

Quelques réalisations notables[modifier | modifier le code]

Les architectes des équipes, qui se succèdent entre 1955 et 1985, sont originaires de la région bordelaise, aussi les ateliers d'architecture interviennent essentiellement en Gironde[9].

Logements individuels[modifier | modifier le code]

  • La maison girolle dont le premier exemplaire est réalisé en 1966[10], environ 700 maisons Girolles ont été dénombrées principalement en Gironde autour du bassin d'Arcachon et de Lacanau[11].
  • La maison Jacques Salier conçue en 1966, à Latresne au milieu des vignes de l'entre-deux-mers[12].
  • Villa Geneste au Pyla-sur-Mer (1967). Pierre Lajus décrit la maison ainsi : « La qualité de l'espace architectural que nous aimons est celle de l'espace ouvert du plan libre de Le Corbusier discipliné par l'exemple du Bauhaus, la fluidité des relations entre intérieur et extérieur que nous avons appris des architectes californiens Neutra, Schindler, Elwood et bien sûr Frank Lloyd Wright, mais aussi des créateurs de l'architecture traditionnelle japonaise »[13].
  • Maison à Bouliac (1970)[14].

Logements collectifs[modifier | modifier le code]

Le hameau de Noailles à Talence, est construit entre 1968 et 1973, sur 4 hectares, présente 140 appartements et 50 logements individuels avec une piscine et un tennis.

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

Église Saint-Esprit de Lormont

En 1964, construction de la Chapelle Notre-Dame des Grâces pour le lycée Sainte-Marie Grand Lebrun à Bordeaux-Caudéran[15]. L'église Saint Delphin à Villenave d'Ornon est réalisée en béton en 1965 et fait l'objet d’un classement à l’inventaire du label patrimoine du XXe siècle[16]. De même l'église Saint-Esprit de Lormont est aussi construite en béton en 1966, elle est inscrite au titre des monuments historiques depuis 2000[17] et a reçu le label « Patrimoine du XXe siècle »[18].

Tertiaire[modifier | modifier le code]

L'immeuble de la société Marie-Brizard rue Fondaudège à Bordeaux est réalisé ente 1955 et 1960.

Récompense[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Maison française, octobre 1976
  2. Délibération du Conseil Municipal de Bordeaux
  3. « L'architecture moderniste à Royan »
  4. Royan, ilot 50
  5. « Villa Hélianthe », sur Ministère de la culture : Base Mérimée (consulté le 4 janvier 2016)
  6. Salier-Courtois-Lajus-Sadirac. 50/70 l'École bordelaise d'architecture
  7. Agence Salier-Courtois-Lajus-Sadirac
  8. Les Jardins de Gambetta
  9. Liste des opérations de Yves Salier, Adrien Courtois, Pierre Lajus et Michel Sadirac sur Archiguide
  10. Une maison Girolle Conseil d'architecture, d'urbanisme et d'environnement de Gironde
  11. Un champignon innovant Sud Ouest, 5 janvier 2012« Datant de 1966, la première maison témoin a été réalisée à Saint-Jean-d'Illac, sur la route du Cap-Ferret. En 1995, à la faveur d'une exposition à Arc en rêve, une étude a permis de dénombrer 700 Girolles dans la région, principalement en Gironde (bassin d'Arcachon et Lacanau). »
  12. La maison Jacques Salier
  13. Une villa d'architecte au Pyla-sur-Mer. Les Échos.fr,
  14. Maison de Bouliac Architecture de collection
  15. Culture gouvernement
  16. Église Saint-Delphin CAUE de Gironde
  17. « Église paroissiale du Saint-Esprit », notice no PA33000036, base Mérimée, ministère français de la Culture
  18. « Par région : choisir Aquitaine », sur culture.gouv.fr.

À voir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marc Emery, Patrice Goulet, Guide. Architecture en France depuis 1945, Paris, Groupe Expansion, cf. L’Architecture d’aujourd’hui, 1983, p. 305.
  • Michel Jacques et Annette Nève (dir.), Salier, Courtois, Lajus, Sadirac, Fouquet. Atelier d’architecture. Bordeaux 1950–1970, Bordeaux, Arc en Rêve, 1995.
  • « Une jeune agence de Bordeaux », in L’Architecture d’aujourd’hui, no 85, septembre 1959, p. 66-77.

Liens externes[modifier | modifier le code]