Salavas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Salavas
Salavas
Mairie et salle des fêtes
Blason de Salavas
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Ardèche
Arrondissement Largentière
Canton Vallon-Pont-d'Arc
Intercommunalité Communauté de communes des Gorges de l'Ardèche
Maire
Mandat
Luc Pichon
2014-2020
Code postal 07150
Code commune 07304
Démographie
Population
municipale
639 hab. (2015 en augmentation de 15,14 % par rapport à 2010)
Densité 37 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 23′ 42″ nord, 4° 22′ 48″ est
Altitude Min. 80 m
Max. 522 m
Superficie 17,11 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ardèche

Voir sur la carte administrative de l'Ardèche
City locator 14.svg
Salavas

Géolocalisation sur la carte : Ardèche

Voir sur la carte topographique de l'Ardèche
City locator 14.svg
Salavas

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Salavas

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Salavas

Salavas est une commune française, située dans le département de l'Ardèche en région Auvergne-Rhône-Alpes[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Salavas est située dans le sud du département de l'Ardèche, en rive droite de l'Ardèche, face à Vallon-Pont-d'Arc.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

carte géographique
Carte de la commune



Rose des vents Sampzon Vallon-Pont-d'Arc Vallon-Pont-d'Arc Rose des vents
Grospierres N Vallon-Pont-d'Arc
O    Salavas    E
S
Vagnas Vagnas Labastide-de-Virac



Histoire[modifier | modifier le code]

À l'origine, Salavas était situé le long de la voie d'Antonin, voie romaine reliant Nîmes à Alba et à la vallée du Rhône[2]. Cette voie traversait l'Ardèche au Gué de Chauvieux, un kilomètre environ en amont du pont actuel de la D579 entre Salavas et Vallon-Pont-d'Arc[3].

Les guerres de religion entre catholiques et protestants ont marqué l'histoire de Salavas. La liberté religieuse évoquée dans l'article 10 de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1789 a rendu la liberté de culte à toutes les communautés. La construction d'un temple (achevée en 1838)[4] et d'une église se sont réalisées dans la même rue.

La révolution de 1848 est bien accueillie à Salavas, les habitants en profitent pour contester leur maire et demander sa révocation en mai 1848. Ils arguent que les habitants sont majoritairement opposés au maire en place, et que celui-ci utilise sa fonction pour favoriser sa famille[5].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Salavas

Les armes de Salavas se blasonnent ainsi :
Coupé : au 1er de gueules à l’épée haute d’argent, au 2e échiqueté d’argent et de sable.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1944 octobre 1947 Paul Payan    
octobre 1947 mars 1965 Marius Tillie    
mars 1965 mars 1968
(décès)
Fernand Michel    
30 mars 1968 mars 2008 Yves Serre PS Viticulteur
conseiller général
suppléant de Jean-Marie Alaize de 1981 à 1986
mars 2008 en cours
(au 24 avril 2014)
Luc Pichon[6] PS professeur

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[8].

En 2015, la commune comptait 639 habitants[Note 1], en augmentation de 15,14 % par rapport à 2010 (Ardèche : +2,89 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
457405492476571667718800900
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
984884886798739684673618618
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
553548514380381371346313290
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
288240299355402504531534604
2015 - - - - - - - -
639--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Églises disparues de la Gleizasse
Église catholique

Le site médiéval, avec les églises disparues de la Gleizasse (la vieille église en occitan)[11], inscrit sur l'inventaire supplémentaire des monuments historiques par arrêté du 14 mai 1981 [12] : Les vestiges sont ceux des églises de Saint-Julien et Saint-Jean et de la chapelle Sainte-Anne[13]. Le site a servi de cimetière jusqu'au XIXe siècle. Mathieu de Merle s'est servi des pierres pour renforcer les défenses de son château. 250 sépultures ont été mises au jour sur le site de la Gleizasse qui a servi de cimetière jusqu'au XIXe siècle.

Après la destruction des églises par les protestants en 1568 et à la suite de la loi sur la liberté des cultes après la Révolution, une nouvelle église Saint-Julien (qui a la particularité d'être dépourvue de clocher, ce qui explique que la cloche de 1848 se trouve sur le parvis[14]) et un temple ont été construits dans la même rue[15].

Le château dont la salle basse abrite une salle d'exposition présentant les pratiques funéraires et les collections archéologiques découvertes sur le site de la Gleizasse.

Les deux bornes milliaires qui témoignent du passage de la voie romaine "Antonin le Pieux".

Monument aux morts : Hommage de reconnaissance aux morts de la grande guerre.

Sentiers de découverte : circuit de la Roche[16] et circuit de la Matourne : ruines de la Martourne et son four à pain restauré par l'APPSA (Association pour la protection du patrimoine de Salavas)[17] ; Le belvédère avec ses tables d'orientation ; La tour du Moulin, forteresse qui abrita successivement une garnison de soldats, un moulin à farine et une centrale électrique ; La fontaine d'Augier de 1857 qui a desservi le village jusqu’en 1950 ; le puits de Font Salade (terme qui rappelle le commerce du sel) et ses légendes ; Le pont de Salavas et l'(Ardèche (rivière). Le passage s'effectuait initialement par l'arche naturelle : le "Pont d'Arc".

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Château fin XVIIe début XVIIIe s.
  • Les seigneurs de La Gorge de Salavas[18].
  • Mathieu de Merle, le nouveau baron protestant de Lagorce, seigneur de Salavas[19].
  • Baron Hérail de Merle, héritier de Mathieu de Merle, qui fut tué par ses propres sujets protestants et inhumé en avril 1622 entre les deux églises, du fait qu’il s'était converti au catholicisme[20].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Le village de Salavas sur la rivière Ardèche
  2. Histoire et architecture de Salavas
  3. « La voie des Helviens », sur www.patrimoine-ardeche.com
  4. Le temple
  5. Éric Darrieux, « L'accueil de la Seconde République au village en Ardèche », in Rives nord-méditerranéennes, Paysans et pouvoirs local, le temps des révolutions, mis en ligne le 22 juillet 2005, consulté le 16 mai 2013
  6. « Liste des maires du département de l'Ardèche » [PDF], sur le site de la préfecture de l'Ardèche, (consulté le 30 août 2015).
  7. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  11. Les fouilles des églises de la Gleizasse, plongée en haut Moyen-Age
  12. « Site médiéval », notice no PA00116811, base Mérimée, ministère français de la Culture
  13. Les églises de la Gleizasse (Saint Julien et Saint Jean) à Salavas
  14. Cloche de l'église de Salavas. L'église ne possédant pas de clocher, la cloche est disposée devant l'église
  15. Paroisse réformée : lieu de culte Salavas
  16. Circuit de la Roche
  17. Circuit de la Matourne
  18. Essai historique sur les seigneurs de Vallon, La Gorge et Salavas, de 1257 à 1842, par M. Jules Ollier de Marichard, Officier d'académie, Correspondant du ministère de l'instruction publique, Privas, Imprimerie typographique de Roure, 1882
  19. Patrimoine d’Ardèche, Salavas : Les églises de la Gleizase, le château, le village médiéval
  20. Salavas et La Gorce, Extrait de l'Album du Vivarais, Albert Dubois, 1842.