Sakurai

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Sakurai-shi
桜井市
Sakurai
Vue sur Sakurai et la Yamato-gawa. On distingue à gauche l'imposant torii du sanctuaire Ōmiwa.
Drapeau de Sakurai-shi
Drapeau
Administration
Pays Drapeau du Japon Japon
Région Kansai
Préfecture Nara
Maire Akira Hasegawa
Code postal 〒633-8585
Démographie
Population 58 386 hab. (mars 2017)
Densité 590 hab./km2
Géographie
Coordonnées 34° 31′ 07″ nord, 135° 50′ 36″ est
Superficie 9 892 ha = 98,92 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : préfecture de Nara

Voir sur la carte administrative de Préfecture de Nara
City locator 13.svg
Sakurai-shi

Géolocalisation sur la carte : Japon

Voir la carte administrative du Japon2
City locator 13.svg
Sakurai-shi

Géolocalisation sur la carte : Japon

Voir la carte topographique du Japon2
City locator 13.svg
Sakurai-shi
Liens
Site web http://www.city.sakurai.nara.jp/
Localisation de Sakurai en préfecture de Nara

Sakurai (桜井市, Sakurai-shi?) est une ville située dans la préfecture de Nara au Japon.

Histoire[modifier | modifier le code]

Sakurai fut à plusieurs reprises capitale du Japon de la période Kofun au début de la période Asuka :

  • de 457 à 479 (dates incertaines), sous le règne de l'Empereur Yūryaku résidant au palais Hatsuse no Asakura[1] ;
  • de 480 à 484 (dates incertaines), sous le règne de l'Empereur Seinei résidant au palais Iware no Mikakuri[1] ;
  • de 499 à 506 (dates incertaines), sous le règne de l'Empereur Buretsu résidant au palais Nimiki[1] ;
  • de 526 à 532 (dates incertaines), sous le règne de l'Empereur Keitai résidant au palais Iware no Tamaho[1] ;
  • de 535 à 539 (dates incertaines), sous le règne de l'Empereur Senka résidant au palais Hinokuma no Iorino[1] ;
  • de 572 à 585, sous le règne de l'Empereur Bidatsu résidant au palais Osata no Sakitama[1].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2007, la ville de Sakurai comptait 59 767 habitants, répartis sur une superficie de 98,92 km2 (densité de population de 604 hab./km2).

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Sakurai abrite le sanctuaire shinto Ōmiwa, traditionnellement considéré comme l'un des plus vieux sanctuaires shinto au Japon, dédié au kami du saké. Les vendeurs de saké à travers le Japon utilisent souvent comme talisman une boule en bois de sugi provenant de ce sanctuaire.

  • kofun :
    • Hashihaka kofun ;
    • Ruines de Makimoku ;
    • Sakurai chausuyama kofun.

Jumelage[modifier | modifier le code]

Kofun de Hashihaka[modifier | modifier le code]

Le 31 mai 2009, l'équipe de chercheurs du professeur Harunari du Musée national d'histoire japonaise de Sakura (Chiba) ont présenté lors du 75e meeting annuel de l'Association japonaise d'archéologie les résultats de leurs recherches, selon lesquels le kofun Hashihaka (箸墓?) serait la tombe de la légendaire reine Himiko[2],[3].

Des objets dont la datation au carbone 14 concordent avec la date de la mort de la reine ont été découverts sur le site, cependant certains archéologues trouvent cette sépulture trop moderne pour être du IIIe siècle, ces découvertes restent donc sujettes à caution[4]. Malheureusement, l'Agence impériale refuse l'excavation qui fournirait de nombreuses informations sur l'identité de la reine et sur la lignée des empereurs du Japon, descendant officiellement d'Amaterasu[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Sakurai, Nara » (voir la liste des auteurs).
  1. a b c d e et f (en) Richard Ponsonby-Fane, The Imperial Family of Japan, , 109 p., p. 13-18
  2. Julian Ryall, « Tomb of legendary Japanese Queen Himiko found », The Daily Telegraph, (consulté le 2 juin 2009)
  3. « Research team believes Nara tomb may be that of 3rd century Queen Himiko », Mainichi Shinbun, (consulté le 2 juin 2009)
  4. a et b Laura Chatenay-Rivauday, « En quête de la tombe de la reine japonaise Himiko »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur Aujourd'hui le Japon, (consulté le 2 juin 2009)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :