Saison cyclonique 2019 dans l'océan Atlantique nord

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Saison cyclonique 2019 dans l'océan Atlantique nord
Trajectoires des cyclones tropicaux de 2019.
Trajectoires des cyclones tropicaux de 2019.
Dates
Début officiel
Fin officielle
Début de l'activité
Fin de l'activité inconnue
Dégâts
Dommages >8,49 milliards $
Morts >86
Blessés inconnus
Faits marquants
Le plus intense Dorian (910 hPa)
Le plus coûteux Dorian (>7 milliards $US[1])
Le plus meurtrier Dorian (61 +9 indirects)
Nombre d'événements
Dépression tropicale ou subtropicale Tempête tropicale ou subtropicale Ouragan de catégorie 1 Ouragan de catégorie 2 Ouragan de catégorie 3 Ouragan de catégorie 4 Ouragan de catégorie 5 Total
2 8 1 1 1 0 2 15
Chronologie

La saison cyclonique 2019 dans l'océan Atlantique nord est la saison des ouragans atlantiques qui officiellement se déroulera selon l'Organisation météorologique mondiale du au (les dates réelles varient d'année en année). Le premier système fut la tempête subtropicale Andrea qui apparut le 20 mai et ne dura que 24 heures. C'est la troisième année que le National Hurricane Center américain émettra des avis et avertissements pour des « cyclones tropicaux potentiels », des perturbations qui n'ont pas encore atteint au moins le stade de dépressions tropicales mais qui ont une probabilité élevée de le devenir et qui peuvent causer des effets importants aux terres dans les 48 heures suivantes[2]. Les avis pour ces tempêtes potentielles auront le même contenu que les avis normaux mais incluront la probabilité de développement.

La saison est particulièrement marquée par l'ouragan Dorian dont les vents approchant les 300 km/h en ont fait le deuxième ouragan le plus puissant de l'histoire de l'océan Atlantique après Allen en 1980. Il a dévasté les îles Grand Bahama et Abacos, en plus de produire d'importants dégâts dans les provinces de l'Atlantique du Canada. Lorenzo fut le second ouragan de catégorie 5 de la saison et est entré dans les annales du fait de sa situation très à l'est au moment de son pic d'intensité.

Prévisions[modifier | modifier le code]

Avant et pendant la saison, plusieurs services météorologiques nationaux et agences scientifiques prévoient combien de tempêtes tropicales, d'ouragans et d'ouragans majeurs (Catégorie 3 ou plus sur l'échelle de Saffir-Simpson) se formeront pendant une saison. Ces organismes comprennent le Consortium sur les risques de tempête tropicale (TSR) du University College London, le National Weather Service de la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA) américaine et l'Université d'État du Colorado (CSU). Les prévisions comprennent des changements hebdomadaires et mensuels des facteurs importants qui influencent ce nombre.

Certaines de ces prévisions prennent également en compte ce qui s'est passé au cours des saisons précédentes et l'état du cycle de l'ENSO comme la présence d'un événement La Niña ou El Niño. En moyenne, une saison des ouragans de l'Atlantique entre 1981 et 2010 a comporté douze tempêtes tropicales, six ouragans et trois ouragans majeurs, avec un indice d'énergie cyclonique accumulée (ACE) compris entre 66 et 103 unités[3].

Premières prévisions[modifier | modifier le code]

La première prévision fut émise le 11 décembre 2018 par TSR. Elle prévoyait une saison légèrement sous la normale pour 2019 avec seulement 12 tempêtes nommées, dont 5 ouragans avec 2 étant majeurs parce qu'un événement El Niño était anticipé[4].

Prévisions de l'activité tropicale pour la saison 2019
Source Date Tempêtes nommées Ouragans Ouragans
majeurs
Réf.
TSR 11 déc., 5 av. et 4 juil.
6 août
12
13
5
6
2
2
[4],[5],[6]
[7]
CSU 4 avril
4 juin et 9 juil.
5 août
13
14
14
5
6
7
2
2
2
[8]
[9],[10]
[11]
NCSU 16 avril 13 à 16 5 à 7 2 à 3 [12]
Met Office 21 mai 13 7 3 [13]
NOAA (NWS) 23 mai
8 août
9 à 15
10 à 17
4 à 8
5 à 9
2 à 4
2 à 4
[14]
[15]
CEPMMT/
Météo-France
Fin mai 9,5 4,3 - [16]
–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
Moyenne (1981–2010) 12.1 6.4 2.7 [17]
Record d'activité maximum 28 (saison 2005) 15 (saison 2005) 8 (saison 1950) [3]
Record de plus faible activité 4 (saison 1983) 2 (saison 1982) 0 (saison 1994) [3]

Le 4 avril 2019, Le CSU a publié sa première prévision d'une année moyenne avec 13 tempêtes nommées, 5 ouragans dont 2 majeurs[8]. Le lendemain, TSR reconfirma ses prévisions de décembre[5].

Le 16 avril, l'université d'État de Caroline du Nord (NCSU) a prévu une activité légèrement supérieure à la moyenne avec de 13 à 16 tempêtes nommées et de 5 à 7 ouragans dont 2 à 3 majeurs[12].

Juste avant le début de la saison[modifier | modifier le code]

Le Met Office britannique a publié ses prévisions le 21 mai, prévoyant 13 tempêtes nommées (excluant Andrea) avec 7 ouragans, dont 3 ouragans majeurs, et une énergie cyclonique accumulée de 109 unités[13]. Le 23 mai, le National Weather Service de la NOAA a publié sa première prévision, appelant à une saison presque normale avec de 9 à 15 systèmes nommés, de 4 à 8 ouragans dont de 2 à 4 ouragans majeurs[14].

Ces perspectives reflétaient des facteurs climatiques en compétition. D'une part, le phénomène El Nino, présent au moment des prévisions, était prévu de persister ce qui inhibe l'intensité de la saison des ouragans. D'autre part, une température de surface de la mer plus chaude que la moyenne prévue dans l'océan Atlantique tropical et la mer des Caraïbes, ainsi qu'une mousson renforcée en Afrique de l'Ouest, favorisaient une activité accrue des ouragans[14].

À la fin mai, le Centre européen pour les prévisions météorologiques à moyen terme (CEPMMT) a publié sa prévision pour la saison des ouragans. L’ensemble des phénomènes de grande échelle à ce moment était en faveur d'une activité proche ou légèrement sous la normale. Ainsi, il y a avait un épisode El Niño prévu de faible à modéré ce qui est défavorable au développement cyclonique, une oscillation atlantique multidécennale globalement négative depuis novembre 2014 qui va dans le même sens et une oscillation nord-atlantique donnant des températures superficielles océaniques favorables à une activité normale. Le CEPMMT prévoyait donc 9,5 systèmes nommés, dont 4,3 ouragans, et une énergie cumulée de 55 unités[16]. Une mise à jour le 6 juin par Météo-France, ajustait l'indice d'énergie accumulée à 89 ±32[16].

Ajustements en cours de saison[modifier | modifier le code]

Le 4 juin, le CSU a légèrement augmenté ses chiffres à 14 systèmes nommés avec 6 ouragans dont 2 majeurs, en tenant compte de la tempête subtropicale Andrea[9]. Le 4 juillet, le TSR a publié sa première mise à jour après le début de la saison et conservait les mêmes valeurs[6]. Le 9 juillet, le CSU a mis à jour ses prévisions, gardant les mêmes chiffres que précédemment[10].

Le 5 août, la CSU a publié ses troisièmes perspectives à mi-saison, tout en conservant les mêmes chiffres que ses prévisions précédentes, à l'exception de la légère augmentation du nombre d'ouragans[11]. Le 6 août, le TSR a publié ses perspectives finales avec pour seul changement d'augmenter le nombre de tempêtes nommées de 12 à 13 dont un ouragan supplémentaire[7]. Le 8 août, la NOAA a publié sa deuxième prédiction consistant à augmenter le nombre de tempêtes nommées pour être de 10 à 17 tempêtes nommées, dont 5 à 9 ouragans et 2 à 4 ouragans majeurs[15]. Ces légères augmentations furent tirées de l'évaluation qu'aurait la fin de l'épisode El Niño dans le Pacifique sud-est, ce dernier ayant jusqu'en août servi d'inhibiteur à la formation de cyclones. La fin de la saison serait plus active selon ces trois prévisions[15].

Nom des tempêtes[modifier | modifier le code]

La liste des noms utilisée pour nommer les tempêtes et les ouragans pour 2019 sera la même que celle de la saison cyclonique 2013, sauf Ingrid remplacé par Imelda. Les noms utilisés en 2019 qui pourraient faire l'objet d'un retrait à cause de leurs effets seront annoncés au printemps 2020 lors de la réunion de l'Organisation météorologique mondiale.

Cyclones
subT Andrea
C1 Barry
TT Chantal
C5 Dorian
TT Erin
TT Fernand
TT Gabrielle
C3 Humberto
TT Imelda
C2 Jerry
TT Karen
C5 Lorenzo
TT Melissa
N/D Nestor
N/D Olga
N/D Pablo
N/D Rebekah
N/D Sebastien
N/D Tanya
N/D Van
N/D Wendy

Résumé de la saison[modifier | modifier le code]

Décès et dommages par système tropical
Cyclone Directs Indirects Dommages
Barry 0 1 >600 millions $US
Dorian 61 9 >7 milliards $US
Fernand 1 0 N/D
Humberto 0 1 N/D
Imelda 5 0 N/D
Lorenzo 4 4 N/D
Total 71 15 >8 milliards $US

Début lent[modifier | modifier le code]

Le 19 mai, une première carte de suivi des systèmes tropicaux dans l'Atlantique nord fut émise par le National Hurricane Center pour une zone orageuse ayant un faible potentiel de développement bien au large des Bahamas[18]. Le 20 mai en fin de journée, la zone devint la tempête subtropicale Andrea mais elle ne persista que 24 heures avant de rencontrer des conditions défavorables.

Le 11 juillet l'ouragan Barry se forma dans le golfe du Mexique et toucha la Louisiane le 13 juillet. Il donna alors de fortes accumulations de pluie sur les États entre l'ouest de l'Alabama et le Mississippi, causant des inondations, avant de devenir post-tropical le 15 juillet en remontant vers le Midwest des États-Unis. Même à ce stade, il fut caractérisé par de fortes pluies. Les restes de Barry furent absorbés près de New York par une dépression frontale le 19 juillet. Le 22 juillet une faible dépression tropicale, désignée Trois, s'est formée près des Bahamas mais s'est dissipée 18 heures plus tard.

Après un mois d'inactivité, la tempête tropicale Chantal s'est formée bien au large de la côte Est des États-Unis tard le 21 août. Elle s'est ensuite dirigée vers l'est mais n'a pas rencontré de conditions favorable à son développement et est devenu post-tropicale 48 heures plus tard en plein milieu de l'océan avant de se dissiper. Le même jour, le 24 août, Dorian se formait à plus de 1 000 km à l'est des Petites Antilles. Le 26 août, pendant que Dorian approchait des Petites Antilles, la dépression tropicale Six se forma au large de la Floride.

Septembre et le gros de l'activité[modifier | modifier le code]

Visibles en même temps le 2 septembre : Dorian, Fernand, Gabrielle dans l'Atlantique et Juliette dans le Pacifique ouest.

Pendant que Dorian traversait l'arc antillais, la dépression Six devenait temporairement la tempête tropicale Erin avant d'être absorbée par un système frontal et de traverser les provinces Maritimes où ses restes donnèrent de fortes quantités de pluie. De son côté, Dorian devint un ouragan de catégorie 1 en passant sur les îles Vierges le 28 août, puis de catégorie 2 au sud-est des Bahamas et de catégorie 3 à l'est des îles du nord de ce pays le 30 août, soit le premier ouragan majeur de la saison. Ensuite, il atteint la catégorie 4 le 31 août et frappe les îles Abacos à la catégorie 5 le . Il a alors dévasté durant deux jours les îles du nord des Bahamas puis est remonté lentement au large de la côte de la Floride vers les Carolines à une intensité variant de catégorie 2 à 3. Dorian a ensuite quitté à la catégorie 1 les Outer Banks et atteint la Nouvelle-Écosse le 7 septembre à la catégorie 2 avant de devenir extra-tropicale en touchant la côte. Il a ensuite traversé l'est du Canada avant de sortir au nord-est de Terre-Neuve et d'aller se fusionner avec une autre dépression au sud du Groenland le 10 septembre.

L'activité s'est accrue en septembre. En même temps que Dorian sévissait au Bahamas, la tempête tropicale Fernand a donné de fortes pluies sur la côte mexicaine du golfe du Mexique du 3 au 5 septembre et la tempête tropicale Gabrielle s'est formée le 3 septembre dans l'Atlantique tropical. Cette dernière s'est déplacée selon un large arc de cercle, passant à l'ouest des Açores avant de devenir extra-tropicale le 10 septembre et de se dissiper sur le nord des îles Britanniques deux jours après.

Dès le 12 septembre, un nouveau système est repéré au large de Porto Rico. Il remonta vers les Bahamas et devint la tempête tropicale Humberto tard le 13 septembre (h UTC le 14 septembre). Après être passé au large de l'archipel le 15 septembre sans causer trop de dégâts, elle est devenue un ouragan le 16 septembre et a atteint son apex de catégorie 3 le 18 septembre en direction des Bermudes où il a causé des dégâts par la pluie et les vents en passant au nord de l'archipel. Poursuivant vers le nord puis le nord-est en faiblissant graduellement, Humberto est passé bien au sud de Terre-Neuve. Devenu un cyclone post-tropical, il traversa l'Atlantique et atteignit les îles Britanniques comme une faible dépression qui fut absorbée par une plus importante venant de plus au nord.

Parallèlement, deux autres systèmes sont apparus au même moment. D'abord, Imelda, qui est devenue brièvement une tempête tropicale au moment de toucher terre au Texas, apportant de fortes précipitations durant plus de 48 heures. Puis Jerry apparu en mer à 1 540 km à l'est des Petites Antilles, et s'est intensifié le 19 septembre en ouragan, le 4e de la saison, avant de retomber au niveau de tempête tropicale dans un environnement défavorable au nord-est des Bahamas puis de se diriger vers les Bermudes tout en se dissipant.

Le 22 septembre, une nouvelle tempête baptisée Karen, issue d'une onde tropicale sortant d'Afrique, dont la probabilité de développement a augmenté au fur et à mesure qu'elle se rapprochait des petites Antilles, est née au-dessus des îles du Vent. Elle stagna pendant plusieurs jours au niveau de faible tempête tropicale dans l'est de la mer des Caraïbes, et est même redescendue au stade de dépression tropicale pendant quelques heures, avant de passer à l'est des Bahamas et d'y dériver. Karen s'est dissipée le 27 septembre.

Le 23 septembre, une onde tropicale suivie depuis quelques jours par le NHC est classée Dépression tropicale Treize, puis tempête tropicale Lorenzo, au sud du Cap-Vert. Le 25 septembre, cette dernière s'est transformée en ouragan de catégorie 1. Le 26 septembre, il est passé à la catégorie 3, puis 4, à 1 600 km à l'ouest des ces îles, devenant le troisième ouragan majeur de la saison. Il redescendit à la catégorie 3 le 28 septembre, mais dans la nuit du 29 septembre, il passa en 2 heures à la catégorie 5 avec des vents de 260 km/h et une pression minimale de 925 hPa. Lorenzo ne resta pas longtemps à cette intensité et retomba à la catégorie 2 le 30 septembre en se dirigeant vers les Açores qu'elle frappa à la catégorie 1 le 2 septembre. Par la suite, le système devint une tempête extra-tropicale qui a causé des dégâts mineurs et des pertes de courants dans les îles Britanniques les 3 et 4 octobre avant de se dissiper sur le continent.

Fin de la saison[modifier | modifier le code]

Après plusieurs jours d'accalmie, le NHC a recommencé à suivre à partir du 8 octobre trois perturbations. Deux d'entres elles n'ont rien donné mais la troisième s'est finalement organisée le 11 octobre à 15 h UTC en tempête subtropicale nommée Melissa, soit un hybride entre un système frontal et tropical, au large de Nantucket dans le Massachusetts avec des vents soutenus de 100 km/h. En fin de journée le 12 octobre, le système devint une tempête tropicale qui se dirigeait vers l'est. Melissa rencontra ensuite des conditions de plus en plus défavorables pour devenir extra-tropicale en mi-journée le 14 octobre et se dissiper ensuite. Une autre dépression, Quinze, s'est formée le même jour au large de la côte africaine mais s'est dissipée deux jours plus tard après frôlé sur les îles du Cap-Vert.

Cyclones tropicaux[modifier | modifier le code]

Tempête subtropicale Andrea[modifier | modifier le code]

Andrea
Image satellite.
Image satellite.
Trajectoire.
Trajectoire.
Durée de vie
Intensité 65 km/h (40 mph) (1-min), 1006 hPa (mbar)

Précoce pour la saison, une zone orageuse qui avait été repérée le 19 mai est devenu la tempête subtropicale Andrea le 20 mai 2019 en fin de journée dans le bassin nord-atlantique à 540 km au sud-ouest des Bermudes. Le NHC[N 1] a émis son premier bulletin à 18 h 30 (heure locale) (22 h 30 UTC)[19]. Se dirigeant vers le nord à environ 15 km/h, elle est était déjà en voie de dissipation 24 heures plus tard, passant entre la côte sud-est des États-Unis et les Bermudes. Le NHC l'a déclarée dépression résiduelle à 17 h 0 locale (21 h 0 UTC) le 21 mai et elle devait être absorbée par un système frontal par la suite[20]. Aucun effet significatif rapporté.

Ouragan Barry[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Ouragan Barry.

Barry
Image satellite.
Image satellite.
Trajectoire.
Trajectoire.
Durée de vie
Intensité 120 km/h (75 mph) (1-min), 993 hPa (mbar)

Le 6 juillet, le NHC[N 1] a commencé à surveiller un creux barométrique quittant le Midwest pour traverser la vallée du Tennessee et se déplaçant vers le sud en direction du golfe du Mexique où il serait en mesure de rencontrer des conditions favorables au développement d'un cyclone tropical[21]. Le 9 juillet, peu avant l'entrée du système dans le golfe, le creux est devenu une large dépression n'ayant pas encore de centre de circulation bien défini.

Cependant, dès le 10 juillet 2019, le NHC repéra une zone orageuse mieux organisée qui deviendra la tempête tropicale Barry durant la matinée du 11 juillet 2019 au nord du golfe. Celle-ci se dirigea à une vitesse très lente de 7 km/h vers l'ouest[22]. Il affecta donc longuement la côte américaine du golfe et atteignit la catégorie 1 des ouragans à 15 h 0 UTC le 13 juillet[23].

Trois heures plus tard, le cisaillement du vent a commencé à augmenter, entraînant un affaiblissement du système. À cette époque, Barry atteignit Intracoastal City, en Louisiane, avant de s'affaiblir pour devenir une tempête tropicale en entrant dans les terres. Barry est redescendu à une dépression tropicale à 21 h 0 UTC le 14 juillet[24]. Le 15 juillet, à 21 h 0 UTC, le système est devenu une dépression post-tropicale au nord de l'Arkansas et le NHC a passé la main au Weather Prediction Center pour le suivre[25]. Ces restes furent absorbés le 19 juillet par une dépression frontale près de New York.

L’inquiétude fut grande en Louisiane, où l’état d’urgence est décrété dans le bulletin du service météorologique pour La Nouvelle-Orléans, l’embouchure du Mississippi et toute la côte atlantique à 23 h (heure locale) le 11 juillet, ceux-ci se souvenant du terrible ouragan Katrina de 2005. Barry causa d'importants dégâts à la Nouvelle Orléans, Lafayette, Lake Charles et Baton Rouge. À Panama City Beach en Floride, un homme de 67 ans s'est noyé après avoir été happé par le courant d'arrachement[26].

Dépression tropicale Trois[modifier | modifier le code]

Trois
Image satellite.
Image satellite.
Trajectoire.
Trajectoire.
Durée de vie
Intensité 55 km/h (35 mph) (1-min), 1012 hPa (mbar)

Tôt le 21 juillet, le NHC a commencé à suivre une onde tropicale à environ 500 km à l'est des Bahamas[27]. Même si les conditions étaient loin d'être favorables, le système est devenu la dépression tropicale Trois le 22 juillet à 195 km au sud-est de West Palm Beach, Floride[28]. Cependant, dès le 23 juillet à 15 h UTC, le NHC l'a déclaré en dissipation et a cessé ses bulletins. En effet, les données de stations météorologiques et celles d'un avion de reconnaissance, ont montré que le système était devenu un creux barométrique ouvert au large de la Floride, prêt à être absorbé par un front provenant du continent[29].

Ce faible système n'a donné que des pluies modérés et des vents forts dans les Bahamas et la côte sud-est de la Floride.

Tempête tropicale Chantal[modifier | modifier le code]

Chantal
Image satellite.
Image satellite.
Trajectoire.
Trajectoire.
Durée de vie
Intensité 65 km/h (40 mph) (1-min), 1009 hPa (mbar)

Tard le 16 août, le NHC a commencé à surveiller un creux barométrique de surface situé au nord-est de la Floride afin de détecter le développement d'un cyclone tropical[30]. Un petit système dépressionnaire s'est développé en association avec le creux lors de son déplacement vers le nord-est le long de la côte est des États-Unis, bien que sa proximité avec la côte ait empêché tout développement important à cette époque.

Bien que les conditions environnementales ne furent pas favorables à un développement significatif, l'activité orageuse associée au système s'est mieux organisée le 20 août et la circulation s'est mieux définie. Tard le soir du 20 août (h UTC le 21 août), la tempête tropicale Chantal s'est ainsi formée à 780 km au sud-est d'Halifax (Nouvelle-Écosse) et se dirigea vers l'est[31].

Vingt-quatre heures après sa formation, Chantal fut rétrogradée au niveau de dépression tropicale à 935 km au sud-sud-est de Cap Race, Terre-Neuve, alors que le système commençait à incurver sa trajectoire vers l'est-sud-est et à entrer dans une zone défavorable à sa survie[32].

À h UTC le 24 août, le NHC a émis son dernier bulletin alors que Chantal est devenu un cyclone post-tropical à 1 265 km à l'ouest des Açores[33]. La convection avait alors complètement disparu autour du système qui était entré dans une boucle dans le sens horaire autour de ce point. Il devait se dissiper au cours des jours suivants et aucun impact ne fut associé à Chantal.

Ouragan Dorian[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Ouragan Dorian (2019).

Dorian
Image satellite.
Image satellite.
Trajectoire.
Trajectoire.
Durée de vie
Intensité 295 km/h (185 mph) (1-min), 910 hPa (mbar)

Une onde tropicale est sortie de la côte africaine vers le 19 août. Le 23 août, elle a formée un système dépressionnaire dans l’océan Atlantique entre les îles du Cap-Vert et les Petites Antilles[34] Il s’est rapidement organisé et vers midi le lendemain le NHC l'a classé dépression tropicale Cinq à 1 300 kilomètres à l'est-sud-est de la Barbade[35].

À 21 h UTC le 24 août, le National Hurricane Center reclassait la dépression tropicale en tempête tropicale baptisée Dorian. Elle était située à 1 165 km à l'est de la Barbade et se déplaçait vers l'est[36]. Dorian est passée près de la Barbade vers h UTC le 27 août et une rafale à 89 km/h fut rapportée[37]. Au matin, elle est passée entre Sainte-Lucie et Saint-Vincent et les Grenadines, les veilles ou alertes alors furent étendues vers Porto Rico et la République dominicaine[38].

À 18 h UTC le 28 août, le NHC rehaussa le système au niveau d'ouragan alors qu'il passait sur Saint-Thomas (îles Vierges des États-Unis)[39]. À h UTC le 30 août, le NHC rehaussa à nouveau l'ouragan à la catégorie 2 de l'échelle de Saffir-Simpson avec des vents de 165 km/h alors qu'il était à 470 km à l'est-nord-est de îles les plus au sud des Bahamas[40]. Le 30 août à 19 UTC le système tropical passait à la catégorie 3, ce qui fit de Dorian le premier ouragan majeur de la saison 2019[41]. À h 30 UTC le 31 août, ce fut rehaussé à la catégorie 4 à la suite du rapport d'un avion chasseur d'ouragans qui mesura des vents de 215 km/h[42].

Le à 12 h UTC, l'ouragan atteignit finalement la catégorie 5 à 55 km à l'est de Great Abaco. Il se déplaçait seulement à 13 km/h et ses effets s'étendaient sur tout le nord des Bahamas[43]. À 18 h UTC, l'ouragan a atteint sa force maximale en touchant l'île d'Abaco alors que ses vents étaient de 295 km/h, sa pression de 910 hPa et sa vitesse toujours en ralentissement à 11 km/h[44]. Avec des vents approchant les 300 km/h, l'ouragan Dorian est devenu le deuxième ouragan le plus puissant de l'histoire l'océan Atlantique après Allen en 1980, dépassant Irma en 2017, et Katrina en 2005[45]. Il est resté plus de 24 heures à la catégorie 5 puis s'est affaibli graduellement tout en faisant du surplace sur le nord des Bahamas, y causant une large dévastation et de nombreux morts.

Après avoir quitté les Bahamas, Dorian a remonté lentement au large de la Floride puis des Carolines. Il a quitté le cap Hatteras le 6 septembre au matin à la catégorie 1 en direction des provinces de l'Atlantique du Canada. Le 7 septembre, il commença à interagir avec un système frontal et atteignit la Nouvelle-Écosse en fin d'après-midi. Le NHC le rehaussa à la catégorie 2 à 16 h UTC, puis le déclara cyclone post-tropical à 21 h UTC mais restant à la même intensité. Cette dépression frontale traversa ensuite les provinces de l'Atlantique du Canada causant de lourds dégâts. L'ex-Dorian s'est ensuite dirigée vers l'Atlantique Nord, passant au sud du Groenland.

Le , le bilan provisoire passait à 58 morts aux Bahamas, 1 à Porto Rico et 8 morts indirects aux États-Unis[46]. Les dégâts furent estimés à au moins 7 milliards $US[1].

Tempête tropicale Erin[modifier | modifier le code]

Erin
Image satellite.
Image satellite.
Trajectoire.
Trajectoire.
Durée de vie
Intensité 65 km/h (40 mph) (1-min), 1005 hPa (mbar)

Le NHC a commencé à suivre une zone orageuse désorganisée juste à l'est des Bahamas le 21 août, lui donnant une faible probabilité de développement[47]. Le 23 août, le système atteignit la pointe sud-est de la Floride et la probabilité devint importante[48]. Le 25 au matin, c'était devenu un creux barométrique au large de la Floride et de la côte de la Géorgie.

Le 26 août à 21 h UTC, le NHC reclassa le système en dépression tropicale Six à 480 km au sud-est du Cap Hatteras, Caroline du Nord[49]. Celle-ci fit presque du surplace les deux jours suivants mais est devenu la tempête tropicale Erin à h UTC le 28 août[50]. Cet intensité n'a pas duré longtemps car à 15 h UTC le NHC rétrograda le système à dépression tropicale qui commençait finalement à accélérer vers le nord-nord-ouest à 20 km/h[51].

Le 29 août, Erin est entré sur des eaux plus fraîches et fut capturée par un système frontal arrivant du continent. Elle est donc devenue un cyclone post-tropical à 365 km à l'est du Cap Hatteras, Caroline du Nord, et à h UTC le NHC a émis son dernier bulletin[52]. La dépression des latitudes moyennes résultante s'est dirigée vers les provinces maritimes du Canada, où elle a donné une bonne quantité de pluie, avant de sortir sur l'Atlantique nord au large du Labrador.

En Nouvelle-Écosse, les précipitations avec les restes d’Erin ont été plus abondantes que pour l'ensemble des mois de juillet et d'août combinés avant la tempête. Selon le Service météorologique du Canada (SMC), la vallée d'Annapolis et la région de la baie de Fundy ont reçu le plus de précipitations avec un maximum de 162 mm à Parrsboro et 127 mm à Greenwood. Ailleurs, il est tombé 53 mm à Halifax, 79 mm à Yarmouth et au plus fort des précipitations, plusieurs stations signalèrent des taux de précipitations supérieurs à 30 mm par heure, entraînant une augmentation du ruissellement, causant des inondations et emportant certaines portions de routes[53],[54].

Du côté du Nouveau-Brunswick, la pluie affecta le sud de la province avec des maximums aux stations du SMC de 56 mm à Fredericton, 50 mm à Moncton et 44 mm à Saint-Jean [54]. À l'Île-du-Prince-Édouard, les accumulations furent de 30 à 60 mm aux stations du SMC, avec un maximum de 66 mm à Summerside[55]. Des stations de volontaires ont rapporté jusqu'à 111 mm à Jolicœur/Sackville au Nouveau-Brunswick et jusqu'à 95 mm à Borden-Carleton sur l'Île-du-Prince-Édouard, dans le même axe que les maximums en Nouvelle-Écosse. Au Québec, les régions près du golfe Saint-Laurent ont aussi reçu autour de 50 mm de pluie[56].

Tempête tropicale Fernand[modifier | modifier le code]

Fernand
Image satellite.
Image satellite.
Trajectoire.
Trajectoire.
Durée de vie
Intensité 85 km/h (50 mph) (1-min), 1000 hPa (mbar)

Une vaste zone de basse pression fut remarquée le 31 août dans le sud du golfe du Mexique pour le développement potentiel d'un cyclone tropical. Le système s'est progressivement développé en se déplaçant lentement vers l'ouest. Le 2 septembre, les images satellites ont montré que la circulation en surface était mieux définie et que le système était plus concentré. Tôt le 3 septembre, la perturbation a été désignée par le NHC comme cyclone tropical potentiel Sept, avec 100% de chances de devenir une dépression tropicale incessamment [57]. Il est devenu officiellement une dépression tropicale dès 15 à 295 km à l'est de La Pesca (Tamaulipas) au Mexique[58]. Deux heures plus tard, le NHC la reclassait en tempête tropicale Fernand[59].

À 18 h UTC le 4 septembre, Fernand toucha la côte mexicaine au nord de La Pesca avec des vents soutenus de 65 km/h et en se dirigeant vers l'ouest-nord-ouest sur un relief très marqué[60]. Quelques heures plus tard, le système fut rétrogradé à dépression tropicale et en fin de soirée s'est dissipé à 200 km au sud du Texas[61].

La menace principale de Fernand et de ses restes provenait des quantités importantes de pluie qui pouvaient causer des inondations et des glissements de terrain selon le NHC. Elles ont provoquées la disparition d'un homme à Monterrey et l'évacuation de certaines zones près de cours d'eau en crue[62].

Tempête tropicale Gabrielle[modifier | modifier le code]

Gabrielle
Image satellite.
Image satellite.
Trajectoire.
Trajectoire.
Durée de vie
Intensité 100 km/h (65 mph) (1-min), 995 hPa (mbar)

Le 30 août, le NHC a commencé à surveiller une onde tropicale se déplaçant vers l’ouest depuis la côte africaine. Au cours des jours suivants, la perturbation s'est organisée lentement et le système est devenu la huitième dépression tropicale de la saison tard le 3 septembre à 940 km à l'ouest-sud-ouest du Cap-Vert[63]. Le lendemain matin, le système devenait la tempête tropicale Gabrielle se dirigeant vers le nord-ouest à 15 km/h[64].

Durant la nuit du 5 au 6 septembre, Gabrielle a temporairement perdue toute convection et le NHC l'avait déclarée post-tropicale mais au matin, elle est redevenue une tempête tropicale à 1 615 km au sud-ouest des Açores[65]. Le 8 septembre en soirée, la tempête a commencé à courber vers le nord puis le nord-est alors qu'elle était à 2 015 km à l'ouest des Açores[66].

Le 10 septembre au matin, la tempête était à 1 260 km à l'ouest-nord-ouest des Açores et sa transition extra-tropicale était bien engagée. La convection profonde était confinée à une zone proche et au nord du centre, alors qu'une zone barocline était en train d'approcher depuis l'ouest[67]. La tempête est ensuite devenue une dépression des latitudes moyennes et le NHC a émis son dernier bulletin à 15 h UTC, mentionnant que le système se dirigeait vers le nord des îles Britanniques tout en se comblant[68].

Ouragan Humberto[modifier | modifier le code]

Humberto
Image satellite.
Image satellite.
Trajectoire.
Trajectoire.
Durée de vie
Intensité 205 km/h (125 mph) (1-min), 951 hPa (mbar)
Article détaillé : Ouragan Humberto (2019).

Formé au sud-est d'Hispaniola le 9 septembre, le système est devenu la tempête tropicale Humberto le 14 septembre au large des Bahamas[69]. Elle est passée à 45 km à l'est de Great Abaco avec la plus grande partie de ses pluies tombant à l'est et au nord de sa trajectoire[70].

À h UTC le 16 septembre (tard le soir du 15 local), le NHC a rehaussé le système au niveau d'ouragan de catégorie 1 alors qu'il était à environ 400 km au nord des Bahamas et 1 260 km à l'ouest de Bermudes. Sa trajectoire tournait également en direction de ce dernier archipel[71]. À 21 h UTC, Humberto continuait de se renforcer avec des vents de 150 km/h et une pression de 972 hPa[72]. Une veille de tempête tropicale fut lancée en soirée pour les Bermudes.

À 21 h UTC le 18 septembre, Humberto n'était plus qu'à 160 km à l'ouest-nord-ouest des Bermudes[73]. Le 19 septembre à h UTC, une station automatique à l'île Pearl a rapporté des vents soutenus de 161 km/h et des rafales à 198 km/h alors que l'ouragan était à 120 km au nord de l'archipel[74]. Trois heures plus tard, Humberto était à 205 km au nord-est des Bermudes et s'éloignait à 37 km/h vers le nord-est tout en montrant des signes d'un début de transition extratropicale[75].

Le 20 septembre à h UTC, le système est devenu un cyclone post-tropical à 845 km au sud-sud-ouest de Cap Race, Terre-Neuve, mais dont les vents soutenus étaient encore de 155 km/h (équivalent d'un ouragan de catégorie 2)[76]. La tempête des latitudes moyennes restante s'est affaiblie graduellement en se dirigeant au sud-est de Terre-Neuve puis vers l'Europe.

Humberto a causé que des effets mineurs sur le nord des Bermudes[N 2],[77]. Il a plongé dans le noir et causé des dégâts plus importants par le vent aux Bermudes le 18 septembre mais aucun décès. Sa houle cyclonique et ses vents ont également affecté les Grands Bancs de Terre-Neuve anisi que les côtes des États-Unis, générant des courants d'arrachement le long des plages. Un homme s'est ainsi noyé à Topsail Beach (Caroline du Nord)[78].

Tempête tropicale Imelda[modifier | modifier le code]

Imelda
Image satellite.
Image satellite.
Trajectoire.
Trajectoire.
Durée de vie
Intensité 65 km/h (40 mph) (1-min), 1005 hPa (mbar)
Article détaillé : Tempête tropicale Imelda (2019).

Le 14 septembre, une large zone d’averses et d’orages s'est formée sur l’est du golfe du Mexique. Le 17 septembre en mi-journée, le NHC a considéré que le système était assez bien organisé pour le déclarer dépression tropicale Onze à 25 km au sud-sud-ouest de Freeport (Texas)[79]. Moins d'une heure plus tard, le NHC rehaussa le système à tempête tropicale, nommée Imelda, alors que son centre touchait la côte juste au sud de Freeport et qu'une station météorologique rapportait des vents soutenus de 65 km/h[80].

Après être entré dans les terres, le système s'est dirigé lentement vers le nord et a déversé des quantités de pluies s'approchant de celles laissées par l'ouragan Harvey en 2017 tout en se comblant lentement au cours des 48 heures suivantes. Les inondations dans certaines parties des villes de Galveston et de Beaumont ont nécessité de nombreux sauvetage le 19 septembre et causé des dégât importants. Imelda a fait au moins 5 morts[81].

Ouragan Jerry[modifier | modifier le code]

Jerry
Image satellite.
Image satellite.
Trajectoire.
Trajectoire.
Durée de vie
Intensité 165 km/h (105 mph) (1-min), 976 hPa (mbar)

Le 14 septembre, le NHC a commencé à surveiller une onde tropicale. Elle s’est devenue la dépression tropicale Dix le 17 septembre à 15 h UTC à 1 870 km à l'est des Petites Antilles tout se déplaçant en direction ouest-nord-ouest à une vitesse de 19 km/h[82]. Le 18 à h UTC, la dépression tropicale Dix a évolué en tempête tropicale, nommée Jerry, à 1 545 km à l'est dans Petites Antilles[83]. À 21 h UTC, les gouvernements français et néerlandais ont émis une veille de tempête tropicale pour Saint-Martin/St. Martin, Saint-Barthélémy, Saba and Saint-Eustache alors que Jerry était à 1 230 km de ces îles[84].

Le 19 à minuit UTC, les gouvernements d'Anguilla et Antigua-et-Barbuda ont eux aussi émis un avis de veille à la tempête[85]. Neuf heures plus tard, Jerry était presque un ouragan puisque ses vents sur 1 minute étaient de 110 km/h avec une pression minimale de 995 hPa[86]. À 15 h UTC, les chasseurs d'ouragan de la NOAA, ont relevé que Jerry s'était intensifié en ouragan avec des vents de 120 km/h et une pression de 988 hPa[87].

Jerry a atteint la catégorie 2 le 20 septembre à h UTC avec des vents de 165 km/h et une pression de 976 hPa à 625 km des îles du nord des Petites Antilles[88]. Cependant, se trouvant dans un zone de cisaillement des vents en altitude, il est retombé à la catégorie 1 dès la mi-journée selon les données de reconnaissance aérienne. Les vents maximums soutenus n'était plus que de 140 km/h alors que l'ouragan était à 205 km au nord-est de Barbuda[89].

Durant la nuit du 20 au 21 septembre, Jerry était retombé au niveau de tempête tropicale à 385 km au nord de San Juan, Porto Rico après être passé au large des Petites Antilles[90]. Du 21 au 23 septembre, la tempête poursuivit sa progression lente et sans changement d'intensité vers le nord-nord-ouest dans un environnement de modérément à fortement cisaillé[91]. Le 24 septembre, la trajectoire commença à tourner vers le nord puis le nord-est.

Le 25 septembre à h UTC, le NHC reclassa Jerry en post-tempête tropicale à 300 km à l'ouest des Bermudes alors que le système avait perdu toute convection profonde depuis plus de 12 heures tout en gardant quand même des vents soutenus de 75 km/h[92]. Le système a ensuite graduellement perdu en intensité et l'avertissement, qui avait été lancé deux jours plus tôt par les autorités des Bermudes, fut annulé en même temps que le NHC cessait de suivre le système[93]. La faible dépression restante est passée sur les Bermudes durant la soirée du 25 et s'est dissipée au large quelques jours plus tard, ne causant aucun problème.

Tempête tropicale Karen[modifier | modifier le code]

Karen
Image satellite.
Image satellite.
Trajectoire.
Trajectoire.
Durée de vie
Intensité 75 km/h (45 mph) (1-min), 1002 hPa (mbar)

Le 17 septembre, le NHC a commencé à surveiller une onde tropicale sortant de l'Afrique et du Cap-Vert[94]. Au fur et à mesure qu'elle se rapprochait des Petites Antilles, la probabilité de développement augmentait et le 22 septembre au matin, le NHC la déclarait comme tempête tropicale Karen[95]. Tout de suite après, des avis d'alertes à la tempête tropicale ont été lancés par les gouvernements de Trinité-et-Tobago, de la Grenade et de ses îles et de Saint-Vincent-et-les-Grenadines[96]. A 15 h UTC, Karen restait à la même intensité et son déplacement était de 20 km/h vers l'ouest-nord-ouest, passant dans la mer des Caraïbes entre Saint-Vincent-et-les-Grenadines et la Grenade. Les gouvernements d'Antigua-et-Barbuda, des îles Vierges des États-Unis et Britanniques, de Porto Rico et des îles environnantes se joignaient alors à l'avertissement cyclonique[97].

Karen a provoqué des inondations à Tobago, piégeant certaines personnes dans leurs maisons, déracinant des arbres et provoquant des pannes de courant. Plusieurs routes furent bloquées en raison de glissements de terrain et d'arbres abattus. Sept bateaux à Plymouth ont aussi coulé après la rupture d’une jetée[98]. Au Venezuela, la pluie de Karen a provoqué des inondations et des pannes de courant à Caracas et à La Guaira[99].

Le 23 septembre en après-midi, Karen remontait assez lentement l'est de la mer des Caraïbes à 465 km au sud-sud-ouest de Sainte-Croix (îles Vierges des États-Unis), tout en étant assez mal organisée, quand elle fut rétrogradée à dépression tropicale[100]. La nuit suivante, elle est redevenue une tempête tropicale en s'approchant de Porto Rico et des îles Vierges, y donnant de la pluie forte[101].

Vers h UTC le 25 septembre, le centre mal défini de Karen est passé sur les îles Vieques et Culebra de Porto Rico pendant que plus à l'est, des rafales à 69 km/h soufflaient sur Saint-Thomas (îles Vierges des États-Unis)[102]. Au matin, la tempête était déjà bien au nord-nord-est de Porto Rico et tous les avertissements furent annulés. La pluie a causée des inondations et des glissements de terrain sur certaines régions du sud-est de Porto Rico et les îles Vierges qui ont reçu plus de 125 mm[103],[104]. Jusqu'à 29 000 foyers furent temporairement privés de courant électrique à Porto-Rico[105].

Karen erra ensuite au-dessus de l'océan, à mi-chemin entre les Bermudes et Porto Rico, faisant face a des conditions extrêmement défavorables. En mi-journée le 27 septembre, le NHC déclassa le système très allongé au niveau de dépression tropicale à 630 km au sud-est des Bermudes[106]. En fin de journée (21 h UTC), Karen est devenu un creux barométrique extra-tropical qui devait se dissiper rapidement et le NHC a émis son dernier bulletin[107].

Ouragan Lorenzo[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Ouragan Lorenzo (2019).

Lorenzo
Image satellite.
Image satellite.
Trajectoire.
Trajectoire.
Durée de vie
Intensité 260 km/h (160 mph) (1-min), 925 hPa (mbar)

Le 20 septembre, le NHC a commencé à suivre une onde tropicale située sur le Sierra Leone. Le 23 septembre à h UTC, le NHC l'a déclarée comme dépression tropicale à 585 km au sud du Cap-Vert[108]. Elle s'est ensuite intensifié en la tempête tropicale Lorenzo le même jour[109]. Le 25 septembre à h UTC, Lorenzo est devenu un ouragan avec des vents de 130 km/h, et une pression minimale de 988 hPa à 1 030 km à l'ouest de îles du Cap-Vert tout en continuant de s'intensifier.

Le 26 septembre, l'ouragan devenit de catégorie 3, le troisième ouragan majeur de la saison, à 1 600 km à l'ouest du Cap-Vert, puis de catégorie 4[110],[111]. Lorenzo s'est ensuite affaibli tard le 27 septembre mais reprit de la vigueur ensuite pour atteindre la catégorie 5 le 29 à h 10 UTC avec des vents de 260 km/h et une pression minimale de 925 hPa alors qu'il était à 2 270 km au sud-ouest des Açores. Lorenzo devint ainsi l'ouragan ayant atteint la catégorie 5 le plus au nord-est dans l'océan Atlantique[112].

L'ouragan ne maintint pas cette intensité très longtemps et à 21 h UTC le 29 septembre, il était revenu à la catégorie 3[113]. Puis tomba à la catégorie 2 durant la nuit suivante tout en commençant à accélérer vers le nord-nord-est en direction des Açores. Durant la nuit du 1er au 2 octobre, le centre Lorenzo est passé sur les îles de l'ouest des Açores, à la catégorie 1 tôt le 2 octobre. À 15 h UTC le même jour, le bulletin final du NHC reclassa la tempête en cyclone extra-tropical à 1 525 km de Cork en Irlande avec des vents soufflant encore à 130 km/h[114]. Par la suite, la tempête post-tropicale affecta les îles Britanniques les 3 et 4 octobre.

Le 27 septembre, le remorqueur battant pavillon luxembourgeois Bourbon Rhode émit un signal de détresse alors qu'il était à 111 km de l’œil de Lorenzo. Plusieurs navires et un avion chasseur d'ouragans de la NOAA, détourné de son étude de la tempête, se sont mis à sa recherche et de ses 14 membres d'équipage[115]. Le naufrage fut confirmé le lendemain alors que 3 survivants furent repêchés[116]. Au 5 octobre, on rapportait 4 noyés et 7 marins manquants. Lorenzo fit également des dégâts aux Açores, surtout sur les îles du centre et de l'ouest, comme ouragan de catégorie 1, et dans les îles Britanniques comme tempête post-tropicale.

Tempête tropicale Melissa[modifier | modifier le code]

Melissa
Image satellite.
Image satellite.
Trajectoire.
Trajectoire.
Durée de vie
Intensité 100 km/h (65 mph) (1-min), 995 hPa (mbar)

Le 5 octobre, le NHC a commencé à surveiller une zone orageuse se dirigeant vers un système dépressionnaire frontal au large de la côte du Mid-Atlantic des États-Unis[117]. Le 11 octobre à 15 h UTC, le NHC l'a reclassée en tempête subtropicale, malgré une faible probabilité de développement, à 300 km au sud de Nantucket dans le Massachuetts avec des vents de 100 km/h, une pression centrale de 995 hPa et se déplaçant en direction du sud-sud-ouest à une vitesse de 6 km/h[118]. En effet, le centre de rotation des restes de la tempête côtière frontale en occlusion s'est mis à développer de la convection profonde et les images du satellite météorologique montrèrent brièvement une caractéristique semblable à un œil avant que les bandes orageuses ne faiblissent et ne persistent que dans le quadrant nord du système[119].

Par la suite, Melissa s'est tourné vers le large en suivant le tracé du Gulf Stream, sa source d'énergie, tout en faiblissant graduellement. Le 12 octobre à 21 h UTC, le NHC mentionna que Melissa avait fait une transition tropicale à 500 km au sud-est de Nanktuket selon son apparence sur les images satellitaires et la structure de vent tirée des données de leur diffusomètre[120].

Continuant vers l'est, la tempête fit face à un cisaillement des vents en altitude de plus en plus fort et à des eaux en surface de plus en plus fraîches. Melissa a donc graduellement perdu sa zone convective et son intensité[121]. À 15 h UTC le 14 octobre, le NHC a annoncé que le système était devenu post-tropical à 650 km au sud-sud-est de Cap Race, Terre-Neuve, et qu'il serait absorbé par un creux frontal au cours des jours suivants. Le NHC émit donc son dernier bulletin à propos du système[122].

La surcote associée avec la tempête frontale côtière antérieure et le cyclone subtropical ont causé des inondations côtières locales dans le Maryland, le Delaware et le New Jersey. Cela a amené la fermeture de rues à Crisfield, Salisbury, Bethany Beach, Long Beach Island et Atlantic City, en plus de causer l'érosion des plages[123],[124],[125],[126].

Dépression tropicale Quinze[modifier | modifier le code]

Quinze
Image satellite.
Image satellite.
Trajectoire.
Trajectoire.
Durée de vie
Intensité 55 km/h (35 mph) (1-min), 1006 hPa (mbar)

Le vendredi 11 octobre, le NHC a commencé à surveiller une onde tropicale qui devait émerger de la côte africaine au début de la semaine suivante. Le 14 octobre, le très large système dépressionnaire est devenu suffisamment organisé pour être reclassé dépression tropicale Quinze à 515 km au sud-est des îles du Cap-Vert[127]. S'étant formé à 20,2° W, il s'agit de la formation la plus à l'est d'une dépression tropicale si tard en saison dans les annales, le record précédent étant de 26° W[128].

En après-midi du 15 octobre, le centre de la dépression est passé près de l'île Sal des îles du Cap-Vert[129]. L'organisation de la dépression se déteriorait en même temps et le 16 octobre à h UTC, le NHC a émis son dernier bulletin, mentionnant que Quinze se dégradait dans un creux barométrique à 145 km au nord de l'archipel[130]. Aucun effet significatif de ses pluies sur les îles du Cap-Vert n'est connu.

Chronologie des événements[modifier | modifier le code]

Ouragan Lorenzo (2019)Tempête tropicale Imelda (2019)Ouragan Humberto (2019)Ouragan Dorian (2019)Ouragan Barry (2019)
Échelle de Saffir-Simpson
DT12345

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a et b NHC signifie National Hurricane Center (service météorologique Américain spécialisé dans les ouragans).
  2. Huffington Post : « The islands did experience some rain from Humberto, but the country was spared the worst impacts of the storm. » (Les îles ont reçu de la pluie d'Humberto mais le pays fut épargné de ses pires effets.)

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Jorge Fitz-Gibbon, « Hurricane Dorian causes $7B in property damage to Bahamas », New York Post,‎ (lire en ligne).
  2. (en) Update on National Hurricane Center Products and Services for 2017, National Hurricane Center, (lire en ligne [PDF]).
  3. a b et c (en) Hurricane Research Division; Atlantic Oceanographic and Meteorological Laboratory, « Atlantic hurricane best track (HURDAT version 2) », sur National Hurricane Center, National Oceanic and Atmospheric Administration, (consulté le 18 février 2014).
  4. a et b (en) Mark Saunders, « Extended Range Forecast for Atlantic Hurricane Activity in 2019 », Londres, UK, Tropical Storm Risk, (consulté le 17 décembre 2018).
  5. a et b (en) Mark Saunders, « April Forecast Update for North Atlantic Hurricane Activity in 2019 », Londres, Tropical Storm Risk, (consulté le 17 avril 2019).
  6. a et b Mark Saunders, « July Forecast Update for North Atlantic Hurricane Activity in 2019 », Londres, Tropical Storm Risk, (consulté le 7 juillet 2019).
  7. a et b (en) Mark Saunders et Adam Lea, « August Forecast Update for North Atlantic Hurricane Activity in 2019 », Londres, Tropical Storm Risk, (consulté le 22 août 2019).
  8. a et b (en) « 2019 Hurricane Season Expected to Be Near Average, Colorado State University Outlook Says », The Weather Channel.
  9. a et b (en) « 2019 Hurricane Season Expected to Be Near Average, Colorado State University Outlook Says », The Weather Channel (consulté le 11 juin 2019).
  10. a et b (en) « ATLANTIC BASIN SEASONAL HURRICANE FORECAST FOR 2019 » [PDF], (consulté en 265 juillet 2019).
  11. a et b (en) « Atlantic Basin Seasonal Hurricane Forecast for 2019 » [PDF], (consulté le 22 août 2019).
  12. a et b (en) Tracey Peake, « NC State Researchers Predict Normal 2019 Hurricane Season for East Coast », Raleigh, Caroline du Nord, NCSU, .
  13. a et b (en) « North Atlantic tropical storm seasonal forecast 2019 », Met Office, (consulté le 23 mai 2019).
  14. a b et c (en) Lauren Gaches, « NOAA predicts near-normal 2019 Atlantic hurricane season », NOAA, (consulté le 23 mai 2019).
  15. a b et c (en) « NOAA increases chance for above-normal hurricane season », Communiqué de presse, NOAA, (consulté le 22 août 2019).
  16. a b et c Météo-France, « Previsions saisonnieres de l'activite cyclonique pour la saison 2019 sur le bassin Atlantique nord / Caraïbes / Golfe du Mexique », sur http://www.meteofrance.gp, (consulté le 11 juin 2019).
  17. (en) Climate Prediction Center, « Background Information: The North Atlantic Hurricane Season », sur National Oceanic and Atmospheric Administration, (consulté le 18 février 2014).
  18. Stewart, « Special Tropical Weather Outlook », NHC Graphical Outlook Archive, NHC, (consulté le 19 mai 2019).
  19. (en) Cangialosi, « Subtropical Storm Andrea Special Advisory Number 1 », National Hurricane Center, (consulté le 21 mai 2019).
  20. (en) Pasch, « Cyclone Post-Tropical Andrea Special Advisory Number 5 », National Hurricane Center, (consulté le 21 mai 2019).
  21. (en) Eric S. Blake, « Five-Day Graphical Tropical Weather Outlook », Miami, Floride, National Hurricane Center, .
  22. (en) Beven, « Tropical Storm Barry Advisory Number 5 », Miami, Floride, National Hurricane Center, .
  23. (en) Jack Beven, « Hurricane Barry Discussion Number 13 », Miami, Floride, National Hurricane Center, (consulté le 18 juillet 2019).
  24. (en) Stacy R. Stewart, « Tropical Depression Barry Discussion Number 18 », Miami, Floride, National Hurricane Center, (consulté le 18 juillet 2019).
  25. (en) Patrick Burke et Gregg Gallina, « Post-Tropical Cyclone Barry Advisory Number 22 », Weather Prediction Center, (consulté le 18 juillet 2019).
  26. (en) Char Adams, « Good Samaritans Form Human Chain to Rescue Swimmers from Rip Current in Florida », PEOPLE.com,‎ (lire en ligne).
  27. (en) Stacy R. Stewart, « Graphical Tropical Weather Outlook », National Hurricane Center, (consulté le 23 juillet 2019).
  28. (en) Richard J. Pasch, « Tropical Depression Three Advisory Number 1 », Miami, Floride, National Hurricane Center, (consulté le 23 juillet 2019).
  29. (en) Brown, « Remnants Of Three Discussion Number 4 », Miami, Floride, National Hurricane Center, (consulté le 23 juillet 2019).
  30. (en) Erick S. Blake et Andrew Hagen, « Five-Day Graphical Tropical Weather Outlook », Miami, Floride, National Hurricane Center, (consulté le 21 août 2019).
  31. (en) Stewart, « Trpical Storm Chantal Advisory Number 1 », National Hurricane Center, (consulté le 21 août 2019).
  32. (en) Roberts, « Trpical Storm Chantal Advisory Number 5 », National Hurricane Center, (consulté le 21 août 2019).
  33. (en) Zelinsky, « Trpical Storm Chantal Advisory Number 13 », National Hurricane Center, (consulté le 24 août 2019).
  34. (en) « NHC Graphical Outlook Archive », National Hurricane Center, (consulté le 24 août 2019).
  35. (en) Stacy Stewart, « Tropical Depression Five Discussion Number 1 », National Hurricane Center, (consulté le 23 août 2019).
  36. (en) Stewart, « Tropical Storm Dorian Advisory Number 2 », National Hurricane Center, (consulté le 24 août 2019).
  37. (en) Pasch, « Tropical Storm Dorian Advisory Number 11 », National Hurricane Center, (consulté le 27 août 2019).
  38. (en) Cangialosi, « Tropical Storm Dorian Advisory Number 12 », National Hurricane Center, (consulté le 27 août 2019).
  39. (en) Avila, « Hurricane Dorian Advisory Number 17A », National Hurricane Center, (consulté le 28 août 2019).
  40. (en) Blake, « Hurricane Dorian Advisory Number 23 », National Hurricane Center, (consulté le 29 août 2019).
  41. (en) Avila, « Hurricane Dorian Advisory Number 25A », National Hurricane Center, (consulté le 30 août 2019).
  42. (en) Cangialosi, « Hurricane Dorian Advisory Number 27 Update », National Hurricane Center, (consulté le 30 août 2019).
  43. (en) Avila, « Hurricane Dorian Advisory Number 32A », National Hurricane Center, (consulté le 1er septembre 2019).
  44. (en) Avila, « Hurricane Dorian Public Advisory Number 33A », National Hurricane Center, (consulté le 1er septembre 2019)
  45. Dr Jeff Masters, « Historic, Catastrophic Hurricane Dorian Pounding The Bahamas With 185 mph Winds », Category 6, Weather Underground, (consulté le 1er septembre 2019).
  46. (en) Rashad Rolle, « Hurricane Dorian Death Toll Up To 58 », The Tribune,‎ (lire en ligne).
  47. (en) Latto et Pasch, « NHC Graphical Outlook Archive », National Hurricane Center, (consulté le 24 août 2019).
  48. (en) Beven, « NHC Graphical Outlook Archive », National Hurricane Center, (consulté le 24 août 2019).
  49. (en) Brown, « Tropical Depression Six Advisory Number 1 », National Hurricane Center, (consulté le 26 août 2019).
  50. (en) Latto et Pasch, « Tropical Storm Erin Advisory Number 6 », National Hurricane Center, (consulté le 27 août 2019).
  51. (en) Brown, « Tropical Depression Erin Advisory Number 8 », National Hurricane Center, (consulté le 28 août 2019).
  52. (en) Beven, « Post-Tropical Cyclone Erin Advisory Number 11 », National Hurricane Center, (consulté le 29 août 2019).
  53. (en) « Post-tropical storm Erin drenches parts of Nova Scotia, washes out road », CBC News,‎ (lire en ligne, consulté le 30 août 2019).
  54. a et b La Presse Canadienne, « La tempête Erin a laissé jusqu'à 160 mm de pluie par endroits. », Acadie nouvelle,‎ (lire en ligne, consulté le 30 août 2019).
  55. Service météorologique du Canada, « Rapport de données quotidiennes pour août 2019 : Summerside, PE », Environnement Canada, (consulté le 30 août 2019)
  56. Service météorologique du Canada, « Rapport de données quotidiennes pour août 2019 : Chevery, Qc », Environnement Canada, (consulté le 30 août 2019)
  57. (en) Stewart, « Potential Tropical Cyclone Seven Advisory Number 1 », National Hurricane Center, (consulté le 3 septembre 2019).
  58. (en) Beven, « Tropical Depression Seven Advisory Number 2 », National Hurricane Center, (consulté le 3 septembre 2019).
  59. (en) Beven, « Tropical Storm Fernand Advisory Number 2A », National Hurricane Center, (consulté le 3 septembre 2019).
  60. (en) Brown, « Tropical Storm Fernand Advisory Number 6A », National Hurricane Center, (consulté le 4 septembre 2019).
  61. (en) Cangialosi, « Tropical Storm Fernand Advisory Number 8 », National Hurricane Center, (consulté le 5 septembre 2019).
  62. (es) « Un desaparecido y desbordamiento de arroyos, saldo de ‘Fernand’ en NL », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 5 septembre 2019)
  63. (en) Blake, « Tropical Depression Eight Advisory Number 1 », National Hurricane Center, (consulté le 3 septembre 2019).
  64. (en) Stewart, « Tropical Storm Gabrielle Advisory Number 3 », National Hurricane Center, (consulté le 4 septembre 2019).
  65. (en) Blake, « Tropical Storm Gabrielle Advisory Number 12 », National Hurricane Center, (consulté le 6 septembre 2019).
  66. (en) Latto, « Tropical Storm Gabrielle Advisory Number 22 », National Hurricane Center, (consulté le 8 septembre 2019).
  67. (en) Brown, « Tropical Storm Gabrielle Discussion Number 28 », National Hurricane Center, (consulté le 10 septembre 2019).
  68. (en) Hamrick et Blake, « Tropical Storm Gabrielle Discussion Number 29 », National Hurricane Center, (consulté le 10 septembre 2019).
  69. (en) Avila, « Tropical Storm Humberto Advisory Number 6 », National Hurricane Center, (consulté le 14 septembre 2019).
  70. (en) Avila, « Tropical Storm Humberto Advisory Number 7A », National Hurricane Center, (consulté le 14 septembre 2019).
  71. (en) Pasch, « Hurricane Humberto Advisory Number 14 », National Hurricane Center, (consulté le 16 septembre 2019).
  72. (en) Brown, « Hurricane Humberto Advisory Number 17 », National Hurricane Center, (consulté le 16 septembre 2019).
  73. (en) Stewart, « Hurricane Humberto Advisory Number 25 », National Hurricane Center, (consulté le 18 septembre 2019).
  74. (en) Beven, « Hurricane Humberto Advisory Number 25A », National Hurricane Center, (consulté le 19 septembre 2019).
  75. (en) Beven, « Hurricane Humberto Advisory Number 26 », National Hurricane Center, (consulté le 19 septembre 2019).
  76. (en) Pasch, « Hurricane Humberto Advisory Number 30 », National Hurricane Center, (consulté le 20 septembre 2019).
  77. (en) Nick Visser, « Humberto Strengthens Into Hurricane After Turning Away From Devastated Bahamas », Huffington Post,‎ (lire en ligne, consulté le 16 septembre 2019).
  78. (en) Associated Press, « 62-year-old man drowns after getting caught in rip current at Topsail Beach », WTVD-TV,‎ (lire en ligne).
  79. (en) Brown, « Tropical Depression Eleven Special Advisory Number 1 », National Hurricane Center, (consulté le 17 septembre 2019).
  80. (en) Brown, « Tropical Storm Imelda Special Advisory Update », National Hurricane Center, (consulté le 17 septembre 2019).
  81. (en) Phil Helsel, « Fifth death in Texas following flooding caused by remnants of tropical storm », NBC News,‎ (lire en ligne).
  82. (en) Brown, « Tropical Depression Ten », National Hurricane Center, (consulté le 17 septembre 2019).
  83. Roberts, « Tropical Storm Jerry Advisory Number 4 », National Hurricane Center, (consulté le 18 septembre 2019).
  84. Blake, « Tropical Storm Jerry Advisory Number 6 », National Hurricane Center, (consulté le 18 septembre 2019).
  85. (en) Pasch, « Tropical Storm Jerry Advisory Number 6A », National Hurricane Center, (consulté le 19 septembre 2019).
  86. (en) Roberts, « Tropical Storm Jerry Advisory Number 8 », National Hurricane Center, (consulté le 19 septembre 2019).
  87. (en) Blake, « Hurricane Jerry Advisory Number 9 », National Hurricane Center, (consulté le 19 septembre 2019).
  88. (en) Blake, « Hurricane Jerry Advisory Number 11 », National Hurricane Center, (consulté le 19 septembre 2019).
  89. (en) Blake, « Hurricane Jerry Advisory Number 13 », National Hurricane Center, (consulté le 19 septembre 2019).
  90. (en) Stewart, « Tropical Storm Jerry Advisory Number 15A », National Hurricane Center, (consulté le 21 septembre 2019).
  91. (en) Pasch, « Tropical Storm Jerry Discussion Number 22 », National Hurricane Center, (consulté le 22 septembre 2019).
  92. (en) Zelinsky, « Post-Tropical Storm Jerry Public Advisory Number 32 », National Hurricane Center, (consulté le 25 septembre 2019).
  93. (en) Pasch, « Post-Tropical Cyclone Jerry Public Advisory Number 34 », National Hurricane Center, (consulté le 25 septembre 2019).
  94. (en) « NHC Graphical Outlook Archive », National Hurricane Center, (consulté le 22 septembre 2019).
  95. (en) Stewart, « Tropical Storm Karen Advisory Number 1 », National Hurricane Center, (consulté le 22 septembre 2019).
  96. (en) Brown, « Tropical Storm Karen Advisory Number 1A », National Hurricane Center, (consulté le 22 septembre 2019).
  97. (en) Brown, « Tropical Storm Karen Advisory Number 2 », National Hurricane Center, (consulté le 22 septembre 2019).
  98. (en) Ron Brackett, « Tropical Storm Karen Floods Streets, Traps People in Homes in Tobago », The Weather Channel, (consulté le 25 septembre 2019).
  99. (es) « Tormenta Tropical Karen provocó inundaciones en Caracas y La Guaira », Descifrado,‎ (lire en ligne).
  100. (en) Brown, « Tropical Depression Karen Advisory Number 5 », National Hurricane Center, (consulté le 23 septembre 2019).
  101. (en) Stewart, « Tropical Storm Karen Advisory Number 9 », National Hurricane Center, (consulté le 24 septembre 2019).
  102. (en) Avila, « Tropical Storm Karen Advisory Number 11A », National Hurricane Center, (consulté le 24 septembre 2019).
  103. (en) Stewart, « Tropical Storm Karen Advisory Number 13 », National Hurricane Center, (consulté le 25 septembre 2019).
  104. (en) « Tropical Storm Karen dumps heavy rain over Puerto Rico as storm moves slowly north », CBS News,‎ (lire en ligne, consulté le 25 septembre 2019).
  105. (en) Ron Brackett et Jan Wesner Childs, « Tropical Storm Karen Causes Landslides, Power Outages in Puerto Rico, U.S. Virgin Islands », The Weather Channel,‎ (lire en ligne).
  106. (en) Berg, « Tropical Depression Karen Advisory Number 22 », National Hurricane Center, (consulté le 27 septembre 2019).
  107. (en) Berg, « Remnants of Karen Advisory Number 23 », National Hurricane Center, (consulté le 27 septembre 2019).
  108. (en) Beven, « Tropical Depression Thirteen Advisory Number 1 », National Hurricane Center, (consulté le 23 septembre 2019).
  109. (en) Zelinsky, « Tropical Storm Lorenzo Advisory 3 », (consulté le 24 septembre 2019).
  110. (en) Zelinsky, « Hurricane Lorenzo Advisory 15 », (consulté le 26 septembre 2019).
  111. (en) Beven, « Hurricane Lorenzo Advisory 16 », (consulté le 26 septembre 2019).
  112. (en) Brown et Latto, « Hurricane Lorenzo Tropical Cyclone Update », (consulté le 29 septembre 2019).
  113. (en) Latto, « Hurricane Lorenzo Advisory Number 30 », (consulté le 30 septembre 2019).
  114. (en) Brown, « Hurricane Lorenzo Advisory Number 41 », (consulté le 2 octobre 2019).
  115. Agence France-Presse, « Les recherches ont commencé pour retrouver un remorqueur en difficulté dans l’Atlantique », Ouest France,‎ (lire en ligne, consulté le 27 septembre 2019).
  116. « Naufrage du remorqueur Bourbon Rhode : 11 marins disparus, 3 retrouvés au large de la Martinique », LCI,‎ (lire en ligne, consulté le 29 septembre 2019).
  117. (en) Stewart, « Tropical Weather Outlook », (consulté le 11 octobre 2019).
  118. (en) Latto, « Tropical Storm Melissa Public Advisory Number 1 », (consulté le 11 octobre 2019).
  119. (en) Latto, « Tropical Storm Melissa Discussion Number 1 », (consulté le 11 octobre 2019).
  120. (en) Latto, « Tropical Storm Melissa Public Advisory Number 6 », (consulté le 12 octobre 2019).
  121. (en) Brown, « Tropical Storm Melissa Discussion Number 11 », (consulté le 13 octobre 2019).
  122. (en) Latto, « Post-Tropical Storm Melissa Discussion Number 13 », (consulté le 14 octobre 2019).
  123. (en) « Crisfield, Salisbury Officials Close Off Some Streets Due to Tidal Flooding », WBOC-TV, Salisbury, MD,‎ (lire en ligne)
  124. (en) Mallory Metzner, « Nor'easter Causes Bethany Beach Erosion », WBOC-TV, Salisbury, MD,‎ (lire en ligne)
  125. (en) Spencer Tracy, « Coastal Flooding Impacts Dewey Beach », WBOC-TV, Salisbury, MD,‎ (lire en ligne)
  126. (en) Katherine Scott, « Storm off the coast causes flooding at Jersey Shore », WPVI-TV, Philadelphia, PA,‎ (lire en ligne)
  127. (en) Stewart, « Tropical Depression Fifteen Public Advisory Number 1 », (consulté le 14 octobre 2019).
  128. (en) Philip Klotzbach, « Tropical Depression Fifteen », sur Twitter, (consulté le 14 octobre 2019).
  129. (en) Stewart, « Tropical Depression Fifteen Discussion Number 5 », (consulté le 15 octobre 2019).
  130. (en) Blake, « Tropical Depression Fifteen Public Advisory Number 7 », (consulté le 16 octobre 2019).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Saison cyclonique 2019 de l’océan Atlantique
A   B   3   C   D   E   F   G   H   I   J   K   L   15  
Échelle de Saffir-Simpson
DT12345