Saison 5 de Columbo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Saison 5 de Columbo
Série Columbo
Pays d'origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Chaîne d'origine NBC
Diff. originale
Nb. d'épisodes 6

Chronologie

La saison 5 de la série télévisée Columbo comporte six épisodes diffusés de à .

Épisode 1 : La Femme oubliée[modifier | modifier le code]

Titre original
Forgotten Lady (trad. litt. : « La Dame oubliée »)
Numéro de production
32 (5.1)
Première diffusion
Réalisation

Harvey Hart

  • Durée : 92 minutes
Scénario
Scénario télévision : William Driskill ; histoire : Harvey Hart
Invités
Résumé détaillé

Une ex-vedette de music-hall veut organiser son retour sur la scène. Elle compte sur son mari, riche médecin à la retraite, pour le financer. Ce dernier refuse catégoriquement. Ce soir là, il lit dans sa chambre, à l'étage, pendant qu'elle se fait projeter un film dans une autre pièce. Elle le drogue avec des somnifères qu'elle mélange avec du lait.

Lorsqu'elle estime que son mari s'est endormi, elle pénètre dans sa chambre qu’elle verrouille de l'intérieur. Elle vérifie qu'il est bien assoupi puis place un pistolet dans sa main et lui tire une balle dans la tête. Elle dépose ensuite devant lui son dossier médical dans l'intention de faire croire qu'il se soit suicidé à la lecture d'une mauvaise nouvelle relative à sa santé. La porte de la chambre étant toujours verrouillée, elle sort par la fenêtre et parvient à descendre du balcon par les hautes branches d'un arbre qu'elle descend avec souplesse. Elle rejoint la projection avant que le domestique ne vienne changer la dernière bobine.

Columbo est intrigué par le livre de chevet de la victime. Il se demande aussi comment l'arme à feu rangée dans la voiture a pu être récupérée par le défunt : ses chaussons de tissus sont parfaitement propres. Pourtant, le chemin humide du garage ne pouvait que les salir.
Commentaires
  • Fait rare, Columbo n'arrête pas la coupable à la fin de l'épisode : cette dernière est en effet atteinte d'une tumeur au cerveau et n'a plus que quelques semaines à vivre. Son mari était au courant de la nouvelle, raison pour laquelle il ne voulait pas qu'elle reprenne sa carrière, ce qui aurait accéléré l'arrivée de sa mort… Cette maladie lui a même fait oublier qu'elle est l'assassin de son mari. C'est finalement Ned Diamond, un ami de la meurtrière, qui s'accuse à sa place. Puisqu'il a réalisé des aveux, Columbo se doit d'en tenir compte même s'il est convaincu qu'il lui ment. Il affirme à son vis-à-vis qu'il n'aura aucune peine à prouver que ce n'est pas lui le coupable, mais ce dernier lui répond que « Cela prendra bien quelques mois… ». Ce fait n'est toutefois pas unique, car Columbo laissera également libre la complice du crime dans l'épisode 62 Le meurtre aux deux visages.
  • Dans l'épisode, le personnage joué par Janet Leigh demande à son majordome de lui passer un film de ses débuts, il s'agit de Walking My Baby Back Home (1953) où Janet Leigh partage la vedette avec Donald O'Connor.
  • Un deuxième épisode utilise lui aussi un film précédemment réalisé avec le protagoniste principal afin de fournir un passé étoffé à un personnage : Une question d'honneur, qui est le quatrième épisode de la saison cinq.
  • Au cours de cet épisode, Columbo doit effectuer un entrainement au tir, mais, totalement rebuté par cet exercice, il demande à un collègue d'y aller à sa place ; cette anecdote confirme son aversion pour le tir.
  • C'est l'une des rares fois où on peut voir Columbo dans une tenue autre que son éternel costume-pardessus (il est en smoking).
  • Au début du film, le majordome apporte un verre de lait dans la chambre, mais sur le plan précédent le verre de lait est déjà présent.
  • Dans la scène finale qui se passe dans le salon de la maison, il y a un tableau du peintre français Bernard Buffet, représentant le château de Sully-sur-Loire, accroché au-dessus de la cheminée.
  • La répétitrice de danse est doublée par Paule Emanuele.

Épisode 2 : Immunité diplomatique[modifier | modifier le code]

Titre original
A Case of Immunity (trad. litt. : « Cas d'Immunité »)
Numéro de production
33 (5.2)
Première diffusion
Réalisation

Ted Post

  • Durée : 70 minutes
Scénario
Scénario télévision : Lou Shaw ; histoire : James Menzies
Invités
Résumé détaillé

Deux hommes veulent réaliser un coup d'État dans une ambassade du Suari, un État imaginaire du Golfe ou d'Arabie. Hassan Salah est le représentant diplomatique des lieux. Il est le cerveau de cette opération sous couvert de dissidence politique et organise une mise en scène dans une pièce sécurisée, à l'étage du bâtiment. Un coffre-fort mural se trouve là. Salah l'ouvre avec un code, y vole une grosse somme d'argent puis brûle des papiers qui s'y trouvent. Son comparse, le jeune Habib, travaillant lui aussi dans l'ambassade, utilise entretemps une bombe aérosol pour taguer des slogans hostiles au régime sur les murs de la pièce. Le diplomate fait monter à l'étage le chef de la sécurité pour lui montrer les dégradations réalisées. Le militaire est ébahit devant le saccage des lieux. Salah l'assassine par surprise, de dos, d'un coup très violent porté à la nuque.

Ensuite, le diplomate se rend officiellement dans un local de police où il a rendez-vous pour y écouter les précautions prises pour la protection policière de son Roi, qui va bientôt se rendre aux États-Unis en voyage officiel. C'est durant cette tranche horaire qu'il a convenu avec son complice que le coffre-fort blindé se fasse sauter à l'explosif. L'objectif est de faire croire que le comparse ait agi seul, pour des raisons politiques (et non pas crapuleuses). Dans cette optique, le chef de la sécurité est censé être intervenu au bruit de l'explosion mais se serait fait assassiner par le terroriste.

Columbo remarque pourtant dès sa première visite de la pièce plusieurs incohérences. Le coffre-fort avait été ouvert antérieurement à l’explosion, ce qui nécessite d'avoir utilisé le code, seulement connu de l'homme décédé et du représentant diplomatique, de surcroît, le chef de sécurité n'a pas cherché à utiliser son arme (qui est restée dans son étui avec le cran fermé) : il connaissait la personne qui l'a tué et n'a pas eu peur de lui, n'a pas eu besoin de se défendre. Cela contredit radicalement la thèse d'un terroriste surpris par hasard.

Par la suite, le diplomate prend contact avec le dissident en fuite et le tue après avoir projeté son véhicule dans un ravin alors qu'il gisait inanimé sur le siège, assommé.
Commentaires
  • Le thème d'une tête pensante qui souhaite faire porter le blâme d'un meurtre sur un complice, ensuite assassiné, est également présent dans l'épisode 5 de la troisième saison, Édition tragique.
  • C'est le seul épisode où l'assassin avouera de manière fanfaronne au Lieutenant Colombo qu'il est coupable des crimes dont il est suspecté. L'immunité diplomatique dont dispose l'assassin lui permet d'être invulnérable et intouchable, d'où cet aveu public. Puisque le Roi a tout entendu derrière une porte, le meurtrier se retrouve à réclamer piteusement l'aide du lieutenant et de consigner par écrit ses méfaits pour éviter la mort pour haute trahison.
  • Le personnage de Salah est doublé par Francis Lax, célèbre comédien de doublage, entre autres de Tom Selleck (Magnum), David Soul (Hutch), Dwight Schultz (Looping) et Harrison Ford à l'époque.
  • Par ailleurs Jeff Goldblum, alors qu'il est encore inconnu du public, apparaît comme figurant parmi le groupe d'étudiants manifestant devant la grille de l'ambassade (53 min 13 s).
  • Sal Mineo, l'acteur qui interprète Rahmin Habib est mort assassiné quelques mois plus tard, le 12 février 1976.
  • À noter également une incohérence dans la version française : Columbo fait état de $ 6000 retrouvés sur Rahmin Habib (46 min 36 s), alors qu'il a toujours été question dans les séquences précédentes d'une somme de $ 10 000.

Épisode 3 : Jeu d'identité[modifier | modifier le code]

Titre original
Identity Crisis (trad. litt. : « Crise d'identité »)
Numéro de production
34 (5.3)
Première diffusion
Réalisation

Patrick McGoohan

  • Durée : 94 minutes
Scénario
Scénario télévision : William Driskill ; histoire : Patrick McGoohan
Invités
Résumé détaillé

Un agent secret de la CIA dont le nom de code est « Geronimo » refait surface auprès de Nelson Brenner, l'un de ses collègues. Ils se retrouvent à une fête foraine proche de la mer. Geronimo sait que Brenner a détourné des fonds dans le passé. Il veut sa part de la somme, faute de quoi il fera part au directeur de l'agence, Phil Corrigan, de la malversation. Geronimo existe aussi sous la fausse identité d'A.J. Henderson et souhaite être payé sous cet alias par souci de discrétion.

Brenner accepte de mettre en place un trafic pour le payer, dans ce but Geronimo doit rencontrer un contact sur la plage la nuit tombée. Après la rencontre, Brenner rejoint Geronimo et le tue avec un objet contondant.

Columbo et l'un de ses collègues sont sur l'affaire. Grâce à une photographe de la fête foraine, le lieutenant retrouve Brenner.

Pendant ce temps, Phil Corrigan, ne souhaitant pas que Columbo enquête sur leurs agents, ordonne à Brenner de mettre Columbo sous surveillance.
Commentaires
  • Leslie Nielsen et David White jouent dans cet épisode. C'est Patrick McGoohan qui dirige et prend le rôle de l'assassin. Il est connu pour son rôle-titre dans la série Le Prisonnier. Des critiques ont remarqué de nombreux clins d'œil entre cet épisode et la série Le Prisonnier. Le premier est évidemment qu'il a le rôle d'un espion et que le titre fait référence à une crise d'identité. On constate aussi dans la scène de la fête foraine que Brenner porte un costume à liseré qui évoque le blazer qu'il porte dans sa série, des chaussures analogues et qu'il dit Be Seeing You à deux reprises : une première fois à la photographe lorsqu'il la quitte et une seconde fois chez lui à Columbo qui part en voiture (c'est une phrase récurrente au Village de la série, en français : Bonjour chez vous).
  • Patrick McGoohan conduit une Citroen SM, qui est une voiture française, tout comme celle de Columbo.
  • La villa de Patrick McGoohan est la même que celle utilisée dans l'épisode de la saison 2 Double Choc.
  • On note que le chef de Brenner est joué par David White, qui joue aussi le rôle d'Alfred dans Ma sorcière bien-aimée.
  • On peut remarquer une faute de raccord dans cet épisode. Lors d'une discussion avec Columbo, Nelson Brenner tient une carafe de jus d'orange avec sa main droite (49 min 28 s), alors que dans le plan suivant, il s'en saisit.

Le doublage en français présente de graves défauts à la conclusion de l'épisode : dans la version originale, la question de la possible non-participation de la Chine aux Jeux Olympiques à venir permet à Columbo de confirmer sa thèse de culpabilité (information inconnue à l'heure supposée de la rédaction du discours par l'assassin). Dans la version française, cette information est escamotée, ce qui fait que le dénouement tombe à plat.

Épisode 4 : Question d'honneur[modifier | modifier le code]

Titre original
A Matter of Honor (trad. litt. : « Question d'Honneur »)
Numéro de production
35 (5.4)
Première diffusion
Réalisation

Ted Post

  • Durée : 70 minutes
Scénario
Scénario télévision : Brad Radnitz ; histoire : Ted Post
Invités
Résumé détaillé

Au Mexique, Luis Montoya est le propriétaire d'un ranch et un matador renommé pour son courage. Curro Rangel, le fils de son ami Hector, vient d'être blessé en affrontant un taureau en corrida. Luis sait qu'à sa sortie d'hôpital le jeune homme voudra encore affronter l'animal, et peut-être à sa perte. Le propriétaire demande alors à Hector de l'aider à tuer le taureau en duel dans l'arène. Mais, juste avant de lâcher l'animal, Montoya tire une fléchette tranquillisante sur Hector. Le taureau libéré le charge et l'encorne.

Pendant ce temps Columbo fait du tourisme en ville. Il a un accrochage involontaire avec son véhicule. La police finit par s'en mêler et le chef de la police locale demande au lieutenant de l'aider pour élucider la mort d'Hector. Ils se rendent sur les lieux. Divers indices poussent Columbo à explorer l'hypothèse du meurtre, mais il ne parvient pas à en comprendre le mobile.
Commentaires
  • C'est l'un des rares épisodes où il faut attendre la toute fin pour connaître le mobile.
  • C'est le premier épisode où un animal est responsable direct d'une mise à mort - aidé en cela par une flèche tranquillisante.
  • Lorsque Columbo rencontre le chef de la police, ce dernier lui dit qu'il le connaît pour avoir lu dans le journal à propos du meurtre pendant la croisière, dans l'épisode 29 (4-4) Eaux troubles.
  • Il s'agit du troisième épisode ne se déroulant pas aux États-Unis, après l'épisode SOS Scotland Yard (saison 2) et justement Eaux troubles (saison 4).
  • Au début de l'épisode, Luis Montoya – interprété par l'acteur Ricardo Montalban – visionne ce qui est supposé être une ancienne vidéo de lui-même comme jeune matador. C'est en réalité un extrait du film Sang et Volupté (1943), dans lequel l'acteur joue le rôle d'un torero. Un autre épisode utilise lui aussi la technique d'un film ancien précédemment joué par le protagoniste pour étoffer son rôle : La Dame oubliée (saison 5).
  • C'est le second épisode dans lequel on peut rapidement lire le prénom du lieutenant (Frank) lorsqu'il présente son insigne, ici à la police locale mexicaine. Une autre occasion se présente lors de l'épisode Poids mort de la saison 1.
  • A noter que la Peugeot 403 n'est pas la seule voiture française à apparaître dans cet épisode, puisqu'on aperçoit également une Renault Estafette en arrière-plan (8 min 50 s).
  • Dans cet épisode, Columbo se documente pour les besoins de son enquête sur le monde de la tauromachie. Des termes sont employés et definis tels que muleta, ganadero, tienta, pique, mano a mano, la queue et les deux oreilles

Épisode 5 : Tout n'est qu'illusion[modifier | modifier le code]

Titre original
Now You See Him… (trad. litt. : « Maintenant Vous Le Voyez »)
Numéro de production
36 (5.5)
Première diffusion
Réalisation

Harvey Hart

  • Durée : 85 minutes
Scénario
Scénario télévision : Michael Sloan ; histoire : Harvey Hart
Invités
Résumé détaillé

Le Grand Santini est un illusioniste renommé. Il se produit depuis des années dans le cabaret-restaurant de Jesse Jerome. Ce dernier s'estime floué par l'artiste qui ne lui a donné qu'une petite partie de l'importante recette obtenue lors d'une tournée triomphale dans le pays. Le propriétaire en profite aussi pour le menacer. En effet, Santini dissimule un passé criminel nazi sous une fausse identité ; Jerome l'a appris par la lettre de dénonciation d'un convive qu'il a conservée dans son bureau. Jerome impose à son employé de lui redonner davantage d'argent, faute de quoi ce dernier se fera dénoncer pour ses crimes passés. Santini est acculé. Il va préparer une mise en scène.

Lors du clou du spectacle, le magicien trafique comme il en a l'habitude un célèbre numéro de Harry Houdini : sa manœuvre consiste à apparaître enfermé dans un coffre hermétique puis revenir sur scène déguisé en assistant. Il attend d'ordinaire la fin du numéro en restant dans sa loge, au sous-sol.

Ce soir-là, Santini ne change rien au début de son numéro : il entre dans le coffre et s'échappe par une trappe du plancher. La rampe d'accès qui mène au bureau de Jesse Jerome se trouve dans la salle de cuisine du bâtiment, à l'étage. L'illusionniste s'habille en serveur pour se fondre parmi les autres membres du personnel. Il monte à l'étage du patron et force discrètement la serrure du bureau avec un objet métallique. Jesse Jerome se trouve dans les lieux et il a attendu jusqu'au début du spectacle de Santini pour commencer sa lettre de dénonciation. Il entend la porte s'ouvrir vers l'entrée. Il se lève et s'approche de la porte puis se retrouve tué de face d'une balle dans le cœur. Retournant au sous-sol après avoir volé les documents compromettants, l’illusionniste termine son spectacle sans accrocs.

Santini est persuadé d'avoir commis le crime parfait : il a pris la précaution de faire croire qu'il était resté dans sa loge au sous-sol tout le temps du numéro grâce à un système de micros miniaturisés.

Columbo comprend que le cabaretier a modifié ses habitudes en ne comptant pas la recette du jour et qu'il connaissait son agresseur. L'utilisation d'une lamelle métallique le fait s'intéresser au magicien. Le lieutenant va découvrir lors de la soirée suivante le truc utilisé durant le grand numéro. Une entrevue avec un vendeur de farces et attrapes conforte ses soupçons. Cependant le mobile reste longtemps un mystère...
Commentaires
  • Columbo débarque sur la scène du crime avec un nouvel imperméable que sa femme lui a acheté. Il ne l'aime pas et essaye de s'en débarrasser discrètement en faisait semblant de le perdre ou de l'oublier quelque part. Il finira par reprendre l'ancien, en disant aux autres que sa femme a rendu l'autre qui ne lui allait pas.
  • 3e participation de l'acteur Jack Cassidy qui est décédé accidentellement l'année même de la première diffusion, le 12 décembre 1976.
  • Il s'agit du second et dernier épisode où Columbo collabore avec le sergent Wilson (incarné par Bob Dishy) aperçu dans l'épisode « Dites le avec des fleurs », diffusé 4 ans plus tôt
  • C'est l'un des rares épisodes où le crime ne se déroule pas dans un milieu aisé.
  • Le thème musical et la chanson du film Charade,composés par Henry Mancini sont entendus plusieurs fois au cours de l'épisode.

Épisode 6 : La montre témoin[modifier | modifier le code]

Titre original
Last Salute to the Commodore (trad. litt. : « Dernier Honneur pour le Commandant »)
Numéro de production
37 (5.6)
Première diffusion
Réalisation

Patrick McGoohan

  • Durée : 92 minutes
Scénario
Scénario télévision : Jackson Gillis ; histoire : Patrick McGoohan
Invités
Résumé détaillé

Otis Swanson est un homme âgé, un marin de haute mer devenu entrepreneur et riche propriétaire d'un chantier naval. Il crée de somptueux navires d'exception. Il est reconnu pour son expertise et apprécié dans sa profession. Il est surnommé « le Commodore » du fait de son amour immodéré de la navigation.

Un rassemblement consacre chez lui, un soir, les trente ans de sa société. Swanson méprise ouvertement les potentiels nouveaux acheteurs de ses navires en restant de glace sur son fauteuil. Il ne cherche pas à se mêler à des parasites ne ressentant pas l'amour de la mer et éprouve pour eux un profond mépris. Il les fait partir de son salon. Il exprime aussi de l'amertume face à sa fille Joanna (continuellement ivre) et son gendre Charles, présents dans les lieux avec lui. Il est en désaccord avec son gendre gérant de son entreprise. Charles souhaite étendre la compagnie et diversifier l'entreprise alorsque le Commodore s'y oppose par principe. Swanson envisage de faire des changements dans sa société car il n'apprécie pas la tournure mercantile que son genre met en avant. Charles se rend le soir-même chez son beau-père (sur une île privée) pour l'amadouer et le faire changer d'avis.

Charles, dans les lieux, essuie un cabillaud de bois puis prend sur le sol une broche appartenant à son épouse. Le bijou est à côté du corps de Commodore déjà raide mort. Le gendre va se faire remarquer d'un gardien de la marina en lui parlant de sa montre et se rendre sur le navire personnel de son beau-père. Il va se vêtir comme lui pour être aperçu des marins des environs puis jeter le cadavre par-dessus bord afin de simuler une noyade accidentelle. Charles rentre chez lui discrètement grâce à une tenue de plongée. Il est parfaitement convaincu que son épouse, ivre morte, est responsable du décès de son propre père. Le détail de la montre et le sang-froid de Charles lors de l'annonce de la disparition d'Otis Swanson pousse Columbo sur la piste de son mensonge...
Musique
Commentaires
  • Un épisode à l'atmosphère étrange qui se démarque nettement car il induit le spectateur en erreur sur l'identité du meurtrier. Une scène semble désigner le personnage joué par Robert Vaughn (ce qui est d'autant plus crédible que l'acteur a déjà interprété le coupable dans Eaux troubles de la saison précédente). Un second meurtre survient ensuite ce qui brouille l'identité du premier meurtrier. Il faut attendre la fin pour que le mystère soit dévoilé. Par ailleurs, le dénouement en est très discutable, puisque la prétendue mise en évidence du coupable repose sur une affirmation bien mince de ce dernier, qui ne suffirait certainement pas à prouver son crime en justice.
  • Cet épisode était à l'origine le dernier épisode de la série, Peter Falk ayant annoncé son intention de rendre son imperméable... Le scénariste Jackson Gillis, l'un des meilleurs de la série, fut donc chargé de concevoir un épisode final dans lequel le présumé meurtrier (Robert Vaughn) est assassiné en plein milieu de l'épisode[1].
  • Lorsque Charles Clay donne des explications à Columbo sur les mâts, voilures et barre automatique (à environ 38 minutes 10 du début), le bateau sur lequel ils se trouvent a singulièrement rapetissé... Cette impression est due à un problème de scénario qui omet le déplacement de Columbo et de Charles Clay sur le bateau du « Commodore ». Les personnages ont en fait quitté le yacht de luxe du présumé assassin pour se retrouver sur le yawl de la victime.
  • Un dénouement à la Agatha Christie où tous les suspects sont réunis.
  • Patrick McGoohan réalisateur de l'épisode, reprend le sergent Kramer (Bruce Kirby) qui secondait déjà Columbo dans l'épisode « Entre le crépuscule et l'aube » de la saison 4 dans lequel Patrick McGoohan jouait le rôle du meurtrier.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Source : guide Columbo de Mark Dawidziak

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]