Sainte-Foy-lès-Lyon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Sainte Foy lès Lyon)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sainte Foy.
Sainte-Foy-lès-Lyon
L'hôtel de ville de Sainte-Foy-lès-Lyon.
L'hôtel de ville de Sainte-Foy-lès-Lyon.
Blason de Sainte-Foy-lès-Lyon
Blason
Logo
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Métropole Métropole de Lyon
Arrondissement Lyon
Maire
Mandat
Véronique Sarselli
2014-2020
Code postal 69110
Code commune 69202
Démographie
Gentilé Fidésiens
Population
municipale
21 848 hab. (2014)
Densité 3 199 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 44′ 05″ nord, 4° 48′ 12″ est
Altitude Min. 170 m – Max. 322 m
Superficie 6,83 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : métropole de Lyon

Voir sur la carte administrative de la Métropole de Lyon
City locator 14.svg
Sainte-Foy-lès-Lyon

Géolocalisation sur la carte : métropole de Lyon

Voir sur la carte topographique de la Métropole de Lyon
City locator 14.svg
Sainte-Foy-lès-Lyon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sainte-Foy-lès-Lyon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sainte-Foy-lès-Lyon
Liens
Site web www.saintefoyleslyon.fr

Sainte-Foy-lès-Lyon (en francoprovençal, Sente-Fê lât Liyon[réf. nécessaire]) est une commune française située dans la métropole de Lyon en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Ses habitants s'appellent les Fidésiens[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Sainte-Foy-lès-Lyon surplombe Lyon par l'ouest, juste au sud de la basilique Notre-Dame de Fourvière, au-dessus du confluent du Rhône et de la Saône à l'est et de la vallée de l'Yzeron à l'ouest et au sud, en limite des communes de Francheville et Oullins.

Elle se distingue par son cadre de vie[évasif] agréable, très vert, voire champêtre, et le centre-ville de Sainte-Foy est à 15 minutes en voiture de la presqu'île lyonnaise. La ville est mitoyenne, au Nord, du 5e arrondissement de Lyon, à l'Est, de La Mulatière, à l'Ouest, de Francheville, au Sud d'Oullins et de Chaponost.

Transports et communications[modifier | modifier le code]

Transports en commun[modifier | modifier le code]

La ville est desservie par plusieurs bus du réseau des transports en commun lyonnais[2].

- C19 - Perrache <> Franchevile Taffignon

- C20 - Bellecour Le Viste <> Francheville Taffignon / Fort de Bruissin

- 11 - Gorge de Loup <> Thurins Mairie

- 12 - Gare d'Oullins <> St Genis 2

- 14 - Gare d'Oullins <> Gorge de Loup

- 17 - Sainte-Foy Place Saint Luc <> Saint Genis 2 / Saint Genis Lycée Descartes

- 45 - Croix Rousse <> Valdo

- 49 - Perrache - Sainte-Foy Châtelain

- 65 - Gorge de Loup <> Charcot La Source

- 90 - Valmy Place Ferber <> Sainte-Foy Châtelain

Communications[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Martyre de sainte Foy

Le nom de la commune est constitué de Foy, martyre qui serait morte à Agen au IIIe siècle, et d'une référence à sa proximité avec Lyon[3], différenciant ainsi la ville de ses homonymes Ce lien renvoie vers une page d'homonymie.

Histoire[modifier | modifier le code]

Époque romaine[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Jarez.

Le site, proche de la capitale des Gaules Lugdunum, connaît une activité intense à l'époque romaine[4]. Le territoire situé dans le prolongement sud de la ville antique est traversé par deux voies romaines au moins : celle reliant Lugdunum à Vienne par la rive droite du Rhône, située sous l'actuel chemin des Fontanières[5], et une autre voie supposée en direction de Saint-Symphorien-sur-Coise qui emprunterait le chemin de Chantegrillet[6]. L'aqueduc romain du Gier a laissé des vestiges en sept points différents du territoire actuel : le siphon de l'Yzeron et son réservoir terminal[7], la tranchée dite « de Narcel »[8], les arches du chemin de Narcel[9], le tunnel du Vingtain, entièrement détruit, la tranchée du Fort, les arches de la rue Georges Clemenceau et la tranchée de Chavril[10]. D'autres vestiges ont été observés, notamment des fosses datant de l'Antiquité tardive ou du haut Moyen Âge, des tegulae et céramiques antiques, un fragment de sarcophage, des traces de bâtiments dont la fonction est inconnue[11] et une habitation gallo-romaine[12].

Sainte-Foy en 1170[modifier | modifier le code]

C'est en 1170 qu'apparaît la plus ancienne mention connue de Sainte-Foy qui appartient aux chanoines de Saint-Just[réf. nécessaire]. En 1189, elle passe sous la dépendance du chapitre de Saint-Jean jusqu'à la Révolution.

XVIIIe siècle[modifier | modifier le code]

Au cours de la Révolution française, la commune porte provisoirement les noms de Bonnefey et de Mont-Chalier[13].

XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Dès 1834, une mairie-école est construite et, l'année suivante, est créé un service d'omnibus à chevaux. En 1840, un marché hebdomadaire voit le jour et trois ans plus tard l'église paroissiale est reconstruite après la démolition complète de l'ancien édifice. L'année suivante est marquée par la mort de Laurent Mourguet, le créateur de Guignol, époux d'une Fidésienne, Jeanne-Marie Trigon, dont la maison natale est devenue un cinéma d'art et d'essai portant son nom d'épouse (Cinéma Jeanne Mourguet).

En 1871, on perce l'avenue Valioud. À partir de 1880, la viticulture, ruinée par le phylloxera, laisse peu à peu place à l'arboriculture et aux propriétés résidentielles. En 1885, La Mulatière est détachée de Sainte-Foy et devient une commune indépendante.

L'arrêt du tramway

En 1893, un hôpital est créé par le Dr Barral, cependant que la même année une ligne de tramways électriques de la Société du tramway de Sainte Foy est mise en service, avant d'être reprise en 1898 par le Fourvière Ouest-Lyonnais, lui-même absorbé en 1911 par l'OTL. L'éclairage des rues est installé en 1894.

XXe et XXIe siècles[modifier | modifier le code]

En 1968, la ville est jumelée avec Limburg an der Lahn en Allemagne de l'Ouest. L'année suivante, la commune entre dans la communauté urbaine de Lyon (COURLY). La vie économique est marquée par l'installation des Laboratoires Boiron en 1974 et la vie religieuse par la visite du pape Jean-Paul II en octobre 1986.

En 2006 est inauguré le troisième gymnase en présence de Jean-François Lamour.

Le , la commune quitte le département du Rhône et rejoint la collectivité territoriale de la métropole de Lyon qui remplace la communauté urbaine.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants au dernier recensement étant compris entre 20 000 et 29 999, le nombre de membres du conseil municipal est de trente-cinq[14].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2014 en cours Véronique Sarselli UMP puis LR  
1995 2014 Michel Chapas UDF puis UMP  
1983 1995 Jean Salles UDF  
1977 1983 Maurice Moulin UDF  
1965 1977 Raymond Barlet Parti Radical  
1947 1965 Maurice Jarrosson    
1944 1947 Adrien Replumaz PCF  

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de plus de 10 000 habitants les recensements ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage auprès d'un échantillon d'adresses représentant 8 % de leurs logements, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[15],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 21 848 habitants, en diminution de -0,76 % par rapport à 2009 (Métropole de Lyon : 5,17 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 044 2 110 1 697 2 016 2 312 2 808 2 737 3 120 3 127
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
4 114 4 462 5 042 4 668 5 118 5 732 3 105 2 907 2 914
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
3 106 3 147 3 358 3 782 4 505 5 074 5 335 6 270 7 290
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
9 592 16 583 21 698 21 521 21 450 21 193 22 208 21 585 21 848
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2006[16].)
Histogramme de l'évolution démographique

Le bourg agricole qui ne compte que 5 335 habitants en 1936 a laissé place à une cité de 22 151 habitants en 2007, forte de 130 associations et de 350 entreprises. Sa population ne cesse de s'accroître du fait du cadre de vie attractif et de la proximité de Lyon.

  • Autres données (2005)
    • 24,8 % de la population a moins de 20 ans
    • 23,3 % de la population a plus de 60 ans
    • 5,1 % d'étrangers
    • 3 Fidésiens sur 5 habitent la commune depuis 1990
    • 73,5 % de la population vit en immeuble collectif
    • 86,2 % des immeubles ont été construits après 1945

Enseignement[modifier | modifier le code]

Sainte-Foy-lès-Lyon est située dans l'académie de Lyon. La ville est pourvue de 10 écoles primaires, dont 2 sont privées, la plupart accueillant également un cycle pré-élémentaire (maternelle). La ville n'accueille en revanche qu'un seul établissement de cycle secondaire, le collège du Plan du Loup, les plus proches étant le collège Saint-Marc, le collège Charcot, le collège-lycée La Favorite Sainte-Thérèse, le lycée Saint-Just. Le séminaire Saint-Irénée accueillant l'École supérieure de Philosophie et de Théologie était également basé à Sainte-Foy-lès-Lyon (les bâtiments, inscrits en 2007 monument historique, ont été cédés à un promoteur immobilier en 2010).

La ville possède un Conservatoire de Musique & Danse, agréé par l'état comme Conservatoire à Rayonnement Communal. Il compte 24 professeurs et 500 élèves, et propose l'enseignement de 21 disciplines instrumentales, et de nombreux ensembles de pratique collective. Il propose une quarantaine de rendez-vous musicaux et chorégraphiques publics par an[17]. Il fait des échanges avec les villes de Limburg an der Lahn (Allemagne), Doncaster et Lichfield (Angleterre). L'école dépend de la mairie, mais son administration et une partie importante de ses cours sont 92, chemin des Fonts. Les lieux suivants sont également utilisés pour les cours : l’école Robert-Schumann (24, rue de Chavril) et pour les répétitions des orchestres et des percussions, la salle de l'Ellipse (24 rue Sainte Barbe).

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Le conservatoire de Musique & Danse propose une quarantaine de concerts par an. Plusieurs chorales résidant à Sainte-Foy produisent également des concerts. La bibliothèque Léopold Sédar Senghor, œuvre de l'architecte Grange-Chavanis, située au 20 de la rue du Châtelain, est un bâtiment de 1 500 m2, fédérant, en plus de sa fonction de bibliothèque de nombreuses manifestations et expositions[18]. La MJC Marcel Achard[19] très grosse association regroupant 2 200 adhérents en plus de ses nombreuses activités culturelles et musicales, accueille également régulièrement des spectacles dans sa salle. Enfin, la ville de Sainte-Foy-lès-Lyon propose également depuis 2014 des rendez-vous culturels variés.

Depuis 1988, la ville possède également un cinéma, initialement appelé le Cinéma Jeanne Mourguet avant d'être renommé Ciné Mourguet[20]. Bâti au 43 Grande Rue, avec une salle, il a déménagé le dans de nouveaux locaux, avec deux salles neuves (de 200 et 80 places), au 15 rue Deshay. Classé « Art et Essai » avec les labels « Jeune Public » et « Patrimoine et Répertoire », il se distingue par ses nombreuses séances jeune public et ses multiples débats avec invités (plus de 40 par an). Le cinéma, en partenariat avec le CCCF et la Ville de Sainte-Foy-lès-Lyon, organise depuis 1991 une biennale consacrée aux cinémas et aux cultures africaines : Caravane des Cinémas d'Afrique[21]. La 14e édition, en avril 2016, célébre les 25 ans du festival.

Santé[modifier | modifier le code]

Sainte-Foy-lès-Lyon possède un hôpital au 78 chemin de Montray, et une clinique privée, la clinique Charcot, au 51-53 avenue du commandant Charcot.

L’hôpital[22] possède 170 lits répartis en

  • 33 lits de maternité et chirurgie gynécologique
  • 16 lits de médecine gériatrique
  • 16 lits de soins de suite et de réadaptation (SSR)
  • 105 lits de maison de retraite médicalisée

La clinique Charcot[23] possède 106 lits avec

  • un service ambulatoire
  • deux unités de chirurgie et une unité de chirurgie de semaine
  • un service de médecine
  • une unité de chimiothérapie ambulatoire et de médecine de jour
  • un service de soins continus

Elle accueille par ailleurs

  • un laboratoire biologie ouvert au public
  • une centre d'imagerie médicale (radiologie, IRM, échographie, scanner)
  • un centre de radiothérapie
  • un centre de dialyse de 72 lits

Dix pharmacies sont réparties dans les différents quartiers de Sainte Foy.

Deux vétérinaires dont une clinique vétérinaire existent également sur le territoire de la commune.

Sports[modifier | modifier le code]

À Sainte Foy, l'activité sportive est dynamique avec un office municipal des sports, et 35 associations sportives y possèdent leurs sièges[24]. Elles totalisent 7 000 adhérents. L'une d'elle (basket) se distingue par son appartenance à la division nationale 2.

La commune accueille un club de tir à l'arc[Note 2] depuis 1989, affilié aux fédérations FFTA et FFH ainsi qu'un club de pétanque[Note 3].

Une école de Rugby League (Rugby XIII) est créée en 2014 avec le soutien du Comité Rhône-Alpes de Rugby XIII et compte plus de 130 licenciés.

Le club Club Sportif Charcot compte plus de 800 adhérents dont plus de 200 pour le tennis de table. En juin 2011, le club a fêté ses cinquante ans d'existence ainsi que le jubilé de Christophe Durand plusieurs fois médailles d'or en tennis de table aux jeux paralympiques. Guy Tisserand ancien président du club de tennis de table CS Charcot a été aussi plusieurs fois médaillés d'or aux jeux paralympiques. Il compte 28 titres nationaux et 14 titres internationaux.

La municipalité entretient une piscine[25] située 6, avenue du 11 novembre.

Environnement[modifier | modifier le code]

Sainte Foy offre un cadre vie nature remarquable avec 20 % de son territoire (46 hectares) en espaces verts. Des jeux d'enfants et des agrès sportifs y sont entretenus.

La commune est particulièrement fleurie sur 18 sites où se répartissent 45 massifs de fleurs répartis entre les parcs, squares et jardins, les ronds points et autres îlots de voirie, avec 214 jardinières. Plus de 40 000 plantes sont ainsi entretenues chaque année dont certaines demandent deux arrosages par semaine[26].

Tous les 8 mai, le vallon du chemin des prés se transforme en marché aux fleurs et produits du terroir[27]. Cet endroit constitue toute l'année un espace de promenade verdoyant pour les vélos et les rollers. Il se prolonge par le chemin des Hauts du Bois dominant le domaine forestier plus sauvage du Vallon des Sources, bordé d'un pré où paissent des chevaux.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Cadre de vie[modifier | modifier le code]

La proportion de logements sociaux est faible : 8,4 % de HLM en 2006[réf. nécessaire]. La proximité du centre-ville de Lyon, accessible en moins de 20 minutes grâce aux lignes C19, C20 et 49 des transports en commun de Lyon notamment et le nombre important de demeures « de prestige » explique l'attrait des hauts-revenus lyonnais pour cette ville. La ville révèle plusieurs facettes : des quartiers populaires de Saint-Luc aux quartiers résidentiels de Châtelain ou du Vallon, du Centre ou de l'Hormet, la ville est une mosaïque sociale assez restreinte néanmoins car l'image « d'un havre pour les riches lyonnais en recherche d'un peu d'espace et de verdure »[réf. nécessaire] persiste, aussi bien dans les faits que dans les esprits. [réf. nécessaire]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Vestiges du pont-siphon de l'Yzeron de l'aqueduc romain du Gier Au lieu-dit de Beaunant à Sainte-Foy-lès-Lyon

Patrimoine architectural[modifier | modifier le code]

Le château de la Bachasse
  • L'aqueduc du Gier traverse toute la commune de Sainte-Foy-lès-Lyon du sud-ouest au lieu-dit Beaunant, au nord-est dans le quartier du Petit Sainte-Foy, sur une longueur de 4 170 m, et franchi la vallée de l'Yzeron par 72 arches dont certaines sont conservées. La partie la plus intéressante de ces vestiges comporte un pont-siphon qui traversent la vallée de l'Yzeron aux « Aqueducs de Beaunant » et qui est destiné à faire remonter l'eau à partir du pied de la colline. Très négligé, l'environnement de ce pont siphon a subi une nette dégradation du fait d'un laissé faire des autorités et d'une urbanisation incontrôlée. Le sommet de cet ouvrage, lentement colonisé par la végétation témoigne aussi de cette négligence dans la préservation d'un édifice bientôt bimillénaire. Une autre partie importante de l'aqueduc (cette partie est restauré) est visible sur la commune de Chaponost dans un cadre préservé et encore champêtre;
  • la tour du Télégraphe : le relais de Sainte-Foy-lès-Lyon est le vestige du réseau de télécommunications élaboré par Claude Chappe à la fin du XVIIIe siècle. Il est situé sur la ligne Paris-Lyon-Toulon, entre le relais de Lyon Saint-Just, à 2,4 km au nord, et celui du clocher d'Irigny, à 7,4 km au sud. Elle est l'une des rares tours encore en état sur l'ensemble du réseau, parce que restaurée et fonctionnelle avec son mécanisme ;
  • le Séminaire Saint-Irénée est construit entre 1902 et 1903, sur les plans du deuxième architecte de la basilique Notre-Dame de Fourvière Sainte-Marie Perrin, le bâtiment abrite d'abord le Séminaire de philosophie et il devint École supérieure de théologie à la suite de la séparation de l’Église et de l’État en 1905. En 1928, un nouveau séminaire de philosophie, la Maison Saint-Joseph, est construit à proximité du séminaire Saint-Irénée sur la commune de Francheville. Placé sous la direction de la compagnie de Saint-Sulpice, le séminaire interdiocésain Saint-Irénée regroupe, depuis 1972, l’enseignement de la philosophie et de la théologie. C'est en ce lieu que se sont formés jusqu'en 2007 la plupart des prêtres de la région apostolique centre-est, regroupant les diocèses de Lyon, Autun, Clermont-Ferrand, Le Puy-en-Velay, Saint-Étienne, Viviers, Valence, Grenoble, Chambéry, Annecy et de quatre diocèses associés, Dijon, Besançon, Belfort et Saint-Claude. Le pape Jean-Paul II y a résidé lors de son séjour à Lyon, en . Le séminaire Saint-Irénée a déménagé vers Fourvière en 2010 ;
  • la pagode Thien Minh ;
  • le château de la Bachasse.

Héraldique et logotype[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Sainte-Foy-lès-Lyon

Les armes de la commune de Sainte-Foy-lès-Lyon se blasonnent ainsi : D'azur à la foi d'argent mouvant des flancs, accompagnée, en chef, d'une couronne d'or et, en pointe, d'une tête de lion arrachée du même lampassée de gueules.

[modifier | modifier le code]

Logo de Sainte-Foy-lès-Lyon

Logo de Sainte-Foy-lès-Lyon : …

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Clair Tisseur (1827-1895), écrivain et architecte, auteur du Littré de la Grand'Côte, est natif de la commune et y a été inhumé.
  • Ferdinand Arnodin (1845-1924), ingénieur et industriel, constructeur de très nombreux ponts suspendus ou transbordeurs, y est né.
  • Alexis Carrel, (1873-1944), chirurgien et biologiste, prix Nobel de physiologie ou médecine en 1912, s'est fait mondialement connaître par la publication de L'Homme, cet inconnu, en 1935, favorable à l'eugénisme et membre du PPF, parti pro-nazi de Jacques Doriot durant l'Occupation, est né à Sainte-Foy-lès-Lyon. Une rue de la commune porte son nom. Une petite sculpture commémorative en bronze est érigée esplanade Lichfield jouxtant l'église.
  • Émile Zeizig (1887-1944), né à Sainte-Foy-lès-Lyon où il était commerçant, place Xavier-Ricard, il est une des sept victimes de l'exécution des sept Juifs au cimetière de Rillieux. Une rue de la commune porte son nom.
  • Marcel Achard (1899-1974), académicien, écrivain, homme de cinéma et de théâtre, y est né. Sa maison natale se trouve place Xavier Ricard.
  • Alban Vistel (1905-1994), éditeur de bandes dessinées, écrivain, historien, commandant militaire de la région de Lyon pendant la Résistance et Compagnon de la Libération, est mort dans la commune et y est inhumé.
  • Pierre Molaine (1906-2000), écrivain, Prix Renaudot en 1950, est inhumé dans le cimetière de la commune.
  • Frédéric Dard (1921-2000), alias San-Antonio, écrivain, a vécu dans le quartier de la Plaine durant l'occupation[28].
  • Patrice Dard (1944-), écrivain, fils de Frédéric Dard, y est né.
  • Éric-Emmanuel Schmitt (1960-), dramaturge, nouvelliste, romancier et réalisateur français naturalisé belge en 2008, est né à Sainte-Foy-lès-Lyon.
  • Florian Maurice (1974-), footballeur international, y est né.
  • Frédéric Kanouté (1977-), footballeur franco-malien, international malien et vainqueur de 2 coupes d'Europe (Coupe de l'UEFA 2006, 2007), y est né.
  • Florent Balmont (1980-), footballeur, y est né.
  • Jean-Baptiste Maunier (1990-), chanteur, acteur et mannequin révélé par le film Les Choristes, a passé sa jeunesse à Sainte-Foy-lès-Lyon.

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2010, le revenu fiscal médian par ménage était de 37 088 € ce qui plaçait Sainte-Foy-lès-Lyon au 4 463e rang parmi les 31 525 communes de plus de 39 ménages en métropole[29].

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2005, 44,4 % de la population est active, 21,5 % des Fidésiens travaillent dans la commune, 4 Fidésiennes (25 à 59 ans) sur 5 travaillent (3 sur 4 en 1990) et le taux de chômage s'élève à 7 %, inférieur à la moyenne du Grand Lyon (11,4 %) et du département (13 %).

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Entreprise fidésienne de réputation internationale, les Laboratoires Boiron, leader mondial de l'homéopathie, sont installés sur la commune depuis 1974 et y emploient 550 salariés.

Jumelages et partenariats[modifier | modifier le code]

Voir l’image vierge
Localisation de Sainte-Foy-lès-Lyon, Limburg an der Lahn, Lichfield et Kraljevo.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  2. Club des Archers de l'ouest
  3. Sainte-Foy-Pétanque

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gentilé sur le site habitants.fr Consulté le 8 août 2015.
  2. 8, 14, 29, 49, 103)
  3. lès, dérivé du bas latin latus, « à côté de » Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales | étymologie de lès
  4. Walker St., L'habitat rural dans la région Rhône-Alpes (Ier s. av. J. C.-Ve s. ap. J.-C.), 1981, p. 102
  5. Odile Faure-Brac, Carte archéologique de la Gaule - Le Rhône, 69/1, (ISBN 2-87754-096-0), p. 366 et 367
  6. Odile Faure-Brac, Carte archéologique de la Gaule - Le Rhône, 69/1, (ISBN 2-87754-096-0), p. 367
  7. Au 194, boulevard Baron-du-Marais
  8. En parallèle du boulevard de Narcel
  9. il y aurait eu au moins 28 arches dont les vestiges peuvent être observés dans les murs bordant la rue de Narcel
  10. Détail des vestiges et de leur emplacement exact dans Odile Faure-Brac, Carte archéologique de la Gaule - Le Rhône, 69/1, (ISBN 2-87754-096-0), p. 365 et 366
  11. Odile Faure-Brac, Carte archéologique de la Gaule - Le Rhône, 69/1, (ISBN 2-87754-096-0), p. 367 et 368
  12. J. F Artaud, Lyon souterrain ou observations archéologiques et géologiques faites dans cette ville depuis 1794 jusqu'en 1836, Lyon, 1846, cité dans Odile Faure-Brac, Carte archéologique de la Gaule - Le Rhône, 69/1, (ISBN 2-87754-096-0), p. 11 (bibliographie) et p. 367 et 368 (détails)
  13. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  15. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  17. http://www.saintefoyleslyon.fr/index.php?rubrique=58
  18. http://www.saintefoyleslyon.fr/index.php?rubrique=46
  19. http://mjcstefoy.org/
  20. « Ciné Mourguet » (consulté le 16 mai 2015)
  21. « Caravane des cinémas d'afrique », sur www.caravanedescinemasdafrique.com (consulté le 15 mai 2015)
  22. http://www.hopital-ste-foy.fr/
  23. http://www.clinique-charcot.fr/
  24. http://www.saintefoyleslyon.fr/index.php?rubrique=82
  25. http://www.saintefoyleslyon.fr/index.php?rubrique=337
  26. http://www.saintefoyleslyon.fr/index.php?rubrique=13
  27. http://www.saintefoyleslyon.fr/index.php?rubrique=318
  28. Frédéric Dard écrit "Georges et la Dame seule" à Sainte-Foy-Lès-Lyon
  29. « Revenus fiscaux localisés des ménages-Année 2010 », sur le site de l'Insee, (consulté le 16 septembre 2016)