Sainte-Verge

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Verge.
Sainte-Verge
Sainte-Verge
L'église de Sainte-Verge.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Deux-Sèvres
Arrondissement Bressuire
Canton Thouars
Intercommunalité Communauté de communes du Thouarsais
Maire
Mandat
Jean Lambert
2014-2020
Code postal 79100
Code commune 79300
Démographie
Population
municipale
1 414 hab. (2015 en diminution de 1,67 % par rapport à 2010)
Densité 110 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 00′ 30″ nord, 0° 12′ 39″ ouest
Altitude Min. 39 m
Max. 87 m
Superficie 12,83 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Deux-Sèvres

Voir sur la carte administrative des Deux-Sèvres
City locator 14.svg
Sainte-Verge

Géolocalisation sur la carte : Deux-Sèvres

Voir sur la carte topographique des Deux-Sèvres
City locator 14.svg
Sainte-Verge

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sainte-Verge

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sainte-Verge
Liens
Site web sainte-verge.fr

Sainte-Verge est une commune du Centre-Ouest de la France située dans le département des Deux-Sèvres en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisée au nord du département des Deux-Sèvres, la commune de Sainte-Verge est bordée à l'ouest, sur cinq kilomètres, par le Thouet, un affluent de la Loire.

Elle est implantée à trois kilomètres au nord de Thouars.

La municipalité, consciente du caractère particulier de sa toponymie, a adhéré à l'Association des communes de France aux noms burlesques et chantants.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Argenton-l'Église Saint-Martin-de-Sanzay Rose des vents
N Louzy
O    Sainte-Verge    E
S
Sainte-Radegonde Thouars

Économie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

La commune tire son nom tendancieux de légendes locales relatant la vie d'une jeune bergère appelée Virgana, qui vécut au IVe siècle, dans un domaine nommé la Forêt dans les environs de Thouars, qui aurait été tuée après sa conversion à treize ans par son patron païen.

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
? ? Philippe Bernard - -
? ? Jean Joly - -
2001 2008 Jacques Jeanot - -
mars 2008 en cours Jean Lambert[1] - Retraité

La commune de Sainte-Verge fait partie du syndicat de la communauté de communes du Thouarsais et du Pays Thouarsais.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[3].

En 2015, la commune comptait 1 414 habitants[Note 1], en diminution de 1,67 % par rapport à 2010 (Deux-Sèvres : +1,4 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
665 707 699 697 784 768 765 744 228
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
718 715 753 722 726 720 884 873 875
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
873 890 878 909 909 915 889 945 937
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2015
961 1 007 1 135 1 242 1 202 1 329 1 453 1 421 1 414
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • La réserve naturelle du Toarcien. Ce site géologique majeur, de référence mondiale, assure la conservation de deux anciennes carrières à ciel ouvert et attire nombre de visiteurs.
  • Le château de la Forêt, inscrit aux monuments historiques, propriété privée.
  • L'église est source de curiosités avec son clocher ajouré et son soubassement en pierre des grisons, matériau extrait d'une carrière du pays. De plus, c'est l'une des rares églises à avoir la devise de la République Française "Liberté, Égalité, Fraternité" gravée dans la pierre.
  • Le château de la Gosselinière, propriété privée.
  • Les rives du Thouet, du moulin de Blanchard au moulin d'Enterré en passant par le moulin de Champigny, sont un tronçon du sentier de grande randonnée GR 36.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Alcide Dessalines d'Orbigny, célèbre naturaliste, explorateur, malacologiste et paléontologue français, est connu à Sainte-Verge pour ses travaux paléontologiques qu'il a poursuivis dans une carrière en 1849, près de la ferme du Rigollier, entre Vrines (commune de Sainte-Radegonde) et Pompois (commune de Sainte-Verge), pour établir l'étage géologique (stratotype) du Toarcien.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Site de la préfecture, consulté le 31 août 2008
  2. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.