Sainte-Madeleine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Sainte Madeleine
image illustrant une municipalité du Québec
Cet article est une ébauche concernant une municipalité du Québec.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Sainte-Madeleine
Bureau de poste et maison sur la rue Saint-Simon à Sainte-Madeleine
Bureau de poste et maison sur la rue Saint-Simon à Sainte-Madeleine
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec
Région Montérégie
Subdivision régionale Les Maskoutains
Statut municipal Municipalité de village
Maire
Mandat
André Lefebvre
Décembre 2012 - 2013
Constitution
Démographie
Gentilé Madeleinois, oise
Population 2 290 hab. (2011)
Densité 432 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 36′ 00″ Nord 73° 06′ 00″ Ouest / 45.600005, -73.100005
Superficie 530 ha = 5,30 km2
Divers
Code géographique 54025
Localisation
Localisation dans la MRC de Les Maskoutains
Localisation dans la MRC de Les Maskoutains

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir la carte administrative du Québec
City locator 14.svg
Sainte-Madeleine

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir la carte topographique du Québec
City locator 14.svg
Sainte-Madeleine

Sainte-Madeleine est une municipalité de village dans la municipalité régionale de comté des Maskoutains au Québec, située dans la région administrative de la Montérégie[1]. Elle est située à l'intersection des routes 116 et 227, à mi-chemin entre Mont-Saint-Hilaire et Saint-Hyacinthe. L'autoroute Jean-Lesage (autoroute 20) longe l'extrémité nord de la municipalité.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'histoire de Sainte-Madeleine se confond initialement avec celle de La Présentation, de laquelle son territoire provient. Puis vint le projet de construction d'une église[2]. La procédure s'ouvre le 12 octobre 1804[3]. Le vicaire général propose de construire l'église à l'extrémité sud-ouest des Grands étangs. Mais on voit l'opposition lever la tête. Les gens des 60 et du Grand rang veulent à tout prix avoir l'église au Grand rang. «Au Grand rang ou rien du tout.» Ledit député réplique alors que «votre église sera ici même où nous sommes» à la croisée de la route Yamaska, au bout des Grands étangs[4]. Le 14 mars 1806, l'opposition se sent appuyé par le curé de Saint-Hyacinthe. Le 10 mai, l'évêque maintient la décision du vicaire général. Le 16 novembre s'ouvre les registres de La Présentation aux Grands étangs. Le 24 novembre, le vicaire général écrit que les gens des 60 et du Grand rang expriment leur discordance, demandent à rester de Saint-Hyacinthe et s'entêtent à vouloir y obtenir les sacrements. Saint-Hyacinthe les renvoie aux Étangs. Le 15 décembre, l'évêque donne sa décision finale et péremptoire[5], les habitants du rang des Soixante appartiendront à La Présentation ou à aucune paroisse[6]. La discorde entre les héritiers de la seigneurie scinda La Présentation en deux parties seigneuriales. Les habitants du Grand rang et des Soixante, influencés par leur héritier, Pierre-Dominique Debartzch (en), reprirent leur projet. Le 16 octobre 1811, le curé de La Présentation[7] s'en plaint à son évêque[8]. Le 4 novembre, l'évêque clôt de nouveau la question[9]. En 1847-1848[10], une nouvelle ligne de chemin de fer traverse le rang des Soixante dit Saint-Simon. L'érection d'une gare, en ce lieu, amena plusieurs nouvelles familles. Un petit village surgit. Cet essor fera germer l'idée d'une église succursale dans le rang Saint-Simon. Le 2 juin 1864, des requérants des Soixante demandent une nouvelle paroisse. L'évêque refuse. Ils persistent et prélèvent une souscription volontaire pour bâtir une église. L'évêque réitére son refus. La tradition orale dit qu'ils portèrent la témérité jusqu'à singer les saints rites dans la désignation précise de la place de la future église, par la plantation d'une croix. L'évêque informé se rendit à La Présentation et, du haut de la chaire, fit une fulminante semonce aux audacieux. Le 29 mai 1873[11], les gens des Soixante osèrent une nouvelle démarche[12]. Ils comptaient sur les dispositions bienveillantes du nouvel évêque et commencèrent la construction d'un temple par contributions volontaires[13]. Un plein succès couronna leur persévérance[14]. L'évêque établit canoniquement Sainte-Marie-Magdeleine des Soixante, le 25 septembre 1876[15]. Sainte-Marie-Madeleine, la pécheresse[16], rassembla tout le rang Saint-Simon dans les anciennes paroisses Notre-Dame-de-Saint-Hyacinthe et La Présentation; parties des quatrième et cinquième rangs de Saint-Charles-sur-Richelieu; le Petit rang et partie du rang sud-est de la rivière des Hurons à Saint-Jean-Baptiste de Rouville; partie du rang Argenteuil dans Saint-Damase. S'annexera ultérieurement, partie du rang sud-ouest de la rivière des Hurons de Saint-Jean-Baptiste de Rouville, le 27 décembre 1878[17].

Administration[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique
1991 1996 2001 2006 2011 2016
1 847 1 993 2 011 2 175 2 356 -
(Sources : Recensement du Canada)

Attraits touristiques[modifier | modifier le code]

Le Camping Sainte-Madeleine est le principal attrait touristique de cette municipalité, fondé en 1967 pour accueillir les visiteurs d'EXPO 67.

Chaque année, lors de la première fin de semaine de juillet, le Festival country du camping Sainte-Madeleine fait connaître la municipalité à travers tout le Québec. Cet événement musical attire près de 12 000 festivaliers d'un peu partout au Québec. Les centaines de motorisés visibles de l'autoroute 20 créent d'appréciables retombées économiques pour ce village d'environ 2 300 habitants.

Municipalités limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Saint-Charles-sur-Richelieu, La Présentation Rose des vents
Sainte-Marie-Madeleine N Sainte-Marie-Madeleine
O    Sainte-Madeleine    E
S
Sainte-Marie-Madeleine

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gouvernement du Québec, « Répertoire des municipalités - Sainte-Madeleine », sur Ministère des Affaires municipales, Régions et Occupation du territoire (consulté le 14 mars 2011)
  2. La Présentation, un passé ..., un vécu ..., par Guy Boivin, monographie paroissiale, Comité exécutif des fêtes du 175e anniversaire, Saint-Hyacinthe 1981, 289 p.
  3. Notes historiques de l'abbé Isidore Desnoyers, Archives de l'évêché de Saint-Hyacinthe
  4. Archives paroissiales de La Présentation
  5. Notes historiques de l'abbé Isidore Desnoyers, Archives de l'évêché de Saint-Hyacinthe
  6. Archives paroissiales de La Présentation
  7. Notes historiques de l'abbé Isidore Desnoyers, Archives de l'évêché de Saint-Hyacinthe
  8. Archives de l'évêché de Saint-Hyacinthe
  9. Notes historiques de l'abbé Isidore Desnoyers, Archives de l'évêché de Saint-Hyacinthe
  10. Fonds du chanoine Pierre-Athanase St-Pierre 1859-1953, Archives du séminaire de Saint-Hyacinthe
  11. Notes historiques de l'abbé Isidore Desnoyers, Archives de l'évêché de Saint-Hyacinthe
  12. Archives paroissiales de La Présentation
  13. Notes historiques de l'abbé Isidore Desnoyers, Archives de l'évêché de Saint-Hyacinthe
  14. Archives paroissiales de La Présentation
  15. Notes historiques de l'abbé Isidore Desnoyers, Archives de l'évêché de Saint-Hyacinthe
  16. http://www.toponymie.gouv.qc.ca/ct/ToposWeb/fiche.aspx?no_seq=56259
  17. Archives paroissiales de La Présentation

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]