Sainte-Jalle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Sainte-Jalle
Sainte-Jalle
Sainte-Jalle, vue du col d'Ey.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Drôme
Arrondissement Nyons
Canton Nyons et Baronnies

Nyons (avant mars 2015)

Intercommunalité Communauté de communes des Baronnies en Drôme Provençale
Maire
Mandat
Antoine Ivarnes
2014-2020
Code postal 26110
Code commune 26306
Démographie
Population
municipale
304 hab. (2016 en augmentation de 8,96 % par rapport à 2011)
Densité 17 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 20′ 45″ nord, 5° 17′ 05″ est
Altitude Min. 376 m
Max. 1 025 m
Superficie 18,16 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Drôme

Voir sur la carte administrative de la Drôme
City locator 14.svg
Sainte-Jalle

Géolocalisation sur la carte : Drôme

Voir sur la carte topographique de la Drôme
City locator 14.svg
Sainte-Jalle

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sainte-Jalle

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sainte-Jalle

Sainte-Jalle est une commune française située dans le département de la Drôme en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Sainte-Jalle est située à 18 km à l'est de Nyons (chef-lieu du canton) et à 14 km au nord de Buis-les-Baronnies.

Communes limitrophes de Sainte-Jalle
Arpavon Le Poët-Sigillat
Rochebrune Sainte-Jalle Le Poët-Sigillat, Bésignan
Buis-les-Baronnies Buis-les-Baronnies Bésignan

La commune, qui est arrosée par l'Ennuye, se situe au fond de sa vallée. Le point culminant de la commune est le col d'Ey, à 718 mètres.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la commune d'une sainte du VIe siècle, Sainte Galle. L’occitan ancien Santa Gala a évolué en Santa Jala (palatalisation du g typique du vivaro-alpin).

Histoire[modifier | modifier le code]

Gros village de la fertile et riche vallée qu’on appelait « le grenier des Baronnies », Sainte-Jalle était à l'époque romaine le centre du pagus Bag(inensis), une des subdivisions de la cité des Voconces[1]. Plusieurs autels ont été retrouvés qui attestent à l'époque romaine d'un culte aux déesses Baginatiae. Au haut Moyen Âge, les moines de l’abbaye de Bodon de Saint-May, s'y installent au VIIe siècle et lui donnèrent le nom de Sainte-Galle, la vierge chrétienne qui, d’après la légende, avait mis les barbares en fuite sous les murs de Valence. Ce nom fut changé, à travers les siècles en celui de Sainte-Jalle. Lesdiguières prit Sainte-Jalle le 15 avril 1586, après l’avoir battu de 200 coups de canon.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Mairie de Sainte-Jalle.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2008 Anne Marie Blanc    
mars 2008 En cours Antoine Ivarnes[2] DVD Retraité

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[4].

En 2016, la commune comptait 304 habitants[Note 1], en augmentation de 8,96 % par rapport à 2011 (Drôme : +4,1 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
515531604603652684651711720
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
709686667640644611581542512
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
520533490448422386404350333
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
283291263251260269272272280
2016 - - - - - - - -
304--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

Vignes à Sainte-Jalle.

On y cultive la vigne, du lavandin, de l'épeautre et des abricotiers.

Article détaillé : Coteaux-des-baronnies.

Commerces[modifier | modifier le code]

Plusieurs commerces sont en activités à Sainte-Jalle : une épicerie, un bar, un restaurant, une boulangerie.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Le tourisme dans la commune est, notamment, lié au tourisme sportif : randonnée (pédestre et équestre), escalade et parapente. L'hébergement est essentiellement en gîtes, cinq sont installés à Sainte-Jalle.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La vieille ville a conservé une partie de ses remparts et deux portes fortifiées.

Portail de l'église Notre-Dame-de-Beauvert.
Détail de la frise et du tympan.

L'église Notre-Dame-de-Beauvert a été construite en 852 dans le style de la 1re période, a remplacé un ancien temple romain, ainsi que le démontre l'inscription latine qui se trouve sur un pilier, à droite du chœur. L'abside est décorée de quatre colonnes antiques, mais c’est surtout le portail qui attire l’attention. Il est surmonté d’une belle frise que soutiennent des chapiteaux sculptés : un personnage tient dans l'une de ses mains levées, un faucon et dans l'autre, une fleur ; à droite est un joueur de violon et à gauche, un troisième personnage, ayant lui-même à sa gauche un paon qui se désaltère dans un vase, a, dans sa main un bâton fleuri. Elle est inscrite au titre des monuments historiques, depuis 1926[7].

Le château a été récemment restauré avec un donjon du XIIe siècle et un logis flanqué d'une tour circulaire du XVIe siècle.

Vie locale[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Les écoliers de Sainte-Jalle peuvent débuter leurs études à l'école primaire du village puis poursuivre au collège et au lycée à Nyons.

Santé[modifier | modifier le code]

Un cabinet médical comprenant deux médecins, et un kinésithérapeute, sont installés sur la commune. L’hôpital le plus proche est à Buis-les-Baronnies, à 14 km.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Sainte Galle (VIe siècle), vierge consacrée à Valence en présence de sept évêques. Elle vivait dans son village d'origine qui s'appelait à l'époque Bagenum et auquel elle a donné son nom : sainte Jalle. Fêtes le 1er février et le 6 novembre.
  • Alphonse de Fortia de Forville, marquis de Sainte-Jalle

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. J.-C. Mège, J.-M. Lurol et H. Desaye, « Découverte d'autels aux déesses Baginatiae à Sainte-Jalle (Drôme) », RAN, no 33,‎ , p. 178-193 (lire en ligne).
  2. Sainte-Jalle sur le site de l'association des maires et présidents de communautés de la Drôme (consulté le 14 novembre 2014).
  3. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  7. Notice no PA00117051, base Mérimée, ministère français de la Culture