Sainte-Foy (Saône-et-Loire)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sainte-Foy.

Sainte-Foy
Sainte-Foy (Saône-et-Loire)
Église Sainte-Claire-d'Assise.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Saône-et-Loire
Arrondissement Charolles
Canton Chauffailles
Intercommunalité Communauté de communes du Canton de Semur-en-Brionnais
Maire
Mandat
Brigitte Barathon
2014-2020
Code postal 71110
Code commune 71415
Démographie
Population
municipale
139 hab. (2016 en augmentation de 15,83 % par rapport à 2011)
Densité 17 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 16′ 43″ nord, 4° 07′ 47″ est
Altitude Min. 339 m
Max. 549 m
Superficie 8,3 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Saône-et-Loire

Voir sur la carte administrative de Saône-et-Loire
City locator 14.svg
Sainte-Foy

Géolocalisation sur la carte : Saône-et-Loire

Voir sur la carte topographique de Saône-et-Loire
City locator 14.svg
Sainte-Foy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sainte-Foy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sainte-Foy

Sainte-Foy est une commune française située dans le département de Saône-et-Loire, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune Sainte-Foy est située sur un volcan du Brionnais. Le mont Heurgues domine le brionnais avec une altitude de 549 mètres. Une table d'orientation permet de découvrir tout le pays du brionnais et du charolais. Sur le sommet est implanté l'antenne de radio-cactus, radio locale. La commune est traversée par la route de la Clayette à Marcigny.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Sarry Briant Saint-Christophe-en-Brionnais Rose des vents
Semur-en-Brionnais N
O    Sainte-Foy    E
S
Saint-Julien-de-Jonzy

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Sainte-Foy possède une particularité géologique pour le Brionnais-Charolais[1] puisque la commune est implantée sur un volcan qui fait partie de la chaîne des volcans d'Auvergne dont il est l'extrémité. Le relief n'en demeure pas moins caractéristique de toute cette zone d'élevage du Brionnais : des collines verdoyantes.

Transport et voies de communication[modifier | modifier le code]

La route qui traverse Sainte-Foy relie La Clayette à Marcigny et à Charlieu. La gare SNCF la plus proche est celle de la Clayette. Une liaison par autobus permet de rejoindre la gare TGV le Creusot-Monchanin. L'arrêt est situé dans la commune proche de Marcigny.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Panneau d'entrée dans le village.

Sainte Foy (ou Foi) est le nom de sainte Foy d'Agen. Elle vit au IIIe s. À douze ans, elle refuse de renier sa foi chrétienne. Elle est brûlée sur un grill, puis décapitée[2]. Ses reliques sont transportées à Conques en 866. Le culte de sainte Foy rayonna alors dans toute la Gaule[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Au Moyen Âge, Sainte-Foy est une « petite commune qui n'a que 14 maisons et 45 Communiants ». Le prieuré de Marcigny a, en 1120, une celle (petit monastère) à Sainte-Foy.
L'historien de la Bourgogne, l'abbé Courtépée, indique que Sainte-Foy dépendait du « seigneur Marc-Jean de Tenay, Marquis de St. Chriftophe en Brionnais » et dépendait auparavant de Girard de la Guiche[4] lequel l'avait obtenu par acquisition faite au XVe siècle à Jean De Damas de Digoine[5]. Sainte-Foy devient commune sous la Révolution française. La commune est fortement agrandie (la superficie comme la population ont environ triplé), par l'annexion d'une partie de la commune[6] de Saint-Julien-de-Jonzy et d'une partie de celle de Briant, par une loi du 22 avril 1863[7].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2014 Henry Germain    
mars 2014 en cours Brigitte Barathon    
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[9].

En 2016, la commune comptait 139 habitants[Note 1], en augmentation de 15,83 % par rapport à 2011 (Saône-et-Loire : -0,18 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
110108101125118989191105
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
113400382403383356399391376
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
382351328261276263239223209
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
186174163157167134136120139
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune ne compte aucun établissement scolaire. Les enfants sont scolarisés dans les écoles des communes voisines de Saint-Chritophe-en-Brionnais ou de Semur-en-Brionnais.

Santé[modifier | modifier le code]

Les hôpitaux les plus proches sont l'hopîtal local de Marcigny, et le Centre Hospitalier de Paray-le-Monial[12] dont la zone d'action couvre le charolais-brionnais.

Économie[modifier | modifier le code]

Production remarquable : Sainte-Foy étant situé dans le brionnais, proche de Saint-Christophe-en-Brionnais connu pour son marché de bestiaux, l'élevage a une place importante. D'autres productions existent telle celle du crocus sativus dont les stigmates donnent le safran[13] Il est de grande qualité grâce au climat et à la nature des sols. La population active ayant un emploi en 2012 est de 46[14] ; le nombre d'emplois dans la commune est de 12. Il existe un seul commerce : bar-restaurant.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église paroissiale Sainte Claire[modifier | modifier le code]

L'ancienne église de Sainte-Foy a disparu, elle a été remplacée par une nouvelle église [15], consacrée en 1863. Elle est sous le patronage de Sainte Claire (et non de sainte Foy). De style néo-gothique, cette église fut construite sur vœux de la famille de Vincent de Vaugelas, châtelain de l'époque, dont l'épouse est apparentée à Pierre Puvis de Chavannes, célèbre peintre lyonnais.

Le monument aux morts[modifier | modifier le code]

La commune de Sainte-Foy possède un monument aux morts où les habitants se recueillent lors de l'Armistice, Le monument a été inauguré le 28 octobre 1923 et a été réalisé par M. Dumas, marbrier à Lyon pour un coût de 11 761 francs dont 4 800 francs collectés par une souscription publique. Sur le monument figurent 29 noms de morts lors de la première guerre mondiale de 1914 à 1918 pour une population communale d'alors d'environ 320 habitants.

Le château de Launay[modifier | modifier le code]

Le Château de Launay est une demeure privée. Il est construit au du XIXe siècle sur les ruines d'un château du XVIIe siècle qui était à l'origine une commanderie templière.

Le château de Launay, vu de l'entrée du parc

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Site officiel commuanuté de communes de Semur-en-Brionnais http://www.cc-semur-en-brionnais.fr/sainte-foy
  2. « Sainte Foy, vierge et martyre d'Agen, panégyrique prononcé à Agen dans l'église SainteFoy, le 9 octobre 1887, par Monsieur l'abbé Monestès » Imprimé par la société de Saint-Augustin 24 p https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9636584c/f10.image.r=sainte%20foy%20vierge%20et%20martyre
  3. Rossi (Mario « Les noms de lieux du Brionnais-Charolais » Sciences humaines et sociales Publibook 2009 580 p Sainte-Foy p. 505 (ISBN 9782748350722)
  4. La famille de La Guiche est originaire de Bourgogne. Elle doit son nom à une terre du Charolais (commune actuelle de La Guiche)
  5. Jean de Damas (ap.1423-1481), seigneur de Digoine, Clessy et Saint-Amour, conseiller et chambellan de Philippe le Bon, duc de Bourgogne. Gouverneur et bailli du Mâconnais en 1446. le Duc Charles le Téméraire le fit chevalier de la Toison d'or en 1468, . ↑ P. Louis Lainé, Archives généalogiques et historiques de la noblesse de France, 1836, page 141. [archive]
  6. Petillot Michel "histoire de Sainte-Foy" Mémoire brionnaise n°8 Saint-Christophe-en-brionnais p.40-44 'e t. 2012
  7. [Bulletin annoté des lois et décrets]   1863 (A1863,T16).  https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb34426061p/dat
  8. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  12. http://www.ch-paray.fr/
  13. Chetail Pierre-François « Le safranier Frédéric Bonnelles est le détenteur d’un record international jamais égalé » Journal « Le Pays » du 16/10/2014 http://www.le-pays.fr/region/edition/local/2014/10/16/le-safranier-frederic-bonnelles-est-le-detenteur-dun-record-international-jamais-egale_11183695.html
  14. http://www.insee.fr/fr/themes/dossier_complet.asp?codgeo=COM-71415
  15. site officiel de la Communauté de communes du canton de Semur-En-Brionnais http://www.cc-semur-en-brionnais.fr/sainte-foy