Famille de Saint Leger

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Saint Leger)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Léger.
Famille de Saint Leger
Image illustrative de l'article Famille de Saint Leger
Armes
Blasonnement d'azur fretté d'argent au chef d'or .
Devise « Fidelis et Firma »
Pays ou province d’origine Irlande
Charges conseiller général, maire
Récompense(s) civile(s) Chevaliers de la Légion d'Honneur
Récompense(s) militaire(s) Chevaliers de Saint-Louis

La famille de Saint Leger est une famille famille subsistante de la noblesse française d'origine irlandaise établie en France à la fin du XVIIe siècle siècle.

Histoire[modifier | modifier le code]

Origine[modifier | modifier le code]

En 1783 la famille de Saint Leger fit reconnaître au conseil du roi sa descendance d’une famille noble d’extraction du comté de Kilkenny en Irlande où elle possédait la seigneurie de Tullaghanbrogue[1].

Elle fit ses preuves pour les état militaires en 1783[1].

En 1695, deux membres de la famille irlandaise de Saint Leger se réfugient auprès de leur oncle Laurent de Saint Leger, officier aux gardes à cheval de Jacques II Stuart à Saint-Germain-en-Laye. Ils se distinguent dans les brigades irlandaises.

Cette famille donna de nombreux chevaliers de Saint-Louis et de la Légion d'honneur [1] (Louis Justin de Saint-Leger reçoit sa légion d'honneur des mains de Napoléon aux invalides).

Illustrations[modifier | modifier le code]

  • Maurice de Saint Leger, élève de Monge, chercheur inventeur, achète en 1818 à Vicat le brevet de fabrication du ciment que Georges III l'autorise à fabriquer et à commercialiser en Angleterre. Mais plus ingénieur qu'homme d'affaires, il n'en retire aucun bénéfice.[réf. nécessaire]
  • André Maurice de Saint Leger,(fils du précédent), polytechnicien, ingénieur en chef du Corps des Mines, directeur général des machines à vapeur de la région parisienne[2], conseiller général de Seine-Inférieure, il réunit une exceptionnelle collection de minéraux, dont la plus grande partie aboutit à l'École des mines d'Alès. La fortune de sa femme, Émilie Gonse, le rend propriétaire de vastes domaines en bordure de Seine, autour de Vernouillet.[réf. nécessaire]
  • Justin Maurice de Saint Leger, polytechnicien, maire de la commune de Vernouillet où il fait bâtir un propriété.[réf. nécessaire]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Henri Jougla de Morenas, Grand Armorial de France, volume 6, page 182.
  2. Cercle historique de Vernouillet, Vernouillet: du village de vignerons à la ville de banlieue, 1800-1950, 2007, page 15.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

  • Maurice et Bernard de Saint Leger, Les Saint Leger à travers l'histoire, tome I, préface du baron Durye (secrétaire général des Archives de France).
  • Maurice et Bernard de Saint Leger, Les Saint Leger à travers l'histoire, tome II, préface de Lord Dunboyne.
  • Moya Frenz Saint Leger, St. Leger The Family and the Race, 1986 (ISBN 0-85033-588-4), reprinted in 2004.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]