Saint Jean Baptiste (Le Caravage, 1604)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint Jean-Baptiste (homonymie).
Saint Jean Baptiste
Caravaggio Baptist Galleria Nazionale d'Arte Antica, Rome.jpg
Artiste
Date
Technique
Huile sur toile
Dimensions (H × L)
94 × 131 cm
Mouvement
Localisation

Saint Jean Baptiste (en italien San Giovanni) est un tableau du Caravage peint vers 1604 et conservé à la Galerie nationale d'art antique de Rome. C'est l'une des sept versions du peintre sur ce thème (certaines sont toutefois contestées quant à leur attribution).

Description[modifier | modifier le code]

À l'instar du Jean Baptiste réalisé pour Ottavio Costa, le personnage est dépouillé de tout attribut d'identification : pas de ceinture, pas même de « vêtement en poils de chameau », et la croix de roseau n'est qu'à peine suggérée. Le fond et les côtés sont plus sombres encore, et à nouveau le tableau donne l'impression de raconter une histoire dont le spectateur est exclu.

Historique[modifier | modifier le code]

Caravage n'est pas le premier peintre à traiter Jean le Baptiste sous la forme d'un nu masculin énigmatique, comme en témoignent les exemples de Léonard de Vinci, Andrea del Sarto et d'autres, mais il y ajoute une touche nouvelle de réalisme et de drame. Son Jean Baptiste a des mains et un cou de travailleur, brûlés par le soleil, et son torse pâle émerge dans un contraste qui rappelle au spectateur qu'il s'agit là d'un véritable garçon qui s'est mis à nu pour la séance de pose. Le Jean Baptiste de Raphaël, en revanche, est idéalisé et aussi dénué d'individualité que n'importe lequel de ses chérubins ailés.

Le biographe Peter Robb évoque Montaigne et décrit une Rome faite d'oisiveté universelle : « l'oisiveté jalousée du haut clergé, et l'effrayante oisiveté des misérables... une ville presque sans métiers ni professions, où les hommes d'église sont soit des hédonistes, soit des bureaucrates, où les laïcs sont condamnés à devenir des courtisans, où toutes les belles filles et les beaux garçons semblent être des prostitué(e)s, et où toute richesse est soit ancienne et héritée, soit nouvelle et extorquée[réf. souhaitée] ».[pas clair]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]