Saint-Jean-Brévelay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Saint-jean-brévelay)

Saint-Jean-Brévelay
Saint-Jean-Brévelay
L'église Saint-Jean-de-Beverley.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Morbihan
Arrondissement Pontivy
Intercommunalité Communauté de communes Centre Morbihan Communauté
Maire
Mandat
Guénaël Robin
2020-2026
Code postal 56660
Code commune 56222
Démographie
Gentilé Brevelais, Brevelaises
Population
municipale
2 789 hab. (2017 en augmentation de 0,87 % par rapport à 2012)
Densité 67 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 50′ 45″ nord, 2° 43′ 15″ ouest
Altitude Min. 42 m
Max. 164 m
Superficie 41,83 km2
Élections
Départementales Canton de Moréac
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bretagne
Voir sur la carte administrative de Bretagne
City locator 14.svg
Saint-Jean-Brévelay
Géolocalisation sur la carte : Morbihan
Voir sur la carte topographique du Morbihan
City locator 14.svg
Saint-Jean-Brévelay
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Jean-Brévelay
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Jean-Brévelay

Saint-Jean-Brévelay [sɛ̃ ʒɑ̃ bʁɛvlɛ] est une commune française, située dans le département du Morbihan en région Bretagne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Saint-Jean-Brevelay
Bignan Guéhenno
Colpo Saint-Jean-Brevelay Plumelec
Locqueltas Plaudren

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est mentionné sous les formes Sainct Jehan en 1427, en 1426, en 1477, en 1481 et en 1514 ; Sainct Jan en 1536[1].

Au Xe siècle, fuyant les pillards normands, les Bretons se réfugient temporairement en Angleterre. A leur retour en Bretagne, ils rapportent des reliques d'un évêque d'Exham et d'York, mort en 721 à Beverly où il avait fondé un monastère. Ils nomment leur paroisse du nom du Saint, « Jean de Beverley, John of Beverley » connu aussi sous le nom de « John d'York ».

Berveraly ne serait donc pas un mot breton mais un mot saxon brittonisé en Brévelay qui dériverait du vieil anglais « Beofor lēac - Beaver lodge », « Hutte de castor »[Note 1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
Écartelé : en 1 : de sable à la tête de crosse abbatiale d'or ; en 2 : de gueules à trois macles d'or ; en 3 : de vair ; en 4 : de sable au coq hardi d'argent.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1927 1940 Pierre Gillet PAPF Agriculteur
Député du Morbihan (1936 → 1940)
Conseiller général du canton de Saint-Jean-Brévelay (1925 → 1940)
Les données manquantes sont à compléter.
? mars 1989 Charles Gillet   Artisan
Réélu en 1977 et 1983
mars 1989 mars 2008 Rémi Adelis DVD Cadre technique agroalimentaire
mars 2008
Réélu en 2014 et 2020[2]
En cours Guénaël Robin DVG Cadre technique EDF[3]
Conseiller général du canton de Saint-Jean-Brévelay (2011 → 2015)
Conseiller départemental du canton de Moréac (2015 → )
Les données manquantes sont à compléter.

Conseil municipal : liste des élus avec leur fonction et responsabilités

  • Guénaël Robin maire
  • Raymond Le Brazidec, 1er adjoint, urbanisme et environnement
  • Francis Mounier, 2e adjoint, travaux et bâtiments
  • Marie-Thérèse Boulvais, 3e adjoint, affaires scolaires et sociales
  • Thierry Pédrau, 4e adjoint, sport et vie associative
  • Chantal Fombeur, 5e adjoint, communication accueil, image et culture
  • Jean-Jacques Botherel, conseiller
  • Jean-Pierre Le Lannic, conseiller
  • Sylvie Pinneterre, conseiller
  • Mickaël Hamonic, conseiller
  • Gérard Giquel, conseiller
  • Jean-Michel Nizan, conseiller
  • Christophe Dano, conseiller
  • Alexandra Simon, conseiller
  • Jérôme Étienne, conseiller
  • Annie Picaud, conseiller
  • Annick Ropert, conseiller
  • Jean Le Bras, conseiller
  • Laure Ozmen, conseiller
  • Michel Guillermo, conseiller
  • Nicole Rohel, conseiller
  • Jocelyne Peltier, conseiller
  • Béatrice Leblanc, conseiller

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[5].

En 2017, la commune comptait 2 789 habitants[Note 2], en augmentation de 0,87 % par rapport à 2012 (Morbihan : +2,52 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 9392 2602 0902 3772 1892 2322 3532 4182 411
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 3752 5092 2042 1202 0522 0852 0522 0162 032
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 0782 0942 1011 8981 9101 9331 9161 8691 754
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
1 7841 8732 1322 2872 3542 3682 5052 7242 770
2017 - - - - - - - -
2 789--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Monuments naturels[modifier | modifier le code]

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

Église Saint-Jean-de-Beverley[modifier | modifier le code]

L'église vue de la place
Église Saint-Jean-de-Beverley

Édifice du XVe siècle au XIXe siècle. Dédiée à saint Jean de Beverley, un saint anglais du royaume médiéval de Northumbrie évêque de York qui fonda le monastère et la ville de Beverley dans le Yorkshire de l'Est, mort en 721 et canonisé en 1037. En forme de croix latine, avec des fenêtres en ogive, l'église Saint-Jean-de-Brévelay rassemble des parties construites à plusieurs époques :

  • la porte romane date du XVe siècle,
  • le transept et le chœur ont été remaniés au XVIIe siècle,
  • la chapelle Saint-Joseph au sud été ajoutée au XVIIe siècle,
  • la nef actuelle a été construite en 1825,
  • le clocher porche a été terminé en 1879.

Un retable très coloré occupe le fond du chœur, avec :

  • un grand tableau de la Pentecôte au centre
  • entouré de deux statues, saint Pierre tenant les clefs du royaume, et saint Jean de Beverley en évêque avec un cochon.

La porte romane de l'église a été classée monument historique en 1929.

Chapelle Saint-Nicolas[modifier | modifier le code]

Le portail remonte à 1490, mais la chapelle a subi des modifications, avec l'ajout d'une sacristie en 1886, et une restauration terminée en 1925.
Le retable en bois polychrome imitant un marbre vert et dédié à saint Nicolas date de 1777 :

  • au centre, un tableau de saint Nicolas dans la résurrection des trois enfants jetés au saloir,
  • sur les côtés, les statues de sainte Hélène et de saint Nicolas sont posées sur des socles devant des niches peintes en trompe-l'œil.

Chapelle du Moustoir, ou chapelle Saint-Marc[modifier | modifier le code]

Du XVIIe siècle au XIXe siècle.
Restaurée en 1885 et enrichie d'une sacristie, elle possède un retable polychrome du XVIIe siècle dédié à saint Marc.

Chapelle Saint-Roch[modifier | modifier le code]

Du XVIe siècle au XVIIe siècle.
L'austérité de sa façade (un mur aveugle, sans aucun ornement) contraste avec un intérieur plus élaboré comprenant notamment :

  • une voûte lambrissée,
  • une charpente ornée de têtes de crocodiles.

Chapelle Saint-Thuriau[modifier | modifier le code]

XVIe siècle.
Cette petite chapelle rectangulaire possède des ornements Renaissance, une porte à pilastres et fronton ouvragé, des fenêtres sculptées, et la charpente a des entraits à tête de crocodiles comme à la chapelle Saint-Roch. Son mobilier inclut une statue de saint Uhec en bois polychrome du XVIe siècle.

Mégalithes[modifier | modifier le code]

Dolmens[modifier | modifier le code]

  • Dolmen de Roch-Koh-Coët ou allée couverte du Bignan : vestige d'une allée couverte dont l'allée a été ruinée, ce dolmen de 8 mètres de longueur, situé dans le bois de Goh-Menhir, comprend une table de 6 mètres de largeur supportée par trois gros blocs.
  • Dolmen de Keruzan (Lann-Douar): situé au sud de la Claie, près des lieux-dits le Moustoir et Kéruzan, ce dolmen a été endommagé par la construction d'une route.
  • Dolmens de Kerallant : détruits lors du remembrement des terres agricoles, ces deux dolmens ne nous sont connus que par des témoignages. L'un d'eux, un dolmen simple, avait sur une paroi la gravure d'une hache et sa chambre, de 2,5 x 1,6 m était couverte d'un dallage. L'autre, un dolmen à couloir, possédait une chambre circulaire. L'ensemble était sous un tumulus de 12 m sur 8.

Menhirs[modifier | modifier le code]

  • Stèle du Moustoir : stèle gravée d'une croix pattée pouvant provenir d'un menhir.
  • Menhir de Goh-Menhir : c'est le plus haut des menhirs de Saint-Jean-Brévelay, avec 6 m de hauteur. Il a donné son nom au lieu-dit Goh-Menhir.
  • Menhir de Kerdramel : ce menhir étrangement triangulaire mesure 5 m de hauteur et se trouve sous un arbre dans le lieu-dit Kerdramel ou Kerarmel.
  • Menhir de Colého : situé au lieu-dit Colého sur la route Plaudren-Colpo, il mesure 5 m de hauteur et comporte de petites cavités.
  • Menhir de Lann-Douar : il mesure 4,5 m de hauteur et est situé dans un champ.
  • Menhir de Menguen-Lanvaux : situé à 200 m de l'allée couverte de Menguen-Lanvaux (située sur la commune de Plaudren), ce menhir dresse ses 4 m de hauteur dans un champ.

Sports[modifier | modifier le code]

Football[modifier | modifier le code]

Deux clubs de football sont résidents à Saint-Jean-Brévelay, L'Espérance Football-Club de Saint-Jean-Brévelay dont l'équipe fanion évolue en PH et l'Amicale Sportive Brévelaise dont l'équipe fanion évolue en D2. Ces deux clubs se partagent le Stade municipal situé au complexe de la Métairie lors de leurs rencontres à domicile. Saint-Jean-Brévelay est l'une des rares communes de cette taille à toujours disposer de deux clubs de football. Les raisons sont historique et religieuse : à l'origine, l'Espérance est un patronage catholique et l'ASB est le club laïque.

Espérance de Saint-Jean-Brévelay[modifier | modifier le code]

L'Espérance Football-Club de Saint-Jean-Brévelay, plus simplement appelée Espérance a été fondée en 1921 par l'abbé Gachet. Traditionnellement, elle joue avec un maillot vert et des bas verts tandis que la couleur de la culotte a varié entre le vert et le noir au cours de son histoire. Actuellement, la présidence est assurée par Jordan Pasco et l'entraîneur général est Laurent Peltier. Lors de la saison 2016-2017, l'équipe première évolue en D1, l'équipe B en D2 et l'équipe C en D3.

Amicale sportive brévelaise[modifier | modifier le code]

Le club a été créé en 1975. Les joueurs de l'ASB évoluent avec un maillot tango, une culotte noire et des bas noirs. Au cours de la saison 2016-2017, l'équipe de l'ASB participe au championnat de D2. La présidente du club est Annie Conan et l'entraîneur Éli Kroupi est à la tête de l'équipe.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Saint-Jean-Brévelay est jumelée avec :

Enseignement[modifier | modifier le code]

Lycée professionnel horticole public Le Sullio[modifier | modifier le code]

Le lycée horticole est un établissement public d'enseignement professionnel. Il prépare ses élèves au diplôme du baccalauréat professionnel en Production Horticole (mention "orientation agriculture biologique") et Aménagements Paysagers, ainsi qu'au CAP fleuriste et services à la personne et vente en espace rural (sapver). Il possède un internat.

Il dispose d'une exploitation horticole certifiée en agriculture Biologique depuis 2008[9].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Disparu de Grande-Bretagne vers 1600-1700, le castor européen - Castor Fiber - a été réintroduit dans ce pays il y a quelques années.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Étymologie et Histoire de saint-jean-brévelay », sur infobretagne.com (consulté le 9 décembre 2019).
  2. « Saint-Jean-Brévelay. Guénaël Robin est élu maire, pour un 3e mandat », sur Maville.com, (consulté le 24 mai 2020)
  3. « Élections cantonales 2011 », sur Ouest-France
  4. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  8. Roger DupuyLes Chouans, Coll. « La Vie Quotidienne », Hachette Littérature, Paris 1997, p.106-107.
  9. « Accueil - Lycée Horticole », sur Lycée Horticole (consulté le 21 août 2020).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :