Saint-Genis-l'Argentière

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Saint-genis-l'argentière)
Aller à : navigation, rechercher
Saint-Genis-l'Argentière
Image illustrative de l'article Saint-Genis-l'Argentière
Blason de Saint-Genis-l'Argentière
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Rhône
Arrondissement Villefranche-sur-Saône
Canton L'Arbresle
Intercommunalité Communauté de communes des monts du Lyonnais
Maire
Mandat
Christian Rivoire
2014-2020
Code postal 69610
Code commune 69203
Démographie
Population
municipale
1 052 hab. (2014)
Densité 99 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 42′ 39″ nord, 4° 29′ 34″ est
Altitude Min. 330 m – Max. 860 m
Superficie 10,65 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Rhône

Voir sur la carte administrative du Rhône
City locator 14.svg
Saint-Genis-l'Argentière

Géolocalisation sur la carte : Rhône

Voir sur la carte topographique du Rhône
City locator 14.svg
Saint-Genis-l'Argentière

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Genis-l'Argentière

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Genis-l'Argentière

Saint-Genis-l'Argentière est une commune française, située dans le département du Rhône en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situé dans les Monts du Lyonnais, ce village est très proche de Sainte-Foy-l'Argentière.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Saint-Laurent-de-Chamousset Brussieu Rose des vents
Souzy
Sainte-Foy-l'Argentière
N Courzieu
Montromant
O    Saint-Genis-l'Argentière    E
S
Aveize Duerne

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune doit son nom à une mine de plomb argentifère exploitée au Moyen Âge.

Au cours de la Révolution française, la commune porte provisoirement le nom de La Pique-sur-Brevenne[1].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes

Les armes de Saint-Genis-l'Argentière se blasonnent ainsi : D'azur au buste de saint Genis d’argent nimbé d’or et accompagné à dextre d’un S, à senestre d’un G et en pointe d’un A aussi d’or, au chef cousu de gueules chargé d’un griffon d’or et d’un lion d’argent couronné d’or issants et affrontés.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2008 en cours Christian Rivoire    
1983 2008 Gilbert Dussuyer SE  
1966 1983 Joseph Murigneux    
1965 1966 Victor Duvignau    
1945 1965 Joseph Viviant    
1944 1945 Pierre Basset    
1926 1944 François Balay    
1908 1926 Henri Balay    
1903 1908 Jean-Marie Bazin    
1896 1903 Henri Balay    
1884 1896 Jean-Marie Bazin    
1881 1884 Francisque Naime    
1876 1881 Jean-Marie Bazin    
1876 1876 Louis Balay    
1874 1876 Jean-Marie Bazin    
1872 1874 Joseph-Claude Charvolin    
1865 1872 Louis-Charles Balay    
1858 1865 Fleury Regnard    
1852 1858 Jean-Marie Margeois    
1845 1852 Jean-Louis Ducreux    
1838 1845 Jean-Baptiste Mazard    
1835 1838 Jean-Antoine Bayard    
1832 1835 Jean-Louis Siméan    
Les données manquantes sont à compléter.


Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[3],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 052 habitants, en augmentation de 5,84 % par rapport à 2009 (Rhône : 5,17 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
610 420 630 860 804 870 909 1 020 1 004
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
866 954 982 892 906 1 012 933 1 011 978
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
936 908 850 803 808 807 804 706 685
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
600 569 549 656 802 860 993 1 045 1 052
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2006[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Construite en 1878, de style néogothique de la fin du XIXe siècle, l'église actuelle a été construite en remplacement de l'ancienne devenue trop petite.

Située à côté de la mairie, La maison forte date de la fin du Moyen Âge. On dit même qu'elle aurait pu être un prieuré de l'abbaye de Savigny.

Des restes de l'aqueduc romain de la Brévenne sont visibles dans les bois de la Valsonnière. Celui-ci servait à acheminer l'eau de l'Orjolles jusqu'à Lyon.

En 1870, fut construit le Clos Saint-Joseph. Sanatorium après la Première Guerre mondiale, il accueille une communauté religieuse.

Sur la place du hameau de Boussoure se trouve un tilleul centenaire, une croix restaurée datant du XVIIIe siècle.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]