Saint-Ferme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Saint-ferme)
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune de la Gironde
Cet article est une ébauche concernant une commune de la Gironde.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Saint-Ferme
La mairie, dans un bâtiment de l'abbaye (août 2010).
La mairie, dans un bâtiment de l'abbaye (août 2010).
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Gironde
Arrondissement Langon
Canton Le Réolais et Les Bastides
Intercommunalité Communauté de communes du Sauveterrois
Maire
Mandat
Émile Bouscary
2014-2020
Code postal 33580
Code commune 33400
Démographie
Gentilé Saint-Fermois
Population
municipale
358 hab. (2014)
Densité 18 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 41′ 41″ nord, 0° 03′ 31″ est
Altitude Min. 30 m – Max. 126 m
Superficie 20,09 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Gironde

Voir sur la carte administrative de la Gironde
City locator 14.svg
Saint-Ferme

Géolocalisation sur la carte : Gironde

Voir sur la carte topographique de la Gironde
City locator 14.svg
Saint-Ferme

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Ferme

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Ferme

Saint-Ferme (Sent Fèrmer en gascon) est une commune du Sud-Ouest de la France, située dans le département de la Gironde (région Nouvelle-Aquitaine).

Ses habitants sont appelés les Saint-Fermois[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'Entre-deux-Mers, à 63 km à l'est-sud-est de Bordeaux, chef-lieu du département, à 34 km à l'est-nord-est de Langon, chef-lieu d'arrondissement et à 7,5 km au sud-sud-ouest de Pellegrue, chef-lieu de canton[2].

Les communes limitrophes en sont Pellegrue au nord-est, Dieulivol au sud-est, Le Puy au sud, Rimons au sud-ouest, Cazaugitat au nord-ouest et Auriolles au nord-nord-ouest.

Communes limitrophes de Saint-Ferme
Cazaugitat Auriolles               Pellegrue
Saint-Ferme
Rimons Le Puy Dieulivol

Les principales voies de communication routière, toutes traversant le bourg, sont la route départementale D16 mène vers le nord à Pellegrue et vers le sud au Puy et Monségur, la route départementale D127 qui mène vers le nord-ouest à Cazaugitat et vers l'ouest en direction de Sainte-Colombe-de-Duras et la route départementale D139 qui mène vers l'ouest-sud-ouest à Castelmoron-d'Albret.

L'accès à l'autoroute A62 (Bordeaux-Toulouse) le plus proche est celui de sortie 04 La Réole se situe à 26 km vers le sud-sud-est. L'accès sortie 1 Bazas à l'autoroute A65 (Langon-Pau) se situe à 44 km vers le sud-sud-ouest.

L’accès le plus proche à l'autoroute A89 (Bordeaux-Lyon) est celui de l'échangeur autoroutier Sinnbild Autobahnkreuz.svg avec la route nationale 89 qui se situe à 39 km vers le nord-ouest. L'accès sortie 12 Montpont à cette autoroute se situe à 42 km vers le nord.

La gare SNCF la plus proche est celle de La Réole, distante de 18 km vers le sud-sud-est, sur la ligne Bordeaux - Sète du TER Aquitaine.

Histoire[modifier | modifier le code]

À la Révolution, la paroisse Saint-Ferme forme la commune de Saint-Ferme[3].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours Émile Bouscary[4]   Agriculteur retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Communauté de communes[modifier | modifier le code]

Le 1er janvier 2014, la Communauté de communes du Pays de Pellegrue ayant été supprimée, la commune de Saint-Ferme s'est retrouvée intégrée à la Communauté de communes du Sauveterrois siégeant à Sauveterre-de-Guyenne.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du début des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[6],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 358 habitants, en diminution de -1,92 % par rapport à 2009 (Gironde : 5,99 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 011 839 851 988 930 966 956 892 862
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
797 822 807 784 758 672 630 609 633
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
613 647 663 618 603 571 616 608 598
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
548 505 404 382 369 338 346 365 358
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006 [8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Chaque année à l'Épiphanie, une crèche vivante y est jouée en occitan.

L’ensemble du monastère est romano-gothique. À l’intérieur des bâtiments claustraux, on peut découvrir des outils de métiers traditionnels du monastère associant la vie des moines à leurs serfs, des paysans et des artisans ainsi que le trésor monétaire de saint Ferme, découvert en 1985 est composé de 1 343 pièces romaines.

Dans l’ancien oustal, sont aménagées des salles voûtées du XVe siècle.

L'église abbatiale et l'abbaye
Le village
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Abbés[modifier | modifier le code]

Abbés élus
Abbés commendataires

Pèlerinage de Compostelle[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Nom des habitants de la commune sur habitants.fr, consulté le 8 avril 2011.
  2. Distances les plus courtes par la route - Les distances orthodromiques sont respectivement de 52,6 km pour Bordeaux, 29 km pour Langon et 5,6 km pour Pellegrue. Données fournies par lion1906.com, consulté le 8 avril 2011.
  3. Historique des communes, p. 50, sur GAEL (Gironde Archives en ligne) des Archives départementales de la Gironde, consulté le 27 mars 2013.
  4. Commune de Saint-Ferme sur le site de l'AMF, Association des Maires de France, consulté le 4 août 2011.
  5. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  9. « Inscription de l'abbaye », base Mérimée, ministère français de la Culture, consulté le 4 août 2011.
  10. « Classement de l'église », base Mérimée, ministère français de la Culture, consulté le 4 août 2011.
  11. Joseph Sandre: " La Maison de Vichy " in Les Annales de l'Académie de Mâcon, t.XX, 1916-1917 & Jean-Baptiste-Pierre Jullien de Courcelles : " Généalogie de la Maison de Vichy " in Histoire des Pairs de France t.IV, Paris 1824.