Saint-Yorre (eau minérale)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Yorre.
Saint-Yorre

SNC Neptune Distribution

Création 07-07-1993 : immatriculation de la société
Forme juridique Société en nom collectif
Siège social Saint-Yorre
Direction Sebastien Boie (depuis le 11/09/2010)
Actionnaires Succession de Pierre Papillaud
Activité Autres intermédiaires du commerce en denrées, boissons et tabac (code 4617B)
Sociétés sœurs Eaux Minérales de Chambon la Forêt

Roxane Saint Amand

Financière CFN

Eaux de Thonon les Bains

Regina Saint Yorre

Effectif tranche 50/99 en 2018
SIREN 391-751-351

Chiffre d'affaires société non tenue à déposer ses comptes

Saint-Yorre, anciennement Vichy Saint-Yorre, est une marque d'eau minérale française du bassin de Vichy, appartenant à la SNC Neptune Distribution, filiale du groupe Alma.

Histoire de la source[modifier | modifier le code]

Publicité pour l'eau minérale Vichy Saint-Yorre source Régente (affiche d'Albert Guillaume, v. 1895).

Les eaux de Saint-Yorre émergent autour de Saint-Yorre dans l'Allier à quelques kilomètres au sud de Vichy, au nord du Massif central.

Il y a eu dans le passé jusqu'à 140 captages pour puiser les eaux de Saint-Yorre qui émergent toutes avec la même composition physico-chimique.

Ainsi, l'eau de la marque Saint-Yorre est composée d'eaux minérales naturelles provenant du groupement des sources nommées Royales situées sur les communes de Saint-Yorre et Hauterive dans l'Allier et de Saint-Priest-Bramefant et Saint-Sylvestre-Pragoulin dans le Puy-de-Dôme

Saint-Yorre est une eau minérale naturellement gazeuse.

L'eau est séparée de son dioxyde de carbone et déferrisée. Puis le gaz est réintroduit dans les mêmes proportions qu'à l'émergence au moment de l'embouteillage et cela depuis 1957.

Composition analytique de l'eau de Saint-Yorre[modifier | modifier le code]

Saint Yorre appartient au groupe des eaux très minéralisées et a été reconnue bénéfique à la santé par l'Académie de Médecine et le ministère de la Santé.

Éléments Proportion
en mg/L
Calcium 90
Magnésium 11
Sodium 1 708
Potassium 110
Sulfates 174
Bicarbonates 4 368
Chlorures 322
Fluorures 1
Résidu sec à 180 °C 4 774
pH 6,6

Source : Étiquette bouteille française 2012

Historique[modifier | modifier le code]

  • En 1850, Nicolas Larbaud (père de l'écrivain Valery Larbaud), pharmacien de son état et propriétaire à Saint-Yorre, met au-devant de la scène les propriétés physico-chimiques de l'eau des sources jaillissant sur son terrain. Au milieu du XIXe siècle, l'autorisation de les exploiter lui est accordée.
  • En 1859, création de la première société des eaux de Saint-Yorre : La Compagnie Propriétaire des Sources Minérales de Saint-Yorre, Bassin de Vichy.
  • En 1862, le site reçoit le droit de porter la mention Bassin de Vichy en raison de la similitude de la composition physico-chimique des eaux de Vichy et de Saint-Yorre.
  • Vers la fin du XIXe siècle, 140 petites exploitations se créent.
  • Vers 1920, 22 exploitations puisent encore l'eau de Saint-Yorre.
  • En 1993, le groupe Castel rachète les eaux minérales de Vichy pour 800 millions de francs au groupe Nestlé à la suite d'une décision de la Commission européenne.
  • En 2008, le groupe Alma (Roxane) rachète les parts de Castel dans la société en partenariat avec le groupe japonais Otsuka[1].
  • Le 13 juin 2017 l'animateur du groupe Roxane, Pierre Papillaud décéde[2],[3],[4],[5].

Publicités[modifier | modifier le code]

Slogans[modifier | modifier le code]

  • St-Yorre, ça va fort… très fort ! (1986-1995)
  • Bien dans ma tête, bien dans mon corps ! (1995-2003)
  • St-Yorre, Mon corps et moi on adore ! (2003-2006)
  • St-Yorre, la Force Minérale (2006-2010)
  • St-Yorre, ça va fort… très fort ! (depuis 2010)

Ambassadeurs[modifier | modifier le code]

Saint-Yorre a fait appel à plusieurs personnalités pour apparaître dans ses spots publicitaires : Patrick Sabatier (1986), Thierry Lhermitte (1988), Olivier de Kersauson (2003), Christophe Dominici (2010-2015) et Morgan Parra (depuis 2015).

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Neptune et Cristaline changent de mains », sur lsa-conso.fr (consulté le 19 février 2019)
  2. Laurence Girard, « Pierre Papillaud, industriel de l'eau ... », le monde,‎
  3. « Disparu. Pierre Papillaud, un "dernier des Mohicans" », sur actu.fr (consulté le 19 février 2019)
  4. « Pierre Papillaud: un patron qui fait des bulles », sur CharenteLibre.fr (consulté le 19 février 2019)
  5. « Pierre Papillaud, le patron de Cristaline, s’est éteint », sur lesechos.fr (consulté le 19 février 2019)

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]