Saint-Vincent-de-Barrès

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Vincent.
Saint-Vincent-de-Barrès
Image illustrative de l'article Saint-Vincent-de-Barrès
Blason de Saint-Vincent-de-Barrès
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Ardèche
Arrondissement Privas
Canton Le Pouzin
Intercommunalité CC Ardèche Rhône Coiron
Maire
Mandat
Paul Savatier
2014-2020
Code postal 07210
Code commune 07302
Démographie
Gentilé Barrésiens, Barrésiennes
Population
municipale
822 hab. (2014)
Densité 43 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 39′ 42″ nord, 4° 42′ 34″ est
Altitude Min. 153 m
Max. 560 m
Superficie 19,1 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ardèche

Voir sur la carte administrative d'Ardèche
City locator 14.svg
Saint-Vincent-de-Barrès

Géolocalisation sur la carte : Ardèche

Voir sur la carte topographique d'Ardèche
City locator 14.svg
Saint-Vincent-de-Barrès

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Vincent-de-Barrès

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Vincent-de-Barrès

Saint-Vincent-de-Barrès est une commune française, située dans le département de l'Ardèche en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Les habitants sont appelés les Barrésiens et les Barrésiennes[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village de Saint-Vincent-de-Barrès se situe dans le sud-est de l'Ardèche, à environ 17 kilomètres de la préfecture du département, Privas. La commune fait partie de l'arrondissement de Privas, et du canton de Rochemaure. Elle est traversée par la rivière Rieutord, qui donne son nom à un quartier situé sur ses rives.

Lieux-dits, hameaux et écarts[modifier | modifier le code]

Les habitants se dénomment les Barrésiens (on trouve aussi dans la littérature les Vincenois). La commune comporte de nombreux hameaux et lieux-dits parmi lesquels : le Serre, Azinières, le Plot, Rieutord, Mazelière, Cassès, Faugères...

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Saint-Bauzile Saint-Lager-Bressac Baix Rose des vents
Saint-Pierre-la-Roche N Cruas
O    Saint-Vincent-de-Barrès    E
S
Meysse Rochemaure Saint-Martin-sur-Lavezon

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Situé sur un éperon calcaire, le village de Saint-Vincent-de-Barrès culmine à 260 mètres au-dessus du niveau de la mer. Il domine la vaste plaine du Barrès, où, grâce à l'irrigation, sont cultivés du maïs, des oignons et du blé. Cette plaine est entourée de plusieurs collines, outre celle sur laquelle repose le village, il y a : le Rieutord, la colline du Bary (ancien fort qui donna son nom au village) et Andance. Cette dernière est d'ailleurs exploitée par l'entreprise CECA, qui extrait de la diatomite, une roche calcaire extrêmement légère : elle flotte sur l'eau et est utilisée en pharmacie ou comme filtre dans l'agroalimentaire.

Climat[modifier | modifier le code]

Saint-Vincent-de-Barrès, comme tout le sud de l'Ardèche, est baigné par un climat supra méditerranéen, avec des températures très chaudes l'été, des sècheresses fréquentes et un gros manque d'eau, et des températures pouvant descendre jusqu'à −10 °C l'hiver, avec de fréquentes chutes de neige.

Histoire[modifier | modifier le code]

Époque gallo-romaine[modifier | modifier le code]

Existence d’un oppidum gaulois à Berguise et d’une voie romaine. Selon la tradition, passage de Jules César lors de la guerre des Arvernes. Domaine gallo-romain « villa Artenica »

Le Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Du point de vue ecclésiastique, le village est une fondation (antérieure au Xe siècle) de l’église de Viviers sur l’ancien domaine gallo-romain. Saint-Vincent était le siège d’une baronnie ayant juridiction sur les paroisses environnantes. Ce mandement féodal se trouvait à la limite des diocèses de Viviers et de Valence, d’où de nombreuses contestations.

  • 926 le chevalier « Stéphane » construit son fort au Barry
  • 1020 les chanoines de Viviers échangent avec les moines de Cluny, l’église de Saint-Vincent-de-Barrès contre celle de Meysse.
  • 1095 Genton de Barrès participe à la première croisade dans laquelle il avait accompagné Raimond de Saint-Gilles, comte de Toulouse) Saint-Vincent faisant partie du domaine des comtes de Toulouse).
  • 1213 Différend entre Adhémar de Poitiers, comte de Valentinois et Nicolas, évêque de Viviers à propos de la souveraineté sur le Barrésium. Le comte d’Orange assisté du roi d’Aragon donne raison à l’évêque de Viviers.
  • 1239 Les comtes de Toulouse cèdent aux comtes de Valentinois leurs possessions du Vivarais.
  • 1271 Une partie du Vivarais est rattachée au royaume de France
  • 1390 Le fort du Barry est saisi sur ordre du roi et est restitué en 1392 à la comtesse de Valentinois.
  • 1467 Saint-Vincent-de-Barrès est définitivement rattaché au domaine royal.

L’Époque Moderne[modifier | modifier le code]

  • 1509 : à la suite d'une transaction, Aymar de Poitiers cède à Guinot de Chambaud, la seigneurie de Saint-Vincent en se réservant l’hommage.
  • 1574 : Saint-Vincent est pris par les Huguenots sous les ordres du capitaine Paulet.
  • 1583 : visite du Grand Vicaire de Viviers.
  • 1585 : Jacques de Chambaud y installe une garnison protestante.
  • 1590 : démantèlement des places fortes catholiques et protestantes, Saint-Vincent a été "soigneusement oublié".
  • 1607 : Messire René de la Tour du Pin-Gouvenet est qualifié Seigneur de Chambaud.
  • 1621 : les protestants commandés par Monsieur de Blacons bloquèrent les armées qui venaient de Chomérac et se dirigeaient vers le Languedoc pour participer au siège de Montuban.
  • 1686 : Noble Jean de Silhol est qualifié Seigneur de Saint-Vincent-de-Barrès.
  • 1944 : Un Handley Page Halifax du 624th Squadron de la RAF, décolle le 24 juin 1944 du terrain de Blida en Algérie pour une mission de parachutage à la Résistance et s'écrase au sol sur la commune vers 1 heure du matin, pour une raison indéterminée, au lieu dit ’Pierre Noire. Aucun survivant.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
février 1827 décembre 1830 Jean Henri Régis du Solier[2]   Ancien chef de bataillon[3]
janvier 1831 mars 1836 Joseph Charles Vignal[4]   Propriétaire[5]
avril 1836 juin 1839 Jean Antoine Vignal[6]   Propriétaire[7]
juin 1839 février 1848 Jean Henri Régis du Solier[8]   Ancien chef de bataillon, chevalier de la Légion d'honneur et de l'Ordre de Saint-Louis[9]
mars 1848 juillet 1848 Louis Ravel[10]   Cultivateur[11]
juillet 1850[12] février 1851 Jean Paul Vincent Descours[13]   Cultivateur[14]
juin 1851 décembre 1851 Abraham Vignal[15]   Cultivateur[16]
décembre 1851 juillet 1852 Paulin Henri Beauthéac[17]   Propriétaire[18]
juillet 1852 février 1853 Jean Antoine Vignal[19]   Propriétaire[7]
septembre 1870[20] avril 1871[21] Henri Chenivesse[22]   Propriétaire
mai 1871 mai 1892 Zéphirin Vincent Paul Comte[23]   Propriétaire[24]
mai 1892 août 1901 Prosper Hyppolite Laurent[25]   Propriétaire[26]
mars 1965 mars 1971 Prosper Laurent    
mars 1971 juin 1995 Georges Chagounoff UDR puis RPR Technicien
juin 1995 mars 2001 Claude Ehling SE  
mars 2001 mars 2008 Jean-Pierre Perrin    
mars 2008 en cours
(au 07 août 2016)
Paul Savatier[27] PS
à titre personnel
Fonctionnaire

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[28]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[29],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 822 habitants, en augmentation de 3,14 % par rapport à 2009 (Ardèche : 2,73 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
707 673 744 764 824 955 930 988 1 013
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
931 920 870 871 857 834 809 775 802
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
775 720 651 600 517 489 496 446 371
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2012 2014
393 360 314 330 524 605 770 826 822
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[30] puis Insee à partir de 2006[31].)
Histogramme de l'évolution démographique

Festivités et évènements[modifier | modifier le code]

  • Brocante le 1er mai de chaque année
  • Fête médiévale au mois de septembre les années paires
  • Fête des moissons 1er week-end d'août de chaque année

Économie[modifier | modifier le code]

  • Les Faugères, demeure de plus de sept siècles, aujourd'hui devenue maison d'hôtes labellisée Gîtes de France[32].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

La commune est labellisé « Village de caractère » en 2012, et a également obtenu le label du « Pays d'Art et d'histoire du Vivarais Méridional » depuis 2011.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Village fortifié et ruelles médiévales dominées par son donjon du XIIe siècle ;
  • Château de la Dame (fin du Moyen Âge) ;
  • Les Faugères, très ancienne maison de maître remontant au XIIIe siècle ;
  • Nombreuses maisons caractéristiques des constructions traditionnelles : des murs épais, avec caves, grange et étables en rez-de-chaussée, large escalier en pierres volcaniques, terrasse (souvent couverte) et habitation à l'étage; avec des toitures agrémentées de génoises, le nombre de rangs de tuiles canal disposées en génoises 2, 3, 4, traduisant la richesse du propriétaire. Certaines habitations ont encore leurs volets en planches de mûrier imputrescibles ;
  • Quelques maisons bourgeoises du XVIIIe siècle avec de grandes salles décorées de plafonds à la française et de larges fenêtres. Les plafonds à la française, avec des chevrons en chêne, ont parfois été enduits de chaux et garnis de plâtre au XIXe siècle pour suivre la mode de l'époque !
  • Forêt domaniale du Barrès (hêtraie relique).

Religion[modifier | modifier le code]

Liste des curés de la paroisse[modifier | modifier le code]

  • 1689-1689 : M. Montréal
  • 1690-1694 : M. Fonbonne
  • 1694-1706 : M. Valentin
  • 1706-1733 : M. Soubeyran
  • 1733-1733 : M. Pascal
  • 1733-1743 : M. Raoulx
  • 1743-1769 : M. Pechier
  • 1770-1771 : M. Favand
  • 1771-1807 : M. Hélly
  • 1807-1812 : M. Bourg
  • 1813-1815 : M. Dusserre
  • 1815-1816 : M. Cru
  • 1816-1820 : M. Séveyrac
  • 1821-1823 : M. Roux
  • 1823-1849 : M. Cru
  • 1849-1859 : M. Beaudiment
  • 1859-1888 : M. Chabert
  • 1888-1890 : M. Robert
  • 1890-1919 : M. Chanas
  • 1919-1927 : M. Nougier
  • 1928-1932 : M. Veyrier
  • 1932-1935 : M. Gleyze
  • 1935-1942 : M. Guigal
  • 1942-1947 : M. Laurent
  • 1947-1965 : M. Malosse

À partir de cette date, les curés ne sont plus résidents, après que des anciennes paroisses ont été réunies.

  • 1965-1982 : M. Bertrand
  • 1982-1990 : M. Bonnet
  • 1990-?? : M. Gounon
  • ?? (avant 2009)-... : M. Messié

En 2016, Saint-Vincent-de-Barrès dépend de la paroisse de Saint-François-d'Ouvèze-Payre qui regroupe quatre communautés locales et 12 clochers (les principaux sont ceux de Chomérac et du Pouzin).

Particularité[modifier | modifier le code]

L'observatoire astronomique de l'Ardèche se trouve sur la commune. Le télescope est de type Ritchey Chrétien de 600mm de diamètre ouvert à F/D = 8 (utilisable aussi à F/D = 12,4 avec un deuxième miroir secondaire ou en Newton F/D = 3,2 avec un troisième). Il a été enregistré comme l'observatoire n° 131 par l'IAU (The International Astronomical Union) et le Minor Planet Center[33].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Alexandre Astier : acteur et réalisateur, vivant sur la commune et originaire de Lyon.
  • Robert Chapuis : député de l'Ardèche, possédât une maison de 1976 jusqu'à son élection comme maire du Teil en 1983.
  • Aimé Jeanjean, préfet de l'Ardèche de 1948 à 1957 habita le village.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.habitants.fr/habitants_saint-vincent-de-barres_07302.html
  2. Sources : Archives Municipales de Saint-Vincent-de-Barrès. 1827-1830.
  3. Acte de décès du 27 mars 1850. Sources : Archives Municipales de Saint-Vincent-de-Barrès, décès 1850, acte n° 8.
  4. Sources : Archives Municipales de Saint-Vincent-de-Barrès. 1831-1836.
  5. Acte de décès du 12 mars 1836. Sources : Archives Municipales de Saint-Vincent-de-Barrès, décès 1836, acte n° 4.
  6. Sources : Archives Municipales de Saint-Vincent-de-Barrès. 1836-1839.
  7. a et b 22 septembre 1840, mariage de son fils Jean Antoine Vignal avec Anne Léontine Marthe Bertrande. Sources : Archives Municipales de Saint-Thomé, mariages 1840, acte n° 5.
  8. Sources : Archives Municipales de Saint-Vincent-de-Barrès. 1839-1848.
  9. Archives Municipales de Saint-Vincent-de-Barrès. 1839-1848 et acte de décès du 27 mars 1850. Sources : Archives Municipales de Saint-Vincent-de-Barrès, décès 1850, acte n° 8.
  10. Président du Comité municipal provisoire puis maire par intérim. Sources : Archives Municipales de Saint-Vincent-de-Barrès. 1848.
  11. 26 septembre 1844, mariage de sa fille Louise Henriette avec Louis Ravel. Sources : Archives Municipales de Saint-Vincent-de-Barrès, mariages 1844, acte n° 7.
  12. Entre juillet 1848 et juillet 1850, il n'y a pas de maire à Saint-Vincent-de-Barrès. Sources : Archives Municipales de Saint-Vincent-de-Barrès. 1848-1850.
  13. Sources : Archives Municipales de Saint-Vincent-de-Barrès. 1850-1851.
  14. 12 février 1822, mariage avec Marie Victoire Laulagnet. Sources : Archives Municipales de Saint-Laurent-sous-Coiron, mariages 1822, acte n° 1.
  15. Sources : Archives Municipales de Saint-Vincent-de-Barrès. 1851.
  16. 3 juillet 1845, mariage avec Marie Mounier. Sources : Archives Municipales d'Ajoux (Ardèche), mariages 1845, acte n° 3.
  17. Sources : Archives Municipales de Saint-Vincent-de-Barrès. 1851-1852.
  18. 7 juillet 1845, mariage avec Marie Christine Alix Méalarès. Sources : Archives Municipales du Teil, mariages 1845, acte n° 13.
  19. Sources : Archives Municipales de Saint-Vincent-de-Barrès. 1852-1853.
  20. Entre février 1853 et septembre 1870, il semble ne pas y avoir de maire à Saint-Vincent-de-Barrès. Sources : Archives Municipales de Saint-Vincent-de-Barrès. 1853-1870.
  21. Durant cet intermède, Henri Chenivesse est exactement président de la commission municipale de Saint-Vincent-de-Barrès. Sources : Archives Municipales de Saint-Vincent-de-Barrès. 1870-1871.
  22. Sources : Archives Municipales de Saint-Vincent-de-Barrès. 1870-1871.
  23. Sources : Archives Municipales de Saint-Vincent-de-Barrès. 1871-1892.
  24. 12 juin 1871, mariage avec Césarine Eugénie Emma Dumas. Sources : Archives Municipales de Saint-Étienne-de-Fontbellon, mariages 1871, acte n° 3.
  25. Sources : Archives Municipales de Saint-Vincent-de-Barrès. 1892-1901.
  26. 26 août 2901, décès de Prosper Hyppolite Laurent. Sources : Archives Municipales de Saint-Vincent-de-Barrès, décès 1901, acte n° 11.
  27. « Liste des maires du département de l'Ardèche » [PDF], sur le site de la préfecture de l'Ardèche, (consulté le 30 août 2015).
  28. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  29. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  30. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  31. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  32. " Il était une Soie...
  33. http://www.minorplanetcenter.net/iau/lists/ObsCodesF.html