Saint-Vincent-Jalmoutiers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Vincent.
Saint-Vincent-Jalmoutiers
Le village de Saint-Vincent-Jalmoutiers.
Le village de Saint-Vincent-Jalmoutiers.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Dordogne
Arrondissement Périgueux
Canton Montpon-Ménestérol
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Saint-Aulaye
Maire
Mandat
Robert Denost
2014-2020
Code postal 24410
Code commune 24511
Démographie
Population
municipale
232 hab. (2014)
Densité 14 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 12′ 12″ nord, 0° 11′ 36″ est
Altitude Min. 42 m
Max. 133 m
Superficie 16,21 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte administrative de la Dordogne
City locator 14.svg
Saint-Vincent-Jalmoutiers

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte topographique de la Dordogne
City locator 14.svg
Saint-Vincent-Jalmoutiers

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Vincent-Jalmoutiers

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Vincent-Jalmoutiers

Saint-Vincent-Jalmoutiers est une commune française située dans le département de la Dordogne, en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Généralités[modifier | modifier le code]

La Rizonne près du Moulin de Rafaly, à Saint-Vincent-Jalmoutiers.

Dans le quart nord-ouest du département de la Dordogne, en forêt de la Double[1], la commune de Saint-Vincent-Jalmoutiers est arrosée par la Rizonne, un affluent de la Dronne.

L'altitude minimale, 42 mètres, se trouve au nord-ouest, là où la Rizonne quitte la commune pour servir de limite entre celles de Saint-Aulaye et Saint-Privat-des-Prés. L'altitude maximale avec 133 mètres est localisée au sud-ouest.

En bordure nord du territoire communal et traversé par la route départementale 44, le bourg de Saint-Vincent-Jalmoutiers se situe, en distances orthodromiques, cinq kilomètres à l'est de Saint-Aulaye et treize kilomètres au sud-ouest de Ribérac.

Le territoire communal est également desservi à l'est par la route départementale 100.

D'après les calculs effectués par l'Institut national de l'information géographique et forestière, le centre géographique de la région Nouvelle-Aquitaine se situe sur le territoire de Saint-Vincent-Jalmoutiers[2].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Saint-Vincent-Jalmoutiers est limitrophe de cinq autres communes.

Communes limitrophes de Saint-Vincent-Jalmoutiers
Saint Privat en Périgord
Saint Aulaye-Puymangou Saint-Vincent-Jalmoutiers La Jemaye-Ponteyraud
Servanches Échourgnac

Toponymie[modifier | modifier le code]

En occitan, la commune porte le nom de Sent Vincenç de Jau Mostier[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
         
1990[4] (réélu en mars 2014) en cours Robert Denost DVG Retraité

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués à Saint-Vincent-Jalmoutiers depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans (2007, 2012, 2017, etc. pour Saint-Vincent-Jalmoutiers[5]). Depuis 2006, les autres dates correspondent à des estimations légales. En 2014, Saint-Vincent-Jalmoutiers comptait 232 habitants.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
410 342 361 335 364 338 350 448 457
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
377 424 361 334 397 417 389 352 345
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
329 322 292 266 287 272 275 274 295
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2012 2014
303 243 247 236 239 213 260 242 232
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Bar-restaurant et alimentation

Commerces[modifier | modifier le code]

  • Centre multi-services, au bourg (épicerie, bar, restaurant, station essence)

Économie[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2012[8], parmi la population communale comprise entre 15 et 64 ans, les actifs représentent 99 personnes, soit 40,9 % de la population municipale. Le nombre de chômeurs (quinze) a légèrement augmenté par rapport à 2007 (quatorze) et le taux de chômage de cette population active s'établit à 15,2 %.

Établissements[modifier | modifier le code]

Au 31 décembre 2013, la commune compte vingt établissements[9], dont neuf dans l'agriculture, la sylviculture ou la pêche, cinq au niveau des commerces, transports ou services, quatre dans la construction, un dans l'industrie, et un relatif au secteur administratif[10].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Bien que proche du bourg de Saint-Vincent-Jalmoutiers, le château de la Meynardie se trouve sur la commune de Saint-Privat-des-Prés.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Florence Broussaud-Le Strat, La Double Un pays en Périgord, Éditions Fanlac, 2006, (ISBN 2-86577-252-7), p. 95.
  2. Adrien Vergnolle, « Nombril de la région, l'aubaine capitale ? », Sud Ouest édition Dordogne, 20 juin 2015, p. 10.
  3. Le nom occitan des communes du Périgord sur le site du Conseil général de la Dordogne, consulté le 9 avril 2014.
  4. Union départementale des maires de la Dordogne, consultée le 1er septembre 2014.
  5. « Calendrier de recensement », sur Insee (consulté le 9 avril 2014)
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  8. Chiffres-clés - Emploi - Population active - tableaux EMP T2 et EMP T4 sur le site de l'Insee, consulté le 6 décembre 2015.
  9. « Établissement - Définition », sur Insee (consulté le 6 décembre 2015).
  10. Chiffres clés - Établissements actifs par secteur d'activité - tableau CEN T1 sur le site de l'Insee, consulté le 6 décembre 2015.
  11. « IA24000797 », notice no Demeure, base Mérimée, ministère français de la Culture
  12. Guy Penaud, Dictionnaire des châteaux du Périgord, éditions Sud Ouest, 1996, (ISBN 2-87901-221-X), p. 262.