Saint-Sulpice-les-Champs

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Saint-Sulpice-les-Champs
Saint-Sulpice-les-Champs
Blason de Saint-Sulpice-les-Champs
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Creuse
Arrondissement Aubusson
Intercommunalité Communauté de communes Creuse Grand Sud
Maire
Mandat
Alex Saintrapt
2020-2026
Code postal 23480
Code commune 23246
Démographie
Population
municipale
353 hab. (2018 en diminution de 6,37 % par rapport à 2013)
Densité 16 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 59′ 47″ nord, 2° 01′ 21″ est
Altitude Min. 515 m
Max. 651 m
Superficie 21,7 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Aubusson
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Aubusson
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Saint-Sulpice-les-Champs
Géolocalisation sur la carte : Creuse
Voir sur la carte topographique de la Creuse
City locator 14.svg
Saint-Sulpice-les-Champs
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Sulpice-les-Champs
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Sulpice-les-Champs

Saint-Sulpice-les-Champs (Sent Soupise las Chams en occitan) est une commune française située dans le département de la Creuse en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Selon la terminologie définie par l'Insee et le zonage publié en 2020, Saint-Sulpice-les-Champs est une commune rurale, car elle n'appartient à aucune unité urbaine[Note 1],[1],[2].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction d'Aubusson, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 34 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[3],[4].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Les Champs est une francisation pour las Chalms (en occitan, « plateau rocheux qui domine une montagne »)[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

Fin mars 1944, Charles Rechenmann rencontre Allyre Sirois, son opérateur radio arrivé début mars et qui attend ses instructions. Celui-ci établit sa première liaison radio avec Londres, début avril depuis Saint-Sulpice-les-Champs[6].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Saint-Sulpice-les-Champs a été un canton de 1801 à 2014.

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1793 1799 Jean Léonard Lesouple   Notaire, Agent municipal
1799 1816 René André Martinaud   Notaire impérial
1816 1821 François Batherosse    
1822 1840 André Martinaud    
1841 1868 André Eugène Martinaud   Notaire
1868 1871 Augustin Jacques Tixier   Cultivateur
1871 1881 André Frédéric François Martinaud   Notaire
1881 1882 Jean Pierre Michaud   Maçon
1882 1883 Eugène Aumétayer   Marchand de bestiaux
1883 1892 Léonard Alexis Decombredet-Desplats   Propriétaire
1892 1908? François Xavier Alexis Decombredet-Desplats   Greffier
    Emile Peyrot    
------- ------ -------------------------------------------    
1919 1935 Frédéric Chanard    
    Frédéric Decombredet    
1953 mars 1983 Alphonse Nuellas    
mars 1983 mars 2008 Monique Depeige UMP  
mars 2008 mars 2014 Jacqueline Larpin    
mars 2014 En cours Alex Saintrapt SE Fonctionnaire
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[8].

En 2018, la commune comptait 353 habitants[Note 3], en diminution de 6,37 % par rapport à 2013 (Creuse : −2,37 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 1491 0571 0831 1231 1451 1721 1461 1401 127
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 1501 1581 1541 1071 0501 0211 1441 1451 150
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 1651 1671 123830811639592592534
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
477469446406395366376386358
2018 - - - - - - - -
353--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Dans le bourg, route de Banize, un espace muséographique retrace la vie d'un ancien natif de Saint Sulpice les Champs, Eugène Jamot. Ce médecin a lutté contre la maladie du sommeil. Un monument lui est aussi dédié et se trouve sur la place du village.
Place Eugène Jamot












  • Dans le bourg, une fontaine surmontée d’une statue représentant Hippomène. Cette fontaine n’est plus en eau.

L’original est l’œuvre de Guillaume Coustou père (1677-1746) datant de 1705 et exposé au musée du Louvre pour faire pendant à Atalante. Atalante (héroïne dans la mythologie grecque) défiait ses prétendants et promettait d’épouser celui qui parviendrait à la battre à la course. Hippomène défia à la course Atalante. Il pourra l’épouser s’il remporte l’épreuve mais il devra mourir s’il perd. Hippomène disposait de pommes d’or que lui avait données Aphrodite. Il réussit à retarder la course en lançant les pommes derrière lui. Atalante s’arrêta pour les ramasser ce qui permit à Hippomène de gagner la course. Cette statue (en bronze ?) de Saint Sulpice-les-Champs est l’œuvre de Jean-Jacques Ducel maître de forges à Paris, créateur de la fonderie Ducel.

Fontaine Hippomène









  • Une seconde fontaine près de l’église avec les mêmes caractéristiques que la précédente (fût parallélépipédique) est surmontée d’une statue d'un enfant portant une corne d'abondance qui pourrait être Saint Jean Baptiste enfant. La corne d’abondance est un objet mythologique synonyme de source inépuisable de bienfaits.
Fontaine Bourg









  • Au village du Châtelus, une villa de style normand a été construite de 1918 à 1920 par François Dutour pour rendre hommage à son épouse. Située dans un parc de 4 hectares, elle est entourée d'un mur érigé en 1930. Au cours de l'année 2012, elle fut l'objet d'une restauration d'un montant de 71.000 Euros financée par la Fondation du patrimoine[11].
La villa normande






Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Une commune rurale est une commune n'appartenant pas à une unité urbaine. Les autres communes sont dites urbaines.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Base des unités urbaines 2020 », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 8 novembre 2020)
  2. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 8 novembre 2020)
  3. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 8 novembre 2020)
  4. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc, Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 8 novembre 2020)
  5. Ernest Nègre, Toponymie Générale de la France, Librairie Droz, Genève 1996.
  6. http://pixels.free.fr/Anacr/Suite.htm
  7. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  11. [1]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :