Saint-Simon (Nouveau-Brunswick)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Simon.

Saint-Simon
Saint-Simon (Nouveau-Brunswick)
L'entrée du village
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau du Nouveau-Brunswick Nouveau-Brunswick
Région Péninsule acadienne
Subdivision régionale Gloucester
Statut municipal District de services locaux
Maire
Mandat
aucun
aucun
Démographie
Population 724 hab. (2011 en diminution)
Densité 40 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 46′ 37″ nord, 64° 53′ 20″ ouest
Superficie 1 795 ha = 17,95 km2
Divers
Langue(s) Français
Indicatif +1-506
Code géographique 130087
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nouveau-Brunswick

Voir la carte administrative du Nouveau-Brunswick
City locator 14.svg
Saint-Simon

Géolocalisation sur la carte : Nouveau-Brunswick

Voir la carte topographique du Nouveau-Brunswick
City locator 14.svg
Saint-Simon

Saint-Simon est un district de services locaux canadien situé dans la région de la Péninsule acadienne et le comté de Gloucester, au nord-est du Nouveau-Brunswick. Le village est Sud-est de Caraquet, à l'embouchure de la rivière éponyme dans la baie Saint-Simon. La population vit principalement de la transformation du poisson et des fruits de mer.

Géographie[modifier | modifier le code]

Vue aérienne de Saint-Simon, en direction sud.

Situation[modifier | modifier le code]

Au bord de la baie Saint-Simon. Le village comporte deux principaux hameau, soit Saint-Simon Centre, à l'embouchure du ruisseau à Brideau, et Haut Saint-Simon, dans les terres au sud-est de ce dernier.

Au nord-ouest du village, la rivière Saint-Simon se déverse dans la baie.

Saint-Simon est généralement considéré comme faisant partie de l'Acadie[1].

Géologie[modifier | modifier le code]

Le sous-sol de Saint-Simon est composé principalement de roches sédimentaires du groupe de Pictou datant du Pennsylvanien (entre 300 et 311 millions d'années)[2].

Climat[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Climat de la Péninsule acadienne.

Histoire[modifier | modifier le code]

Puissances historiques:


Origines[modifier | modifier le code]

Article connexe : Toponymie néo-brunswickoise.

Selon ce que rapporte Donat Robichaud, la région est visitée par des pêcheurs Normands et Bretons dès la fin du XIIIe siècle[3]. Les Bretons sont en fait bien établis avant 1536[4]. Les Basques chassent la baleine en Europe à partir du XIIe siècle ou plus tôt mais, à la suite de l'effondrement de la population de ces cétacés, commencent à les chasser au sud du Labrador au XVIe siècle, en plus de pêcher la morue[4]. Ces pêcheurs viennent surtout du Pays basque espagnol mais ceux du Pays basque français deviennent de plus en plus nombreux[4]. Ils sont déjà bien installés vers 1540. Contrairement à une idée répandue, ils n'ont pas chassés la baleine de plus en plus loin jusqu'à atteindre l'Amérique mais s'y sont rendus directement[4]. Vers 1632, les pêcheurs de morue basques se déplacent dans des endroits plus reculés, dont Caraquet, Paspébiac et Shippagan, notamment pour éviter les attaques des Inuits et des pirates anglais ou danois, mais aussi à cause de la baisse de la population de baleine et de l'ouverture de la pêche au Svalbard[4]. La pêche basque dans la région dure sans encombres jusque vers la fin du XVIIe siècle[4].

Le , le Conseil souverain donne la concession de Pokemouche à Philippe Hesnault, de Nipisiguit, lui ajoutant trois lieues de largeur de chaque côté de la vallée, pour un total de huit lieues par quatre[5], un territoire qui inclut le site de Saint-Simon[6]. Michel Degrez, qui possédait auparavant la seigneurie, devait 200 livres à Hesnault, ce qui explique probablement cette décision. Hesnault ne s'établit pas sur les lieux et d'autres marchands en profitent pour chasser sur ses terres. Il porte plainte au Conseil et obtient gain de cause le contre le directeur général de la Compagnie de Mont-Louis, Jean de Clarmont[5]. On ne sait pas avec précision ce qui est arrivé au fief de Pokemouche après la mort d'Hesnault[5].

À la suite de la bataille de la Ristigouche, le capitaine Saint-Simon se vit confier le commandement d'un bateau corsaire avec 47 hommes d'équipage Normands. En octobre, ils prirent en chasse un bateau britannique, qu'ils capturèrent. Ensuite, une frégate britannique les poursuivit. Ils se réfugièrent dans la baie de Saint-Simon pour échapper à la capture. Ils sabordèrent leur bateau au lieu-dit de La Chaloupe, près du hameau de Morais à Bas-Caraquet[7]. Ne pouvant retourner à Restigouche, ils passèrent l'hiver dans la région. Au printemps 1761, Saint-Simon retourna en France, tandis qu'une partie de son équipage s'établit à Caraquet et Bas-Caraquet. Selon d'autres sources, les corsaires auraient accosté à Saint-Simon en premier[8]. Certains fondèrent plus tard le village de Saint-Simon[9].

XXe siècle[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Simon en 1930.

L'économie du village est essentiellement basée sur la pêche de la fin du XIXe siècle aux années 1950, lors de l'introduction des chalutiers[10]. Quatre pêcheurs se noient lors de la tempête du [10]. La caisse populaire de Saint-Simon est fondée en 1939[10]. Une coopérative de pêcheurs est fondée dans les années 1940 mais n'a pas de succès à cause du déclin de l'industrie[10]. La coopérative de consommation est fondée en 1945 et a plus de succès[10].

La salle paroissiale est inaugurée durant les années 1930 ou 1940[11].

L'école de Saint-Simon ouvre ses portes en 1956[12].

L'usine de transformation du poisson Pêcheries GEM est fondée en 1983[13].

En , des émeutes se déroulent à Saint-Simon (voir Émeutes de Saint-Sauveur et Saint-Simon).

La caisse populaire ferme ses portes le [14].

XXIe siècle[modifier | modifier le code]

Saint-Simon est l'une des localités organisatrices du IVe Congrès mondial acadien, en 2009.

Chronologie municipale[modifier | modifier le code]

Évolution territoriale de la paroisse de Caraquet après 1966.

1762 : Fondation de Saint-Simon en Acadie dans la Nouvelle-France.

1763 : Annexion de Saint-Simon au comté de Sunbury en Nouvelle-Écosse dans l'Amérique du Nord britannique.

1784 : Constitution du comté de Sunbury en la province du Nouveau-Brunswick. Saint-Simon est maintenant compris dans le comté de Northumberland.

1786 : Érection de la paroisse d'Alnwick, comprenant Saint-Simon, dans le comté de Northumberland.

1814 : Érection de la paroisse de Saumarez, dont Saint-Simon fait partie, dans la paroisse d'Alnwick.

1831 : Érection de la paroisse de Caraquet, dont Saint-Simon fait partie, dans la paroisse de Saumarez.

1851 : La paroisse de Shippagan se détache de la paroisse de Caraquet.

1897 : Érection de la paroisse de Paquetville à partir de portions des paroisses de Caraquet et d'Inkerman.

1961 : Constitution de la ville de Caraquet dans la paroisse de Caraquet.

1966 : La municipalité du comté de Gloucester est dissoute et le DSL de la paroisse de Caraquet est créé. Les villages de Bas-Caraquet et Bertrand et les DSL de Pokesudie, Saint-Simon et Village-Blanchard sont constitués dans la paroisse de Caraquet[15],[16].

Démographie[modifier | modifier le code]

Les falaises de tourbe de Saint-Simon.

D'après le recensement de Statistique Canada, il y avait 760 habitants en 2006, comparativement à 816 en 2001, soit une baisse de 6,9 %. Il y a 329 logements privés, dont 303 occupés par des résidents habituels. Le village a une superficie de 17,95 km2 et une densité de population de 42,3 habitants au kilomètre carré[17].

Administration[modifier | modifier le code]

Comité consultatif[modifier | modifier le code]

En tant que district de services locaux, Saint-Simon est administré directement par le Ministère des Gouvernements locaux du Nouveau-Brunswick, secondé par un comité consultatif élu composé de cinq membres dont un président.

Liste des présidents successifs
Période Identité Étiquette Qualité
200? en cours Pius LeBouthillier    
199? 200? Hédard Albert    
Les données manquantes sont à compléter.

Budget et fiscalité[modifier | modifier le code]

Commission de services régionaux[modifier | modifier le code]

Saint-Simon fait partie de la Région 4[18], une commission de services régionaux (CSR) devant commencer officiellement ses activités le [19]. Contrairement aux municipalités, les DSL sont représentés au conseil par un nombre de représentants proportionnel à leur population et leur assiette fiscale[20]. Ces représentants sont élus par les présidents des DSL mais sont nommés par le gouvernement s'il n'y a pas assez de présidents en fonction[20]. Les services obligatoirement offerts par les CSR sont l'aménagement régional, l'aménagement local dans le cas des DSL, la gestion des déchets solides, la planification des mesures d'urgence ainsi que la collaboration en matière de services de police, la planification et le partage des coûts des infrastructures régionales de sport, de loisirs et de culture; d'autres services pourraient s'ajouter à cette liste[21].

Représentation[modifier | modifier le code]

Drapeau du Nouveau-Brunswick Nouveau-Brunswick: Saint-Simon fait partie de la circonscription de Caraquet, qui est représentée à l'Assemblée législative du Nouveau-Brunswick par Hédard Albert, du Parti libéral. Il fut élu en 2003 puis réélu en 2008 et en 2010.

Drapeau du Canada Canada: Saint-Simon fait partie de la circonscription fédérale d'Acadie-Bathurst. Cette circonscription est représentée à la Chambre des communes du Canada par Yvon Godin, du NPD. Il fut élu lors de l'élection de 1997 contre le député sortant Doug Young, en raison du mécontentement provoqué par une réforme du régime d’assurance-emploi[22].

Économie[modifier | modifier le code]

Bolero Sellfish Processing.

La plupart des gens travaillent au village ou à proximité[23].

Bolero Sellfish Processing (anciennement Les Pêcheries G.E.M. Ltée) a démaré son usine de traitement de poissons à Saint-Simon en 1983 et y fait la préparation et l'exportation de viande de homard et de concombre de mer. La compagnie fait un chiffre d'affaires annuel de 500 000,00$ à 1 000 000,00$ et emploie une centaine de personnes de la région[24].

L'industrie touristique crée aussi quelques emplois dans la région.

De nombreux emplois sont disponibles dans le commerce, l'industrie de la pêche, la fabrication et la fonction publique dans la ville voisine de Caraquet[23].

Entreprise Péninsule, un organisme basé à Tracadie-Sheila faisant partie du réseau Entreprise, a la responsabilité du développement économique de la région[23].

Vivre à Saint-Simon[modifier | modifier le code]

Article connexe : Transport au Nouveau-Brunswick.

Éducation[modifier | modifier le code]

L'école Lorette-Doiron.

Depuis la fermeture de l'école Lorette-Doiron, les élèves francophones bénéficient des écoles de Caraquet. La ville de Shippagan compte le CCNB-Péninsule acadienne et un campus de l'Université de Moncton.

Les anglophones bénéficient d'une école à Brantville accueillant les élèves de la maternelle à la huitième année. Ils doivent ensuite poursuivre leurs études à Miramichi. Les établissements d'enseignement supérieurs anglophones les plus proches sont à Fredericton ou Miramichi.

Il y a une bibliothèque publique à Caraquet. Le bibliobus du Nord fait toutefois un arrêt au village[25].

Autres services publics[modifier | modifier le code]

Saint-Simon est desservi par la route 335, et la route 11 se trouve à proximité. Il y a également un sentier passant à l'ouest du village. Celui-ci suit le tracé de l'ancien chemin de fer Caraquet & Gulf Shore, et sera probablement reconverti pour le futur Acadian Railway.

Le village vit actuellement un problème d'alimentation en eau. De nombreux puits sont à sec, sont trop salés ou contiennent trop de fer et de manganèse. Selon le président du DSL, la cause serait l'assèchement de deux ou trois lacs dans la plaine de Shippagan entre Évangéline et le village. La construction d'un réseau d'aqueduc et le raccordement à celui de Caraquet est à l'étude. La construction d'une caserne de pompiers est projetée. La population est en fait dépendante des localités voisines, notamment Caraquet, pour la majeure partie des services[23]. Le bureau de poste et le détachement de la Gendarmerie royale du Canada les plus proche sont d'ailleurs situés à Caraquet. Cette ville dispose également d'un poste d'Ambulance Nouveau-Brunswick et de l'hôpital de l'Enfant-Jésus.

Existant depuis le , la Commission de gestion des déchets solides de la Péninsule acadienne (COGEDES) a son siège-social à Caraquet. Les déchets sont transférés au centre de transbordement de Tracadie-Sheila et les matières non-recyclables sont ensuite enfouies à Allardville.

Les francophones bénéficient du quotidien L'Acadie nouvelle, publié à Caraquet, ainsi que de l'hebdomadaire L'Étoile, de Dieppe. Les anglophones bénéficient quant à eux du quotidien Telegraph-Journal, publié à Saint-Jean.

Culture[modifier | modifier le code]

Herménégilde Chiasson

Personnalités liées à Saint-Simon[modifier | modifier le code]

Architecture et monuments[modifier | modifier le code]

Article connexe : Architecture acadienne.
L'église Saint-Simon.
icône image Image externe
Photo de l'église Saint-Simon par rebapep / Léola, sur Flickr.

L'église Saint-Simon est la plus grande église de bois du Nouveau-Brunswick.

La première église catholique de Saint-Simon fut construite en 1911 sur des terres données par Thomas Mallet. Le premier prêtre fut Joseph Le Roy, qui desservit la paroisse jusqu'en 1914. À ce moment, Léonce Marsoliau devint le nouveau prêtre et dirigea en 1917 la construction de l'église actuelle[26].

Un cénotaphe situé face à l'église et inauguré en 1982 rappelle la mémoire de quatre soldats originaires du village morts au champ d'honneur: Roméo M. Hébert, Livain F. Hébert, Jean-Paul T. Doiron et Joseph T. Chiasson[27].

Fêtes[modifier | modifier le code]

Festival des Coques[modifier | modifier le code]

Le festival des coques se déroule à chaque année depuis 1976. L'une des principales activités est la cérémonie dans laquelle le Capitaine Saint-Simon débarque au village avec ses corsaires. En 2016, le festival des coques célébrera sa 40e année d'existence.

Carnaval Boule de Neige[modifier | modifier le code]

Le Carnaval Boule de Neige se déroule aussi à chaque année depuis 2003 durant la première semaine du mois de mars. On retrouve divers activités pour jeune et adulte ainsi qu'une royauté (Reine, Mini-Roi, Mini reine et Mini-Princesse). L'activité principale de ce carnaval se trouve être la cérémonie du Bal de la reine. Ce carnaval cessa en 2013, après 10 ans.

Sport[modifier | modifier le code]

En 2006, le club de boxe de la péninsule acadienne a été implanté à Saint-Simon[28].

Municipalités limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Caraquet Caraquet Paroisse de Caraquet, Bas-Caraquet
baie Saint-Simon
Rose des vents
Village-Blanchard N baie Saint-Simon, Haut-Shippagan
O    Saint-Simon    E
S
Village-Blanchard Évangéline, Paroisse de Caraquet Paroisse de Caraquet

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Murielle K. Roy et Jean Daigle (dir.), Démographie et démolinguistique en Acadie, 1871-1991, L'Acadie des Maritimes, Moncton, Centre d'études acadiennes, Université de Moncton, (ISBN 2921166062), p. 141.
  2. (en) [PDF] Ministère des Ressources naturelles et de l'énergie du Nouveau-Brunswick, « Bedrock Geology of New Brunswick », (consulté le 19 juin 2009)
  3. (fr) Donat Robichaud, Le Grand Shippagan, 1976. p. 33-37
  4. a b c d e et f (en) Selma Huxley Barkham, « The Basque Whaling Establishments in Labrador 1536-1632 — A Summary », Arctic, vol. 37, no 4,‎ , p. 515-519 (lire en ligne)
  5. a b et c « Philippe Hesnault », dans Revue d'histoire de la Société historique Nicholas Denys, Vol. XXXIV, no. 3, sept.-déc. 2006, p. 95-105.
  6. (en) William Gagnong, A Monograph of historic sites in the province of New Brunswick, Ottawa, J. Hope, (lire en ligne), p. Carte no. 39, p. 319
  7. (fr) J. Antonin Friolet, Caraquet, Village au Soleil, chez l'auteur, Fredericton, 1978. p. 17-29
  8. (en) "Caraquet." Encyclopædia Britannica. 2007. Encyclopædia Britannica Online. 3 août 2007 <« http://www.britannica.com/eb/article-9020221 »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)>.
  9. (en) William Francis Ganong, The history of Caraquet and Pokemouche, New Brunswick Museum, Saint-Jean, 1948.
  10. a b c d et e « L'historique du village de Saint-Simon remonte à près de 200 ans passées », L'Évangéline,‎ , p. 20 (lire en ligne).
  11. Roche, « Évaluation des infrastructures municipales du Grand Caraquet - Rapport final », sur Association francophone des municipalités du Nouveau-Brunswick, (consulté le 20 mars 2011).
  12. « L'histoire de l'école de Saint-Simon », L'Évangéline,‎ , p. 20 (lire en ligne).
  13. « Chaleur Ready Mix Ltée », sur Réseau des entreprises du Canada, Industrie Canada (consulté le 19 mars 2016)
  14. Mathieu-Roy Comeau, « La Caisse populaire Sud-Est fermera trois centres de services », L'Acadie Nouvelle,‎ , p. 4
  15. (en) http://homepages.rootsweb.com/~nbpast/localhistory/parishes.html Consulté le 8 avril 2008.
  16. (en) Territorial Division Act (1786) Consultée le 8 avril 2008.
  17. « Chiffres de population et des logements, Canada, provinces et territoires, et localités désignées, recensements de 2006 et 2001 - Données intégrales », sur Statistique Canada (consulté le 20 avril 2010).
  18. « Les communautés dans chacune des 12 Commissions de services régionaux (CSR) », sur Gouvernement du Nouveau-Brunswick (consulté le 9 novembre 2012).
  19. « Conseils d'administration des commissions de services régionaux annoncés », sur Gouvernement du Nouveau-Brunswick (consulté le 1er novembre 2012).
  20. a et b « Gouvernance des nouvelles commissions de services régionaux », sur Gouvernement du Nouveau-Brunswick (consulté le 9 novembre 2012).
  21. « Services obligatoires », sur Gouvernement du Nouveau-Brunswick (consulté le 9 novembre 2012).
  22. (fr) Réal Fradette, « Qui arrivera à défaire Yvon Godin », dans L'Acadie Nouvelle, 20 décembre 2008 [lire en ligne (page consultée le 20 décembre 2008)].
  23. a b c et d « District de services régionaux 4 », sur Bâtir des gouvernements locaux et des régions viables (Rapport Finn), sur Gouvernement du Nouveau-Brunswick (consulté le 28 juillet 2011).
  24. « Les Pêcheries G.E.M. Ltée - Profil complet », sur Répertoires d'entreprises par secteurs industriels, sur Industrie Canada (consulté le 2 avril 2012).
  25. « Arrêts de bibliobus », sur Ministère de l'Éducation du Nouveau-Brunswick (consulté le 4 novembre 2012)
  26. (fr) Paroisse Saint-Simon Page consultée le 21 décembre 2007.
  27. « Cénotaphe », L'Évangéline, vol. 95, no 145,‎ , p. 39 (lire en ligne)
  28. (fr) Robert Lagacé, « L'Acadie Nouvelle », La boxe se porte bien dans la Péninsule acadienne, 25 février 2006

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) William F. Ganong, A Monograph of the Origins of the Settlements in New Brunswick, Ottawa, J. Hope, , 185 p.
  • (en) Alan Rayburn, Geographical Names of New Brunswick, Ottawa, Énergie, Mines et Ressources Canada,