Saint-Sernin-du-Plain

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Sernin.
Saint-Sernin-du-Plain
Le clocher en granit construit vers 1500.
Le clocher en granit construit vers 1500.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Saône-et-Loire
Arrondissement Chalon-sur-Saône
Canton Chagny
Intercommunalité Le Grand Chalon
Maire
Mandat
Jean-Pierre MONNOT
2014-2020
Code postal 71510
Code commune 71480
Démographie
Population
municipale
583 hab. (2014)
Densité 40 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 53′ 34″ nord, 4° 37′ 09″ est
Altitude Min. 230 m – Max. 542 m
Superficie 14,45 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Sernin-du-Plain

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Sernin-du-Plain
Vue générale de Saint-Sernin-du-Plain depuis le mont de Rome Château.

Saint-Sernin-du-Plain est une commune française, située dans le département de Saône-et-Loire en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Village viticole et agricole.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Saint-Gervais-sur-Couches Créot Paris-l'Hôpital Rose des vents
Dracy-lès-Couches N Sampigny-lès-Maranges
Cheilly-lès-Maranges
Dennevy
O    Saint-Sernin-du-Plain    E
S
Saint-Maurice-lès-Couches Couches Saint-Léger-sur-Dheune

Histoire[modifier | modifier le code]

Saint-Sernin-du-Plain (montagne de « Rome du Château », à 547 mètres d'altitude) disposa durant toute la première moitié du XIXe siècle de l'une des onze stations (ou postes télégraphiques aériens) du télégraphe Chappe implantées en Saône-et-Loire (le long de la ligne Paris-Toulon), installation mise en service en 1807 et qui cessa de fonctionner en 1853, remplacée par la télégraphie électrique[1].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Saint-Sernin-du-Plain Blason Écartelé: au 1er d'azur à la tête de crosse d'or mouvant de la pointe, à la bordure componée d'argent et de gueules, au 2e bandé d'or et d'azur à la bordure de gueules, au 3e d'azur à la falaise d'argent mouvant du flanc senestre posée sur un vignoble d'or chargé de l'inscription de sable « Mt ROME » à la bordure de gueules, au 4e d'azur à la gerbe de blé d'or à la bordure componée d'argent et de gueules.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 2014 Jean-Pierre Monnot   né le 06/09/1944
mars 2014 2020 Jean-Pierre Monnot[2]    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[4],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 583 habitants, en diminution de -7,46 % par rapport à 2009 (Saône-et-Loire : 0,19 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
702 1 038 867 1 093 1 208 1 291 1 384 1 360 1 430
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 506 1 671 2 212 2 361 2 292 2 170 2 017 2 005 1 769
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 757 1 621 1 380 1 018 973 912 871 755 802
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
762 695 569 550 539 619 597 630 583
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

L'expansion démographique correspond au développement du vignoble et des mines. La chute suit la fermeture des mines, la crise du phylloxéra et la guerre de 1914-1918.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le sommet culminant de la région (546 m) est situé sur le territoire de la commune: C'est le Mont Rome ou Rome-Château. Réputé pour sa vue panoramique qui s’étend de la Saône à l'Autunois. Le site accueille les amateurs d'escalade et un festival de musique classique: "Les Nuits du Mont Rome" chaque année depuis plus de 10 ans, la dernière semaine de juillet, dans un théâtre à l'antique situé à mi-pente.
  • L'église Saint-Saturnin de Saint-Sernin-du-Plain.
  • Le hameau de Mazenay, qui revendiqua auprès du Corps législatif en 1857 – sans succès – d'être séparé de Saint-Sernin-du-Plain et reconnu dans un cadre communal[7].

Vignoble[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Bourgogne côte-du-couchois (AOC).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • François Morin dit « Cromé », seigneur de Cromey, qui prit activement part à la Ligue parisienne (1588-1591)[8] et à qui l'on doit le pamphlet Dialogue d'entre le Maheustre et le Manant (imprimé fin 1593).
  • La famille Germain, qui a mis en valeur la plaine de la Mitidja à partir de 1830, dans la ferme Germain Domaine de Mouzaïaville en Algérie (viticulture, orangeraies), est originaire de Saint-Sernin-du-Plain.
  • Un "chirurgien" Gaudhey avait inventé vers 1820 un traitement contre la rage. Sa propre femme, déchirée par un loup enragé, fut une des premières bénéficiaires de son traitement. En 1823, sa veuve voulut obtenir le droit de continuer de traiter les personnes mordues par des animaux enragés mais le ministre de l'Intérieur exigea qu'elle fasse d'abord connaître au Gouvernement le secret de ce traitement, conformément à la loi du 18 août 1810. Il lui demanda de s'abstenir de continuer à exercer sans titres la médecine ou la pharmacie en administrant l'invention de son mari. Cette famille détenait-elle un secret dont le sous-préfet de l'époque disait : "Pour moi, je ne doute nullement de la grande utilité de ce remède" ?

In Archives départementales de Saône-et-Loire (M 105)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Le télégraphe Chappe en Saône-et-Loire (1799-1853) », article de Pierre Laffont paru dans la revue « Images de Saône-et-Loire » n° 84 (hiver 1990-1991), pages 17 à 24.
  2. Site du jsl, édition d'Autun, Saint-Sernin-du-Plain : Jean-Pierre Monnot élu pour un second mandat
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  7. « Le hameau de Mazenay voulait être commune », article de Lucien Taupenot paru dans la revue « Images de Saône-et-Loire » n° 126 de juin 2001 (page 17).
  8. « François Morin "dict Cromé" : un seigneur de Cromey dans la Ligue parisienne », article d'Alain Dessertenne paru dans la revue « Images de Saône-et-Loire » n° 178 de juin 2014, pages 4 à 7.


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :