Saint-Saviol

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Saint-Saviol
Saint-Saviol
Gare de Saint-Saviol.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Vienne
Arrondissement Montmorillon
Canton Civray
Intercommunalité Communauté de communes du Civraisien en Poitou
Maire
Mandat
Bertrand Geoffret
2014-2020
Code postal 86400
Code commune 86247
Démographie
Gentilé Saint-Saviolais
Population
municipale
529 hab. (2016 en augmentation de 4,96 % par rapport à 2011)
Densité 49 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 08′ 01″ nord, 0° 14′ 38″ est
Altitude Min. 97 m
Max. 143 m
Superficie 10,81 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Vienne

Voir sur la carte administrative de la Vienne
City locator 14.svg
Saint-Saviol

Géolocalisation sur la carte : Vienne

Voir sur la carte topographique de la Vienne
City locator 14.svg
Saint-Saviol

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Saviol

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Saviol

Saint-Saviol est une commune du centre-ouest de la France, située dans le département de la Vienne (région Nouvelle-Aquitaine).

Géographie[modifier | modifier le code]

Les habitants du village sont appelés les Saint-Saviolais et les Saint-Saviolaises.

Les hameaux de la commune sont : Fayolle, Les poiriers, Le ravary, La croix Bardon, Le bourg, Les hommes guillaume, La gare, Les audonneries, Peusec, Roche papillon, La grosse borne, Le grand pas, Chalbret, Bessigny, La roche, Bonnevie, L'échelle, La barretière, Chez boisson, La bescent, Reffoux, Creuillère, Comporté, Le breuil, Puypousin.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Saint-Saviol
Linazay
Limalonges
(Deux-Sèvres)
Saint-Saviol Saint-Pierre-d'Exideuil
Saint-Macoux Saint-Gaudent

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La région de Saint-Saviol présente un paysage de plaines vallonnées plus ou moins boisées et de vallées. Le terroir se compose [1] :

  • pour 57 % par des groies moyennes de la Saintonge boisée et des groies profondes dans les plaines. Les groies sont des terres du sud-ouest de la France, argilo-calcaires, peu profondes - en général de moins de 50 cm d’épaisseur – et plus ou moins riches en cailloux. Elles sont fertiles et saines et donc, propices à la polyculture céréalière.
  • pour 12 % de calcaire dans les vallées et les terrasses alluviales,
  • pour 30 % de Terres Rouges plus ou moins profondes sur les plateaux. Ce sont des sols acajou, siliceux, dérivés d’argiles ferrugineuses à silex provenant d’épandages superficiels du Massif Central.

En 2006, 84 % de la superficie de la commune était occupée par l'agriculture, 9 % par des forêts et des milieux semi-naturels et 7 % par des zones construites et aménagées par l'homme (voirie)[2].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par la Charente sur une longueur de 4,3 km.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat est océanique avec des étés tempérés.

Voies et transports[modifier | modifier le code]

La commune a une gare qui est desservie par la ligne SNCF: Paris-Bordeaux-Hendaye.

Les autres gares et haltes ferroviaires proches de la commune sont:

Les aéroports les plus proches de la commune sont:

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom est éponyme de celui du saint, un archidiacre du Ve siècle [3].

En 1793, le bourg prend le nom de Saviol et en 1801, il retrouve le nom de Saint-Saviol.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le territoire converti au christianisme est organisé par Faviol ou Saviol. C’était le premier archidiacre du pagus de Brioux-sur-Boutonne au Ve siècle. Saviol habitait à Mazières-sur-La Beronne, entre Brioux-sur-Boutonne et Melle (Deux-Sèvres), dans l’actuel département des Deux-Sèvres, où il est inhumé. La région est un lieu de passage important comme le rappelle le tésor de plusieurs pièces de monnaie à l’effigie du Richard Cœur de Lion, donc de la fin du XIIe siècle , retrouvé en 1837 lors de la construction de la route Limoges à Nantes.

Le bourg et le chevet de l’église sont détruits pendant la guerre de Cent Ans.

Les guerres de religion et les dragonnades donnent lieu à de nombreuses violences.

Au XIXe siècle, une ligne de chemin de fer reliait la commune de Saint-Saviol à celle de Lussac-les-Châteaux en desservant Civray (Vienne). Cette voie unique était longue de 64 km. Elle fut construite en plusieurs étapes par la Compagnie PO (Paris-Orléans). La première étape : la section Saint-Saviol-Civray-Charroux (Vienne), longue de 17 km a été inaugurée le 15 novembre 1886. La deuxième portion : Charroux-Le Vigeant-Lussac-les-Châteaux, longue de 47 km, fut mise en service cinq ans plus tard soit le 10 août 1891.

En 1948, pour célébrer le centenaire de la Révolution française de 1848 et de la Deuxième République, un arbre de la liberté est planté (un tilleul)[4].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Depuis 2015, Saint Saviol est dans le canton de Civray (no 6) du département de la Vienne. Avant la réforme des départements, Saint Saviol était dans le canton no 5 de Civray dans la 3e circonscription.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[5],[6]
Période Identité Étiquette Qualité
1790 1793 Jacques Poitevin    
1793 an III André Dussouil    
an III an XII Touzalin    
an XIII 1821 Cyprien Desvignes    
1821 1868 François Baillot    
1868 1888 Jean-Baptiste Guillaud-Vallée    
1888 1896 Pierre Dussouil    
1896 1898 Jean Toulat    
1898 1925 Eugène Mady    
1925 1943 Élie Naffrechoux    
1943 1959 Émile Rousseau    
1959 1961 Clotaire Hiver    
1961 1977 René Duboux    
1977 mars 2001 Robert Neveux    
mars 2001 mars 2008 Pierre Roullet    
mars 2008   Bertrand Geoffret[6]    

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

La commune relève du tribunal d'instance de Poitiers, du tribunal de grande instance de Poitiers, de la cour d'appel de Poitiers, du tribunal pour enfants de Poitiers, du conseil de prud'hommes de Poitiers, du tribunal de commerce de Poitiers, du tribunal administratif de Poitiers et de la cour administrative d'appel de Bordeaux, du tribunal des pensions de Poitiers, du tribunal des affaires de la Sécurité sociale de la Vienne, de la cour d’assises de la Vienne.

Services publics[modifier | modifier le code]

Les réformes successives de La Poste ont conduit à la fermeture de nombreux bureaux de poste ou à leur transformation en simple relais. Toutefois, la commune a pu maintenir le sien.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[8].

En 2016, la commune comptait 529 habitants[Note 1], en augmentation de 4,96 % par rapport à 2011 (Vienne : +1,78 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
889428462479496589624633633
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
624581573551541604568609567
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
591597581549560510536464474
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
499526540585526467454497527
2016 - - - - - - - -
529--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

En 2008, selon l’Insee, la densité de population de la commune était de 42 hab./km2 contre 61 hab./km2 pour le département, 68 hab./km2 pour la région Poitou-Charentes et 115 hab./km2 pour la France.

Les dernières statistiques démographiques pour la commune de Saint-Saviol ont été fixées en 2009 et publiées en 2012. Il ressort que la mairie administre une population totale de 489 personnes. À cela il faut soustraire les résidences secondaires (7 personnes) pour constater que la population permanente sur le territoire de la commune est de 482 habitants.

La répartition par sexe de la population est la suivante:

  • en 1999 : 52 % d'hommes et 48 % de femmes.
  • en 2005 : 51,5 % d'hommes et 48,5 % de femmes
  • en 2010 : 54 % d'hommes pour 46 % de femmes.

En 2005:

  • Le nombre de célibataires était de : 21,6 % dans la population,
  • Les couples mariés représentaient 63,6 % de la population et les divorcés 5,6 %.
  • Le nombre de veuves et veufs était de 9,2 % à Saint-Saviol.

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune de Saint-Saviol dépend de l'Académie de Poitiers (Rectorat de Poitiers) et son école primaire publique dépend de l'Inspection Académique de la Vienne. L’école fait partie d’un Regroupement Pédagogique Intercommunal : la Maternelle et la CP sont à Saint-Saviol puis le CE1 à CM2 à Saint-Macoux.

Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

Selon la Direction régionale de l'alimentation, de l'agriculture et de la forêt de Poitou-Charentes[11], il n'y a plus que 7 exploitations agricoles en 2010 contre 11 en 2000.

Les surfaces agricoles utilisées ont augmenté de 6 % et sont passées de 574 hectares en 2000 à 612 hectares en 2010 dont 118 sont irrigables[11]. Ces chiffres indiquent une concentration des terres sur un nombre plus faible d’exploitations. Cette tendance est conforme à l’évolution constatée sur tout le département de la Vienne puisque de 2000 à 2007, chaque exploitation a gagné en moyenne 20 hectares[12].

39 % des surfaces agricoles sont destinées à la culture des céréales (blé tendre essentiellement et maïs), 23 % pour les oléagineux (2/3 en colza et 1/3 en tournesol), 21 % pour le fourrage et 13 % reste en herbes[11].

Les élevages de bovins, d'ovins et de volailles ont disparu au cours de cette décennie[11]. La disparition de l'élevage de moutons est conforme à la tendance globale du département de la Vienne. En effet, le troupeau d’ovins, exclusivement destiné à la production de viande, a diminué de 43,7 % de 1990 à 2007[13].

Industrie et services[modifier | modifier le code]

L’entreprise Poitou Entreposage est l’un des principaux employeurs de la commune. Les toits de ses entrepôts sont équipés d’une grande surface de panneaux solaires, constituant la plus grande centrale photovoltaïque[14]. Deux autres employeurs importants de la commune sont la société SICOB (producteur de charpente industrialisée)[15] et la laiterie coopérative Terra Lacta[16].

La gare de Saint-Saviol est la seconde du département en volume de fret (stockage de 3 millions de quintaux de céréales).

Activité et emplois[modifier | modifier le code]

Le taux d'activité était de 67 % en 2005 et 62,7 % en 1999.

Le taux de chômage en 2005 était de 7,3 % et en 1999 il était de 9,4 %.

Les retraités et les pré-retraités représentaient 32,6 % de la population en 2005 et 24,2 % en 1999.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Saviol date du XIIIe et du XIVe siècle. La porte de la façade nord est précédée d'un porche à galerie qui date du XVIIIe siècle. C'est un exemple rare d'architecture dans le Civraisien. Le chevet qui est plat, est percé d'une fenêtre ogivale. Il a été refait au XIVe siècle. L'édifice a été agrandi ensuite en 1788. Dans l'église, il est possible de voir une belle dalle funéraire de pierre du XIVe siècle de Aimery Brothier, chevalier de l'ordre du Temple.

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

  • Château de Fayolle qui date de la fin XVe siècle et du début du XVIIIe siècle.
  • Château de la Feuilleterre qui a été construit au cours de la première moitié du XIXe siècle. Cette construction a remplacé un château édifié au cours du XVIe siècle. Seul le pigeonnier Nord, couvert de tuiles plates, rtémoigne de cette première construction.

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Chambre Régionale d'agriculture de Poitou-Charentes - 2007
  2. Observatoire régional de l'environnement de Poitou-Charentes
  3. Le Patrimoine des communes de la Vienne en 2 tomes – Édition FLOHIC – 2002 – (ISBN 2-84234-128-7)
  4. Robert Petit, Les Arbres de la liberté à Poitiers et dans la Vienne, Poitiers : Éditions CLEF 89/Fédération des œuvres laïques, 1989, p. 226
  5. Archives municipales
  6. a et b Site de la préfecture de la Vienne, consulté le 10 mai 2008
  7. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  11. a b c et d Fiches communales 2000 - 2010 de la Vienne
  12. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte : aucun texte n’a été fourni pour les références nommées Agreste – Enquête Structure 2007
  13. Agreste – Bulletin no 12 de mai 2013
  14. [1]
  15. « SICOB », sur www.sicob.fr (consulté le 27 décembre 2016)
  16. « Gertrude - Laiterie coopérative de Saint-Saviol - Inventaire Général du Patrimoine Culturel (1.3.3 (Build: 103)) », sur gertrude-diffusion.poitou-charentes.fr (consulté le 27 décembre 2016)

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.