Saint-Sauveur (Vienne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune de la Vienne
Cet article est une ébauche concernant une commune de la Vienne.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade ’’Bon début’’ quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Sauveur.
Saint-Sauveur
L'église de Saint-Sauveur.
L'église de Saint-Sauveur.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Poitou-Charentes
Département Vienne
Arrondissement Châtellerault
Canton Châtellerault-3
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Pays Châtelleraudais
Code postal 86100
Code commune 86245
Démographie
Gentilé Salvatoriens, Salvatoriennes
Population 1 073 hab. (2013)
Densité 33 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 48′ 33″ N 0° 37′ 26″ E / 46.8091666667, 0.62388888888946° 48′ 33″ Nord 0° 37′ 26″ Est / 46.8091666667, 0.623888888889
Altitude Min. 72 m – Max. 144 m
Superficie 32,37 km2
Historique
Commune(s) d'intégration Senillé-Saint-Sauveur
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Vienne

Voir sur la carte administrative de la Vienne
City locator 15.svg
Saint-Sauveur

Géolocalisation sur la carte : Vienne

Voir sur la carte topographique de la Vienne
City locator 15.svg
Saint-Sauveur

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Saint-Sauveur

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Saint-Sauveur

Saint-Sauveur est une ancienne commune du centre-ouest de la France, située dans le département de la Vienne (région en région Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes, devenue le une commune déléguée au sein de la commune nouvelle de Senillé-Saint-Sauveur.

Géographie[modifier | modifier le code]

Saint-Sauveur est une commune rurale.

Les citoyens de Saint-Sauveur sont nommés les Salvatoriens et les Salvatoriennes.

Localisation[modifier | modifier le code]

Le bourg est entouré par les communes de Senillé, Oyré et Châtellerault. Saint-Sauveur est situé à 5 km au sud-est de Châtellerault, la plus grande ville à proximité.

La commune est proche du parc naturel régional Loire-Anjou-Touraine.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La commune présente un paysage de plaines vallonnées plus ou moins boisées et de vallées.

Le terroir se compose:

  • de terres fortes pour 26 % et de bornais (ce sont des sols brun clair sur limons, profonds et humides, à tendance siliceuse) pour 43 % sur les plateaux du seuil du Poitou,
  • de champagnes ou aubues (ce sont des sols gris clair, argilo-limoneux, sur craie et donc calcaires) pour 18 % sur les collines calcaires,
  • de tuffeau jaune pour 12 % sur les collines et dépressions sableuses des bordures du Bassin parisien,
  • de terres alluviales pour 1 % dans les vallées alluviales[1].

En 2006, 75 % de la superficie de la commune était occupée par l'agriculture, 24 % par des forêts et des milieux semi-naturels et 1 % par des surfaces aquatiques[2]. La présence de milieux naturels et semi-naturels riches et diversifiés sur le territoire communal permet d’offrir des conditions favorables à l’accueil de nombreuses espèces pour l'accomplissement de leur cycle vital (reproduction, alimentation, déplacement, refuge). Forêts, landes, prairies et pelouses, cours d’eau et zones humides… constituent ainsi des cœurs de biodiversité et/ou de véritables corridors biologiques.

La forêt privée représente 770 hectares soit 24 % du territoire communal[3]. Les espaces boisés (la moyenne sur la région Poitou-Charentes est de 15  %, et 29,2  % pour la France) sur le territoire communal contribuent à assurer des fonctions de production (bois d’œuvre mais aussi bois énergie), de protection (espèces, qualité des eaux) et sociales (accueil du public). Les forêts les plus anciennes ou implantées dans des conditions écologiques particulières (pentes, bords de cours d'eau...) abritent en général la biodiversité la plus forte. Mais, au cours de l’histoire, pour répondre aux besoins d'une population rurale importante, la forêt poitevine a été intensément défrichée et sur-exploitée jusqu’à la révolution industrielle. Environ la moitié des forêts actuelles du Poitou n'existait pas il y a 200 ans[4].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par 10 km de cours d'eau. Les principaux sont:

  • le ruisseau de Chaudet sur une longueur de 3,1 km,
  • le ruisseau de l'étang Berland sur une longueur de 2 km,
  • Le Moury sur une longueur de 1,5 km,
  • Le Maury sur une longueur de 0,6 km.

Comme pour l'ensemble de la région Poitou-Charentes, la commune a vu la qualité de son eau se dégrader ces dernières années. Au déficit récurrent s'ajoute une pollution engendrée par les diverses activités humaines, notamment agricoles. Ainsi, la commune se situe en Zone de Répartition des Eaux, où l'on observe une insuffisance chronique des ressources en eau par rapport aux besoins. Par ailleurs, elle est concernée par le classement en Zones sensibles, où une élimination plus poussée des paramètres azote et/ou phosphore présents dans les eaux usées est nécessaire pour lutter contre les phénomènes d’ eutrophisation[5].

259 mares ont été répertoriées sur l'ensemble du territoire communal (30 000 recensées dans la région de Poitou-Charentes). Les mares de Poitou-Charentes ont été créées par l'homme, notamment pour répondre aux besoins en eau des habitants (mares communautaires), du cheptel ou à la suite d'activités extractives (argile, marne, pierres meulières). Très riches au niveau botanique, elles jouent un rôle majeur pour les batraciens (tritons, grenouilles), les reptiles (couleuvres) et les Libellules. Elles sont un élément symbolique du patrimoine rural et du maintien de la biodiversité en zone de plaine et de bocage[6].

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat est océanique avec des étés tempérés.

D’une manière générale[7], le temps est assez sec et chaud pendant l’été, moyennement pluvieux en automne et en hiver avec des froids peu rigoureux.

La température moyenne est de 11 °C. Juillet est le mois le plus chaud (maximale absolue 40,8 °C en 1947). Janvier est le mois le plus froid (minimale absolue – 17,9 °C en 1985). °C à peine sépare les moyennes minimales des moyennes maximales (cette séparation est de °C en hiver et de 11 °C en été). L’amplitude thermique est de 15 °C.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Les gares et les haltes ferroviaires les plus proches de Saint-Sauveur sont :

Les aéroports et aérodromes proches de la commune sont :

Urbanisme et habitat[modifier | modifier le code]

En 2011,selon l'Insee, le nombre de logement sur le territoire de la commune était de 457 dont 416 sont des résidences principales (soit 91 %) et 20 des résidences secondaires (soit 4 %).

Histoire[modifier | modifier le code]

L'existence d'une dizaine de stations préhistoriques de plein air atteste l'ancienneté de l'occupation humaine.

Les tracés encore visibles de deux chaussées gallo-romaines signent des voies antiques et l'on a retrouvé des fonds de villas gallo-romaines à Fontavilliers et aux Épinettes.

Le prieuré Antonin de Saint-Antoine de la Foucaudière a été fondé en 1349 par Adam de Soissons et son épouse Catherine de Chavanyers. En 1366 il a été érige en commanderie.

La guerre de Cent Ans ravage le pays et en 1379 l'église et l'hôpital sont en ruines. La nef et le clocher sont reconstruits puis le chœur est achevée en 1493 au temps du commandeur Laurent Imbert.

Il est incendié en 1569 durant les guerres de religion et en 1619 le commandeur Laurent Astruc commence les travaux de réhabilitation, mais la plus grande partie de la nef reste ruinée[8].

La commanderie de la Foucaudière est désertée en 1777. Après la Révolution, le bourg de Saint-Sauveur est reconstruit autour de l'ancienne commanderie. L'église, devenue paroissiale, est rétablie sous le double vocable de Saint-Sauveur et de Saint-Antoine.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Saint-Sauveur dépend de la Sous-Préfecture de la Vienne à Châtellerault.

Depuis 2015, Saint-Sauveur est dans le canton de Châtellerault-3 (N°4) du département de la Vienne. Avant la réforme des départements, Saint-Sauveur était dans le canton N°3 de Chatellerault Nord dans la 4ème circonscription.

La commune de Senillé, qui comptait 760 habitants, a été rattaché à Saint-Sauveur depuis le 1er janvier 2016 pour former une nouvelle commune : Senillé-Saint-Sauveur. La commune de Saint-Sauveur devient commune déléguée au sein de Senillé-Saint-Sauveur (commune nouvelle).

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 réélu en 2008 Gérard Pérochon[9]    
Les données manquantes sont à compléter.

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

La commune relève du tribunal d'instance de Poitiers, du tribunal de grande instance de Poitiers, de la cour d'appel de Poitiers, du tribunal pour enfants de Poitiers, du conseil de prud'hommes de Poitiers, du tribunal de commerce de Poitiers, du tribunal administratif de Poitiers et de la cour administrative d'appel de Bordeaux, du tribunal des pensions de Poitiers, du tribunal des affaires de la Sécurité sociale de la Vienne, de la cour d’assises de la Vienne.

Services publics[modifier | modifier le code]

Les réformes successives de La Poste ont conduit à la fermeture de nombreux bureaux de poste ou à leur transformation en simple relais. Toutefois, la commune a pu maintenir le sien.

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Gestion de l’eau et assainissement[modifier | modifier le code]

La commune a adhéré à un SAGE (Schéma d'aménagement et de gestion des eaux): SAGE Vienne. Les Schémas d’Aménagement et de Gestion des Eaux (SAGE) définissent les objectifs et les règles, au niveau local, afin de concilier la satisfaction des différents usages, la préservation et la valorisation de ce patrimoine, et de gérer collectivement, de manière cohérente et intégré, la ressource en eau sur un bassin. Toutes les décisions prises dans le domaine de l’eau par les services de l’État et les collectivités locales doivent en effet être compatibles avec le SAGE [10].

La Directive-cadre sur l'eau (D.C.E.) adoptée par l’Europe en 2000 impose l’atteinte d’un bon état des eaux en 2015. Afin de respecter ces objectifs, des états des lieux ont été réalisés, des enjeux identifiés, puis des programmes de reconquête ont été élaborés, avec la définition de politiques à conduire et d’actions à mener, pour la période 2010-2015. Ces actions sont définies par Unité Hydrographiques de Référence (U.H.R.), c'est-à-dire par territoire ayant une cohérence hydrographique (bassin versant) , de l’habitat et des organismes qui y vivent, hydrogéologique et socio-économique. La commune appartient ainsi deux U.H.R: U.H.R Vienne aval pour 82 % et U.H.R Creuse aval pour 18 % [5].

Les eaux usées de la commune sont traitées dans deux stations d'épuration situées sur le territoire communal [11]: dans le bourg et au lieu-dit Minaudières.

Sur la commune de Saint-Sauveur, le site de baignade en eau douce Les Petites Minaudieres n'a pas été classé en 2013[12].

Traitement des déchets et économie circulaire[modifier | modifier le code]

La commune accueille l'une des 5 installations de stockage de déchets non dangereux d'une capacité de 120 000 tonnes. La capacité des cinq sites est de 474 000 tonnes en 2011[13].

Labellisation[modifier | modifier le code]

La commune a obtenu une fleurs (sur quatre) au titre du concours des villes et villages fleuris.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2013, la commune comptait 1 073 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
266 354 346 647 661 804 832 812 760
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
801 780 789 788 686 705 735 752 737
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
671 742 746 710 697 712 668 703 736
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2008 2010
688 597 649 874 1 006 947 1 046 1 057 1 063
2013 - - - - - - - -
1 073 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2004[15].)
Histogramme de l'évolution démographique

La densité de population de la commune est de 33 hab./km2. Celle du département est de 61 hab./km2. Elle est de 68 hab./km2 pour la région Poitou-Charentes et de 115 hab./km2 pour la France (INSEE- 2008).

La commune appartient à une zone de faible dynamisme démographique qui impacte une partie des membres de la communauté d’agglomération du pays châtelleraudais. L’évolution moyenne annuelle a été, de 1999 à 2006, de 0,90 % contre 1,32 % pour la communauté d’agglomération de Poitiers. Ceci s’explique par la crise économique qui touche le secteur industriel très représenté dans la communauté d’agglomération du pays châtelleraudais [16].

Les dernières statistiques démographiques pour la commune ont été fixées en 2009 et publiées en 2012. Il ressort que la mairie administre une population totale de 1 077. A cela il faut soustraire les résidences secondaires (17 personnes) pour constater que la population permanente sur le territoire de la commune est de 1 060 habitants.

La répartition par sexe de la population est la suivante:

  • en 1999 : 52,2 % d'hommes et 47,8 % de femmes.
  • en 2005 : 51,5 % d'hommes et 48,5 % de femmes.
  • en 2010 : 48,4 % d'hommes pour 51,6 % de femmes.

En 2005, selon l'Insee:

  • Le nombre de célibataires était de 27,5 % dans la population.
  • Les couples mariés représentaient 62,7% de la population,
  • Les divorcés représentaient 4,8 % de la population,
  • Le nombre de veuves et veufs était de 5 % à Saint-Sauveur.

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune dépend de l'Académie de Poitiers (Rectorat de Poitiers) et son école primaire publique dépend de l'Inspection académique de la Vienne. Elle peut accueillir 96 élèves.

Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

Selon la Direction régionale de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Forêt de Poitou-Charentes[17], il n'y a plus que 24 exploitations agricoles en 2010 contre 33 en 2000. Cette baisse du nombre d’exploitations agricoles sur le territoire de la commune s’inscrit dans une évolution globale qui touche l’ensemble du département de la Vienne puisque de 2000 à 2007, 660 exploitations ont disparu soit -16%. Pour l’avenir, une inquiétude demeure quant à la pérennité et à la transmission de ces exploitations agricoles du fait du vieillissement la population agricole. En outre, c’est la tranche des moins de 40 ans qui est concernée par la baisse des effectifs. Ce phénomène concerne également dans une moindre mesure, la tranche des 40 à 49 ans. Ceci illustre les difficultés auxquelles sont confrontées les jeunes agriculteurs pour s’installer et faire perdurer leur exploitations[18].

Les surfaces agricoles utilisées ont diminué et sont passées de 2 342 hectares en 2000 à 2 252 hectares en 2010. 48 % sont destinées à la culture des céréales (blé tendre essentiellement mais aussi orges et maïs), 17 % pour les oléagineux (colza et tournesol), 1 % pour les protéagineux (61 % de ces surfaces sont réservées à la culture de pois), 18 % pour le fourrage et 6 % reste en herbes. En 2000,2 hectares (1 en 2010) étaient consacrés à la vigne[17].

6 exploitations en 2010 (contre 8 en 2000) abritent un élevage de bovins (817 têtes en 2010 contre 530 têtes en 2000). 3 exploitations en 2010 (contre 4 en 2000) abritent un élevage d'ovins (437 têtes en 2010 contre 863 têtes en 2000). L'élevage de caprins a disparu au cours de cette décennie (849 têtes réparties sur 3 fermes en 2000)[17]. Cette disparition est révélatrice de l’évolution qu’a connu, en région Poitou- Charente, cet élevage au cours des deux dernières décennies: division par trois du nombre d’exploitations, augmentation des effectifs moyens par élevage (38 chèvres en 1988, 115 en 2000), division par 10 des chèvreries de 10 à 50 chèvres qui représentaient 50 % des troupeaux en 1988, et multiplication par 6 des élevages de plus de 200 chèvres qui regroupent, en 2000, 45 % du cheptel. Cette évolution a principalement pour origine la crise de surproduction laitière de 1990-1991 qui, en parallèle des mesures incitatives, a favorisé des départs d’éleveurs en préretraite [19].

La commune abrite trois importants élevages de porcs: deux de (3 300 têtes environ et le troisième de (1 300 têtes).

Saint-Sauveur produit des melons de Haut Poitou (IGP). Selon une étude de la Direction régionale de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Forêt, publiée en juin 2012, la surface consacrée à la culture du melon 3 810 hectares en Région Poitou-Charentes est de loin la plus importante de l'Hexagone (Midi-Pyrénées :3 211 hectares ; Languedoc-Roussillon : 2 751 hectares ; PACA 2 525 hectares. Le melon est produit par 314 exploitations. La zone de culture du melon se situe dans le nord de la région, principalement sur une trentaine de communes de la Vienne dont Saint-Sauveur, et quatre communes en Deux-Sèvres. Un melon français sur quatre provient de Poitou-Charentes.

La transformation de la production agricole est de qualité et permet aux exploitants d’avoir droit, sous conditions, aux appellations et labels suivants :

Industries[modifier | modifier le code]

Une entreprise de fabrication de meubles (BATH FOURNITURES ex Technibois).

Commerce[modifier | modifier le code]

La commune possède encore trois commerces selon l'INSEE en 2012 : une grande surface de bricolage, une épicerie et une boulangerie.

Activité et emploi[modifier | modifier le code]

Le taux d'activité était de 77,2 % en 2005 et 72,5 % en 1999.

Le taux de chômage en 2005 était de 8,3 % et en 1999, il était de 5,9 %.

Les retraités et les pré-retraités représentaient 18,8 % de la population en 2005 et 15,9 % en 1999.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

L'église de Saint-Sauveur[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Antoine surplombe le bourg de Saint-Sauveur.

Elle date des XIVe et XVe siècles. Elle dépendait de la commanderie de la Foucaudière, fondée par l'ordre des Antonins en 1366. Elle a été dévastée au cours de la guerre de Cent Ans . Elle est reconstruite en style gothique flamboyant. Elle est incendiée, au XVIe siècle, durant les guerres de religion. Elle est, alors, de nouveau restaurée, au début du XVIIe siècle. Elle est devenue église paroissiale après la Révolution sous le double vocable de Saint Sauveur et Saint Antoine. Une campagne de restauration a été réalisée entre 1967 et 1990.

L'entrée de l'édifice est précédée d'un porche monumental. Ce porche, soutenu par deux piliers sculptés, abrite un portail. Il est surmonté d'une accolade au-dessus de laquelle une niche à statue accueille Saint Antoine tenant un livre.

La nef est composée d'une seule travée sombre et basse mais elle s'ouvre sur le chœur, haut et lumineux. C'est un des plus beaux exemples du gothique flamboyant dans la Vienne. La grande baie du chœur est garnie d'un vitrail représentant l'adoration des mages. Le chevet plat domine le village de Saint-Sauveur. La sacristie est aussi voutée d'ogives. Au sud une chapelle se prolonge par ce qui reste des bâtiments du prieuré utilisés comme presbytère[20]. Une porte permet d'accéder dans la partie orientale du cloître qui subsiste. La chapelle de la Vierge est construite sur une crypte. Le vitrail représente L'Annonciation.

À l'intérieur, il est possible de voir un beau retable du XVIIe siècle.

L'église et son cloître ont été classés comme monument historique, la première en 1910 et le second en 1913.

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

  • Des stations préhistoriques
  • Le site perché de Hupeloup-la-Foucaudière : vestiges énigmatiques d'une enceinte défensive antique et restes de monuments funéraires. Le portail et la tourelle sont inscrits comme Monument Historique depuis 1932.
  • Des chaussées de voies romaines et des emplacements de villas.

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Selon l'Inventaire des arbres remarquables de Poitou-Charentes[21], il y a un arbre remarquable sur la commune qui est un Chêne rouvre situé dans le Bois de Saint-Sauveur.

Les forêts de la Guerche et de La Groie qui couvrent 7 % de la surface communale sont classés comme zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) [22].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Chambre Régionale d'agriculture de Poitou-Charente - 2007
  2. Observatoire Régional de l'Environnement de Poitou-Charente
  3. Centre Régional de la Propriété Forestière de Poitou-Charente
  4. IFEN-BD CORINE Land Cover® 2006, toutes couches « Forêt », hors espace vert artificialisé non agricole
  5. a et b Observatoire régional de l'environnement de Poitou-Charentes
  6. Mares répertoriées par maille, d’après cartes IGN, dans l’Inventaire des mares de Poitou-Charentes - Poitou-Charentes Nature 2003
  7. Livret simplifié de la carte des pédopaysages de la Vienne – novembre 2012, édité par la Chambre d’Agriculture de Poitou-Charentes
  8. Poitou gothique, Yves Blomme, éditions Picard, 1993, ISBN 2-7084-0439-3
  9. [PDF]Site de la préfecture de la Vienne, consulté le 10 mai 2008
  10. Office International de l'eau, 2014
  11. Ministère de l'Écologie, du Développement Durable et de l'Énergie
  12. Ministère des affaires sociales et de la Santé, baignades.sante.gouv.fr, 2014
  13. Rapport de l’AREC – La gestion des déchets ménagers en Vienne – Recueil des données – Année 2011
  14. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2008, 2010, 2013.
  16. Étude de KPMG pour le Conseil Général de la Vienne : FuturS en Vienne – diagnostic – novembre 2009
  17. a, b et c Fiches communales 2000 - 2010 de la Vienne
  18. Agreste – Enquête Structure 2007
  19. Agreste – Bulletin no 11 de décembre 2005
  20. Poitou gothique, Yves Blomme, éditions Picard, 1993,ISBN 2-7084-0439-3
  21. Poitou-Charentes Nature, 2000
  22. Secrétariat scientifique de l'inventaire des ZNIEFF, DREAL Poitou-Charentes , 2011

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :