Saint-Sauveur-de-Puynormand

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Sauveur.
Saint-Sauveur-de-Puynormand
Image illustrative de l'article Saint-Sauveur-de-Puynormand
Blason de Saint-Sauveur-de-Puynormand
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Aquitaine
Département Gironde
Arrondissement Arrondissement de Libourne
Canton Canton de Lussac
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Libournais
Maire
Mandat
Gérard Moulinier
2014-2020
Code postal 33660
Code commune 33472
Démographie
Population
municipale
422 hab. (2012)
Densité 76 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 59′ 56″ N 0° 02′ 05″ O / 44.9989, -0.034722222222244° 59′ 56″ Nord 0° 02′ 05″ Ouest / 44.9989, -0.0347222222222  
Altitude Min. 19 m – Max. 93 m
Superficie 5,57 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Gironde

Voir sur la carte administrative de Gironde
City locator 14.svg
Saint-Sauveur-de-Puynormand

Géolocalisation sur la carte : Gironde

Voir sur la carte topographique de Gironde
City locator 14.svg
Saint-Sauveur-de-Puynormand

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Sauveur-de-Puynormand

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Sauveur-de-Puynormand

Saint-Sauveur-de-Puynormand est une commune française située dans le département de la Gironde en région Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune de Saint-Sauveur-de-Puynormand, classée commune forestière, se situe dans le pays du Libournais à environ 50 km de Bordeaux, au nord du département de la Gironde. Le territoire communal est situé à 18 km environ au Nord Est de Libourne.

Histoire[modifier | modifier le code]

Peu de mentions écrites existent sur Saint-Sauveur-de-Puynormand et son église. Léo Drouyn dans sa « Guyenne militaire », nous présente la châtellenie de Puynormand : Dépendante du Vicomté de Castillon jusqu’à son démembrement en 1252, la châtellenie de Puynormand exerçait ses droits féodaux sur 23 paroisses ou seigneuries. Annexée à la couronne d’Angleterre, elle fut confiée à Bérard d’Albret en 1330.

Contestée entre les vicomtes de Castillon et la famille d’Albret, elle dépendit, à la fin du XIVe siècle, pendant une courte période, des jurats de Libourne.

Au XVIe siècle, cette châtellenie est érigée en baronnie appartenant à Henri de Navarre, qui la vendit en 1602 à plusieurs acquéreurs pour rembourser ses dettes.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Saint-Sauveur-de-Puynormand

« D’azur à la roue pleine au naturel chargée d’une croix patté d’argent et bardée de tenné avec l’inscription SAINT SAUVEUR DE PUYNORMAND en lettre capitales de sable, surmontée de deux lions affrontés d’or, à la filière aussi d’argent. »

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2014 Gérard Moulinier    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 422 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].
           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
234 213 204 231 194 206 204 196 178
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
191 171 206 176 174 184 176 158 158
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
175 174 158 149 156 161 159 147 156
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
147 146 162 245 340 361 402 397 407
2012 - - - - - - - -
422 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église de Saint-Sauveur de Puynormand

L’église est située sur un site privilégié en bordure du coteau dominant la vallée de l’Isle. Elle contrôle un vaste paysage. Le tertre de Maragout, situé à 300 mètres, est attesté comme motte castrale, l’église primitive était elle celle d’un village médiéval associé à cette motte ? situé à 2 kilomètres du village de Puynormand, siège d’une importante châtellenie où se trouve également une remarquable motte féodale décrite par Léo Drouyn.

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

Dans son palmarès 2014, le Conseil National des Villes et Villages Fleuris de France a attribué une fleur à la commune au Concours des villes et villages fleuris[3].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2012
  3. Site des villes et villages fleuris, consulté le 13 février 2015.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :