Saint-Pierre (Haute-Garonne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Pierre.
Saint-Pierre
Image illustrative de l'article Saint-Pierre (Haute-Garonne)
Blason de Saint-Pierre
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Midi-Pyrénées
Département Haute-Garonne
Arrondissement Toulouse
Canton Pechbonnieu
Intercommunalité Communauté de communes des Coteaux du Girou
Maire
Mandat
Joël Bouche
2014-2020
Code postal 31590
Code commune 31511
Démographie
Gentilé Saint-Pierrains
Population
municipale
262 hab. (2012)
Densité 55 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 37′ 56″ N 1° 39′ 03″ E / 43.6322222222, 1.6508333333343° 37′ 56″ Nord 1° 39′ 03″ Est / 43.6322222222, 1.65083333333
Altitude Min. 150 m – Max. 232 m
Superficie 4,74 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne

Voir sur la carte administrative de Haute-Garonne
City locator 14.svg
Saint-Pierre

Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne

Voir sur la carte topographique de Haute-Garonne
City locator 14.svg
Saint-Pierre

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Pierre

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Pierre

Saint-Pierre est une commune française située dans le département de la Haute-Garonne et la région Midi-Pyrénées.

Ses habitants sont appelés les Saint-Pierrains.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune de l'aire urbaine de Toulouse située à 21 km au nord-est de Toulouse en pays Tolosan.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Saint-Pierre
Saint-Marcel-Paulel Verfeil Verfeil
Lavalette Saint-Pierre Verfeil
Gauré Gauré Verfeil

Les principaux écarts de la commune de Saint-Pierre, sont la Faurie, Escalone, la Grâce, Pesquié, la Bourdache (Bourdasse), En Olivier (Nolivier), En Aysselier, (Naysselier) pour l'ancienne paroisse de Saint-Jean-des-Pierres et Saint-Martin, En Bret, En Barreau, En Corail, En Jalamat, la Pigeonière, l'Ourmette pour l'ancienne paroisse de Saint-Martin-des-Pierres.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Saint-Pierre est bordée par la rivière du Girou limite naturelle avec Verfeil au nord.

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune de Saint-Pierre est née de la fusion des anciennes communes de Saint-Jean-des-Pierres (ou Saint-Jean-de-Las-Peyres) et Saint-Martin-des-Pierres par ordonnance royale de Louis-Philippe le 5 septembre 1847.

La paroisse de Saint-Jean-des-Pierres était une annexe de celle de Gauré et la paroisse de Saint-Martin-des-Pierres était une annexe de celle de Bourg-Saint-Bernard.

Avant le XVe siècle on trouve pour Saint-Jean-des-Pierres la dénomination Saint-Jean-de-Montlong certainement due à la longue ligne de crête qui domine le territoire de cette ancienne paroisse.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Saint-Pierre

Son blasonnement est : De gueules au rocher d'argent surmonté de Saint Pierre d'or, la tête environnée d'une gloire aussi d'argent.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours Joël Bouche PS  
Les données manquantes sont à compléter.

Commune faisant partie du canton de Verfeil et de la troisième circonscription de la Haute-Garonne

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 262 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].
           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
115 125 117 134 160 156 188 243 255
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
249 250 231 244 224 193 196 197 206
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
196 190 168 160 159 148 147 152 158
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
142 134 115 135 201 209 245 250 262
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Jean de Fermat, marchand grossiste puis banquier à Toulouse, Bourgeois de Toulouse, capitoul en 1633 pour le quartier (capitoulat) de Saint-Étienne chargé des affaires de police avec Pierre de Beral puis de nouveau capitoul en 1643 toujours pour Saint-Étienne. Il acquiert en 1639 le domaine et château de La Faurie ainsi que les droits de Haute, Moyenne et Basse justice pour le consulat de Saint-Jean-de-las-Peyres. Un procès concernant ses droits féodaux l'opposera au syndic du couvent des Chartreux de Toulouse (cf. Église Saint-Pierre des Chartreux de Toulouse) jusqu'à sa mort en 1654.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2012.