Saint-Pierre-la-Roche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

vignette

Saint-Pierre-la-Roche
Saint-Pierre-la-Roche
Les Molières, quartier de Saint-Pierre-la-Roche.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Ardèche
Arrondissement Privas
Intercommunalité Communauté de communes Ardèche Rhône Coiron
Maire
Mandat
Marc Dusserre
2014-2020
Code postal 07400
Code commune 07283
Démographie
Population
municipale
59 hab. (2017 en augmentation de 11,32 % par rapport à 2012
habitants          = Saint Pierrois)
Densité 5,9 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 39′ 02″ nord, 4° 37′ 27″ est
Altitude Min. 280 m
Max. 711 m
Superficie 9,92 km2
Élections
Départementales Canton du Pouzin
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Saint-Pierre-la-Roche
Géolocalisation sur la carte : Ardèche
Voir sur la carte topographique de l'Ardèche
City locator 14.svg
Saint-Pierre-la-Roche
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Pierre-la-Roche
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Pierre-la-Roche

Saint-Pierre-la-Roche est une commune française située dans le département de l'Ardèche, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Lieux-dits, hameaux et écarts[modifier | modifier le code]

Entériou, Aubespy, Baratier, Beaupré, Beauthéac, Baravelle, les Boussous, Chambezon (Chambeyson), Cruon, les Faysses, le Gampon, Gauthier, la Grangette, Mercoyrol, les Molières, Plantier, la Roche, Similié, Vernet[1].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Rochessauve Saint-Bauzile Rose des vents
Berzème N
O    Saint-Pierre-la-Roche    E
S
Sceautres Saint-Martin-sur-Lavezon

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Cirque basaltique (dyke au croisement de la D 213 et de la D 213A) surplombant une vallée calcaire.

Climat[modifier | modifier le code]

Méditerranéen.

Histoire[modifier | modifier le code]

Sous l'Ancien Régime, la paroisse de Saint-Pierre-la-Roche – qui doit sa dénomination au pic volcanique dominant son hameau principal – s'intitulait également Sancti Petri de Rupe en 1275 puis Saint-Pierre de Barrès ou Barry au XVIIIème siècle. Elle correspondait à la baronnie de Barrès ou Barry, également dénommée la baronnie de Saint-Pierre de Barry. Néanmoins, lors de l'établissement des "estimes" de 1464, c'est sous l'intitulé de Saint-Pierre-la-Roche qu'elle fut désignée par les agents que Charles des Astards, bailli du Vivarais, dépécha dans chacune des paroisses afin d'actualiser l'assiette de l'aide, l'impôt royal ordinaire, plus communément appelé la taille[2].

À la fin du Moyen Âge, la baronnie de Saint-Pierre de Barrès relevait des comtes de Valentinois, représentés par un capitaine-châtelain officiant également au Pouzin. Au début du XVIIe siècle, cette charge était détenue par Mathieu de Chambaud, seigneur de Charrier[3]. Deux consuls administraient la communauté[4].

En conséquence du testament, le 12 juin 1419, de Louis II de Poitiers, comte de Valentinois, en faveur du Dauphin Charles, fils du roi de France Charles VI, Saint-Pierre de Barry releva désormais du domaine royal[5].

En 1490, la baronnie de Saint-Pierre de Barry appartenait à Jacques de Rochemure dont Jean de La Griolle, son procureur, passa hommage au roi Charles VIII, Dauphin de Viennois, le 14 mars de cette année (acte reçu par Louis Arnaud, notaire à Aubenas). Au début du XVIe siècle, la terre de Saint-Pierre-la-Roche ou de Barry était échue à Jean de Taulignan son gendre, époux de Louise de Rochemure, laquelle testa le 8 janvier 1517[6].

En 1587, Saint-Pierre-la-Roche fut assiégée par les protestants. Le 28 janvier 1697, « la terre et seigneurie de Saint-Pierre-la-Roche, autrement dite Barry en Vivarais » fut vendue au sieur Mathy Meissonnier, cession qui, pour des raisons non détaillées, fut presque immédiatement annulée. Le 14 mars suivant, Barry fut adjugée à François Jeune, seigneur de Chambezon, au « prix de 3 100 livres de principal et 310 livres pour les deux sols pour livre »[7].

En 1743, Alexandre-Henry Tavernol de Saint-Clair, « conseiller du roi, subdélégué de l'intendant de Languedoc en Vivarais », habitant de Villeneuve-de-Berg, s'intitulait « seigneur de Sceautres, Chambezon et de la baronnie de Barry »[8].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1793 novembre 1795 Jean-Louis Vabre[9]   propriétaire à La Faysse
an VIII an IX Louis Chambouleyron[9]   maire provisoire
1823 1827 Jacques Croze[10]   propriétaire à Chambeyson
1827 août 1844 Jacques Croze fils[11]   propriétaire à Chambeyson
août 1844 juin 1852 Augustin Guilhon[12]   propriétaire à Laubespie
juillet 1852 octobre 1852 Claude Étienne Riou[13]   propriétaire agriculteur
octobre 1852 octobre 1868 Jacques Croze fils[14]   propriétaire à Chambeyson
avril 1871 août 1871 François Verger[15]   propriétaire
septembre 1871 août 1880 Rémy Guilhon[16]   propriétaire agriculteur
janvier 1881 juin 1882 Pierre Guilhon[17]   propriétaire agriculteur
mai 1884 août 1900 Étienne Riou[18]   propriétaire agriculteur
1991 En cours
(au 24 avril 2014)
Marc Dusserre[19]   Agriculteur

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[20]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[21].

En 2017, la commune comptait 59 habitants[Note 1], en augmentation de 11,32 % par rapport à 2012 (Ardèche : +2,29 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
193183256178210229220232227
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
229216217221216238240222178
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
18717614715212212812910198
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
1047660515446515252
2013 2017 - - - - - - -
5359-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[22] puis Insee à partir de 2006[23].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

3 maisons fortes dont 2 en restauration, un lavoir municipal rénové.

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

Une église romane rénovée.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Monsieur Jacques Croze (maire apprécié). Un monument à sa mémoire est au cimetière.

Monsieur Julien Charbonnier, inventeur de l'extracteur à châtaignes.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Source : Archives Municipales de Saint-Pierre-la-Roche et carte topographique au 1/25000e no 2937 est (partie est de la feuille au 1/50000e de Privas).
  2. Robert Valladier-Chante, Le Bas-Vivarais au XVe siècle - Les communautés, la taille, le roi, Éditions E & R, Valence, 1998, p. 208.
  3. Courcelles, Nobiliaire universel de France, Paris, 1874, tome XVII, p. 457.
  4. Pierre Charrié, Dictionnaire topographique du département de l'Ardèche, Paris, Librairie Guénégaud, 1979, p. 319.
  5. Florentin Benoît d'Entrevaux, Saint-Pierre-la-Roche, Revue du Vivarais, tome XXIV, 1917, p. 231.
  6. Gaston de Jourda de Vaux, Le nobiliaire du Velay et de l'ancien diocèse du Puy, Le Puy, Imprimerie "La Haute-Loire", tome V, 1928, p. 198 et 200.
  7. F. Benoît d'Entrevaux, Saint-Pierre-la-Roche, Revue du Vivarais, tome XXIV, 1917, p. 231.
  8. Archives Municipales de Villeneuve de Berg.
  9. a et b Archives Municipales de Saint-Pierre-la-Roche, 1793-1802.
  10. Archives Municipales de Saint-Pierre-la-Roche, 1823-1827.
  11. Archives Municipales de Saint-Pierre-la-Roche, 1827-1844.
  12. Archives Municipales de Saint-Pierre-la-Roche, 1844-1852.
  13. Archives Municipales de Saint-Pierre-la-Roche, 1852.
  14. Archives Municipales de Saint-Pierre-la-Roche, 1852-1868.
  15. Archives Municipales de Saint-Pierre-la-Roche, 1871.
  16. Archives Municipales de Saint-Pierre-la-Roche, 1871-1880.
  17. Archives Municipales de Saint-Pierre-la-Roche, 1881-1882.
  18. Archives Municipales de Saint-Pierre-la-Roche, 1884-1900.
  19. « Liste des maires du département de l'Ardèche » [PDF], sur le site de la préfecture de l'Ardèche, (consulté le 30 août 2015).
  20. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  21. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  22. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  23. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :