Saint-Pastour

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Saint-Pastour
Saint-Pastour
Statue de Jeanne D'arc sur l'enceinte de Saint-Pastour.
Blason de Saint-Pastour
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Lot-et-Garonne
Arrondissement Villeneuve-sur-Lot
Intercommunalité Communauté de communes Lot et Tolzac
Maire
Mandat
Pierre Jeanneau
2020-2026
Code postal 47290
Code commune 47265
Démographie
Population
municipale
382 hab. (2018 en diminution de 4,5 % par rapport à 2013)
Densité 26 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 29′ 21″ nord, 0° 36′ 03″ est
Altitude Min. 62 m
Max. 196 m
Superficie 14,52 km2
Élections
Départementales Canton du Livradais
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Saint-Pastour
Géolocalisation sur la carte : Lot-et-Garonne
Voir sur la carte topographique de Lot-et-Garonne
City locator 14.svg
Saint-Pastour
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Pastour
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Pastour

Saint-Pastour est une commune du Sud-Ouest de la France, située dans le département de Lot-et-Garonne (région Nouvelle-Aquitaine).

Étymologiquement Saint Pastour est le nom occitan de saint Pasteur.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Commune de l'aire urbaine de Villeneuve-sur-Lot située à une quinzaine de kilomètres au nord-ouest de Villeneuve-sur-Lot.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Saint-Pastour[1]
Beaugas
Pinel-Hauterive Saint-Pastour Pailloles
Casseneuil

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Le traité de Paris de 1229 a prévu le mariage de l'héritière du comté de Toulouse, Jeanne de Toulouse, avec un fils du roi de France, Alphonse de Poitiers. La bastide de Saint-Pastour a été fondé en 1259 par Alphonse de Poitiers. La même année, pour arrêter le conflit entre les dynasties capétiennes et plantagenêt, un nouveau traité de Paris est signé en 1259 qui prévoit que l'Agenais doit être restitué au roi d'Angleterre si la comtesse de Toulouse n'a pas d'enfant. À la mort d'Alphonse de Poitiers et de son épouse, en 1271, le roi Philippe III ne respecte pas le traité de 1259 et fait saisir le comté de Toulouse. Par le traité d'Amiens de 1279, le roi de France cède l'Agenais à Édouard Ier, roi d'Angleterre et duc d'Aquitaine.

Le , le roi Édouard Ier accorde une charte de coutumes à la ville de Saint-Pastour.

L'insécurité et les combats entre les troupes du roi de France et du roi d'Angleterre va entraîner la construction d'une enceinte pour protéger la bastide entre la fin du XIIIe siècle et le début du XIVe siècle. Un château a dû être construit pour protéger l'angle nord-ouest de l'enceinte. Il subsiste une porte de cette enceinte.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Saint-Pastour Blason
De gueules à la croix alésée d’argent au chef cousu d’azur chargé de trois fleurs de lys d’or.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie et le monument aux morts.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1977 1978 Marius Glaunes[2]    
1978 mars 1989 Gilbert Cousset    
mars 1989 mars 2001 Robert Mandavy    
mars 2001 septembre 2019 Jean Cosserant   Retraité cadre bancaire

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[4].

En 2018, la commune comptait 382 habitants[Note 1], en diminution de 4,5 % par rapport à 2013 (Lot-et-Garonne : −0,36 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 3769008451 0511 070796820773803
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
764761782767820686725640640
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
646611592506538536567519450
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
444429338343347361381384400
2017 2018 - - - - - - -
389382-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Alphonse de Poitiers qui fonda la bastide.
  • Pierre Sansot, Ecrivain, Sociologue qui a donné son nom à la Bibliothèque municipale de Saint Pastour.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • H.-Emile Rébouis, Coutumes de Castel-Amouroux et de Saint-Pastour, L. Larose et Forcel, Paris, 1888 ; p. 28 (lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]