Saint-Pardoux (Haute-Vienne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Pardoux.

Saint-Pardoux
Saint-Pardoux (Haute-Vienne)
L'église.
Blason de Saint-Pardoux
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Haute-Vienne
Arrondissement Arrondissement de Bellac
Canton Ambazac
Statut Commune déléguée
Maire délégué Jean-Michel Lardillier
2019-2020
Code postal 87250
Code commune 87173
Démographie
Gentilé Pardoulacois
Population 614 hab. (2016 en augmentation de 11,23 % par rapport à 2011)
Densité 26 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 03′ 32″ nord, 1° 16′ 56″ est
Altitude Min. 327 à la Gorce m
Max. 533 à Châtenet-Colon aux champs Boyer m
Superficie 23,23 km2
Historique
Commune(s) d’intégration Saint-Pardoux-le-Lac
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Vienne

Voir sur la carte administrative de la Haute-Vienne
City locator 15.svg
Saint-Pardoux

Géolocalisation sur la carte : Haute-Vienne

Voir sur la carte topographique de la Haute-Vienne
City locator 15.svg
Saint-Pardoux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Saint-Pardoux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Saint-Pardoux

Saint-Pardoux (Sent Perdos en occitan) est une ancienne commune française située dans le département de la Haute-Vienne en région Nouvelle-Aquitaine.

Le , elle devient une commune déléguée de Saint-Pardoux-le-Lac.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Situation de la commune de Saint-Pardoux en Haute-Vienne.

Saint-Pardoux est située à 25 km au nord de Limoges, au cœur du Pays du Haut Limousin.

Cette commune est desservie par l'autoroute A20, au nord par la sortie 24 Bessines (10 km) et au sud par la sortie 25 Razes (10 km).

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Saint-Pardoux[1]
Châteauponsac Bessines-sur-Gartempe
Saint-Symphorien-sur-Couze
(Saint-Pardoux-le-Lac)
Saint-Pardoux
Compreignac Razès

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

  • Champcommunal
  • Chantot en occitan Chanta

Origine du nom : de l'occitan Kant ou Kanta (rocher amas de pierres , hauteur) C'est un endroit rocheux sur une petite colline.

  • Chatenet-Colon en occitan Chastanet

Origine du nom : de l'occitan chastanh (chataignier) ou du latin castaneum

À l'est de Chatenet-Colon, sur le chemin de la Pierre du Berceau se trouve le point le plus élevé de la commune (533 m)

  • Chez Béjas en occitan Chas Besjas

Origine du nom : nom d'un terrain donné en 1505 à un certain Beigeas surnommé le Soldat

  • Fougerolles en occitan Faugerollas

Origine du nom : de l'occitan faugiera (fougere)

  • Fréaudour en occitan freodor

Origine du nom : lieu isolé

  • La brandouille en occitan La brandolha

Origine du nom : de l'occitan branda (lande) ou du germanique brab (tison)

  • La Gorce en occitan La gorce

Origine du nom : de l'occitan gorce (haie, hallier) ou du goulois gortia (fourré, épineux)

Au pont de la Couze se trouve le point le moins élevé de la commune (337 m)

  • La Ribière en occitan La Ribiera

Origine du nom : du latin riparia (rive) terrain près d'un cours d'eau, zone humide

  • La Tour
  • Les Cerisières
  • Le Chataignol en occitan lo chastenhou

Origine du nom : de l'occitan chastenhou (jeune châtaignier) ou du bas-latin castaneum

  • La Chatin
  • Le Coux en occitan Lu cos

Origine du nom: de l'occitan cos (houx)

  • Les Grands Magneux en occitan Los grands maneuhs

Origine du nom : Peut-être du latin magus (grand)

  • Le Parc Lieu ou s'étendait le parc de l'ancien château
  • Le Puy Chatelard
  • Mazernaut en occitan Mas Ernaud

Origine du nom: peut patronymique ou du latin arn (aigle)

  • Montégut en occitan Mont aigut

Origine du nom : De l'occitan Mont Aigut (mont pointu)

  • Puy Bison en occitanPueg Bison

Origine du nom : sans doute orine patrnymique

  • Puy Jouard en occitan Pueg joar

Origine du nom : Probablement du latin juris (hauteur boisée)

  • Puy Perrier en occitan Pueg peirer

Origine du nom : de l'occitan peira (pierre)

  • Vauguenige en occitan Vau Ganija
  • Origine du nom : Peut-être du latin vau gana ica (chateau) Population : xx hab
  • Villarcoin en occitan Villarcoen

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Saint-Pardoux est arrosée par la vallée de la Couze et de son affluent le Ritord, qui s'unissent à l'entrée du lac de Saint-Pardoux.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le conseil municipal du 14 décembre 1975 a adopté sur proposition du comité des fêtes l’appellation : Saint-Pardoux-le-Lac.

Cette proposition a été acceptée par la préfecture en 1976. Le nom officiel de cette commune est donc Saint-Pardoux-le-Lac.

Le village de Saint-Pardoux était autrefois appelé Saint-Pardoux-en-Rancon.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le , elle fusionne avec Roussac et Saint-Symphorien-sur-Couze pour constituer la commune nouvelle de Saint-Pardoux-le-Lac[2].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Saint-Pardoux

Les armes de la commune de Saint-Pardoux se blasonnent ainsi :

D’or à la halle du lieu de gueules accostée de deux arbres de sinople et soutenue d'une mer d'azur; au chef d'hermine à la bordure de gueules.

Création Xavier Lansade. Adopté le 7 décembre 2015.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendance politique et élections[modifier | modifier le code]

Liste des maires délégués successifs
Période Identité Étiquette Qualité
janvier 2019 En cours Jean-Michel Lardillier PS Président de la communauté de communes
Gartempe Saint-Pardoux
Les données manquantes sont à compléter.

Saint-Pardoux, comme la plupart des communes voisines est depuis très longtemps orientée à gauche.

Ses derniers maires ont affiché clairement leurs options politiques. Maurice Lapeyras de la libération jusqu'aux élections municipales de 1983 était un militant communiste. Depuis cette date Jean-Michel Lardiller qui l'a remplacé se revendique du Parti Socialiste.

Au second tour des élections présidentielles de 2012 François Hollande avait obtenu 211 voix et Nicolas Sarkozy 118 voix. Une forte poussée du Front National a toutefois été observée lors des derniers scrutins locaux. Huitence Leomert candidat du FN aux élections départementales de 2015 a obtenu 79 voix sur la commune soit 29 % des suffrages exprimés.

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1800 1802 Joseph Peyrot-Magenest    
1802 1802 Marc Briquet    
1802 1808 Martial Ruaud-Lafontanelle    
1808 1816 Antoine Roulhac    
1816 1816 Jean-Baptiste Desflotte de Fonbesse    
1817 1824 Jacques Duroux    
1824 1830 Joseph Ruaud-Lafontanelle    
1830 1833 Pierre-Antoine Roulhac    
1833 1835 Jean Combret    
1836 1836 Françoic Senemaud    
1836 1855 Jean Combret    
1855 1865 François Vallaud    
1865 1874 Camille Ruaud-Lafontanelle    
1874 1881 Alexandre-Martial Ruaud-Lafontanelle    
1881 1900 Louis Gromodie    
1900 1903 Jean Cubertier    
1903 1903 Jean Gabaud    
1903 1912 Fréderic Combret    
1912 1921 Guillaume Vergnaud    
1921 1929 Roger-Martin Du Puytison    
1929 1940 Pierre Bastier    
1940 1983 Maurice Lapeyras PCF Conseiller général
mars 1983 décembre 2018 Jean-Michel Lardillier PS Président de la communauté de communes
Gartempe Saint-Pardoux
Les données manquantes sont à compléter.

Les maires de Saint-Pardoux-le-Lac au XIXe siècle, une affaire de famille

Avant la Révolution, notre commune, comme toutes les paroisses de France, était administrée par un aristocrate local.

En 1794, la Convention met en place, au niveau cantonal, des élections locales. Les représentants de notre commune sont élus au suffrage censitaire (seuls peuvent voter les électeurs payants un impôt égal à trois journées de travail). Il faut attendre la loi de l'an VIII pour assister à l'instauration de la fonction de maire. Les maires sont toutefois nommés par l'administration : la démocratie avait ses limites.

Le 1er maire de Saint-Pardoux, de 1798 à 1802, est un certain Joseph Peyrot-Magenest qui épousa Marie Briquet (1771-1825), nièce de Marc Briquet, 2e maire de Saint-Pardoux, elle se remaria avec Pierre-Antoine Roulhac de Trachaussade notre 4e (1808-1816) puis 8e maire (1830-1833). De cette union allait naître une fille qui convolera avec François Valaud, 12e maire de 1855 à 1865.

Notre 3e maire (1802-1808) sera un aristocrate, Martial Ruaud-Lafontannelle qui aura trois enfants :

·  une fille, Marie qui épousera Jean Combret 9e maire (1833-1835), nommé à nouveau 11e maire (1855-1865), grand-père de Frédéric Combret 18e maire (1903-1912) et de Marguerite épouse de François Senemaud 10e maire ;

·  un fils Joseph-Martial, père de Camille Ruaud-Lafontannelle 13e maire (1865-1874) ;

·  un second fils, Joseph Ruaud-Lafontannelle, 7e maire (1824-1830), père d'Alexandre Ruaud-Lafontannelle 14e maire (1874-1881), sa petite fille Thérese sera la mère de Roger Martin-Dupuytison 20e maire. Sa fille Léonarde épousera Pierre, fils du 1er maire Joseph Peyrot Magenest.

Les maires au XXe siècle[modifier | modifier le code]

Saint-Pardoux n'a connu que deux maires, Maurice Lapeyras et Jean-Michel Lardillier de 1940 jusqu'aujourd'hui, ce qui constitue probablement un record de longévité pour une commune française.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[4].

En 2016, la commune comptait 614 habitants[Note 1], en augmentation de 11,23 % par rapport à 2011 (Haute-Vienne : -0,29 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 0501 0461 0801 2331 3051 3381 5051 4801 440
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 3771 2071 1941 1651 1631 1251 2051 1551 112
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 1411 0351 071946917846834698656
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
711633497465482466513520526
2013 2016 - - - - - - -
575614-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pascal Sevran est enterré aux côtés de son compagnon, de son père et de sa mère dans le cimetière de la commune.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sur Géoportail
  2. « Arrêté portant création de la commune nouvelle de Saint-Pardoux-le-Lac », sur le site de la préfecture de la Haute-Vienne, p 44-47, (consulté le 30 novembre 2018).
  3. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.