Saint-Oyen (Savoie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Oyen.
Saint-Oyen
Image illustrative de l'article Saint-Oyen (Savoie)
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Savoie
Arrondissement Albertville
Canton Moûtiers
Intercommunalité Communauté de communes des Vallées d'Aigueblanche
Maire
Mandat
Thierry Brunier
2014-2020
Code postal 73260
Code commune 73266
Démographie
Population
municipale
220 hab. (2015 en augmentation de 6,8 % par rapport à 2010)
Densité 104 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 30′ 16″ nord, 6° 29′ 05″ est
Altitude Min. 509 m
Max. 1 102 m
Superficie 2,11 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Savoie

Voir sur la carte administrative de Savoie
City locator 14.svg
Saint-Oyen

Géolocalisation sur la carte : Savoie

Voir sur la carte topographique de Savoie
City locator 14.svg
Saint-Oyen

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Oyen

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Oyen
Liens
Site web saint-oyen.com

Saint-Oyen est une commune française située dans le département de la Savoie, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Dans la vallée de la Tarentaise, le village de Saint-Oyen est situé à 586 m d'altitude sur le versant gauche du Morel, affluent de L'Isère. Il domine le bassin d'Aigueblanche et fait partie de la communauté de communes des Vallées d'Aigueblanche.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

À la suite des regroupements de communes de 1971-72 auxquelles elle n'a pas participé, la commune de Saint-Oyen se retrouve aujourd'hui enclavée entre la commune de La Léchère (incluant Celliers, Doucy, Nâves, Notre-Dame-de Briançon, Petit-Cœur et Pussy) et celle d'Aigueblanche (incluant Bellecombe-en-Tarentaise, Grand-Cœur et Villargerel).

Rose des vents La Léchère La Léchère La Léchère Rose des vents
La Léchère (hameau de Doucy) N Aigueblanche
O    Saint-Oyen    E
S
La Léchère Aigueblanche Aigueblanche

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la paroisse, puis de la commune, est celui de son saint patron, Oyen ou Oyand (latin : Eugendus) (v. 450-510), quatrième abbé de Condat[M 1],[1]. Durant l'occupation du duché de Savoie, période de la Terreur, elle fut brièvement « Primejour » avant de redevenir Saint-Oyen en 1795[M 1],[2].

En francoprovençal, le nom de la commune s'écrit Sint-Ouin (graphie de Conflans) ou Sent-Oyen (ORB)[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 en cours Thierry Brunier ... ...
Les données manquantes sont à compléter.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de la communauté de communes des Vallées d'Aigueblanche.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[5].

En 2015, la commune comptait 220 habitants[Note 1], en augmentation de 6,8 % par rapport à 2010 (Savoie : +3,19 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
207 125 249 261 235 238 205 189 183
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
165 156 158 173 169 188 174 178 196
1921 1926 2004 2009 2014 2015 - - -
159 170 209 204 219 220 - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Médias[modifier | modifier le code]

Radios et télévisions[modifier | modifier le code]

La commune est couverte par des antennes locales de radios dont France Bleu Pays de Savoie… Enfin, la chaîne de télévision locale TV8 Mont-Blanc diffuse des émissions sur les pays de Savoie. Régulièrement, l'émission La Place du village expose la vie locale. France 3 et sa station régionale France 3 Alpes peuvent parfois relater les faits de vie de la commune.

Presse et magazines[modifier | modifier le code]

La presse écrite locale est représentée par des titres comme Le Dauphiné libéré, etc.

Internet[modifier | modifier le code]

La commune a été plusieurs fois récompensée pour sa politique Internet par le label « Ville Internet » aux débuts des années 2000[Note 2].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.
  2. Le palmares des Villes Internet (1999 à aujourd'hui) sur le site officiel de l’association « Ville Internet » indique pour Saint-Oyen[8] :
    • 2002 « mention »
    • 2001 « @ »
    • 2003, 2004 « @@ »
    .

Références[modifier | modifier le code]

Sites de la mairie[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Histoire et patrimoine » (consulté le 17 septembre 2015).

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. D'après Henry Suter, « Saint-Oyen », Noms de lieux de Suisse romande, Savoie et environs, sur henrysuter.ch, Henry Suter, 2000-2009 (consulté le 17 septembre 2015).
  2. Notice communale de Saint-Oyen sur le site de l'EHESS.
  3. Lexique Français - Francoprovençal du nom des communes de Savoie - Lé Kmoune in Savoué, Bruxelles, Parlement européen, , 43 p. (ISBN 978-2-7466-3902-7, lire en ligne), p. 18
    Préface de Louis Terreaux, membre de l'Académie de Savoie, publié au Parlement européen à l'initiative de la députée Malika Benarab-Attou.
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  8. « Liste des Villes Internet » (consulté le 6 juillet 2015) (année à sélectionner)
  9. Raymond Oursel, Les chemins du sacré : L'art sacré en Savoie, La Fontaine de Siloé, coll. « Les Savoisiennes », , 393 p. (ISBN 978-2-8420-6350-4, lire en ligne), p. 244.