Saint-Ours (Québec)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Ours.
Saint-Ours
Saint-Ours (Québec)
Église de Saint-Ours
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec
Région Montérégie
Subdivision régionale Pierre-De Saurel
Statut municipal Ville
Maire
Mandat
Sylvain Dupuis
2017-2021
Démographie
Gentilé Saint-Oursois, oise
Population 1 669 hab.[1] (2016)
Densité 29 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 53′ 00″ nord, 73° 09′ 00″ ouest
Superficie 5 850 ha = 58,50 km2
Divers
Code géographique 53032
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir la carte administrative du Québec
City locator 14.svg
Saint-Ours

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir la carte topographique du Québec
City locator 14.svg
Saint-Ours
Liens
Site web ville.saintours.qc.ca

Saint-Ours est une ville dans la municipalité régionale de comté Pierre-De Saurel au Québec (Canada), située dans la région administrative de la Montérégie[2]. Elle fait partie du diocèse de Saint-Hyacinthe.

Histoire[modifier | modifier le code]

La seigneurie de Saint-Ours fut concédée par l'intendant Jean Talon (1626-1694) à Pierre de Saint-Ours[3] (1640-1724) en 1672. Il faut noter qu’en 1603 et 1609, Samuel de Champlain y était passé lors de ses expéditions contre les Iroquois.

« À l’époque de son mariage, Saint-Ours reçut en concession la seigneurie de Saint-Ours qui s’étendait sur la rive sud du Saint-Laurent jusqu’à la rivière Yamaska, entre les terres de ses compagnons d’armes, M. de Saurel et M. Pécaudy de Contrecœur. Les titres de propriété lui furent cédés le 29 octobre 1672. Peu de temps après, il obtenait une autre seigneurie, située à la rivière Assomption et, en 1687, il héritait de celle de Saint-Jean Deschaillons près de la rivière Duchesne. Il se fit construire sur les bords du Saint-Laurent une demeure seigneuriale, tout en bois, et quelques-uns de ses soldats s’établirent dans les environs. Saint-Ours-sur-Richelieu et les propriétés avoisinantes furent dévastées par les Iroquois en 1691. La mise en valeur de la seigneurie se fit très lentement et ce n’est qu’en 1703 qu’on y construisit un moulin banal. »

C’est en 1836 que Saint-Ours devient le chef-lieu du comté de Richelieu. Le 7 mai 1837, 1200 personnes s’y réunissent pour adopter des résolutions où s’exprime la volonté d’émancipation du Bas-Canada. De grands noms de la cause patriote, tels Côme-Séraphin Cherrier et Wolfred Nelson, participent à cette Assemblée de Saint-Ours, qui donne le coup d’envoi à une série d’événements qui s’inscrivent dans le contexte de la Rébellion de 1837-1838. Contrairement à Saint-Denis et à Saint-Charles, Saint-Ours est épargné par la dévastation causée par le passage des troupes anglaises.

De 1844 à 1849 s’échelonne la construction du barrage et des écluses sur la rivière Richelieu. Les travaux réalisés au canal de Saint-Ours permettent l’installation d’un moulin à eau qui permettra la production de farine et de laine cardée pendant plus d’un siècle. (Modifiés au fil du temps, le site du canal et sa vocation en font de nos jours le fleuron touristique de Saint-Ours.)

En 1854, le régime seigneurial est aboli. L’année suivante est constituée la municipalité de la paroisse de L’Immaculée-Conception de Saint-Ours. Simultanément voit le jour la municipalité du village de Saint-Ours. En 1857, Saint-Ours perd aux mains de Sorel son statut de chef-lieu du comté de Richelieu. En 1866, le village de Saint-Ours devient une ville.

Le domaine seigneurial appartient toujours aux descendants des seigneurs de Saint-Ours, ce qui constitue un cas unique au Québec.

Seigneurs de Saint-Ours[modifier | modifier le code]

(Notez qu’avant 1773, il n’y avait qu’une seigneurie qui sera scindée en seigneuries de Saint-Ours et de Contrecoeur.)

  • Pierre de Saint-Ours (1672 à 1724)
  • Jean-Baptiste de Saint-Ours de l’Eschaillon, aussi appelé Deschaillons (1724 à 1747)
  • Pierre-Roch de Saint-Ours (1747 à 1782)
  • Paul-Roch et Roch-Louis, dit Charles de Saint-Ours (1782 à 1834)
  • François-Roch de Saint-Ours (1834 à 1854, à l’abolition du régime seigneurial)

Toponymie[modifier | modifier le code]

Elle est nommée en l'honneur de Pierre de Saint-Ours (1640-1724), officier du régiment de Carignan-Salières[4].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires de Saint-Ours[5]
Période Identité Étiquette Qualité
2017 2021 M. Sylvain Dupuis    
2013 2017 M. Sylvain Dupuis    
2013 2013 M. Sylvain Dupuis    
2009 2012 M. Robert Tremblay    
2006 2009 M. Daniel Arpin    
2001 2005 M. Daniel Arpin    
1998 2001 Mme. Marie Bouchard    
1994 1998 Mme. Marie Bouchard    
1991 1994 M. Grégoire Frédette    
1983 1991 M. Léandre Chaput    
1974 1983 M. Léo Bardier    
1963 1974 M. Léo Cloutier    
1959 1963 M. Eugène Millette    
1957 1959 M. Ernest Pérodeau    

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique
1991 1996 2001 2006 2011 2016
1 628 1 619 1 624 1 700 1 721 1 669

Centres d'intérêt[modifier | modifier le code]

Manoir seigneurial[modifier | modifier le code]

Manoir de Saint-Ours

Le domaine seigneurial de Saint-Ours, classé site historique, est un ensemble comprenant un manoir, des dépendances et leur terrain.

Le domaine fut concédé par l'intendant Jean Talon à Pierre de Saint-Ours en 1672 qui fit construire le premier manoir. Le second manoir (le bâtiment actuel) fut construit en 1792 par le seigneur Charles-Louis-Roch de Saint-Ours. Il fut ensuite la propriété de François-Roch de Saint-Ours, qui a siégé au Conseil législatif du Bas-Canada à partir de 1830 et est devenu shérif de Montréal en 1837. Sa veuve, Mme Hermine-Marie-Catherine Duchesnay fit agrandir le manoir en 1845, puis en 1870. Depuis ce domaine n'a subi aucune modification majeure et conserve l'apparence qui lui a été donnée en 1870.

Église de L'Immaculée-Conception[modifier | modifier le code]

Construite entre 1878 et 1882 dans le style néo-romain, selon les plans préparés par la firme d'architectes « Gauthier & Daoust » l’église se caractérise par la présence de murs massifs, d'une fenestration restreinte, de belles colonnes surmontées de chapiteaux qui supporte une magnifique voûte à arc à plein cintre, de son orgue Casavant et d’une belle flèche élancée de 185 pieds (56,39 mètres) de hauteur.

Elle a été construite sur le site de l'ancien cimetière dont les dépouilles ont été exhumées sous l'autorisation de la Cour Supérieure et relocalisé dans le nouveau cimetière. L’horaire des messe est accessible sur le site Internet du Diocèse de Saint-Hyacinthe[6].

DevantCouventSO 1.jpg

Le Château Vaillancourt (ancien couvent de Saint-Ours)[modifier | modifier le code]

Adjacent à l'église, git également un couvent, bâti peu avant 1868, qui dû être reconstruit après l’incendie de 1897. Le Couvent a aussi été occupé par les Sœurs de la Présentation de Marie. Le Couvent est un édifice de quatre étages recouvert de brique rouge et d'un toit en escarpe. Depuis la fin des années 1950, le Couvent fut tranquillement transformé en résidence de personnes âgées, toutefois sa vocation a évolué : il a eu tour-à-tour des vocations religieuse, résidentielle et communautaire.

Il a pendant un temps servi d’école, puis de résidence pour la communauté religieuse.

Il est aujourd’hui occupé par un propriétaire privé. Il est possible de le louer pour un événement privé.

Chronologie[modifier | modifier le code]

  • 1650 Fondation d'une mission catholique.
  • 1672 (29 octobre) Concession d'une seigneurie (2 lieues de front sur le fleuve Saint-Laurent x 1 lieue (7 lieues ???) de profondeur par le gouverneur Frontenac et l'intendant Talon à Pierre de Saint-Ours, capitaine dans le Régiment de Carignan-Salières, qui lui donne son nom et qui la fait coloniser par des soldats de son régiment désireux de demeurer en Nouvelle-France ; la seigneurie et bornée par la seigneurie de Contrecœur et la seigneurie de Saint-Denis au sud-ouest, par la seigneurie de Saint-Hyacinthe au nord-est et par la seigneurie de Saurel et Bourgchemin au nord-est et par la rivière Yamaska au fond ; traversée par la rivière Richelieu et les ruisseaux LaPrade, LaPlante et Salvayle.
  • 1674 (25 avril) La seigneurie de Saint-Ours est augmentée des îles situées en face dans la rivière Richelieu.

Construction d'une première chapelle dédiée à L'Immaculée-Conception.

  • 1681 Fondation de la mission de l'Immaculée-Conception et ouverture des registres de la paroisse.
  • 1688 Les Iroquois attaquent Sorel et Saint-Ours.
  • 1691 Les Iroquois dévastent les installations de la seigneurie naissante.
  • 1703 Mise en exploitation du premier moulin seigneurial.
  • 1722 Établissement des limites de la paroisse de L'Immaculée-*Conception-de-Saint-Ours par édit royal.
  • 1724 (21 octobre) Au décès de Pierre de Saint-Ours, la seigneurie passe à son fils aîné, Jean-Baptiste de Saint-Ours (6/10), à Gaspard Chaussegros de Léry, comme héritier de sa mère, Marie-Barbe de Saint-Ours (1/10), à Auguste LeRoy de la Potherie comme époux de Élisabeth de Saint-Ours (1/10}, à Pierre de Saint-Ours (1/10) et Claude-Pierre Pécaudy de Contrecœur comme héritier de sa mère, Jeanne de Saint-Ours (1/10).
  • 1726 Construction d'une église de pierre par le curé Jean-Pierre de Miniac.
  • 1747 Au décès de Jean-Baptiste de Saint-Ours, sa part de la seigneurie (6/10) passe à Pierre-Roch de Saint-Ours.
  • 1750 Nomination du premier curé résidant de la paroisse de L'Immaculée-Conception-de-Saint-Ours. Inauguration du chemin entre Saint-Ours et Saint-Denis.
  • 1761 Inauguration de l'église de L'Immaculée-Conception-de-Saint-Ours construite par le curé Joseph-François d'Youville, le fils de la fondatrice des Sœurs grises de Montréal-s.g.m.. Ouverture de la première école.
  • 1765 Démolition de l'église de 1726 abandonnée par ses paroissiens qui se dispersent le long de la rivière Richelieu.
  • 1782 Au décès de Pierre-Roch de Saint-Ours, sa part de seigneurie passe à ses fils, Paul-Roch et Roch-Louis dit Charles de Saint-Ours.
  • 1792 Construction du manoir seigneurial par Roch-Louis dit Charles de Saint-Ours au bord de la rivière Richelieu.
  • 1800 Mise en exploitation d'une fonderie par Pierre Grégoire.
  • 1806 Inauguration du chemin entre Saint-Ours et Sorel.
  • 1818 Inauguration du chemin entre Saint-Hyacinthe et Saint-Denis.
  • 1827 Ouverture d'un bureau de poste sous le nom de Saint-Ours.
  • 1831 (23 novembre) Érection canonique de la paroisse L'Immaculée-Conception-de-Saint-Ours ; son territoire couvre la seigneurie de Saint-Ours.
  • 1833 François-Roch de Saint-Ours épouse Catherine-Hermine Juchereau Duchesnay, la petite-fille de Antoine Juchereau Duchesnay et de Ignace-Michel-Louis-Antoine d'Irumberry de Salaberry.
  • 1834 Au décès de Roch-Louis dit Charles, sa partie de seigneurie passe à son fils, François-Roch de Saint-Ours; ce dernier réunira les parties de seigneurie détenues par les autres descendants de Pierre de Saint-Ours.
  • 1836 Saint-Ours est le chef-lieu du comté de Richelieu.
  • 1837 (7 mai) Assemblée de Saint-Ours tenue sous la présidence de Côme-Séraphin Cherrier ; réunit 1 200 personnes et présente Wolfred Nelson comme principal orateur ; on y adopte des résolutions constituant le programme politique du temps; elles invitent le peuple à la résistance ; à la suite de cette assemblée, Archibald Atcheson, comte de Gosford, gouverneur du Canada, proclame séditieuses de telles réunions et ordonne aux magistrats et officiers de milice de les empêcher ; l'assemblée de Saint-Ours est suivie de l'assemblée de Saint-Charles. Crises. Émeutes de 1837 et de 1838.
  • 1839 (10 novembre) Au décès de François-Roch de Saint-Ours, la seigneurie passe en usufruit à son épouse, Catherine-Hermine Juchereau Duchesnay, et, en propriété, à ses filles Josephte-Louise Hermine, Carole-Virginie et Henriette-Amélie.
  • 1844-1849 Construction, sur la rivière Richelieu, du barrage et des écluses comme partie des ouvrages permettant de relier Montréal et New York. Après le canal de Chambly, celui de Saint-Ours complète la voie maritime du Richelieu ; les travaux permettent l'installation d'un moulin à eau sur le barrage ; la farine y sera moulue et la laine cardée pendant au-delà de 100 ans.
  • 1845 (8 juin) Constitution de la municipalité de la paroisse de Saint-Ours.
  • 1847 (1er septembre) Abolition de la municipalité de la paroisse de Saint-Ours.
  • 1849 Construction de l'écluse de Saint-Ours.
  • 1854 (18 décembre) Abolition du régime seigneurial.
  • 1855 (1er juillet) Constitution de la municipalité de la paroisse de L'Immaculée-*Conception-de-Saint-Ours. Constitution de la municipalité du village de Saint-Ours par détachement de celle de la paroisse de L'Immaculée-*Conception-de-Saint-Ours.
  • 1857 Le siège social du comté de Richelieu quitte Saint-Ours pour Sorel.
  • 1859 (12 janvier) La seigneurie appartient en usufruit à Hermine-Catherine Juchereau Duchesnay, veuve de Roch de Saint-Ours et en propriété à ses filles, Josephte-Louise-Hermine de Saint-Ours, Caroline-Virginie de Saint-Ours et Henriette-Amélie de Saint-Ours.
  • 1865 Henriette-Amélie de Saint-Ours, fille de François-Roch de Saint-Ours, seule survivante des seigneurs de Saint-Ours, épouse le notaire Joseph-Adolphe Dorion.
  • 1866 (15 août) Le village de Saint-Ours devient ville.
  • 1868 Arrivée des Sœurs de la Présentation-de-Marie p.m.* qui prennent charge du couvent nouvellement construit.
  • 1871 Ayant vendu à bon prix la seigneurie de Deschaillons (100), la seigneuresse, Hermine-Catherine Juchereau Duchesnay de Saint-Ours, entreprend la restauration du manoir familial de Saint-Ours auquel elle ajoute un étage.
  • 1882 Démolition de l'église de 1761 et construction d'une nouvelle église.
  • 1888 Relocalisation du couvent.
  • 1891 Arrivée des Frères de l'Instruction chrétienne.
  • 1894 Construction d'un collège par les Frères de l'Instruction chrétienne qui utilisent, pour le construire, la pierre du presbytère de 1750 et du couvent de 1868.
  • 1897 (24 juillet) Incendie du couvent.
  • 1900 Marie-Amélie-Catherine Dorion, petite-fille de François-Roch de Saint-Ours, épouse Joseph-Georges-Elzéar Taschereau, fils de Louis Taschereau, seigneur de la Beauce.
  • 1916 (15 mars) Au décès de Henriette-Amélie de Saint-Ours Dorion, la seigneurie passe à sa fille Amélie-Catherine.
  • 1923 La population de la paroisse est de 1 500 âmes.
  • 1926 Hélène-Amélie Taschereau, arrière-petite-fille de François-Roch de Saint-Ours épouse Armand Poupart, avocat de Montréal.
  • 1939 (22 mai) Fondation de la Caisse populaire de Saint-Ours.
  • 1957 La municipalité de L'Immaculée-*Conception-de-Saint-Ours abrège son nom en Saint-Ours.
  • 1982 Le manoir, le domaine et ses dépendances sont classés biens culturels ; il s'agit du seul ensemble intact et complet des assises d'une seigneurie québécoise.
  • 1990 La population de Saint-Ours (ville) est de 622 habitants, celle de Saint-Ours (paroisse), 1 002.
  • 1991 (17 avril) Fusion de la Municipalité avec la Paroisse pour former la Ville de Saint-Ours.
  • 2001 La population de Saint-Ours est de 1 649 habitants.
  • 2013 La population de Saint-Ours est de 1 757 habitants.
  • 2014 Décès de Luc Poupart, le frère d'Armand Poupart Jr, fils d'Armand Poupart Sr et de Marguerite Taschereau ; Armand Poupart Jr est l'héritier de la seigneurie.
  • 2016 (19 mars) Décès d'Armand Poupart Jr (85 ans) à l'Hôtel-Dieu de Montréal.

Le fonds d'archives de la municipalité de Saint-Ours est conservé au centre d'archives de Montréal de Bibliothèque et Archives nationales du Québec[7].


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Municipalités limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Sorel-Tracy Sainte-Victoire-de-Sorel Rose des vents
Saint-Roch-de-Richelieu N Saint-Louis
O    Saint-Ours    E
S
Saint-Denis-sur-Richelieu Saint-Bernard-de-Michaudville

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Recensement du Canada, 2016
  2. Gouvernement du Québec, « Répertoire des municipalités - Saint-Ours », sur Ministère des Affaires municipales, Régions et Occupation du territoire (consulté le 21 mars 2011)
  3. « Dictionnaire biographique du Canada : Pierre de Saint-Ours »
  4. « Toponymie - Saint-Ours », sur Commission de toponymie du Québec (consulté le 1er septembre 2011)
  5. Gouvernement du Québec, « Archives des résultats des élections municipales », sur Ministère des Affaires municipales, Régions et Occupation du territoire (consulté le 16 décembre 2011)
  6. « Horaire des messes du Diocèse de Saint-Hyacinthe », sur diocese-st-hyacinthe.qc.ca
  7. Fonds municipalité de Saint-Ours (P94) - Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ).

Annexes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]