Saint-Ouen-la-Thène

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Saint-Ouen-la-Thène
Saint-Ouen-la-Thène
L'église de Saint-Ouen-la-Thène.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Charente-Maritime
Arrondissement Saint-Jean-d'Angély
Intercommunalité Vals de Saintonge Communauté
Maire
Mandat
Jean-Michel Piolot
2020-2026
Code postal 17490
Code commune 17377
Démographie
Gentilé Audoniens
Population
municipale
114 hab. (2017 en diminution de 6,56 % par rapport à 2012)
Densité 16 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 52′ 20″ nord, 0° 09′ 42″ ouest
Altitude Min. 72 m
Max. 138 m
Superficie 7,01 km2
Élections
Départementales Canton de Matha
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Saint-Ouen-la-Thène
Géolocalisation sur la carte : Charente-Maritime
Voir sur la carte topographique de la Charente-Maritime
City locator 14.svg
Saint-Ouen-la-Thène
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Ouen-la-Thène
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Ouen-la-Thène

Saint-Ouen-la-Thène est une commune du Sud-Ouest de la France située dans le département de la Charente-Maritime, en région Nouvelle-Aquitaine.

Ses habitants sont appelés les Audoniens[1].

Restauration du chœur de l'église en 1986.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Saint-Ouen[2]
Beauvais-sur-Matha
Saint-Ouen[2] Bresdon
Siecq

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la commune était Saint-Ouen jusqu'au 7 novembre 2013[3]. Saint-Ouen a pris le nom d’un évêque de Rouen qui vivait à la fin du VIIe siècle sous le règne du bon roi Dagobert. Sa renommée fut grande car plus de soixante localités françaises sont sous son invocation dont deux en Charente Maritime.

Les habitants de Saint-Ouen-la-Thène se nomment les Audoniens. L’église de Saint-Ouen qui date de l’an 1011, est un sanctuaire de campagne de bonnes proportions, désaffecté. C’est une église classée. La commune s’emploie à la remettre en état depuis de nombreuses années. La commune est traversée par le Briou qui prend sa source aux Fontaines de Charlemagne situées sur la commune de Bresdon.

La vocation agricole de la commune se caractérise par la production de céréales, la viticulture. Il reste 1 éleveur de bêtes à cornes essentiellement pour la viande.

Histoire[modifier | modifier le code]

Administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

La mairie de la commune.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1959 2008 Guy Voyer    
2008 En cours Guy Brunet PS  

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[5].

En 2017, la commune comptait 114 habitants[Note 1], en diminution de 6,56 % par rapport à 2012 (Charente-Maritime : +2,48 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
302354379368380400398397393
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
371355362346367340307296307
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
303298273252237249265242228
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
187180160153147145140130108
2017 - - - - - - - -
114--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Eglise Saint-Alban[modifier | modifier le code]

Chevet de l'Eglise Saint-Alban de Saint-Ouen -17- photo 2.JPG
Historique

La construction de la petite église de Saint-Ouen remonte à l'an 1031 sur un petit promontoire surplombant le ruisseau du Briou qui prend sa source à la Fontaine de Charlemagne à quelques encablures en amont. La légende locale dit que ce serait Charlemagne qui aurait fait jaillir cette source pour abreuver son armée de passage ici, pendant la libération de la Saintonge de l'occupation sarrasine.

L'église de Saint-Ouen a survécu plus ou moins bien jusqu'en 1946 date à laquelle la dernière messe a été célébrée. De nombreux témoignages rapportent qu'elle était alors couverte de lierres. En 1960 un projet de restauration fut abandonné, la commune ne pouvant financer seule la restauration. Laissée à l'abandon, en 1972 le clocher s'effondra. Ce fut la perspicacité du maire de l'époque, Guy Voyer et le club Marpen de Tusson qui sauvèrent l'édifice. L'église n'a pas été rendue au culte après sa restauration mais est ouverte au public.

La renaissance de l'église

L'église de Saint-Ouen-la-Thène, en Pays de Matha, a été sauvée de la ruine dans les années 1980 par le club Marpen de Tusson dans le département de la Charente qui s'est consacré pendant douze ans à sa restauration. Des jeunes de toute l'Europe sont venus prêter main-forte sur le chantier. Le chœur et le clocher furent entièrement reconstruits.

Le travail et la ténacité du club Marpen lui a valu de nombreux prix et encouragements : en 1986 prix du concours de chefs-d'œuvre en péril, en 1987 prix du concours régional des chantiers de jeunesse et en 1994 à la fin des travaux le Club Marpen s'est vu décerner le prix régional des chantiers de jeunesse.

Caractéristiques

A l'ouest l'église présente une façade formée de deux baies aveugles encadrant un portail à trois voussures. Au chevet, la corniche est ornée de modillons imagés représentant des scènes érotiques, thème surprenant pour un édifice chrétien mais que certains justifient par la formule : « la sainteté à l'intérieur et l'enfer à l'extérieur[8] ». Ces 26 modillons sont des reproductions de modillons présents sur d'autres édifices religieux de la région[9]. Les fenêtres furent ornées de vitraux réalisés par Coline Fabre, maître-verrier à Tusson.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]