Saint-Nicolas-la-Chapelle (Aube)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Saint-Nicolas-la-Chapelle
Saint-Nicolas-la-Chapelle (Aube)
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Aube
Arrondissement Nogent-sur-Seine
Intercommunalité Communauté de communes du Nogentais
Maire
Mandat
Gilbert Gabriel Lemaur
2020-2026
Code postal 10400
Code commune 10355
Démographie
Gentilé Chapellois
Population
municipale
68 hab. (2018 en augmentation de 6,25 % par rapport à 2013)
Densité 5,9 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 31′ 53″ nord, 3° 28′ 05″ est
Altitude Min. 60 m
Max. 166 m
Superficie 11,54 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Nogent-sur-Seine
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Nogent-sur-Seine
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Saint-Nicolas-la-Chapelle
Géolocalisation sur la carte : Aube
Voir sur la carte topographique de l'Aube
City locator 14.svg
Saint-Nicolas-la-Chapelle
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Nicolas-la-Chapelle
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Nicolas-la-Chapelle

Saint-Nicolas-la-Chapelle est une commune française, située dans le département de l'Aube en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Saint-Nicolas-la-Chapelle
Chalautre-la-Grande
Seine-et-Marne
La Saulsotte
Saint-Nicolas-la-Chapelle
Le Mériot Nogent-sur-Seine

Il s'agit d'un petit bourg situé en proche banlieue de Nogent-sur-Seine, son territoire administratif borde la limite sud-est de l’Île-de-France ; il s’étend sur 11,5 km2 comprenant majoritairement des zones agricoles et naturelles.

On trouve des massifs boisés, relativement diffus et souvent situés au sommet de petites collines, dont la plus importante culmine à 138 mètres de hauteur, une promenade piétonne y est aménagée desservant un site bénéficiant d'un beau panorama sur Nogent et la centrale.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Saint-Nicolas-la-Chapelle est une commune rurale[Note 1],[1]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Nogent-sur-Seine, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 19 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[4],[5].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Les premières traces de l'occupation humaine sur le territoire de la commune remontent au Néolithique comme l'attestent la présence de trois dolmens (dont un seul subsiste) et trois polissoirs (désormais disparus).

Au début du XIIe siècle (1107), Montier-la-Celle possédait la chapelle de Saint-Nicolas qui fut transformée en église en 1175. La paroisse a connu de nombreuses appellations, dont la plus fréquente était jusqu'au XIXe siècle La chapelle Saint-Nicolas.

Au cours de la Révolution française, la commune, alors nommée simplement Saint-Nicolas, porta provisoirement le nom de Lugrand[6].
C'est en 1919 que la commune adopta le nom de Saint-Nicolas-la-Chapelle[6].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 En cours Gilbert Lemaur[7]
Réélu pour le mandat 2020-2026 [8]
DVD retraité

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[10].

En 2018, la commune comptait 68 habitants[Note 3], en augmentation de 6,25 % par rapport à 2013 (Aube : +1,12 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
257255293251237230229214227
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
211222219184184161152141142
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1401161209310798968698
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
887068706179777777
2013 2018 - - - - - - -
6468-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

L'économie locale est restée essentiellement basée sur la culture traditionnelle des céréales.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Nicolas.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 24 mars 2021).
  2. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le 24 mars 2021).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 24 mars 2021).
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 24 mars 2021).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 24 mars 2021).
  6. a b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Site officiel de la préfecture de l‘Aube
  8. https://reader.cafeyn.co/fr/1927222/21599923
  9. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  12. « Dolmen dit du Pavois », notice no PA00125376, base Mérimée, ministère français de la Culture
  13. « L'église Saint-Nicolas », notice no PA00078227, base Mérimée, ministère français de la Culture
  14. « Le mobilier de l'église », base Palissy, ministère français de la Culture