Saint-Martin-de-Commune

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Saint-Martin-de-Commune
Saint-Martin-de-Commune
L'église.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Saône-et-Loire
Arrondissement Autun
Intercommunalité Communauté de communes du Grand Autunois Morvan
Maire
Mandat
Sylvain Chavy
2020-2026
Code postal 71490
Code commune 71450
Démographie
Population
municipale
103 hab. (2018 en diminution de 16,26 % par rapport à 2013)
Densité 7,1 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 55′ 04″ nord, 4° 30′ 11″ est
Altitude Min. 363 m
Max. 464 m
Superficie 14,57 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton d'Autun-2
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté
Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Saint-Martin-de-Commune
Géolocalisation sur la carte : Saône-et-Loire
Voir sur la carte topographique de Saône-et-Loire
City locator 14.svg
Saint-Martin-de-Commune
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Martin-de-Commune
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Martin-de-Commune

Saint-Martin-de-Commune est une commune française située dans le département de Saône-et-Loire en région Bourgogne-Franche-Comté.

C'est l'une des treize communes de Saône-et-Loire portant le nom de l'apôtre des Gaules[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Saint-Martin-de-Commune est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4]. La commune est en outre hors attraction des villes[5],[6].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (72,5 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (72,6 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (61,6 %), forêts (27,5 %), zones agricoles hétérogènes (8,8 %), terres arables (2,1 %)[7].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[8].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village était une dépendance du bailliage de Montcenis, du diocèse d'Autun, de l'archiprêtré de Couches.

En 1379, le conseil ducal de Bourgogne demande au bailli d'Autun et au châtelain de Montcenis d'enquêter sur un litige impliquant Hugues de Montagu, seigneur de Couches, au sujet du village et de la terre de Champaige, détenus par l'écuyer Louis de Digoine. Par la suite, des membres de la famille de Digoine sont connus à Couches à partir de 1454, dans le sillage de la famille de Montagu.

En 1475, la paroisse possède "une forteresse appellee le petit Digoine qui est a Jehan Maulain". (Archives de Côte d'Or, B 11510, vue 92/487). Par contre, le hameau de Champaige est en la dépendance du seigneur de Couches mais ses hommes relèvent de Monsieur de Digoine le Petit (id., vue 131/487).

D'abord annexe de Saint-Émiland, Saint-Martin ne fut érigé en cure qu'en 1827.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1977 mars 2014 Gabriel Chavy    
mars 2014 en cours Sylvain Chavy    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[10].

En 2018, la commune comptait 103 habitants[Note 2], en diminution de 16,26 % par rapport à 2013 (Saône-et-Loire : −0,73 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
395348397503542536536579618
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
507471497495498508498459383
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
347311301290241195211200165
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
164154134109104103113122110
2018 - - - - - - - -
103--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Château de Digoine (Saint-Martin-de-Commune) (1)
  • Le Château de Digoine, maison forte du XIVe siècle, remaniée.
  • L'église romane du XIIe siècle, placée sous le vocable de saint Martin, restaurée aux XVe et XVIIIe siècles.
  • Les vestiges de château, au bourg.
  • Le vallon de la Digoine.
  • L'étang de Charmoy.
  • La carrière de gypse.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alain Dessertenne, Françoise Geoffray, Saint-Martin-de-Commune, aux confins du Couchois et du plateau autunois, revue « Images de Saône-et-Loire » n° 191 (), pages 7 à 11.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Saint Martin et les vieux chemins du Chalonnais », article d'Alain Dessertenne paru dans la revue « Images de Saône-et-Loire » n° 94 (été 1993), pages 2 à 6.
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  7. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  8. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  9. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.