Saint-Martin-d'Ardèche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Saint-Martin-d'Ardèche
Saint-Martin-d'Ardèche
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Ardèche
Arrondissement Privas
Intercommunalité Communauté de communes du Rhône aux Gorges de l'Ardèche
Maire
Mandat
Daniel Del Vas
2020-2026
Code postal 07700
Code commune 07268
Démographie
Population
municipale
964 hab. (2018 en stagnation par rapport à 2013)
Densité 174 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 18′ 16″ nord, 4° 33′ 59″ est
Altitude Min. 41 m
Max. 210 m
Superficie 5,53 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Pierrelatte
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Bourg-Saint-Andéol
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Saint-Martin-d'Ardèche
Géolocalisation sur la carte : Ardèche
Voir sur la carte topographique de l'Ardèche
City locator 14.svg
Saint-Martin-d'Ardèche
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Martin-d'Ardèche
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Martin-d'Ardèche
Liens
Site web saintmartindardeche.fr

Saint-Martin-d'Ardèche est une commune française située dans le département de l'Ardèche, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune de Saint-Martin-d'Ardèche se situe à l'extrême sud-est du département de l'Ardèche et s'étend sur 533 hectares. Pour l'essentiel - du Ranc Pointu, sis en amont, dans les gorges, jusqu'au village - son territoire est limité au midi par la rivière qui a donné son nom au département en 1793 et qui marque à ce niveau la limite départementale avec le Gard et avec la commune d'Aiguèze. Saint-Martin dépendait d'ailleurs de celle-ci sous l'Ancien Régime.

Lieux-dits, hameaux et écarts[modifier | modifier le code]

Hameaux anciens de Sauze à l'ouest (côté gorges de l'Ardèche) et les Granges (à mi-chemin de Sauze et du centre-village, face à Aiguèze). Nouvelles zones urbanisées : quartier des Alliberts, du Maras, du Bas-Pompère, du Travers-du-Haut-Plan.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

À l'est et au nord-est, Saint-Martin-d'Ardèche est limitrophe des communes de Saint-Just-d'Ardèche et de Saint-Marcel-d'Ardèche. À l'ouest et au sud, d'Aiguèze et de Saint-Julien-de-Peyrolas, situées dans le département du Gard.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Saint-Martin-d'Ardèche se situe à la fin des gorges de l'Ardèche. Le milieu naturel y est constitué de garrigues, forêts, rivières, sources, falaises et grottes. Le village comporte d'importants risques d'inondation, étant bordé par la rivière de l'Ardèche.

Le sol est de type alluvionnaire et karstique.

Climat[modifier | modifier le code]

Centranthus ruber (Valériane rouge) à Saint-Martin-d'Ardèche.

Le climat y est tempéré, proche du type méditerranéen.

Zone naturelle[modifier | modifier le code]

Au nord et à l'ouest, sur les coteaux et près de la moitié de la superficie de la commune, ce sont des étendues de garrigues et de chênes verts. Sur quelques versants de collines et sur l'étroite plaine qui suit, soit sur près de 300 ha de surfaces agricoles utilisées (SAU), on compte environ 170 ha de vignes, une cinquantaine d'hectares de céréales mais moins de 10 ha en vergers alors que les plantations de cerisiers faisaient avant-guerre la prospérité des exploitants[1]. La production de vin est de très haute qualité, notamment dans les AOC « Côtes du Rhône » et « Côtes du Rhône Village ».

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Saint-Martin-d'Ardèche est une commune rurale[Note 1],[2]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[3],[4].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Pierrelatte, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 17 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[5],[6].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (43,1 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (56,8 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : cultures permanentes (37,5 %), zones urbanisées (24,1 %), forêts (16,3 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (13,5 %), zones agricoles hétérogènes (5,6 %), eaux continentales[Note 3] (3,1 %)[7].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[8].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le Pont.

Le village a été très tôt un lieu de passage pour pèlerins et voyageurs. Hameau de pêcheurs et de bateliers établis sur un des gués permettant de traverser l'Ardèche (en dehors des périodes de crue), Saint-Martin « de la Peyre » (de la Pierre) dépend d'Aiguèze (village de Rasclets) dont le donjon domine la vallée, donc du duché d'Uzès : peu ou pas de mention avant début XVIe siècle, avec l'érection du château du Bosquet par l'évêque de Viviers voisin. Les deux communautés ont destin lié jusqu'à la Révolution et à la création des départements : Aiguèze dans le Gard (dans le canton de Pont-Saint-Esprit) et Saint-Martin de la Pierre devient Saint-Martin-d'Ardèche (dans le canton de Bourg-Saint-Andéol).

Anecdotes[modifier | modifier le code]

Par mesure de rétorsion narquoise, et parce que Saint-Martin a souvent été inondé par les crues de l'Ardèche, les Aiguézois surnomment les Saint-Martinois les « Trempo-quieù » (« trempe-cul »).

Un pont de pierre reliant Saint-Martin à Aiguèze, bâti en 1895, ayant été emporté par une crue en 1900, un pont suspendu a été ouvert à la circulation en 1905 - et inauguré officiellement... en [9].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1900 1901
(démission)
Alexis Robert    
1901 mai 1908 Alphonse Suau Réactionnaire  
mai 1908 1914 Paul Roman    
1914 1918 Benjamin Charmasson   Conseiller municipal, remplace le maire Paul Roman, mobilisé
décembre 1919 mai 1925 Maurice Suau    
mai 1925 1956
(décès)
Julien Roman Rad. Propriétaire
Conseiller général
1956 juin 1995 André Montmard DVD Directeur d'un cabinet d'architecte
Président du Syndicat de Gestion des Gorges de l'Ardèche
juin 1995 mars 2008 Jean-Pierre Humez DVG Principal de collège
mars 2008 mars 2014 Louis Jeannin DVG  
mars 2014 juillet 2020 Christine Malfoy PS Ingénieur
Présidente du Syndicat de Gestion des Gorges de l'Ardèche
Conseillère départementale
jullet 2020 En cours Daniel Del Vas   Retraité

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Sur un territoire exigu de 550 hectares, la population saint-martinoise a rattrapé et dépassé (env. 850 hab. à fin 2007) celle de son voisin et fief Aiguèze.


L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[11].

En 2018, la commune comptait 964 habitants[Note 4], en stagnation par rapport à 2013 (Ardèche : +1,94 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
386403431489521575600589630
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
629633611587593531524526511
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
482444422380355326339324295
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
343365336380537642784886986
2018 - - - - - - - -
964--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Tourisme[modifier | modifier le code]

La découverte de la nature née de la vogue du thermalisme en Ardèche, en particulier à Vals-les-Bains, marque l'histoire du village de paysans et bateliers : dès la première moitié du XXe siècle. À partir des années 1950, Saint-Martin devient un lieu de villégiature. Les transformations de la vallée du Rhône, avec le canal de Donzère-Mondragon puis les installations de Marcoule et Eurodif, parallèlement à l'ouverture à travers la garrigue de la route touristique des gorges vers Vallon-Pont-d'Arc et l'invention des canoës en plastique font de Saint-Martin un lieu de vacances qui fait décupler sa population estivale et s'installer nombre de résidents secondaires.

La réalisation de la « Route touristique des gorges » (RTGA) permet à des centaines de milliers de visiteurs découvrent ou revisitent la contrée. La réserve naturelle nationale des gorges de l'Ardèche a fêté ses trente ans en 2010. Le village est labellisé « station verte » (2002). Classée 7e en au « Palmarès des Lieux de Vacances » du Nouvel Observateur. Plusieurs établissements sont cités (entre autres) au Guide du routard.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Les premières « grottes ornées » ont été inventées par l'instituteur local Léopold Chiron peu d'années avant l'invention Altamira (grotte Chabot à Aiguèze (Gard), des Deux-Ouvertures, du Figuier).

Des fouilles commencées au milieu du XXe siècle ont été reprises depuis quelques années (sous la direction de Marie-Hélène Moncel, du Muséum d'histoire naturelle) sur le site de l'abri du Maras, site néandertalien (atteignant -90 000 ans).

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

  • Église des XIe-XIIIe siècles et clocher XIXe siècle.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Atout majeur: la vue sur le village d'Aiguèze
  • Maison du peintre surréaliste Leonora Carrington: achetée par le peintre et romancière en 1937, elle y a vécu avec l'artiste surréaliste Max Ernst, qui l'a décorée de ses sculptures, de 1938 à 1941. Généralement connue comme Maison de Max Ernst, classée monument historique (privée).
  • Château du Bosquet : classé monument historique (privé).
  • Les gorges de l'Ardèche : débarcadère pour les descentes des gorges en canoës-kayaks.
  • Entrée de la réserve naturelle des gorges de l'Ardèche : zone étendue sur onze communes.
  • Aven Meunier : grottes ornées de Basse-Ardèche, où a été découvert une pierre sculptée (andromorphe), actuellement exposée au musée archéologique d'Orgnac-l'Aven).
  • Le Ranc Pointu et ses grottes préhistoriques qui dominent l'Ardèche.
  • Grotte des Deux Ouvertures.
  • Grotte Huchard.
  • Dolmen (ruine) : quartier de Feuillet (il y en a 800 en Basse-Ardèche).
  • Site préhistorique du Figuier.
  • Pont suspendu : mis en service en 1905[14], il franchit l'Ardèche et relie Saint-Martin-d'Ardèche à Aiguèze dans le département du Gard.

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Les artistes surréalistes Leonora Carrington et Max Ernst ont vécu entre 1938 et 1941 dans le village.
  • Accordéoniste Chabot André musicien renommer ami de Yvette Horner et Marcel azzola à vécu dans le village de 1995 à 2014

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Recensement général agricole de l'an 2000-SCEES
  2. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 23 mars 2021).
  3. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le 23 mars 2021).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 23 mars 2021).
  5. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 23 mars 2021).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 23 mars 2021).
  7. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 23 avril 2021)
  8. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 23 avril 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  9. André Montmard, Monographie de la commune dans son environnement fluvial, Édition de la Bibliothèque de Saint-Martin - mai 2005
  10. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  14. « Pont suspendu de Saint-Martin (Aiguèze/Saint-Martin-d'Ardèche, 1905) | Structurae », sur Structurae (consulté le 8 novembre 2016)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • André Montmard, Monographie de la commune dans son environnement fluvial, Édition de la Bibliothèque de Saint-Martin -