Saint-Martin-d'Ablois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint Martin.
Saint Martin d'Ablois
Vue d'ensemble de Saint-Martin-d'Ablois.
Vue d'ensemble de Saint-Martin-d'Ablois.
Blason de Saint Martin d'Ablois
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Marne
Arrondissement Épernay
Canton Dormans-Paysages de Champagne
Intercommunalité Deux Vallées
Maire
Mandat
Jackie Barrois
2014-2020
Code postal 51530
Code commune 51002
Démographie
Gentilé Ablutiens
Population
municipale
1 461 hab. (2014)
Densité 67 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 00′ 47″ nord, 3° 52′ 07″ est
Altitude Min. 110 m – Max. 241 m
Superficie 21,88 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Marne

Voir sur la carte administrative de la Marne
City locator 14.svg
Saint Martin d'Ablois

Géolocalisation sur la carte : Marne

Voir sur la carte topographique de la Marne
City locator 14.svg
Saint Martin d'Ablois

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint Martin d'Ablois

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint Martin d'Ablois
Liens
Site web www.saintmartindablois.fr

Saint Martin d'Ablois est une commune française, située dans le département de la Marne en région Grand Est.

Ses habitants sont les Ablutiens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Elle se situe au sud-ouest d'Epernay. Saint Martin d'Ablois se trouve aux confins des forêts de Brugny, d'Enghien, d'Épernay et du bois de Boursault. La commune se trouve dans le vignoble de Champagne « Vallée de la Marne » sur le terroir des « Coteaux Sud d’Épernay ». Elle comptabilise 82,2 hectares de vigne travaillée par 71 exploitants en grande majorité sur le cépage pinot meunier.

Communes limitrophes de Saint-Martin-d'Ablois
Œuilly Boursault Épernay
Festigny Saint-Martin-d'Ablois Vinay
Le Baizil Brugny-Vaudancourt

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le village apparaît dès 1145 sur les cartes de l'abbaye Saint-Martin d'Épernay sous le nom Sanctus Martinus de Avleis, puis Sanctus Martinus de Avlis en 1155. Dans la première moitié du XVIIIe siècle, plusieurs forment sont rapportées : Avelois (1219), Aublois, Avlois et Avloys. Ablois est utilisé pour la première fois en 1252. En 1262, le bourg est à nouveau répertorié en latin, en tant que Sanctus Martinus de Avlois. La décennie suivante, le terme Avloi est employé[1].

Au début du XVe siècle, les Archives nationales font état d'Abloiz, puis Abloys en 1462. Le « Saint-Martin » réapparaît en 1539 avec Saint-Martin-d'Ablays, puis Sainct-Martin de la Bloys (1634), Saint-Martin d'Amblois (1735) et Saint-Martin d'Hablois (1749). En 1783, le nom latin du village est Sanctus Martinus in pago Ablensi[1].

En 1789, la commune de Saint-Martin-d'Ablois est officiellement créée. Cependant, les révolutionnaires la renomment Ablois quatre ans plus tard[2]. Ce nom perdure jusqu'en 1952 lorsque la commune reprend son ancien nom et devient à nouveau Saint-Martin-d'Ablois[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité et Moyen Âge[modifier | modifier le code]

L'église de Saint-Martin-d'Ablois.

D'après le géographe Jean-Baptiste Bourguignon d'Anville, le village s'élève sur le site d'un bourg gallo-romain, Bibe. En 1855, le congrès archéologique de Châlons-sur-Marne note la découverte de pièces romaines à la ferme de Mont Bayen, au nord de la commune. Ce lieu-dit semble d'ailleurs être les vestiges d'une ancienne cité[2].

À partir du milieu XIIe siècle, le village alors dénommé Sanctus Martinus de Avleis est rattaché à l'abbaye Saint-Martin d’Épernay, dont les chanoines s'y établissent en 1152[2].

Marie Stuart, vicomtesse d'Ablois[modifier | modifier le code]

À la suite du décès de François II de France en 1560, Marie Stuart sépare la vicomté d'Ablois de la châtellenie d’Épernay. Le 20 mai 1561, elle est accueillie au monastère de Saint-Martin, pour participer à la messe. L'après-midi, guidée par l'abbé du couvent dans le bois du Sourdon, la dame prononce ces mots : « Oh ! Cette France aimée, la quitter quand il fait si bon y vivre des choses de l'esprit ! La quitter quand elle offre tant de poésie sous son beau ciel ! Tenez ces ombrages, comme ils sont beaux ! Cette source qui se répand en cascades à travers les rochers donne par son murmure l'illusion d'une musique lointaine, dont l'âme est délicieusement caressée ! Ces rayons d'or qui traversent la feuillée, ces oiseaux qui se jouent dans le prisme ensoleillé, non on ne peut se résigner à quitter tout cela ? »[2].

XIXe et XXe siècles[modifier | modifier le code]

Le 27 juillet 1903, la ligne des Chemins de fer de la Banlieue de Reims (CBR), entre Épernay et Montmirail, est inaugurée. Une gare dessert Saint-Martin-d'Ablois et on met en place un arrêt facultatif à Sourdon[2].

Durant la Première Guerre mondiale, le village est à proximité du front, notamment lors de la seconde bataille de la Marne. 64 Ablutiens meurent sur le champ de bataille. Un cimetière militaire est créé près de la ferme des Meulières ; un monument aux morts est inauguré le 11 novembre 1927, rue Julien Ducos[2].

La ligne de chemin de fer desservant la ville est déclassée en 1937[2].

Lors de la Seconde Guerre mondiale, trois Albutiens (Michel Destrez, Julien Ducos et Marcel Soyeux) sont arrêtés pour résistance et fusillés près de Châlons-sur-Marne, le 19 février 1944. Ils avaient tous entre 20 et 25 ans. Trois rues portent aujourd'hui leur nom. Par ailleurs, trois autres sont déportés en Allemagne (Adrien Didier, Marcel Fouju et Jacques Soardi). Ce dernier ne reviendra jamais, une rue porte également son nom[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[4]
Période Identité Étiquette Qualité
an XVIII 1806 Nicolas Lelouvier    
1806 1812 Jean-Baptiste Piéton    
1812 1814 Louis Rossignol    
1814 1825 Auguste Sannegon    
1825 1831 Auguste de Talhouët Conservateur
Monarchiste
Militaire, marquis de Talhouët
1831 1843 Louis Noël    
1843 1855 Étienne François    
1855 1857 Sébastien Malet    
1857 1865 François Miloni    
1865 1866 Louis Fagot    
1866 1871 Pierre Ketterer    
1871 1892 Louis Fagot    
1892 1893 Jules Ketterer    
1893 1894 Ernest Moreau    
1894 1897 Jules Lalouelle    
1897 1908 Charles Daumont    
1908 1911 Henri Durantel    
1911 1932 Jules Ketterer    
1932 1944 Émilien Jamart    
1944 1945 Simon Moreau    
1945 1965 Léon Durantel    
1965 1971 Robert Jamart    
1971 1983 Léon Durantel    
1983 1989 Bernard Rauscher    
1989 en cours
(au 4 juillet 2014)
Jackie Barrois PS[5] Réélu pour le mandat 2014-2020[6],[7]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Saint-Martin-d'Ablois est jumelée avec : Drapeau de la France Avessac (France) depuis le

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[9],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 461 habitants, en diminution de -1,42 % par rapport à 2009 (Marne : 0,82 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 041 1 178 1 213 1 236 1 417 1 475 1 507 1 533 1 525
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 341 1 403 1 410 1 373 1 447 1 365 1 353 1 286 1 230
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 216 1 212 1 147 1 222 960 902 906 951 1 001
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
1 045 1 035 1 021 1 221 1 431 1 401 1 473 1 456 1 461
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Exemple d'une meule à grain.

Les meules à moulin[modifier | modifier le code]

Au cours des XVIIe et XVIIIe siècles, le village est réputé pour ses meules à moulin. Les meules d'Ablois sont à l'époque extraites de bancs de meulières, enterrées sous un sol sableux, dans la forêt d'Enghein, à l'ouest de Saint-Martin-d'Ablois et, dans celle d’Épernay, au nord du village[2].

Ces meules à grains sont blanches, grises ou rouges et font entre 1,53 m et 2,09 m de diamètre et de 35 à 42 cm d'épaisseur. Transformées à Saint-Martin-d'Ablois, elles étaient ensuite acheminées principalement par la Marne, à Port-à-Binson ou Épernay, en direction de toute la Champagne mais également de toute la France et même jusqu'aux États-Unis[2].

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Monuments[modifier | modifier le code]

Château d'Ablois[modifier | modifier le code]

Le Château d'Ablois
Le Château d'Ablois.
Article détaillé : Château d'Ablois.

Le château de Saint Martin d'Ablois, date du XVIIIe siècle. Depuis 2009, il appartient à la famille Breul, rénové c'est la maison principale du Champagne Patrick Breul, où l’accueil des visiteurs se fait sous forme de visites et de dégustations.

Le refuge des cheminots[modifier | modifier le code]

En 1928, Georges Rosset, président de la Fédération des retraités du chemin de fer, créé le « Refuge des cheminots » à La Foulerie, au nord-est du bourg principal. Le but de l'institution, inaugurée en 1928 par le Ministre des travaux publics, André Tardieu, est d'héberger des employés des chemins de fer[2].

Le bâtiment se modernise au fil des années et accueille jusqu'à 62 retraités en 1956. Il est détruit en 1986. Dans l'ancien parc de la Foulerie se trouve aujourd'hui l'école primaire du village[2] et l'on trouve en dessous de celle-ci la rue Georges-Rosset.

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

Le parc du Sourdon[modifier | modifier le code]

Un parc de trois hectares où jaillit la source du Sourdon, un ruisseau qui parcourt 1,2 km en traversant le village de Saint-Martin-d'Ablois avant de se jeter dans le Cubry, ruisseau rejoignant la Marne à Épernay. Un sentier suit le ruisseau qui parcourt le parc en suivant des cascades artificielles. Le parc, aujourd'hui propriété communale, a été créé à la fin du XIXe siècle. C'est un site naturel inscrit depuis le 1er octobre 1943 ; il figure en outre sur la liste des parcs et jardins remarquables du ministère de la Culture[11],[12]. Le parc est ouvert au public en accès libre du 1er avril au 31 octobre de 9 h à 19 h et possède quelques aménagements pour le pique-nique.

Cliquez sur une image pour l'agrandir, ou survolez-la pour afficher sa légende.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Saint Martin d'Ablois

Les armoiries de Saint-Martin-d'Ablois se blasonnent ainsi :
« Taillée : au premier d'or à la branche de vigne pamprée de sinople, fruitée de deux pièces de pourpre, au second d'azur à la double cotice potencée et contre-potencée d'or soutenue d'une roue de moulin d'argent mouvant du flanc senestre, issant d'une plaine ondée du même. »

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Auguste Longnon, Dictionnaire topographique de département de la Marne : comprenant les noms de lieu anciens et modernes, Paris, Imprimerie nationale, coll. « Dictionnaire topographique de la France », , p. 1-2lire en ligne=http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k39298v/f269.image
  2. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k et l « Historique », sur Commune de Saint-Martin-d'Ablois (consulté le 15 juin 2011)
  3. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Source : Mairie de Saint Martin d'Ablois.
  5. Annuaire des mairies de la Marne, EIP/ Les Editions Céline, coll. « Annuaire des mairies de France », 2006-2007 (ISBN 9782352581512), p. 170
  6. Liste des maires au 1er août 2008, site de la préfecture de la Marne, [xls], consulté le 22 décembre 2008
  7. « Liste des maires du département de la Marne » [PDF], Renouvellement des exécutifs locaux, Préfecture de la Marne, (consulté le 2 septembre 2015).
  8. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  11. [PDF]http://sig.champagne-ardenne.ecologie.gouv.fr/sites_paysages/sites_pdf/pdf_SitesCI_51/SI118_fiche.pdf
  12. [PDF] http://www.culture.gouv.fr/champagne-ardenne/4publications/jardins/parcs-jardins-proteges/MA_st_martin_d_ablois_sources_du_sourdon.pdf