Saint-Médard-d'Aunis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Médard.
Saint-Médard-d'Aunis
Mairie installée dans l'ancienne cure
Mairie installée dans l'ancienne cure
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Charente-Maritime
Arrondissement Arrondissement de La Rochelle
Canton Canton de La Jarrie
Intercommunalité Communauté d'agglomération de La Rochelle
Maire
Mandat
Roger Gervais
2014-2020
Code postal 17220
Code commune 17373
Démographie
Gentilé Saint-Medardains
Population
municipale
2 111 hab. (2014)
Densité 94 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 09′ 34″ nord, 0° 58′ 08″ ouest
Altitude Min. 4 m
Max. 44 m
Superficie 22,53 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Charente-Maritime

Voir sur la carte administrative de la Charente-Maritime
City locator 14.svg
Saint-Médard-d'Aunis

Géolocalisation sur la carte : Charente-Maritime

Voir sur la carte topographique de la Charente-Maritime
City locator 14.svg
Saint-Médard-d'Aunis

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Médard-d'Aunis

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Médard-d'Aunis
Liens
Site web www.saint-medard-daunis.fr

Saint-Médard-d'Aunis est une commune du sud-ouest de la France, située dans le département de la Charente-Maritime (région Nouvelle-Aquitaine).

Ses habitants sont appelés les Saint-Medardains et les Saint-Medardaines[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

Outre le bourg, la commune comprend plusieurs lieux-dits, hameaux ou villages, tels le Treuil Arnaudeau, les Touches, la Martinière, le Moulin Neuf, la Navisselière, L'Aubertière, Dampsay, une partie du village de Cugné (dite la Couronne), partagé avec la commune de Saint-Christophe, ou une partie du village de Fontpatour, partagé avec les communes de Vérines et de Sainte-Soulle (le quartier de Fontpatour s'étendant sur les communes de Saint-Médard-d'Aunis et de Sainte-Soulle est dit le Pontreau).

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Saint-Médard-d'Aunis[2]
Sainte-Soulle Vérines Anais
(par un quadripoint)
Montroy Saint-Médard-d'Aunis[2]
La Jarrie Saint-Christophe

Histoire[modifier | modifier le code]

Le site de Saint-Médard semble avoir été occupé dès l'époque gallo-romaine comme peut l'attester la découverte dans divers lieux de la commune, de fondations de murs antiques, de sarcophages et une monnaie datant de l'Empereur Constantin.

Au XIIIe siècle, un prieuré dépendant de l’abbaye de Cluny dessert la paroisse. À une époque indéterminés, les seigneurs de Saint-Christophe font l'acquisition des droits seigneuriaux sur le village de Saint-Médard. Au XVIIe siècle, la seigneurie devient la possession de Henri de Clermont, seigneur de Montroy. Elle demeure attachée à la seigneurie de Montroy jusqu’à la Révolution.

Après la crise du phylloxéra, la commune, jusqu’alors essentiellement viticole, se tourne vers l’élevage et la culture.

Saint-Médard devient Saint-Médard-d’Aunis en 1920 et réduit ainsi la confusion avec la commune homonyme, St-Médard, du même département [3].

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1983 1995 Maurice Thomas    
1995 2008 Jean-Luc Denis    
2008 en cours Roger Gervais DVD Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[5],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 2 111 habitants, en augmentation de 18,86 % par rapport à 2009 (Charente-Maritime : 3,21 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 080 1 311 1 043 1 411 1 531 1 496 1 457 1 459 1 452
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 498 1 622 1 504 1 432 1 366 1 253 1 155 1 071 1 082
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 061 972 953 813 784 756 731 666 711
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
713 713 764 1 002 1 073 1 253 1 377 1 776 2 111
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • La mairie est installée dans l'ancienne cure accolée à l'église. Elle comprend le bâtiment du presbytère, une buanderie, un puits à deux accès de niveaux différents et le jardin de prières clos de murs.
  • L'église datant du XIXe siècle qui s’ouvre par un portail classique à deux pilastres ioniques surmontés d’un fronton cintré. Sa cloche nommée Marie-Madeleine fut fondue et baptisée en 1895.
  • Le monument de la Vierge. Réalisé en fer et parpaing de mâchefer, ce monument a été édifié par les habitants en remerciement à la Vierge car la commune fut épargnée par les bombardements lors de la Seconde Guerre mondiale.
  • Le moulin Cabané dit aussi le « moulin brulé », surnom dû à un incendie, date du XVIIe siècle. Décapité par les allemands pendant la seconde guerre mondiale, il est le seul qui reste des quatre moulins qui existaient autrefois à Saint-Médard-d'Aunis. Le moulin des Tourettes, le moulin Neuf et le moulin Rassouillis à vent et à eau ont été détruits. La municipalité a fait l'acquistion du moulin Cabané pour en assurer la sauvegarde[3].
  • Une maison de maître datant du milieu du XVIIIe siècle située rue du Mazureau à l'entrée de l'Aubertière[3].


Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Les gentilés de Charente-Maritime
  2. Carte IGN sous Géoportail
  3. a, b et c [1] Notes sur Saint-Médard-d'Aunis de Jean-Claude Bonnin
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .

Liens externes[modifier | modifier le code]