Aller au contenu

Saint-Loup-Hors

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Saint-Loup-Hors
Saint-Loup-Hors
L'église Saint-Loup.
Blason de Saint-Loup-Hors
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Calvados
Arrondissement Bayeux
Intercommunalité Communauté de communes de Bayeux Intercom
Maire
Mandat
Samuel Dumas
2020-2026
Code postal 14400
Code commune 14609
Démographie
Gentilé Horsais
Population
municipale
538 hab. (2021 en augmentation de 19,56 % par rapport à 2015)
Densité 102 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 15′ 30″ nord, 0° 43′ 14″ ouest
Altitude Min. 27 m
Max. 82 m
Superficie 5,29 km2
Type Commune rurale à habitat dispersé
Unité urbaine Bayeux
(banlieue)
Aire d'attraction Caen
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Bayeux
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Saint-Loup-Hors
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Saint-Loup-Hors
Géolocalisation sur la carte : Calvados
Voir sur la carte topographique du Calvados
Saint-Loup-Hors
Géolocalisation sur la carte : Normandie
Voir sur la carte administrative de Normandie
Saint-Loup-Hors
Liens
Site web www.saint-loup-hors.fr

Saint-Loup-Hors est une commune française, située dans le département du Calvados en région Normandie, peuplée de 538 habitants[1] (les Horsais).

Géographie[modifier | modifier le code]

Saint-Loup-Hors est une commune du Bessin limitrophe au sud-ouest de Bayeux, appartenant à la communauté de communes de Bayeux Intercom. Son bourg est un faubourg de la sous-préfecture, à 1,7 km du centre-ville[2].

Le territoire est traversé par la ligne de chemin de fer Paris - Cherbourg.

Le point culminant (82 m) se situe en limite sud, au-delà de la route de Saint-Lô. Le point le plus bas (27 m) correspond à la sortie de la Drôme du territoire, au nord-ouest.

Communes limitrophes de Saint-Loup-Hors[3]
Barbeville Vaucelles Bayeux
Ranchy Saint-Loup-Hors[3] Guéron
Subles Subles, Guéron Guéron

Climat[modifier | modifier le code]

En 2010, le climat de la commune est de type climat océanique franc, selon une étude du CNRS s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[4]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat océanique et est dans la région climatique Normandie (Cotentin, Orne), caractérisée par une pluviométrie relativement élevée (850 mm/a) et un été frais (15,5 °C) et venté[5]. Parallèlement le GIEC normand, un groupe régional d’experts sur le climat, différencie quant à lui, dans une étude de 2020, trois grands types de climats pour la région Normandie, nuancés à une échelle plus fine par les facteurs géographiques locaux. La commune est, selon ce zonage, exposée à un « climat des plateaux abrités », correspondant à la plaine agricole de Caen à Falaise, sous le vent des collines de Normandie et proche de la mer, se caractérisant par une pluviométrie et des contraintes thermiques modérées[6].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 10,7 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 11,5 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 779 mm, avec 12,6 jours de précipitations en janvier et 7,3 jours en juillet[4]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique la plus proche, située sur la commune de Balleroy-sur-Drôme à 12 km à vol d'oiseau[7], est de 11,2 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 924,3 mm[8],[9]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d’émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[10].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Au , Saint-Loup-Hors est catégorisée commune rurale à habitat dispersé, selon la nouvelle grille communale de densité à 7 niveaux définie par l'Insee en 2022[11]. Elle appartient à l'unité urbaine de Bayeux, une agglomération intra-départementale dont elle est une commune de la banlieue[12],[13]. Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Caen, dont elle est une commune de la couronne[Note 1],[13]. Cette aire, qui regroupe 296 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[14],[15].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (93,7 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (97,2 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (64 %), terres arables (29,7 %), zones urbanisées (6,3 %)[16]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Saint Loup en 1230 ; de Saint Leu en 1290[17] ; Brunville en 1789 (du nom d'un des principaux villages de la commune) et Loup Hors en 1793, sous la Révolution française[18]; Saint-Loup en 1801.

L'hagiotoponyme Saint-Loup fait référence à Loup de Bayeux, évêque de Bayeux de 434 à 464.

Hors de l’ancien français fors issu du latin foras, foris qui dans la quasi-totalité des langues latines a remplacé, par une transformation, très rare en français, le latin classique extra, préposition servant à marquer l’exclusion du lieu, « à l'extérieur de la ville ». Hors permettait de distinguer la paroisse de son homonyme de Bayeux (intramuros)[19].

Histoire[modifier | modifier le code]

Un pont Bailey construit par la 72nd Field Company des Royal Engineers de l’armée de terre britannique à Saint-Loup-Hors, le 4 juillet 1944 pendant la bataille de Normandie.
Un pont Bailey construit par la 72nd Field Company des Royal Engineers de l’armée de terre britannique à Saint-Loup-Hors, le pendant la bataille de Normandie.

Saint-Loup est établi sur l'ancienne voie romaine reliant Bayeux à Saint-Lô. Ont a découvert dans les jardins qui la bordent à plusieurs reprises des médailles romaines.

Au Ve siècle, son territoire est couvert d'une forêt, et elle fait l'objet d'une légende selon laquelle, l'évêque de Bayeux, saint Loup, captura un loup féroce avec son étole et le noya[20].

La paroisse était anciennement plus étendue qu'aujourd'hui. Elle s'étirait jusque sur les faubourgs de Bayeux englobant l'église Notre-Dame de la Poterie (détruite), ainsi que les couvents des Cordeliers et des Bénédictines[21].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
juin 1995 mars 2008 Pierre Valognes   Agent hospitalier
mars 2008[22] En cours Samuel Dumas[23] SE Chef d'entreprise
Les données manquantes sont à compléter.

Le conseil municipal est composé de onze membres dont le maire et deux adjoints[23].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[24]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[25].

En 2021, la commune comptait 538 habitants[Note 2], en augmentation de 19,56 % par rapport à 2015 (Calvados : +1,02 %, France hors Mayotte : +1,84 %). Saint-Loup-Hors a compté jusqu'à 333 habitants en 1836.

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
306238248248318333291291296
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
294302315280272265265288267
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
264267246221208219221267285
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
254244238282293283288287382
2017 2021 - - - - - - -
512538-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[26] puis Insee à partir de 2006[27].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

La commune se situe dans la zone géographique des appellations d'origine protégée (AOP) Beurre d'Isigny et Crème d'Isigny[28].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Loup du XIIe siècle, classée aux monuments historiques[29]. Son retable du XVIIe siècle est classé à titre d'objet[30].
  • Château de Beaussy.
  • Château de Cambre.
  • Manoir des Doyens ou manoir du Pont-Rouge ou encore « fleuve des Chanoines » des XVIe – XVIIe siècles : selon la tradition, le manoir aurait appartenu aux chanoines du chapitre de la cathédrale de Bayeux. Remanié probablement au XVIIIe siècle, il aurait été construit entre le XVIe et XVIIe siècles. Épargné par les combats de , il héberge peu après la Libération un hôpital militaire sous tente.
Le manoir est ceinturé par divers bâtiments et par un mur d'enceinte. Des éléments défensifs, il subsiste notamment, sur le mur, une petite bretèche en saillie du XVe siècle, avec ses archères, soutenue par deux massifs corbeaux et couverte d'un toit dans le prolongement du glacis du mur. On accède au manoir par un portail en pierres calcaires de style Renaissance avec porte piétonne et porte charretière en anse de panier et clé de voûte sculptée en trois parties. Côté cour, toujours sur le portail, on peut voir trois médaillons en tête de lion. Le logis seigneurial, de style composite, avec une partie gauche plus ancienne, est percé d'ouvertures de style Renaissance, fenêtres et une porte encadrée par deux pilastres avec deux chapiteaux moulurés, surmontée d'un fronton en arrondi, flanqué de deux volutes. Autour de la cour carrée et du logis, sont disposés les communs, dont l'un probablement une ancienne charreterie comme le suggèrent les deux grandes entrées en anse de panier. Adossé à un muret, on remarque une mare en forme de fer à cheval[31].

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Saint-Loup-Hors

Les armoiries de Saint-Loup-Hors se blasonnent ainsi :

Taillé : au 1er d'azur au franc-canton cousu de gueules chargé de deux léopards d'or passant l'un sur l'autre, soutenus d'un loup ravissant contourné du même, au 2e de gueules à la crosse d'or, à l'église d'argent essorée de sable, flanquée à senestre de son clocher couvert aussi d'argent, brochant sur la partition[32].

Les deux léopards d'or sur champ de gueules rappellent les armes de la Normandie.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.

Cartes[modifier | modifier le code]

  1. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2021.
  2. Distance routière la plus courte selon Viamichelin.fr
  3. « Géoportail (IGN), couche « Limites Administratives » activée ».
  4. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  5. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le ).
  6. GIEC normand, Le climat en Normandie : présentation et évolution, , 18 p. (lire en ligne), p. 2
  7. « Orthodromie entre Saint-Loup-Hors et Balleroy-sur-Drôme », sur fr.distance.to (consulté le ).
  8. « Station Météo-France « Vaubadon » (commune de Balleroy-sur-Drôme) - fiche climatologique - période 1991-2020 », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  9. « Station Météo-France « Vaubadon » (commune de Balleroy-sur-Drôme) - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  10. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le ).
  11. « La grille communale de densité », sur le site de l’Insee, (consulté le ).
  12. « Unité urbaine 2020 de Bayeux », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  13. a et b Insee, « Métadonnées de la commune ».
  14. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Caen », sur insee.fr (consulté le ).
  15. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  16. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  17. Ernest Nègre - 1998 - Toponymie générale de la France: Tome 3, page 1556, (ISBN 2600028846).
  18. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale : Saint-Loup-Hors », sur ehess.fr, École des hautes études en sciences sociales (consulté le )..
  19. René Lepelley, Dictionnaire étymologique des noms de communes de Normandie, Condé-sur-Noireau, Éditions Charles Corlet, (ISBN 2-95480-455-4 (édité erroné), BNF 36174448), p. 229.
  20. Bernard Gourbin (préf. Christian Nisse, introduction Pierre Brunet), Fermes-manoirs du Bessin, Bayeux, Éditions OREP, , 80 p. (ISBN 978-2-8151-0207-0), p. 60.
  21. Gourbin 2014, p. 60.
  22. « Saint-Loup-Hors : Samuel Dumas élu », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le ).
  23. a et b Réélection 2014 : « Saint-Loup-Hors (14400) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le ).
  24. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  25. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  26. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  27. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  28. AOP Beurre d'Isigny et Crème d'Isigny
  29. « Église de Saint-Loup-Hors-Bayeux », notice no PA00111044, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture. La fiche l'attribue à tort à la commune de Bayeux (parcelle A 38 du Cadastre de Saint-Loup-Hors).
  30. « Retable », notice no PM14000660, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Palissy, ministère français de la Culture.
  31. Gourbin 2014, p. 60-61.
  32. « Saint-Loup-Hors », sur armorialdefrance.fr (consulté le ).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :