Saint-Léon (Allier)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Saint-Léon
Saint-Léon (Allier)
L'église.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Allier
Arrondissement Vichy
Intercommunalité Communauté de communes Entr'Allier Besbre et Loire
Maire
Mandat
Christian Lafaye
2020-2026
Code postal 03220
Code commune 03240
Démographie
Population
municipale
549 hab. (2017 en diminution de 10,59 % par rapport à 2012)
Densité 16 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 24′ 12″ nord, 3° 41′ 15″ est
Altitude Min. 245 m
Max. 442 m
Superficie 33,62 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Moulins-2
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Saint-Léon
Géolocalisation sur la carte : Allier
Voir sur la carte topographique de l'Allier
City locator 14.svg
Saint-Léon
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Léon
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Léon
Liens
Site web http://st-leon.interco-abl.fr

Saint-Léon est une commune française, située dans le département de l'Allier en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Dernier contrefort au nord du Massif central, le puy Saint-Ambroise est situé à l'extrémité nord des monts de la Madeleine et culmine à l'altitude de 442 mètres ; il offre une vue impressionnante sur 7 départements (Cher, Nièvre, Saône-et-Loire, Loire, Rhône, Puy-de-Dôme et Allier). Selon les cartes du Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM), le sol de la commune est constitué de roches datant de l'époque carbonifère, il y a 300 millions d'années ; les plus anciens volcans du Massif central étant apparus, il y a 65 millions d'années, le puy Saint-Ambroise doit plus son nom à l'ancien français pui (colline ou hauteur), venant du latin podium[1] qu'à une montée magmatique.

La commune se trouve dans les Basses Marches du Bourbonnais.

Six communes sont limitrophes de Saint-Léon[2] :

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Selon la terminologie définie par l'Insee et le zonage publié en 2020, Saint-Léon est une commune rurale, car elle n'appartient à aucune unité urbaine[Note 1],[3],[4]. La commune est en outre hors attraction des villes[5],[6].

Histoire[modifier | modifier le code]

Voisine de quatre kilomètres de Châtelperron, où se trouvait une fabrique de silex taillé et qui a donné son nom à la période castelperronienne, Saint-Léon n'a pas gardé de trace de la préhistoire néolithique (35 000 ans av. J.-C.), si ce n'est quelques objets taillés.

Au Moyen Âge et pendant l'Ancien régime.[modifier | modifier le code]

Un petit prieuré roman s'établit en haut du puy Saint-Ambroise aux environs du XIe siècle avec une communauté de moines. Ces moines défrichèrent la forêt de chênes au sommet du puy pour construire le prieuré. Ils cultivèrent la vigne (qu'ils faisaient venir de Bourgogne) sur les pentes, plantèrent des noyers, eurent des troupeaux. Au XIIe siècle, le prieuré est sous la dépendance de l'abbaye de Mozat. Au cours du XIIIe siècle, l'abbaye-mère de Mozat ayant accepté de passer dans le giron de l'abbaye de Cluny, les moines du prieuré Saint-Ambroise-des-Monts (ancien nom du prieuré) durent se plier à la règle de saint Benoît. Au cours des siècles, cette communauté s'enrichit de nombreuses propriétés et devint prospère, jusqu'à sa disparition à la Révolution.

Une foire à « la Montagne » avait lieu au sommet du puy Saint-Ambroise une fois par an, le lendemain de l'Ascension, attirant plusieurs centaines de marchands. Elle fut abandonnée à la fin du XIXe siècle, après 400 ans de présence.

Au XVIIIe siècle, la paroisse est constituée de cinq fiefs : celui du prieuré du puy Saint-Ambroise, administré par le prieur Jean-Charles Marcotte, celui de la Faye appartenant à François Jacob, bourgeois à Saint-Léon, celui de Chailloux, dont a hérité le sieur Préveraud vivant au Donjon, celui de Coulon appartenant au sieur Deguet, bourgeois à Saint-Léon, et celui dont a hérité le marquis Desgouttes, résidant à Moulins[7].

En 1722, la paroisse de Saint-Léon comptait 77 feux ou foyers (en comparaison, 84 feux pour Liernolles) pour 193 personnes qui étaient sujettes à l'impôt, la taille (152 à Liernolles) ; les terres étaient utilisées pour le seigle, la vigne, le pacage et le bois[8].

La fin des Temps modernes et le début de l’Époque contemporaine : la démocratie au village.[modifier | modifier le code]

La Révolution de 1789[modifier | modifier le code]

La paroisse de Saint-Léon devient une commune. La loi du 14 décembre 1789[9] votée par les députés de l'Assemblée nationale constituante démocratise la vie locale : la commune, le district (du Donjon, pour Saint-Léon) et le département sont créés pour être dirigés par des personnes élues ; les électeurs sont les hommes, citoyens actifs, c'est-à-dire des contribuables payant une contribution égale au moins à trois journées de travail ; aux côtés des anciens notables, de nouveaux s'affirment au niveau communal, voire au niveau départemental, voire au niveau national.

  • le premier maire fut Benoît Crouzier au sein d'un conseil général composé notamment de trois officiers municipaux (MM Calmin, Chalmoux, Chassot) et d'un procureur (M.Lachaud) ; Maître Crouzier décède, à 70 ans, le 4 août 1791[10]. Le registre des baptêmes, mariages, sépultures est toujours tenu par Roux, curé de la paroisse Saint-Léon.
  • le 7 novembre 1792, le maire Blaise Talon, sous l'autorité du district, enregistre son premier acte d'état civil républicain, sur le registre récupéré "en la maison du ministre du culte catholique"[11]. La République laïque se met en place.
  • le 15 décembre 1792, c'est Jean Vayolle, maître boulanger, qui s'occupe de l'état civil, comme membre du conseil général de la commune ; il est remplacé un temps, fin 1795, par l'adjoint Benoît Crouzier, fermier à la Douare, "substitut de l'agent municipal" ; Jean Vayolle reprend cette fonction jusqu'en 1805, année de son décès. C'est alors le maire, Meilheurat qui tient l'état civil jusqu'en 1813. Depuis l'arrivée au pouvoir de Napoléon Bonaparte, les maires sont désignés par le représentant de l’État, pour Saint-Léon, le sous-préfet de l'arrondissement de La Palisse.
  • du 7 décembre 1793 au 30 août 1795, les actes de l'état civil ont porté le nouveau nom de la commune : Puy la Montagne, du district du Val libre ; la laïcisation de cette France républicaine était à son paroxysme.

Un député de la nation, originaire de Saint-Léon : le Conventionnel Beauchamp (1761-1842).[modifier | modifier le code]

  • Joseph Beauchamp est né le 26 août 1761 à Jonzy, une paroisse du Brionnais, à l'est du Bourbonnais ; ses parents sont "bourgeois" selon l'enregistrement du baptême fait par le prêtre Beauchamp[12]; un autre fils naît en 1773 (il décèdera à Saint-Léon en 1852). La famille est apparentée avec le secrétaire de l'Archevêché de Lyon[12] et avec la famille Préveraud, propriétaire sur les paroisses de Montaiguët et le Donjon. Les Beauchamp possèdent entre autres une propriété à Monétay[13].
  • Joseph Beauchamp en septembre 1791, vit au Donjon où il exerce la fonction de juge du tribunal du district ; il est l'un de ces notables ayant profité de la Révolution Le 13 septembre, à Saint-Léon, il se marie à 30 ans avec Gilberte Jacob, fille d'un grand propriétaire de la commune ; les deux pères sont déjà décédés[14]. Le couple s'installe dans la propriété de Rezoles, où naît le 10 juillet 1792, leur fils Philibert.
  • le 10 août 1792, à Paris, à la suite de l'attaque du Château des Tuileries par le peuple de Paris, aidé de certains fédérés venus de tout le pays, le roi Louis XVI et sa famille sont mis en prison ; des élections sont organisées pour désigner une nouvelle assemblée : 749 députés doivent être élus au suffrage universel (les hommes de moins de 21 ans, les femmes, les domestiques et les individus non domiciliés et sans revenus sont exclus du vote). Le 26 août, les électeurs de chaque commune désignent des délégués qui, pour le département, se réunissent au Donjon, le 2 septembre, afin d'élire parmi eux, sept députés. Joseph Beauchamp est élu en 6e position ; à 31 ans, il est le plus jeune ; avec lui, sont désignés un imprimeur de Moulins, un avocat de Vichy, un autre de Montluçon, un notaire de Saint-Pourçain sur Sioule, un autre de Bourbon l'Archambault et un administrateur de Montmarault[15]. L'après-midi du jeudi 20 septembre, à Paris, 371 députés sont déjà présents et forment la Convention nationale; c'est la naissance de la 1re République en France.
  • Les 16 et 17 janvier 1793, à la Convention, lors du vote de la peine à infliger à l'ex-roi reconnu coupable de trahison, quatre députés de l'Allier votent la mort immédiate, un vote la mort avec sursis, un s'abstient et Beauchamp est « absent »[16] ; c'est-à-dire qu'il a été envoyé en mission dans le pays, au nom de la Convention, comme 14 autres députés[17]. Le 24 juin 1793, Joseph Beauchamp est élu au Comité des décrets de la Convention, mais le 26 juin, il adresse une lettre à la Convention, demandant un congé d'un mois : « Je suis accablé d'infirmités qui ne cessent d'augmenter depuis deux mois. Je suis réduit à ne pouvoir ni assister aux séances, ni m'occuper d'affaires. (...) Je prie donc l'Assemblée de vouloir m'accorder la permission de me retirer pendant un mois dans le district de Donjon que j'habite, pour y entreprendre, avec plus de succès qu'à Paris, le rétablissement de ma santé. Elle exige des soins qui ne sont praticables qu'à la campagne ; sans cela je n'eusse pas conçu le dessein d'abandonner mon poste que j'ai constamment occupé depuis le 20 septembre ». Cette demande de congé lui est refusée, car en Vendée, débute la guerre civile et qu'ailleurs des révoltes éclatent après l'arrestation des députés Girondins à la Convention[18].
  • Le 26 octobre 1795, son mandat s'achève et il est désigné pour rejoindre la nouvelle assemblée, le Conseil des Cinq-Cents ; il refuse ; il ne l'intégrera qu'à la suite du vote des électeurs en avril 1799, pour quelques mois[15].

Joseph Beauchamp, un partisan de Napoléon Bonaparte puis de Louis-Philippe.[modifier | modifier le code]

plan du bourg en 1833 ; détail du tableau d'assemblage du Plan cadastral, A.D de l'Allier
  • A la suite du Coup d’État du Général Bonaparte, Joseph Beauchamp, 38 ans, est désigné membre du Corps législatif à Paris, en même temps qu'un ancien serviteur de l'Ancien régime, originaire de Souvigny et qu'un avocat de Montluçon ; tous les trois garderont leur siège jusqu'en 1814[15]; cette assemblée n'avait que le rôle d'approuver ou non les lois proposées par l'exécutif. Le 1er janvier 1813, Joseph Beauchamp, 51 ans, est nommé maire de Saint-Léon ; il le restera jusqu'au 1er janvier 1816, date de son remplacement par M.Deguet de Marcellange : l'avènement de Louis XVIII, roi de France, amena aussi un changement du personnel politique au niveau local.
  • En septembre 1830, au début du règne de Louis-Philippe, roi des Français, Joseph Beauchamp, 69 ans, est désigné comme maire[19], après l'élection des conseillers municipaux par les citoyens actifs de la commune, selon la loi du 21 mars 1831. En 1836, lors du 1er recensement organisé (la commune compte 973 habitants)[20], Joseph Beauchamp vit avec son épouse et quatre domestiques ; il meurt le 25 février 1842, à 80 ans, au château de la Voulte[21] ; l'adjoint Meilheurat fait office de maire jusqu'à la désignation de Philibert Beauchamp, 50 ans. Après la Révolution de février 1848 et la proclamation de la Deuxième République, il est remplacé le 14 mars, comme maire par son cousin, Charles Jacob, 53 ans, notaire et propriétaire.
  • Une rue de Saint-Léon rend hommage à J.Beauchamp : la rue du Conventionnel Beauchamp.

Un démocrate-socialiste à Saint-Léon pendant la Deuxième République (1848-1851) : Billard le Proscrit.[modifier | modifier le code]

Gilbert Billard (né en 1816) sera élu maire, puis condamné pour son action politique et finira sa vie aux États-Unis. Une rue de Saint-Léon porte le nom de Gilbert Billard, depuis le début du 20e s.

  • Sa famille est originaire du village d'Andelaroche ; c'est son oncle Gilbert (né en 1782) qui est venu s'installer à Saint-Léon : en 1813, il était un domestique de Joseph Beauchamp, lorsque celui-ci redevint maire ; en effet, le nom et la signature Billard apparaissent sur plusieurs actes d'état civil, en qualité de témoin. À l'époque le registre est au domicile du maire. Gilbert Billard (né en 1782) épouse le 25 juin 1813 à Saint-Léon, une domestique travaillant à Saligny[22], puis quitte le service de J.Beauchamp. Son frère, Charles Billard (né en 1789), ancien soldat, le rejoint puis se marie à Saint-Léon le 15 août 1815, avec Marguerite Vayolle, fille de Jean, l'ancien boulanger[23]. Ils ont un fils le 20 mai 1816, Gilbert, qui sera donc éduqué par deux hommes sachant lire et écrire, l'un, ancien domestique d'un député et l'autre, ancien soldat de l'Empire.
  • Gilbert Billard (né en 1816) se marie en 1839 à 23 ans, avec Antoinette Bruet, 19 ans, à St Pourçain sur Besbre ; ils ont vécu dans la commune voisine de Vaumas, où Gilbert fut boulanger ; jusqu’en 1845, trois garçons naissent : un seul survit, François. Ils viennent s’installer à Saint-Léon, au bourg en 1846, où naît un second fils, Benoît. Après la Révolution de 1848, fin juillet, lors des premières élections municipales au suffrage universel masculin, Gilbert Billard est élu maire ; il a 32 ans et prend la place de M. Jacob, grand propriétaire logeant au château de Lafont[24]. En juillet 1851, G.Billard est recensé, avec sa femme, ses deux fils et une domestique, comme propriétaire agricole au Puy ; une autre famille de locataire, vit dans ces bâtiments de l'ancien prieuré (à cette date, la commune compte 1058 habitants).
  • G. Billard n'a assuré ses fonctions de maire que jusqu'à la fin du mois de décembre 1848 : ses idées démocrates socialistes lui valent d'être révoqué par les autorités du département ; par exemple, le 3 décembre 1848, pour préparer la future élection présidentielle, il a participé à un banquet au Donjon, où il a porté le toast suivant : « à la République honnête, c’est-à-dire à la République indivisible, démocratique et sociale »[25] ; il est en relation avec les militants du Donjon : plusieurs personnalités influentes par leur position sociale, qui vont s’opposer aux actions du gouvernement du Président L-N. Bonaparte, élu le 10 décembre 1848 : le docteur Terrier, le notaire Perrier, le médecin Denolhac, les grands propriétaires Gallay, Fagot, Préveraud, etc. ; en avril 1849, G.Billard organise un banquet à Saint-Léon, réunissant une soixantaine de convives, au cours duquel sont proférés ces cris : « à bas les blancs, à bas les riches, à bas les bourgeois »[25]. L'évolution de vie politique de la République débouche sur une bipolarisation : les Républicains se radicalisent (qualifiés de ‘Rouges’) face aux conservateurs, partisans du Président, qui accroissent leur contrôle sur le pays (qualifiés de ‘Blancs’).
  • Le 3 décembre 1851, la nouvelle du coup d’État mené la veille à Paris, par le Président de la République, avant la fin de son unique mandat, arrive au Donjon ; le tocsin y est sonné afin que la nouvelle se diffuse. G.Billard ainsi prévenu, vient au Donjon. Une insurrection s’y organise dans la nuit, pour défendre la Constitution violée par le Président ; l'objectif est de se rendre à Lapalisse pour s'emparer de la sous-préfecture ; G.Billard revient à Saint-Léon pour agir depuis sa commune : il réunit une trentaine de personnes dans la nuit (artisans, paysans et sabotiers), se donne le titre de ‘commissaire du gouvernement provisoire’, installe une barricade dans la rue principale, mais le maire C.Jacob (nommé depuis avril 1849) parvient à la faire détruire ; G.Billard, le jeudi 4 décembre, dirige une colonne d'insurgés sur Jaligny, chef-lieu de canton ; les interrogatoires menés par la Commission mixte et par le Conseil de guerre en 1852, lui attribuent ces propos : « en route Billard nous a dit que les paysans ne paieraient plus qu’une journée de prestation, que les bourgeois donneraient le reste (…) que c’est bien le temps qu’on en finisse d’eux »[25]; ainsi ils arrêtent le maire Colas de Châtelperron puis à Jaligny, arrêtent le maire Couvreux, avec l’aide des Républicains locaux. Des troupes arrivant de Moulins et de Cusset sont annoncées : les insurgés sont trop peu nombreux, d'autant plus que des habitants du département se mobilisent pour leur résister ; ainsi treize hommes de Saint-Léon dirigés par le maire M.Jacob rejoignent la Garde nationale, partie de Moulins[26]. A Lapalisse, les insurgés venus du Donjon, maîtres de la ville, se dispersent. Trois cents individus seront arrêtés dans cet arrondissement par les forces armées : Billard est arrêté en possession d'armes chargées.
J.B.Billard en 1911, dans son bureau de maire de Topeka, Kansas, États-Unis.
  • Cette action et le fait d'"être un grand agitateur de la contrée"[27] vaudront à Gilbert Billard le 5 mars 1852, de faire partie des 13 habitants de l’Allier condamnés à la déportation dans une colonie française, en Guyane. Comme des centaines de condamnés à la déportation en Algérie voire en Guyane, Billard est conduit par Paris, au Havre où un bateau l'amène à Brest ; les condamnés sont alors répartis sur différents navires selon leur destination[28]. Billard est embarqué à Brest le 29 mai sur l'Erigone ; il débarque de cette frégate le 27 juin pour être placé dans une petite île située à 5 km de Cayenne. Un établissement pénitentiaire a été créé sur l'Ilet la Mère, grâce à la loi du 8 décembre 1851, justement pour accueillir les républicains les plus sévèrement condamnés. Le 12 septembre 1852[27], G.Billard s'en évade et se réfugie en Guyane hollandaise. Il ira vivre aux États-Unis où sa famille le rejoindra. Dans le Kansas, à Topeka, il a fait partie des premiers pionniers à s'installer dans ces territoires indiens, avec au moins un autre français ayant lutté contre le coup d’État[29]. G.Billard meurt à Topeka, en 1870, à l'âge de 53 ans[30]. Son fils, Jules Benoît, né à Saint-Léon en 1846, deviendra le maire de cette capitale de l’État du Kansas, de 1910 à 1914[31]. Une avenue de cette ville porte le nom de Billard, à l'Ouest de l’endroit où Gilbert s'était installé le 28 août 1854. Un aéroport de la ville porte le nom d’un de ses petits-fils, Philip Billard, pilote d’avion de l'armée américaine, mort en s’entraînant en France, à Issoudun, le 24 juillet 1918 avant de partir pour le front[32].

Des habitants de Saint-Léon, victimes de leurs idées démocratiques en 1852[33][modifier | modifier le code]

Dès le 18 décembre 1851, alors que le département est en État de siège, plusieurs mesures sont prises[34]: les biens des chefs de l’insurrection des 3 et 4 décembre sont placés sous séquestre : c’est le cas de la petite propriété de Gilbert Billard ; en plus des individus déjà emprisonnés à Moulins, 57 sont recherchés dans les cantons du Donjon, de Jaligny et de Lapalisse ; à St Léon, cinq ‘inculpés’ manquent dont Claude Mussier (60 ans, présenté comme le commissionnaire de Billard) et Charles Dupuy (50 ans), journaliers aux Devines. Finalement au début de l’année 1852, outre Gilbert Billard, 13 citoyens de la commune sont jugés ; les fonctionnaires et les militaires de l’État bonapartiste leur reprochent d’avoir manifesté des idées trop subversives depuis 1848 et (ou) d’avoir participé à l’insurrection :

L’engagement de ces hommes fut souvent une affaire de voisinage[35] :

  • six d’entre eux d’entre eux vivaient dans le Bourg, en étant voisins : ainsi Gilbert Sennepin (39 ans) et Jean Fréty (50 ans) ; un peu plus haut dans la Grande rue, vivait Guillaume Talon (43 ans) ; dans le quartier des Gaillards, étaient Jean Magnet (54 ans) et Bonnet Barge (43 ans), pas très loin de Claude Curry (43 ans) ;
  • cinq prévenus vivaient au hameau des Devines, en voisins : François Dufour (63 ans), son fils Gilbert (32 ans), Pierre Gay (42 ans), son beau-frère Gilbert Beauffety (52 ans) et Simon Auclair (35 ans) ;
  • Gilbert Billard (36 ans) est propriétaire au Puy dans les bâtiments de l’ancien prieuré et a comme locataire Blaise Bion (25 ans). Le dernier prévenu François Jandard (53 ans) vit à Montpeyroux : son dossier le présente comme propagandiste, entraîné.

L’engagement de ces hommes n’a rien à voir avec un agissement inconsidéré : La moyenne d’âge est de 43.5 ans ; ce sont des hommes établis : 12 sur 14 sont mariés et ont des enfants ; ils exercent pour la plupart des métiers peu qualifiés (3 journaliers, 3 sabotiers, 1 tisserand, 1 carrier) mais il y a 1 maréchal-ferrant, 2 charpentiers et 3 petits propriétaires terriens.

L’engagement de ces hommes est un acquis de l’établissement du suffrage universel masculin en 1848 : Ils se mobilisent pour défendre cette République qui a fait d’eux des citoyens et qui est porteuse d’espoirs sociaux, face aux notables locaux. Ils sont aussi sous l’influence de leur ancien maire, Billard. Parmi ces prévenus, ne se trouve aucun métayer, alors que c’est une profession très présente ; le droit du citoyen pèse peu face au droit du propriétaire, notamment de la famille Jacob.

L’engagement de ces hommes va coûter cher à certains :

  • aucun n’est acquitté mais six sont remis en liberté, sous surveillance : Jandard, Dufour père et fils., Barge, ainsi que Magnet et Auclair (bénéficiaires d’une mesure de grâce, après une 1re condamnation au transport en Algérie) ;
  • trois sont internés pour une courte période dans un autre département : Sennepin, Fréty (Puy-de-Dôme) et Bion (Nord) ;
  • trois sont transportés en Algérie, comme main d’œuvre dans le cadre de la colonisation débutante de ce territoire (pour une période effective de moins de 2 ans) : Beauffety, Curry et Gay ;
  • deux sont déportés en Guyane, car ayant utilisé des armes lors de l’insurrection et ayant un casier judiciaire : Guillaume Talon sera embarqué à Brest, un mois avant Gilbert Billard ; son métier de charpentier lui vaut de faire partie des 13 détenus politiques qui accompagnent les détenus de droits communs relégués en Guyane, après la fermeture des bagnes de métropole ; ils vont aménager l’île la Mère pour les autres déportés politiques. Talon reste prisonnier jusqu’en janvier 1855, car alors il bénéficie d’une grâce partielle mais il meurt à Cayenne, de la fièvre jaune, le 13 septembre 1855, à 46 ans.

Au recensement de 1856, quatre ans après cette répression, les familles Billard et Bion ne sont plus présentes au Puy ; celles des insurgés du Bourg ne sont pas recensées (à part celle de Fréty) ; seuls les prévenus du hameau des Devines vivent toujours dans leur locaterie[36].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1995 mars 2008 Marcel Thain    
mars 2008 En cours
(au 8 juillet 2020)
Christian Lafaye[37]   Ingénieur
réélu en 2014 et en 2020

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[38]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[39].

En 2017, la commune comptait 549 habitants[Note 2], en diminution de 10,59 % par rapport à 2012 (Allier : -1,44 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
8616658358999219739991 0111 058
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 0061 0831 1871 2161 3541 4341 4311 4161 426
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 3561 3891 3321 0971 0541 0371 011965920
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
923893858773721652612607614
2017 - - - - - - - -
549--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[40] puis Insee à partir de 2006[41].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Dans ce village essentiellement agricole, l'élevage de bovins charolais est dominant, on note aussi plusieurs élevages de volailles et un éleveur de porcs en plein air.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Table d'orientation.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Une commune rurale est une commune n'appartenant pas à une unité urbaine. Les autres communes sont dites urbaines.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Dauzat, Albert (1877-1955)., Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France (ISBN 2-85023-076-6 et 978-2-85023-076-9, OCLC 489809004, lire en ligne)
  2. Géoportail (consulté le 21 novembre 2016).
  3. « Base des unités urbaines 2020 », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 5 novembre 2020)
  4. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 5 novembre 2020)
  5. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 5 novembre 2020)
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc, Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 5 novembre 2020)
  7. A.D. de l'Allier, Sommier des fiefs du duché du Bourbonnais, volume second, p. 140.
  8. A.D. de l'Allier, État sommaire de la généralité de Moulins, 1722.
  9. « Loi relative à l'organisation des communes du royaume de France - Wikisource », sur fr.wikisource.org (consulté le 17 août 2019)
  10. Registre des baptêmes (p.562), commune de Saint-Léon, A.D. de l'Allier
  11. Registre des naissances, mariages, décès (p. 573), commune de Saint-Léon, A.D. de l'Allier
  12. a et b Registre des baptêmes, paroisse de Jonzy, A.D. de la Saône et Loire
  13. Aubert de la Fage et Préveraud de la Boutresse, les Fiefs du Bourbonnais, Moulins, (lire en ligne), tome 1
  14. Registre des mariages (p. 563), commune de Saint-Léon, A.D. de l'Allier.
  15. a b et c « Résultats de la recherche - Base de données des députés français depuis 1789 - Assemblée nationale », sur www2.assemblee-nationale.fr (consulté le 17 août 2019)
  16. « Détail du procès-verbal de séance (p.52) », sur www.assemblee-nationale.fr (consulté le 17 août 2019)
  17. « Archives numériques de la Révolution française: Tome 57 : Du 12 au 28 janvier 1793 - page 416 », sur frda.stanford.edu (consulté le 19 août 2019)
  18. « Archives numériques de la Révolution française: Tome 67 : Du 20 au 30 juin 1793 - page 496 », sur frda.stanford.edu (consulté le 19 août 2019)
  19. Registre des naissances (p. 486), commune de Saint-Léon, A.D. de l'Allier.
  20. Recensement de 1836, A.D de l'Allier.
  21. Registre des décès (p. 103), commune de Saint-Léon, A.D. de l'Allier.
  22. Registre des mariages (p. 200), commune de Saint-Léon, A.D. de l'Allier.
  23. Registre des mariages (p. 210 et p. 415,) commune de Saint-Léon, A.D. de l'Allier.
  24. Registre des naissances, mariages, décès, (p.236) commune de Saint-Léon, A.D. de l'Allier.
  25. a b et c Jean-Philippe Geay, les Républicains-Démocrates dans l'Allier, 1848 à 1851, A.D. de l'Allier, pp.115-116 puis pp.148-149
  26. « Nouvelles locales », le Mémorial de l'Allier,‎ , A.D. de l'Allier
  27. a et b « Inventaire des condamnés au bagne », sur ANOM.
  28. « LES BAGNES D'AFRIQUE », sur Association 1851 (consulté le 19 août 2019)
  29. « Un insurgé varois au Kansas, Charles Sardou », sur Association 1851 (consulté le 19 août 2019)
  30. « Gilbert Billard (1816-1870) », sur www.findagrave.com (consulté le 8 mars 2018)
  31. (en) « Julius Benoit Billard - Kansas Memory », sur www.kansasmemory.org (consulté le 4 mars 2018)
  32. « Louis Philip Billard, World War I soldier - Kansas Memory », sur www.kansasmemory.org (consulté le 21 août 2019)
  33. « liste nominative »
  34. "Nouvelles locales", le Moniteur de l'Allier, le 23 déc. 1851, A.D. de l'Allier
  35. Recensement de 1851, A.D. de l'Allier.
  36. Recensement de 1856, A.D. de l'Allier.
  37. « Liste nominative des communes de l'Allier » [PDF], sur maires-allier.fr, Association des maires et présidents d'intercommunalité de l'Allier, (consulté le 26 juillet 2020).
  38. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  39. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  40. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  41. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  42. « Église Saint-Côme et Saint-Damien - Saint-Léon », sur Tourisme.com (consulté le 26 juillet 2020).