Saint-Julien-en-Born

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Julien et Born.
Saint-Julien-en-Born
Église de Saint-Julien-en-Born.
Église de Saint-Julien-en-Born.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Landes
Arrondissement Arrondissement de Dax
Canton Côte d'Argent
Intercommunalité Communauté de communes Côte Landes Nature
Maire
Mandat
Gilles Ducout
2014-2020
Code postal 40170
Code commune 40266
Démographie
Gentilé Juliennois
Population
municipale
1 564 hab. (2014)
Densité 21 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 03′ 49″ nord, 1° 13′ 27″ ouest
Altitude Min. 0 m – Max. 64 m
Superficie 72,93 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Landes

Voir sur la carte administrative des Landes
City locator 14.svg
Saint-Julien-en-Born

Géolocalisation sur la carte : Landes

Voir sur la carte topographique des Landes
City locator 14.svg
Saint-Julien-en-Born

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Julien-en-Born

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Julien-en-Born
Liens
Site web Site officiel

Saint-Julien-en-Born est une commune du Sud-Ouest de la France, située dans le département des Landes (région Nouvelle-Aquitaine).

Ses habitants s'appellent les Juliennois.

Saint-Julien-en-Born est une vaste commune de 7293 hectares, située sur le littoral du département des Landes. C'est le village le plus méridional du pays de Born.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune bipolaire située dans le pays de Born, sur la Côte d'Argent, constitué d'un bourg et d'une station balnéaire : Contis-Plage. Le bourg de Saint-Julien-en-Born situé à 8 km de l'océan est traversé par la route des Lacs (CD 652) du nord au sud. Le village est accessible depuis l'axe autoroutier Bordeaux-Bayonne, via Onesse-et-Laharie et Mézos.

L'environnement de la commune est marqué par la plage, la dune, la forêt, une plaine humide. La plage que l'on découvre au bout d'une route sinueuse (la CD 41) s'étend sur environ 5 km entre l'océan Atlantique et la dune littorale. La station touristique de Contis qui constitue un hameau de la commune, reste de taille réduite (l'urbanisation couvre moins d'un km2) mais de nombreux restaurants et boutiques saisonnières reflètent l'importance du tourisme. La forêt de pins maritimes couvre environ 80 % du territoire. On peut distinguer : la pinède vallonnée installée à l'arrière du cordon dunaire et la pinède plane du secteur dit du «sable des Landes».

Histoire[modifier | modifier le code]

Parmi les commanderies côtières de la voie de Soulac, celle d'Orignac se singularise par sa dépendance à la collégiale royale de Roncevaux, lieu de passage obligé de nombreux pèlerins de Saint-Jacques-de-Compostelle, alors que les autres sont placés sous l'autorité des Hospitaliers et de l'Ordre du Temple, jusqu'à la dissolution de ces derniers. Situé non loin de Contis, au nord-ouest du bourg de Saint-Julien-en-Born, ce quartier s'organisait autour d'une chapelle et ce depuis au moins 1274[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Le , Saint-Julien-en-Born a reçu la Marianne du civisme. En effet, lors des seconds tours des élections législative et présidentielle, les Juliennois ont voté, en moyenne, à plus de 84 %. Ce fut la première commune du département dans la catégorie de 1000 à 3500 habitants.

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1830 1843 Etienne Turpin    
1843 1848 Jean Bonnecaze    
1848 1860 Antoine Magnes    
1860 1873 Numa Turpin Droite Conseiller général du Canton de Castets (1834-1873)
Maire de Lit-et-Mixe (1843-1848)
Député (1848-1851)
1873 1882 Jean Berque    
1882 1912 Félix Crouzet    
1912 1913 Pierre Labat    
1913 1919 Félix Naureils    
1919 1921 Montauzié    
1921 1944 Eloi Neurisse PRRRS Conseiller général du Canton de Castets (1928-1940)
Octobre 1944 Mai 1945 Délégation spéciale
président Charles Daret
   
Mai 1945 Juillet 1951 Charles Daret    
1951 1977 André Darmanthé SFIO Conseiller général du Canton de Castets (1945-1949)
Sénateur (1948-1955)
1977 1983 Jean Delest    instituteur
1983 1989 Robert Lespez    
1989 1995 Félix Goffaux    pharmacien
1995 2008 Gilbert Darmanthe   Instituteur
mars 2008 en cours Gilles Ducout DVG Professeur des écoles
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans.

Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[3],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 564 habitants, en augmentation de 7,86 % par rapport à 2009 (Landes : 5,28 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
778 804 884 929 1 049 1 084 1 123 1 212 1 318
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 409 1 546 1 780 1 826 1 754 1 705 1 690 1 668 1 635
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 656 1 614 1 659 1 536 1 439 1 406 1 352 1 284 1 321
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
1 245 1 232 1 217 1 187 1 285 1 316 1 427 1 567 1 564
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • L'abbé Louis Mathieu Desbiey (1734-1817) et son frère Guillaume (1725-1785). Leur maison, actuellement agrandie et transformée en restaurant, existe toujours à proximité de l'église de Saint-Julien-en-Born.
  • Augustin Berque (1884-1947), petit-fils d'Augustin, (forgeron de Saint-Julien dont il fut élu maire en 1873) et fils de Joannès (1853-1903), officier vétérinaire mort au Tonkin. Augustin Berque fit toute sa carrière d'administrateur à Alger et fut nommé directeur des Affaires musulmanes auprès du Gouvernement général de l'Algérie en 1937. Fin lettré et observateur du social, du religieux, de l'art et de la politique, il fut l'auteur des nombreux “Écrits sur l'Algérie” sélectionnés et réédités par Edisud en 1986, et en particulier de “L'Algérie, terre d'art et d'histoire”, publié par le Gouvernement général de l'Algérie en 1937. Son épouse se réfugia à Saint-Julien en 1954 avant d'y mourir.
  • Jacques Berque (1910 - 1995), mort à Saint-Julien-en-Born où il résidait, sociologue orientaliste, titulaire de la chaire d'histoire sociale de l'Islam contemporain au Collège de France de 1956 à 1981, auteur de nombreuses traductions, dont celle du Coran.
  • Augustin Berque (1942), fils de Jacques Berque, orientaliste, géographe et philosophe, lauréat en 2010 du Prix de la culture asiatique de Fukuoka (Japon) et en 2011 du Prix de la Fondation du Japon délivré par L'Empereur.
  • Emmanuel et Maximilien Berque (1950), fils de Jacques Berque, frères jumeaux, navigateurs de l'extrême, photographes et cinéastes, ont écrit Les mutins de la mer publié chez Robert Laffont et produit deux films : Les jumeaux de la mer ainsi que Huis clos sous les étoiles qui a remporté le prix Alain Bombard à Dijon, l'Ancre d'Or au festival de Toulon, le Prix Georges de Caunes à Valhauris, le Grand Prix du Public à La Rochelle, ainsi que la Palme d'Or au l'Ocean Festival de San Francisco. Tout dernièrement[Quand ?] Le Prix du film de mer 2010 de La Corderie Royale de Rochefort.
  • Stéphane Castaignède(1969) a vécu à Saint-Julien-en-Born et y a joué jusqu'en juniors puis il est parti à Union sportive dacquoise puis à Marmande. Il alla à Clermont et après au Stade montois. Ce fut un joueur international qui joua 7 matchs en équipe de France. Il était demi de mêlée.

Sports et loisirs[modifier | modifier le code]

Saint-Julien-en-Born possède plusieurs associations sportives et culturelles :

  • Le rugby à XV qui est le plus populaire à Saint-Julien avec son équipe Landes Ocean Rugby Club en entente avec le club de Lit et Mixe, qui devient Champion de France de 2e série 2017.
  • Le basket-ball, uniquement féminin, qui comprend une entente avec Lit et Mixe.
  • Le judo.
  • La boule juliennoise (club de pétanque).
  • Le Saint-Julien Tennis Club.
  • La gymnastique d'entretien.
  • L'harmonie municipale.
  • La tour d'argent (club d'échecs).
  • Une pinasse pour Contis (Estele de la ma : une des deux dernières pinasse de côte de la côte landaise ; pêche en mer à la senne).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. L'Almanach du Landais 2009, éditions CPE, Jean-Jacques Taillentou
  2. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Étape précédente
Bias
Pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle

Voie de Soulac
Étape suivante
Lit-et-Mixe