Saint-Julien-Mont-Denis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Saint-Julien-Montdenis)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Julien.
Saint-Julien-Mont-Denis
Vue sur le village.
Vue sur le village.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Savoie
Arrondissement Saint-Jean-de-Maurienne
Canton Saint-Jean-de-Maurienne
Intercommunalité CC Cœur de Maurienne Arvan
Maire
Mandat
Marc Tournabien
2014-2020
Code postal 73870
Code commune 73250
Démographie
Gentilé Saint-Glenains
Population
municipale
1 632 hab. (2014)
Densité 49 hab./km2
Population
aire urbaine
11 889 hab.
Géographie
Coordonnées 45° 15′ 26″ nord, 6° 24′ 19″ est
Altitude Min. 552 m – Max. 2 824 m
Superficie 33,04 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Savoie

Voir sur la carte administrative de Savoie
City locator 14.svg
Saint-Julien-Mont-Denis

Géolocalisation sur la carte : Savoie

Voir sur la carte topographique de Savoie
City locator 14.svg
Saint-Julien-Mont-Denis

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Julien-Mont-Denis

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Julien-Mont-Denis

Saint-Julien-Mont-Denis est une commune française située dans la vallée de la Maurienne, dans le département de la Savoie, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Saint-Julien-Mont-Denis est située vers le milieu de la vallée de la Maurienne, à quelques kilomètres en amont de Saint-Jean-de-Maurienne, à l'adret. Le centre du village de Saint-Julien-Mont-Denis est situé au pied de la plus haute falaise calcaire d'Europe. La montagne qui surplombe le village s'appelle : la Croix des Têtes (2 492 mètres).

La Croix des Têtes.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

  • Départementale 1006 (ancienne RN 6).
  • Autoroute A43.

Voies ferroviaires[modifier | modifier le code]

Le village disposait d'une gare, la gare de Saint-Julien - Montricher (car desservant aussi la commune de Montricher-Albanne située sur le versant opposé de la vallée), mais elle est désormais fermée.

Entrée du tunnel Lyon Turin[1] : l'entrée du tunnel principal se situera sur la commune.

Village, hameaux[modifier | modifier le code]

Villarclément, le Claret, Serpolière, le Costerg, Grenis, Montdenis, Tourmentier, les Essarts et les Fontaines.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le 15 février 1965, Saint-Julien-de-Maurienne devient Saint-Julien-Mont-Denis, à la suite de la fusion de la commune de Montdenis et de celle de Saint-Julien-de-Maurienne.

En francoprovençal, le nom de la commune s'écrit Sin Dlin, selon la graphie de Conflans[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

À Montdenis furent trouvés au XIXe siècle des tombes de l'âge du fer (VIe/IIIe siècles av. J.-C.) contenant des bijoux fabriqués en Maurienne mais aussi d'autres provenant de l'Est de la France et d'Italie du Nord : ceci traduisait un commerce transalpin par le col du Montcenis.

En 1264, le comte Pierre II de Savoie (1203-1268) accorda au bourg sa franchise municipale[3].

En 1587, les villageois firent un procès contre les charançons[4].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 Marc Tournabien PS ...
mars 2008 mars 2014 Marc Tournabien PS ...
mars 2014 en cours Marc Tournabien PS ...
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Drapeau de l'Italie Villar Focchiardo (Italie)

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants de la commune sont appelés les Saint-Glenains[5].

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[7],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 632 habitants, en augmentation de 0,87 % par rapport à 2009 (Savoie : 3,73 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
685 788 834 836 824 856 922 910 939
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
951 1 093 1 122 1 217 1 205 1 286 1 492 1 554 1 305
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
1 203 1 192 1 160 1 110 1 134 1 482 1 568 1 678 1 623
1982 1990 1999 2006 2011 2014 - - -
1 612 1 716 1 645 1 599 1 643 1 632 - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Maternelle[modifier | modifier le code]

École maternelle de Saint-Julien-Mont-Denis.

Primaire[modifier | modifier le code]

École primaire de Saint-Julien-Mont-Denis.

Manifestations[modifier | modifier le code]

La fête patronale début septembre.

Sports et loisirs[modifier | modifier le code]

  • L'Echo Ardoisier (École de musique, orchestre harmonique et chorale),
  • ASM Basket,
  • Football Club « Les Loups »,
  • Gymnastique volontaire,
  • Le Pied à L'étrier (équitation),
  • Les fous du volant (badminton),
  • SAM'DI Ski,
  • Ski & Montagne.

Économie[modifier | modifier le code]

Carrières d'ardoise jusqu'en 1982.

Zone d'activités.

Culture et Patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine architectural[modifier | modifier le code]

Période médiévale[modifier | modifier le code]

Tour (a plus de 1000 ans).

La tour de Saint-Julien.

Au début du siècle, les ardoises de Saint-Julien étaient connues pour leur grande qualité. En effet, une partie du village est situé sur une couche géologique présentant des veines d'ardoises.

Le chemin des Ardoisiers : chemin au travers des carrières d'ardoise.

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

Bouquetin.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Paul Mougin (1866-1939), inspecteur général des eaux et forêts.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Paul Mougin, Monographie de Saint-Julien-de-Maurienne, Saint-Jean-de-Maurienne, Vulliermet, , 167 p.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Article sur le site de Lyon/Turin Ferroviaire
  2. Lexique Français - Francoprovençal du nom des communes de Savoie - Lé Kmoune in Savoué, Bruxelles, Parlement européen, , 43 p. (ISBN 978-2-7466-3902-7, lire en ligne), p. 24
    Préface de Louis Terreaux, membre de l'Académie de Savoie, publié au Parlement européen à l'initiative de la députée Malika Benarab-Attou.
  3. Article de Ruth Mariotte-Löber « Ville et seigneurie : Les chartes de franchises des comtes de Savoie: fin XIIe siècle-1343 », Mémoires et Documents (Vol. 4), Académie florimontane - Librairie Droz, , p. 169.
  4. charançons
  5. Gentilé sur le site habitants.fr Consulté le 20/07/2008.
  6. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .