Saint-Jude

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la Montérégie
Cet article est une ébauche concernant la Montérégie.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Saint-Jude
Village de Saint-Jude
Village de Saint-Jude
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec
Région Montérégie
Subdivision régionale Les Maskoutains
Statut municipal Municipalité
Maire
Mandat
Yves De Bellefeuille
2009 - 2013
Constitution 1er juillet 1855
Démographie
Gentilé Rochvillois, oise
Population 1 235 hab. (2011)
Densité 16 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 46′ 00″ Nord 72° 59′ 00″ Ouest / 45.766672, -72.983338
Superficie 7 790 ha = 77,9 km2
Divers
Code géographique 54110
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Montérégie

Voir sur la carte administrative de Montérégie
City locator 14.svg
Saint-Jude

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir la carte administrative du Québec
City locator 14.svg
Saint-Jude

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir la carte topographique du Québec
City locator 14.svg
Saint-Jude

Saint-Jude est une municipalité canadienne du Québec située dans la municipalité régionale de comté des Maskoutains et dans la région administrative de la Montérégie[1], située à environ 77 km de Montréal.

Toponymie[modifier | modifier le code]

La municipalité est nommée ainsi en l'honneur de l'apôtre Jude, le patron des causes perdues.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique
1991 1996 2001 2006 2011 2016
1 133 1 143 1 126 1 130 1 235 -
(Sources : Recensement du Canada)

On appelle les habitants de Saint-Jude les Rocquevillois et les Rocquevilloise. Au recensement de 2011 la municipalité comptait 1235 habitants.

Politique[modifier | modifier le code]

Du côté provincial, la municipalité fait partie de la circonscription électorale de Richelieu.

En 2012, le maire de Saint-Jude était Yves de Bellefeuille.

Le drapeau de Carillon[modifier | modifier le code]

Plus important encore, Saint-Jude est le village d'origine du drapeau québécois. En 1902, le prêtre de Saint-Jude, Elphège Filiatrault, propose une ébauche du drapeau québécois, le drapeau de Carillon.

La croix blanche et le lys représentent la France, mère-patrie du Québec. Toutefois, ce n'est que 50 ans plus tard, le 21 janvier 1948[2], que Maurice Duplessis adopte le drapeau sous cette condition : que les lys blanc soient placés verticalement afin de représenter la droiture du peuple québécois.

Chronologie municipale[modifier | modifier le code]

  • Modèle:11 janvier 1835 : St-Jude est érigée en municipalité
  • 1843: une partie du territoire fut détachée pour créer la municipalité de Saint-Barnabé-Sud
  • 1er juillet 1855 : Constitution de la municipalité de paroisse de Saint-Jude lors du premier découpage municipal du Québec[3].
  •  : Saint-Jude change son statut pour celui de municipalité de Saint-Jude.

Principale attraction, les oiseaux de proie[modifier | modifier le code]

Le village possède un centre d'interprétation qui constitue un refuge pour des centaines d'oiseaux de proie blessés.

Faits divers[modifier | modifier le code]

Glissement de terrain ayant emporté une route et une résidence

Le , un important glissement de terrain emporte une maison et fait 4 morts sur les berges de la rivière Salvail. Le terrain déplacé couvre 1 kilomètre sur 500 mètres[4].

Municipalités limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Saint-Bernard-de-Michaudville Saint-Louis Rose des vents
N
O    Saint-Jude    E
S
La Présentation Saint-Barnabé-Sud

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Gouvernement du Québec, « Répertoire des municipalités - Saint-Jude », sur Ministère des Affaires municipales, Régions et Occupation du territoire (consulté le 21 mars 2011)
  2. « Le fleurdelisé : reflet de notre histoire en Amérique », sur Justice Québec (consulté le 19 novembre 2010)
  3. « Saint-Jude », sur Commission de toponymie Québec (consulté le 19 novembre 2010)
  4. Daniel Renaud, « Glissement de terrain — Les occupants de la maison retrouvés sans vie », Rue Frontenac,‎ (lire en ligne)